Coronavirus : la deuxième vague sera économique    L'OMDH rend hommage à l'un de ses fondateurs    L'homme de l'alternance n'est plus    Les grands travaux du gouvernement El Youssoufi    La coupe du Trône, un cadeau d'adieu avant l'heure    Abderrahmane El Youssoufi a présenté son bilan à la nation    Abderrahmane El Youssoufi : Un homme d'Etat au service de la culture    Industrie : Renault met en stand-by les projets d'augmentation de capacités prévus au Maroc    Tanger Med co-signe un engagement pour garantir la continuité des chaines logistiques mondiales    Communiqué du Bureau politique du PPS    OCP : Malgré la crise, le groupe confirme sa résilience    Bientôt un café. Expresso SVP !    Il y a 38 ans… : La pensée d'Aziz Belal toujours vivante et actuelle    Quatre Marocains dans les commissions du CIO    Vahid fait le forcing pour convaincre deux joueurs    Danielle Skalli tire sa révérence    À quoi sert la littérature en période de confinement?    Marie-Louise Belarbi, une étoile de la culture marocaine s'est éteinte    Pour un encadrement législatif ou conventionnel    Un expert met en évidence la responsabilité imprescriptible de l'Algérie    Chine-Etats-Unis: Une nouvelle guerre froide est en marche…    Coronavirus : 54 nouveaux cas, 7.697 au total, vendredi 29 mai à 10h    Ait Taleb: L'efficacité de la chloroquine dans le traitement du Covid-19 peut être prouvée    Abderrahmane Youssoufi personnifiait l'histoire du Maroc    Covid-19 : deux nouvelles régions dépassent la barre de 1.000 contaminations    Article 1062580    Technocrates, gouvernement d'union nationale…: Le Maroc peut-il se permettre ces changements en plein Covid-19?    Mort de Guy Bedos    Le CNDH lance un appel au respect des droits des travailleurs    L'INDH s'investit dans la formation à distance à Khénifra    Début des tests de dépistage du Covid-19 à Errachidia    7000 saisonnières marocaines bloquées à Huelva début juin    Tarik El Malki : Il convient de mettre de côté la doxa libérale pour un temps    Un Casque bleu marocain honoré par les Nations unies    Affaire Radès : L'appel du Wydad examiné aujourd'hui par le TAS    La Premier League dans la dernière ligne droite vers une reprise    Relaxé, Rafiq Boubker présente ses excuses    L'auteur de la saga Harry Potter met en ligne un conte pour les enfants confinés    Zaki élu meilleur gardien de l'histoire de l'Afrique    Afghanistan: L'échange de prisonniers comme premier pas vers la paix?    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    «Living in Times of Corona», des films de l'intérieur    Alliance irano-vénézuélienne contre le blocus de Washington…    Direction Fenerbahçe pour Yassine Bounou ?    France: La demande du CFCM aux mosquées    Aid El Fitr: Le Roi gracie 483 détenus    Forte participation au concours de déclamation du Coran à distance    L'ambassade du Maroc à New Delhi en première ligne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Automobile: Pas de Kwid pour l'Europe
De notre envoyé spécial à Francfort, Ali ABJIOU
Publié dans L'Economiste le 18 - 09 - 2015

A Francfort, Carlos Ghosn a balayé de la main les rumeurs d'une éventuelle commercialisation du Kwid, le véhicule low-cost de Dacia en Europe. «La Kwid est destinée en priorité à ce que nous appelons les marchés émergents, Afrique et Moyen-Orient. Elle a déjà été lancée en Inde. Mais nous n'avons pas de plan pour lancer la Kwid en Europe» a déclaré le patron de l'Alliance Renault-Nissan à l'Economiste. Son prix attractif de lancement en Inde, 4.000 euros avait extrêmement séduit et certains supports spécialisés avaient prédit son lancement en Europe. Faux, car le plus récent modèle de Dacia risquerait alors d'être en concurrence frontale avec d'autres modèles du constructeur français comme la Sandero ou surtout la nouvelle Twingo qui reprend de la vigueur. En tout cas, avec le succès actuel de la nouvelle Sandero en Europe, dont une grande partie de la production est faite à Tanger, il est fort à parier que la réussite sera au rendez-vous.
Le véhicule du constructeur français, qui se veut l'ultra low-cost, dispose d'un moteur de petite cylindrée taillé pour la conduite urbaine. Sur le marché indien, il se veut une alternative économique du Duster dont il reprend le concept SUV, selon le constructeur français. Ce dernier a réussi à contenir les coûts pour le proposer sous la barre symbolique des 5.000 euros. Pour cela, un grand effort de rationalisation en matière de ‘sourcing' de pièces a été entrepris dont l'utilisation de composants communs avec Nissan, une tendance de plus en plus exploitée au sein de l'Alliance. La fabrication a déjà démarré au site indien de Chennaï, le taux d'intégration sera de 60% pour l'environnement immédiat de l'usine et de 98% pour l'ensemble du pays, selon l'Alliance.
Ce véhicule est très attendu au Maroc. En effet, c'est ce modèle que Renault pourrait lancer sur la région d'Afrique. Plusieurs unités industrielles sont en compétition pour sa production dont celle de Renault à Tanger qui est en tête de liste, selon Ghosn.
Pour l'usine de Tanger, cette commande supplémentaire ne serait pas de refus. Elle permettra, si le choix se porte sur la dernière née des usines de Renault, de faire augmenter la cadence et la production des chaînes qui ont sorti en 2014 un peu plus de 174.000 unités, avec encore de la marge avant d'atteindre le potentiel annoncé qui est de 340.000 unités.
Au Maroc, les responsables de Renault sont sereins. «Nous ne nous faisons aucun souci quant au volume de production de l'Usine de Tanger, car même sans la Kwid, on arrive à faire tourner les chaînes», assure Jacques Prost, le directeur général du Groupe Renault au Maroc.
En revanche, la concurrence s'annonce rude surtout du côté roumain. Le site de Pitesti par exemple, est encore plus proche des marchés européens que celui de Tanger. Une proximité toutefois nuancée par la cherté des salaires roumains, largement supérieurs aux émoluments marocains, note la presse spécialisée française. C'est ce qui a poussé dernièrement les responsables de Renault en Roumanie à lancer un important programme de robotisation. Le taux devrait passer de 5% actuellement à 20% et ce à l'horizon 2020. Cela devrait alléger la facture vu qu'actuellement le salaire moyen d'un opérateur de Renault en Roumanie est de 950 euros, plus du double de Tanger.
Renault Tanger au centre du dispositif
«La base de notre production au Maroc, c'est Tanger». C'est en ces termes que le grand patron de Renault parle de son usine marocaine. L'usine se développe bien, la capacité de production est en train d'évoluer, selon lui. «Certes, plus le marché croît, plus on va utiliser Tanger, je ne suis pas absolument préoccupé par l'utilisation à terme de toutes les capacités que nous avons installées au nord du Maroc» explique Ghosn, et auxquelles la Somaca apporte un complément.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.