Football : la Coupe de la Ligue disparaîtra dès la saison prochaine    Trump annonce un durcissement « substantiel » des sanctions contre l'Iran    Brexit : l'UE appelle Londres à négocier sérieusement pour empêcher un « no deal »    Les Clintons à Marrakech pour l'anniversaire du milliardaire marocain Marc Lasry    Tourisme : La tendance positive du début d'année se confirme    U.S. Seeks to Heighten Scrutiny of Foreign Investment in Tech, Infrastructure, Data    Le CESE appelle à accélérer l'éradication de la pratique du mariage d'enfants    Royal Air Maroc, transporteur officiel de la Biennale de Luanda    Nador: Arrestation d'un récidiviste pour tentative d'homicide volontaire à l'arme à feu    Affaire Hajar Raissouni: La demande de liberté provisoire sera examinée jeudi    Festival national du théâtre de Tétouan : Lancement de l'appel à candidatures    «Eco-Tire» remporte le prix de l'écocitoyenneté offert par Vivo Energy Maroc    L'intervention fracassante de Adil Miloudi cause la suspension du Kotbi Tonight    Rapport de la Cour des comptes : Tamek tire à boulets rouges sur Jettou    Un concours pour créer l'identité visuelle de l'Agence nationale de la sécurité routière    Assemblée Générale Ordinaire de la FRMF    Croissance et Gouvernance!    Aux 12èmes rencontres photographiques de Bamako : Yasmine Hajji s'exprime sur les «Words of world» en installation vidéo    Meknès. Le Barbe et l'Arabe-Barbe à l'honneur    Maroc-France. Appel à projet pour l'enseignement des soft skills à l'université    Guaido poursuivi pour ses liens présumés avec des narco-trafiquants    Heetch Maroc propose à ses partenaires le statut d'auto-entrepreneur    Mur à Sebta. Vox se fait remonter les bretelles par le PP    Moga Festival ou l'avant-garde de la musique électronique    Le Professeur Rachid Yazami reçoit à Paris le Prix de l'Investisseur arabe    La « Cour suprême » de Facebook pourra annuler les décisions de Mark Zuckerberg    Incendies: Fermeture de milliers d'écoles en Indonésie et en Malaisie    Sahara : A quoi joue l'Espagne ?    Quel gouvernement pour le PLF 2020?    Aéroport Mohammed V : Inauguration d'un espace arrivée dédié aux nationaux    Le Maroc invité d'honneur du festival d'Helsinki de la musique sacrée    Météo: le temps qu'il fera ce mercredi    Bolton, un va-t-en-guerre finalement incompatible avec le trumpisme    Brad Pitt parle d'apesanteur et de corne des pieds avec un astronaute    Le Maroc remporte le prix Cheikh Aissa Al Khalifa d'actions bénévoles    Le Sénégal réitère son soutien à la marocanité du Sahara    Habib El Malki reçoit une délégation de diplomates accréditées en Australie    Innovation et technologie agricoles, clés de la réduction de la pauvreté    Divers    La performance de la Bourse de Casablanca quasi stable    Revanche Atlético-Juventus : Retrouvailles Félix-Ronaldo    Le PSG sans Mbappé et Cavani et le Real sans Marcelo    Réélection de Said Naciri à la tête de la Ligue nationale du football professionnel    Concentration des recettes fiscales sur un nombre limité de contribuables    Coup d'envoie de la 4ème Semaine du cinéma marocain en Côte d'Ivoire    La Maison de la poésie de Tétouan entame sa saison culturelle par une nuit de la poésie    Bouillon de culture    Ligue des champions: Raja et Wydad proches de la phase de poules    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Automobile: Pas de Kwid pour l'Europe
De notre envoyé spécial à Francfort, Ali ABJIOU
Publié dans L'Economiste le 18 - 09 - 2015

A Francfort, Carlos Ghosn a balayé de la main les rumeurs d'une éventuelle commercialisation du Kwid, le véhicule low-cost de Dacia en Europe. «La Kwid est destinée en priorité à ce que nous appelons les marchés émergents, Afrique et Moyen-Orient. Elle a déjà été lancée en Inde. Mais nous n'avons pas de plan pour lancer la Kwid en Europe» a déclaré le patron de l'Alliance Renault-Nissan à l'Economiste. Son prix attractif de lancement en Inde, 4.000 euros avait extrêmement séduit et certains supports spécialisés avaient prédit son lancement en Europe. Faux, car le plus récent modèle de Dacia risquerait alors d'être en concurrence frontale avec d'autres modèles du constructeur français comme la Sandero ou surtout la nouvelle Twingo qui reprend de la vigueur. En tout cas, avec le succès actuel de la nouvelle Sandero en Europe, dont une grande partie de la production est faite à Tanger, il est fort à parier que la réussite sera au rendez-vous.
Le véhicule du constructeur français, qui se veut l'ultra low-cost, dispose d'un moteur de petite cylindrée taillé pour la conduite urbaine. Sur le marché indien, il se veut une alternative économique du Duster dont il reprend le concept SUV, selon le constructeur français. Ce dernier a réussi à contenir les coûts pour le proposer sous la barre symbolique des 5.000 euros. Pour cela, un grand effort de rationalisation en matière de ‘sourcing' de pièces a été entrepris dont l'utilisation de composants communs avec Nissan, une tendance de plus en plus exploitée au sein de l'Alliance. La fabrication a déjà démarré au site indien de Chennaï, le taux d'intégration sera de 60% pour l'environnement immédiat de l'usine et de 98% pour l'ensemble du pays, selon l'Alliance.
Ce véhicule est très attendu au Maroc. En effet, c'est ce modèle que Renault pourrait lancer sur la région d'Afrique. Plusieurs unités industrielles sont en compétition pour sa production dont celle de Renault à Tanger qui est en tête de liste, selon Ghosn.
Pour l'usine de Tanger, cette commande supplémentaire ne serait pas de refus. Elle permettra, si le choix se porte sur la dernière née des usines de Renault, de faire augmenter la cadence et la production des chaînes qui ont sorti en 2014 un peu plus de 174.000 unités, avec encore de la marge avant d'atteindre le potentiel annoncé qui est de 340.000 unités.
Au Maroc, les responsables de Renault sont sereins. «Nous ne nous faisons aucun souci quant au volume de production de l'Usine de Tanger, car même sans la Kwid, on arrive à faire tourner les chaînes», assure Jacques Prost, le directeur général du Groupe Renault au Maroc.
En revanche, la concurrence s'annonce rude surtout du côté roumain. Le site de Pitesti par exemple, est encore plus proche des marchés européens que celui de Tanger. Une proximité toutefois nuancée par la cherté des salaires roumains, largement supérieurs aux émoluments marocains, note la presse spécialisée française. C'est ce qui a poussé dernièrement les responsables de Renault en Roumanie à lancer un important programme de robotisation. Le taux devrait passer de 5% actuellement à 20% et ce à l'horizon 2020. Cela devrait alléger la facture vu qu'actuellement le salaire moyen d'un opérateur de Renault en Roumanie est de 950 euros, plus du double de Tanger.
Renault Tanger au centre du dispositif
«La base de notre production au Maroc, c'est Tanger». C'est en ces termes que le grand patron de Renault parle de son usine marocaine. L'usine se développe bien, la capacité de production est en train d'évoluer, selon lui. «Certes, plus le marché croît, plus on va utiliser Tanger, je ne suis pas absolument préoccupé par l'utilisation à terme de toutes les capacités que nous avons installées au nord du Maroc» explique Ghosn, et auxquelles la Somaca apporte un complément.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.