L'offensive de Trump met en péril la survie de Huawei, selon des experts    Huawei : Nouvelle salve de Washington contre Pékin    Turkish Airlines lance une ligne Antalya-Casablanca    L'Espagne reste premier partenaire commercial du Maroc, selon Eurostat    Elections : Des dirigeants européens se mobilisent contre les populistes    Le Maroc réélu au bureau exécutif du Conseil des ministres arabes de la Santé    Maradona appelle à boycotter un film sur lui    Etude. Maîtriser l'anglais améliore-t-il nos conditions au travail?    Rabat. Un centre de santé lancé à Diour Jamaâ    Le Musée national d'histoire naturelle de Rabat célèbre la journée internationale des musées    La RSB fait l'essentiel à Berkane face au Zamalek, en attendant la confirmation au Caire    Stress hydrique. La Chine et le Maroc allient leurs forces    Aéroport Fès-Saiss : Hausse du trafic des passagers à fin avril 2019    1998: retour des Lions pour une place au quart…    Préfecture de Marrakech : Quelque 1.031 projets réalisés durant la phase I et II de l'INDH pour un coût global de 1,7 MMDH    Seedorf : Le Maroc favori de la CAN    Artcom'Sup intègre la World Design Organization    Lahoucine Bardaouz, un talent pluriel    L'autre dans le cinéma    PAM. Crise autour du 4e congrès national    Bouskoura : Trois ouvriers meurent par asphyxie dans un canal des eaux usées    Côte d'Ivoire : Atlantique Assurances, filiale de la BCP, lance une offre dédiée aux agriculteurs de coton    RDC : Moïse Katumbi accueilli en héros national après son retour au bercail    Fiscalité. Les libéraux veulent reconstituer un front uni    Numérisation du système judiciaire : Signature d'une convention entre le barreau de Casablanca et la CDG    Etats-Unis : Quand un milliardaire diplômé rembourse les dettes étudiantes de toute sa promotion    Chronique Humour et Ramadan : Qu'Imam me suive…    Le Maroc à Genève pour la 72ème Assemblée mondiale de la santé    L'enseignement supérieur passe au mode grève    Agentis construira et équipera des hôpitaux publics en Côte d'Ivoire    Insolite : Soyez "gentils" avec la police nigériane    M'hamed Loqmani : Les intellectuels qui ne créent pas le buzz ne sont pas toujours les bienvenus dans les médias    Attention aux jeans trop serrés et à l'épilation intégrale !    Pendant le Ramadan, Essaouira retrouve toutes ses sensations    Les Marocains d'Italie dénoncent la situation tragique dans les camps de Tindouf    Les inégalités augmentent dans l'UE, mais moins qu'ailleurs    Kamal Daissaoui fait chevalier de l'ordre pour le progrès des sciences et de l'invention    Phoques, caviar et pétrole: la mer Caspienne menacée par la pollution    Donald Trump : Si Téhéran veut se battre, ce sera la fin officielle de l'Iran    Ces tournages qui ont tourné au drame : Troie    Cinquantenaire du FNAP de Marrakech    En larmes, le monstre sacré du 7ème art Alain Delon honoré à Cannes    169 migrants subsahariens secourus par la marine royale en méditerranée    La FRMF reprogramme les matchs de la Botola Maroc Telecom : Le suspense jusqu'au bout !    Policy Center for the New South. De nouveaux locaux et une nouvelle dynamique    Abderrassoul Lehdari : «Si Aziz nous a appris la méthode, la rigueur, la maîtrise du sujet et l'esprit critique»    Louzani et Blinda au Mondial mais pas en CAN    Vidéo – Coupe de la CAF : Le RSB marque un magnifique but dans le temps additionelace au Zamalek    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Analyse/Enseignement supérieur
Les premiers pas du 2.0
Publié dans L'Economiste le 16 - 06 - 2015

Il est vrai qu'il reste encore beaucoup à faire pour la conduite du changement dans l'enseignement supérieur. Les leaders académiques manquent à l'appel et les enseignants résistent toujours aux transformations qui touchent leur activité. Mais les choses commencent à bouger en matière de e-learning. Le 2.0 s'installe doucement, mais sûrement. La thématique a fait l'objet d'une rencontre débat organisée par le cabinet Rekrute.com vendredi dernier, dans laquelle le modèle de Toulouse Business School (TBS) a été présenté. L'école a introduit une plateforme [email protected] du fournisseur de contenus pédagogiques à distance Crossknowledge depuis plus de cinq ans. «Pour nous, le e-learning sert d'abord à la préparation des cours. Le plus important, c'est que les étudiants aient le même niveau, qu'ils puissent rapidement acquérir des compétences et aptitudes», relève Stéphane Rochard, directeur de TBS Casablanca. Il n'est donc pas question que le on-line remplace l'enseignement présentiel, mais qu'il le complète en tant que support de cours, et qu'il permette un suivi individualisé. Cela coûte à TBS près de 450.000 euros par an, soit près de 70 euros par étudiant. Le coût est conséquent, mais il n'est pas très éloigné de celui de l'enseignement classique. L'école a choisi de cantonner le e-learning (obligatoire pour la 3e année, le master et le MBA) à 20% des apprentissages.
La question du «dosage» turlupine d'ailleurs les établissements, y compris dans le privé. Si la nécessité de passer au 2.0 fait l'unanimité, écoles et universités s'interrogent sur les modalités et détails pratiques: les disciplines qui se prêtent à l'enseignement à distance ou pas, la nécessité de développer des contenus en propre ou d'en acheter, les bénéfices à en tirer,... A l'université Internationale de Rabat (UIR), par exemple, la réflexion est lancée. HEM, pour sa part, saute le pas dès la prochaine rentrée, avec une plateforme d'apprentissage de langues en ligne.
Certaines écoles ont déjà pris de l'avance, à l'instar de l'ESCA, qui a monté il y a près de deux ans une e-learning Academy, en partenariat avec l'éditeur de contenus et de solutions à distance Proactech. Des modules en langues, communication, informatique, développement personnel et management y sont disponibles.
Quelques universités publiques sont également déjà branchées sur le numérique, dans le cadre du programme Campus Virtuel Marocain (CVM), initié dès 2005. Des universités comme celle d'Agadir, de Rabat et de Casablanca disposent d'interfaces pédagogiques en ligne. «Les initiatives restent cela dit timides. Aujourd'hui, nous mettons à contribution les moyens du ministère pour aller plus loin. Nous avons déjà démarré à Marrakech où nous avons été pionniers en Afrique en matière de e-learning», souligne le ministre de l'Enseignement supérieur, Lahcen Daoudi. En effet, l'université Cadi Ayyad de Marrakech a été la première à diffuser en 2013 ses propres MOOC (Massive Open Online Courses). «Nous allons lancer un appel à manifestation d'intérêt pour sélectionner un bureau d'étude qui nous accompagnera dans la généralisation du online à toutes les universités. C'est possible d'y arriver dans les six prochains mois», annonce Daoudi. Le ministère a mobilisé un budget de 128 millions de DH pour y arriver. «Nous miserons ce qu'il faut! Nous finançons déjà le wifi. Ce qui importe, c'est que tout le monde adhère au projet», insiste le ministre.
Le département de l'Enseignement supérieur prévoit, en outre, de mettre à disposition des étudiants des tablettes à prix réduits (à près de 100 euros). Un appel à manifestation d'intérêt pour des fournisseurs de tablettes a déjà été émis. Les résultats seront connus le 23 juin prochain.
Si la génération des «digital natives» n'aura pas de mal à s'adapter à l'apprentissage à distance, il n'en est pas de même pour les professeurs qui devront se mettre à jour. Dès la prochaine rentrée, les nouveaux enseignants recrutés dans les universités recevront des formations sur l'enseignement numérique.
Les filières online, accréditées?
Les spécialités dispensées en mode e-learning peuvent-elles être reconnues et accréditées par le ministère de l'Enseignement supérieur? se demandent certains établissements. Eh bien, pour l'heure, la question ne semble pas d'actualité. «Nous n'en sommes pas encore là. Nous nous orientons d'abord vers un mix entre le online et le présentiel. Il faut d'abord que les enseignants s'adaptent. Sans compter que c'est coûteux. Il faudrait, par exemple, un enseignant tuteur pour dix étudiants», explique le ministre de l'Enseignement supérieur, Lahcen Daoudi. Les diplômes à distance ne semblent pas non plus les bienvenus. «Le risque c'est d'être inondé par des diplômes étrangers. Cela pourrait menacer la souveraineté nationale sur les diplômes. Le sujet fait débat à l'international», précise le ministre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.