La Fédération appelle à des assises nationales sur la presse et les médias    Covid-19 : l'actrice égyptienne Raja Al Jadawi n'est plus    Covid-19 : adoption d'une batterie de mesures pour le contrôle de la situation épidémiologique dans la province de Safi    Alerte météo : forte vague de chaleur au Maroc de dimanche à mardi    Le rapatriement des Marocains de l'étranger se poursuit    France : la configuration du nouveau gouvernement bientôt dévoilée    Un organisme de l'ONU établit la responsabilité de l'Etat algérien dans les camps de Tindouf    Message du roi Mohammed VI au président de l'Algérie    La propagande algéro-polisarienne vise à perturber le développement socio-économique des provinces du Sud    Comment Royal Air Maroc se prépare à l'austérité    Ragaa El-Guiddawi emportée par le Coronavirus    Coronavirus : 310 nouveaux cas et 9.410 guérisons au total, dimanche 5 juillet à 10 H    PJD: le communiqué de la honte    Patriotisme fiscal : l'urgence d'un élan patriotique dans le domaine de l'impôt    Madagascar: essai clinique de la solution injectable Artesunate IV extraite de l'artemisia    Coronavirus : 310 nouveaux cas confirmés au Maroc, 14.132 au total    Allemagne. Les travailleuses du sexe réclament leurs clients    Le trauma colonial algérien encore vivace, le président Tebboune réclame des excuses françaises    Un organisme de l'ONU pointe la responsabilité du régime algérien dans les violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf    Temps généralement stable dans le pays, ce dimanche    Marrakech: interpellation d'un individu soupçonné d'homicide volontaire avec séquestration et mutilation    Transport aérien – hécatombe mondiale : 84 milliards de dollars de pertes et 1,2 milliards de passagers en moins    Sahara marocain: des experts dénoncent la propagande algéro-polisarienne    ONCF: un homme se jette sur les rails entre Témara et Rabat-Agdal    Le Maroc attend toujours la réponse d'Amnesty international (responsable)    Accès à l'information : Le Parlement partage son fonds documentaire et ses archives avec le HCP    L'Egypte, le Soudan et l'Ethiopie reprennent les pourparlers sur un barrage contesté    Fête de l'indépendance des USA: Le Roi Mohammed VI félicite le président Trump    Mohamed Amekraz, le ministre à la tête de la Caisse nationale de la sécurité sociale (CNSS), inéligible à ce poste    Ces 33 belles destinations sans visa pour les Marocains    Danemark : La Petite Sirène de Copenhague vandalisée et accusée de racisme    La terre a tremblé dans cette province du Maroc    Industrie culturelle: Les premières mesures avant la stratégie    Achraf Hakimi débarque à l'Inter Milan    "Night Walk" : Premier long métrage marocain distribué à Hollywood    Les stars de la musique appellent à sauver la scène britannique    Tom Hanks : Je ne sais pas quand est ce que je vais pouvoir reprendre mon travail    L'ovalie nationale est plus que jamais sur la touche    L'EN de futsal se hisse au 24è rang mondial    L'ANP et l'AFD renforcent leur partenariat pour un développement durable et compétitif des ports    Les prix font un bond de 2,9% dans la métallurgie en mai    Les médias palestiniens se félicitent de l'initiative du Premier secrétaire de l'USFP    Très touchée par La pandémie l'Espagne revient a La vie    Quand les footballeurs marocains font le bonheur des clubs égyptiens    Liga: le Real Madrid creuse l'écart, Messi veut claquer la porte!    «L'art pour l'espoir»: 27 regards à l'ère de la pandémie    France: Jean Castex Premier ministre à la place d'Edouard Philippe    Ali Essafi et Tala Hadid rejoignent l'Académie des Oscars    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Le dirham n'est ni surévalué, ni sous-évalué»
Publié dans L'Economiste le 29 - 06 - 2015

- L'Economiste: Quels sont les risques auxquels est exposé le système bancaire marocain?
- Masood Ahmed: Le secteur financier marocain, qui est devenu plus grand et plus complexe au cours de la dernière décennie, est solide. Les banques marocaines sont bien capitalisées et rentables et leur financement est stable. Les créances en souffrance ont augmenté avec le ralentissement économique, mais restent suffisamment provisionnées, même si l'impact du ralentissement de certains secteurs, tels que la construction et la promotion immobilière, doit être suivi de près. Les autorités ont relevé le ratio minimum de fonds propres à 12% et ont introduit une nouvelle loi bancaire qui met davantage l'accent sur les risques des groupes bancaires et sur la stabilité du système financier. Les banques ont étendu leurs opérations à l'international, bénéficiant de leur résilience pendant la crise financière mondiale et de la position privilégiée du Maroc au carrefour de l'Europe, de l'Afrique et du monde arabe.
Cette expansion vers l'Afrique subsaharienne offre des opportunités mais pose également des défis de supervision et ouvre de nouveaux canaux de la transmission de risques potentiels entre les pays concernés. Les autorités marocaines sont conscientes de ces défis. Elles déploient des efforts continus pour renforcer la qualité de la supervision bancaire, qui est déjà de haut niveau, ainsi que pour améliorer les mécanismes de résolution des crises et renforcer la coopération avec les autorités des pays hôtes.
- Le dirham vous semble toujours surévalué après la récente révision du panier de sa cotation?
- Les récents progrès réalisés par le Maroc en matière d'assainissement des finances publiques, de performance des secteurs d'exportation émergents, et la stabilisation graduelle de l'environnement économique international ont contribué à améliorer la situation extérieure du pays ces deux dernières années. Le déficit du compte courant extérieur s'est réduit et les réserves de changes se sont améliorées et sont, aujourd'hui, plus confortables. Au regard de ces développements, la dernière évaluation effectuée par nos services en février dernier indique que le dirham est en ligne avec les fondamentaux de l'économie. En d'autres termes, il n'apparaît ni surévalué, ni sous-évalué. La récente révision du panier de sa cotation ne modifie pas sa valeur et ne remet donc pas en cause cette évaluation.
- Quels sont les prérequis avant d'aller vers la convertibilité totale? L'adoption d'un régime de change flottant est pour l'instant rejetée par le gouvernement.
- Bien que l'arrimage de la monnaie ait fourni à l'économie marocaine un ancrage nominal utile par le passé, un régime de change plus flexible favoriserait davantage la diversification en cours des flux commerciaux et financiers. Elle contribuerait par ailleurs à renforcer la résistance de l'économie aux chocs extérieurs. Un tel passage requiert des finances publiques saines et maîtrisées et une coordination avec les autres volets de la politique économique, en particulier la politique monétaire.
Sur le plan opérationnel, il faut notamment un marché de change suffisamment développé et liquide, des systèmes adaptés pour évaluer et gérer le risque de change, et un nouveau point d'ancrage nominal de la politique monétaire. Les autorités marocaines ont signalé leur intention de passer progressivement à un taux de change plus flexible, tout en adaptant le cadre de politique monétaire vers un système tel que le ciblage d'inflation. Le FMI appuie la préparation de cette transition en fournissant de l'assistance technique concernant les options possibles et certains aspects opérationnels, y compris la préparation d'un nouveau régime monétaire.
Profil
Masood Ahmed est directeur du département Moyen-Orient et Asie centrale du FMI depuis novembre 2008. Avant, il était directeur du département des Relations extérieures du FMI, et il a occupé entre 2003 et 2006 la fonction de directeur général de l'Unité politique et du développement international au sein du département du Développement international du gouvernement du Royaume-Uni. Il avait auparavant travaillé au FMI et à la Banque mondiale dans divers domaines liés à la politique économique internationale et les perspectives économiques mondiales. Il a obtenu son diplôme d'études supérieures en économie de la London School of Economics.
Propos recueillis par


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.