La BCIJ arrête l'un des extrémistes allié à Daesh    L'Organisation de la coopération islamique réagit aux attaques israéliennes    Algérie: Peine de prison pour 22 manifestants ayant arboré un drapeau berbère    Espagne: Accord entre socialistes et Podemos pour former un gouvernement    Soldes monstres en Chine: Alibaba bat son record mais la croissance ralentit    Casablanca: arrestation d'un Algérien pour vol par effraction dans un établissement hôtelier    Insurance: ACAPS asserting control    L'Université Al Akhawayn classée première université marocaine pour la 5ème année consécutive    Le grand cinéaste Costa Gavras à Marrakech pour les Semaines du film européen    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    ONG Freedom House : le Maroc « partiellement libre » sur internet    Mohamed Boudra, représente l'Afrique pour la présidence du CGLU-Monde    LaLiga en opération de charme à Casablanca    TGR : Le déficit budgétaire continue de se creuser    Nador: 8e Festival international de cinéma et mémoire commune    Après 38 ans de recherches, l'acteur Rabie Kati retrouve la tombe de son père    Fatimazahra Akhiar au sprint final de l'Arab Reading Challenge    Le PLF 2020 au cœur des réunions parlementaires    Négociateurs d'instruments financiers : 30 professionnels certifiés par l'AMMC    Voici les adversaires de la RSB et du HUSA en Coupe de la CAF    Blessé, Marco Ansensio est à Marrakech !    Kamal Hachkar explore l'héritage musical judéo-marocain    Cameroun : Wafa Assurance acquiert 65% du capital de Pro Assur SA    Hong Kong: Les manifestations touchent les universités et le quartier des affaires    Concours télévisé à Moscou    Gastronomie: Une semaine pour consacrer le Made in Italy    Africagua 2019. Le Maroc invité d'honneur    Enfants en institution. Le Parquet s'allie à l'UNICEF    Il y a 30 ans aujourd'hui que le «Mur de Berlin» est tombé…    Jamal Sellami nouvel entraîneur du Raja de Casablanca    La Tribune de Nas : Liverpool…Oh la main…    Le discours de la vérité!    ZLECA, une aubaine pour les échanges intra-maghrébins    «Une partie de la mémoire musicale a disparu avec les orchestres nationaux»    Youssef El Azzouzi sacré meilleur inventeur arabe    Coupe du Trône : Le TAS sort le DHJ et retrouve le HUSA dans une finale inédite    Politique budgétaire. Le Maroc, bon élève du FMI    Tous responsables    Programme emploi FBR du MCC : 6,2 millions de dollars pour les 9 premiers boursiers    Table ronde: Le paysage politique après le remaniement gouvernemental, quels enjeux?    Convention de partenariat : TIBU Maroc devient le représentant officiel de STEM Sports au Maroc    Le Maroc et la Mauritanie font revivre leur histoire d'amour à Chinguetti    Météo: Le temps qu'il fera ce mardi    Cisjordanie : La commémoration du décès de Yasser Arafat vire au drame    Né dans la rue, une bavure inadmissible !    El Otmani interpellé sur le financement de l'économie et les catégories vulnérables    Le marocain Youssef El Azzouzi sacré meilleur inventeur arabe    Le bruit augmenterait le risque d'AVC    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Libertés individuelles
L'Etat reprend la main
Publié dans L'Economiste le 03 - 07 - 2015

Après l'agression homophobe dont a été victime un jeune travesti, lundi dernier à Fès, Mohamed Hassad et Mustapha Ramid montent au créneau. Les ministres de l'Intérieur et de la Justice et des Libertés ont choisi de réagir ensemble. En effet, les deux responsables gouvernementaux ont publié, mercredi dernier, un communiqué conjoint dans lequel ils martèlent que «tout acte ou action en vue de se substituer à la justice ou aux forces de l'ordre est totalement illégale».
A travers cet avertissement, le gouvernement fait un rappel à l'ordre à l'ensemble des citoyens. Ainsi, selon les termes du communiqué, «les personnes qui constatent une infraction à la loi doivent en aviser immédiatement les autorités judiciaires et les services de la police ou de la Gendarmerie royale qui entreprendront les actions légales pour faire respecter la loi». Et «toute personne ou groupe de personnes cherchant à se faire justice elles-mêmes seront poursuivies devant les juridictions compétentes conformément aux dispositions des lois en vigueur», ajoute le communiqué.
Cette sortie est intervenue, rappelons-le, suite au cas du jeune «Oussama» qui a été sauvagement agressé dans la nuit du 29 au 30 juin, à Fès. Dans un communiqué précédent, dont L'Economiste possède copie, «Me Mohamed Zouaki, procureur près le tribunal de première instance de Fès, affirmait avoir ordonné l'ouverture d'une enquête en vue d'identifier toute personne dont l'implication a été avérée dans l'affaire de l'agression de ce citoyen sur la voie publique, de la présenter devant la justice avec les effets juridiques qui en découlent». Selon lui, «la rigueur et la fermeté seront employées à l'encontre de quiconque outrepassera la loi et les prérogatives de l'Etat, qui reste le seul habilité à punir les contrevenants à la loi».
D'ailleurs, deux personnes identifiées dans la vidéo de l'agression du jeune travesti ont été interpellées par le service régional de la police judiciaire. «Les deux individus, âgés de 30 ans, fréquentent les milieux salafistes. L'un d'entre eux est un marchand ambulant qui proposait des jus «halal» (raisins secs, dattes, canne à sucre...) aux piétons de l'avenue Hassan II», affirme une source proche de l'enquête. Enquête qui est toujours en cours sous la supervision du parquet général afin d'interpeller les autres personnes impliquées dans cette agression. En attendant, les deux premiers suspects dans cette affaire ont été mis en examen en vue de déterminer les raisons de leur participation à cet acte criminel, conclut un communiqué de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN).
Le témoignage d'Oussama
LE jeune homme agressé est sorti de son silence et raconte une autre version des faits. Pour lui, «c'est un chauffeur de taxi qui est derrière son agression, humiliation et blessures morales et physiques».
Le taximan lui aurait volé son argent, sa chaîne en or et ses deux téléphones portables. «Pour dissimuler son acte, il a crié... «au travelo» et tout le monde s'est jeté sur moi»», affirme Oussama. Dans une vidéo diffusée sur des sites d'information, la victime apparaît avec de nombreuses ecchymoses sur tout le corps. Il avoue être encore sous le choc au point de ne plus pouvoir mettre un pied dehors... «Et pour aller où? Mes parents m'ont renié et mes frères sont prêts à me lyncher à cause de l'opprobre qui a été jeté sur l'ensemble de ma famille», raconte-t-il, le ton las.
Sans la bonté de sa soeur et le soutien de ses amis qui l'encouragent, il aurait flanché. «Pourquoi s'acharner sur moi? J'assume ma différence même si je n'en suis pas responsable. Elle est due à un problème hormonal... Dieu m'a voulu comme ça». Ridiculisé devant le monde entier, Oussama veut que justice soit faite et que sa dignité soit rétablie. Il pense même à l'exil dans un autre pays qui lui garantisse ses droits les plus fondamentaux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.