Le Maroc et la Mauritanie veulent renforcer leur partenariat    Le ministre palestinien des Affaires étrangères salue l'appui constant du Monarque à la question palestinienne    Affaire Leila S : Me Zahrach va porter plainte contre les avocats de l'accusation pour injures publiques    Annulations de festivités et d'événements en cascade à Marrakech    U.S. Stocks Climb as China Pledges to Support Businesses    Une nouvelle condamnation dans l'affaire « Hamza mon Bb »    Cash Plus accompagne le groupe Fnaire pour leur 20 ans de carrière à Paris    Janvier noir pour le marché automobile européen    La Chine retire leur accréditation à trois journalistes du Wall Street Journal après un titre controversé    Le MAE palestinien a évoqué le roi Mohammed VI    Fès: un chauffeur de camion arrêté dans une station-service    Le Sahara, toile de fond des entretiens entre Ould Errachid et des responsables chiliens et panaméens    Omar Balafrej : «Non, je ne suis pas athée»    Coupe arabe U20 : Le Maroc s'impose devant le Bahreïn    Le tennis de table casablancais à l'honneur    La pièce «Daïf Al Ghafla» présentée à Bruxelles    Salfaous Band dévoile «Gher Nta»    Marrakech s'électrise !    Un week-end fructueux pour les Lions de l'Atlas    Le Sahara, future pierre angulaire de la coopération Sud-Sud    Secteurs régulés : qui s'occupe de la concurrence ?    Le paiement en ligne reste modeste malgré sa progression    Le président français annonce des mesures contre le «séparatisme islamiste», et la fin des imams détachés    Coronavirus: Des passagers du paquebot débarquent au Japon, plus de 2.000 morts en Chine    Haro sur Bloomberg: Le milliardaire attendu au tournant pour son premier débat démocrate    Jeff Bezos crée un fonds « pour la Terre » doté de 10 milliards de dollars    ENYAQ: le prochain SUV 100% électrique de Skoda    Véhicules électriques: Volkswagen et E.ON développent la charge ultrarapide    15 longs métrages, dont Adam, en lice    La CGEM lance 1 milliard DH de commandes pour les TPME d'Intelaka    Foot : La Bundesliga dépasse les 4 milliards d'euros de chiffre d'affaires    La Commission européenne salue les efforts du Maroc en matière de réformes fiscales    Le Chili porte un coup dur aux séparatistes    Voici le temps qu'il fera ce mercredi    Le Japon considéré comme le premier employeur privé étranger au Maroc    Divers Economie    L'appel de l'USFP aux partis de la majorité et de l'opposition à un débat sur la réforme du système électoral    Les gouvernements se doivent d'accorder aux gens les droits dont ils ont besoin    Des étudiants à l'origine d'une campagne de sensibilisation dédiée à la santé mentale en milieu universitaire    Divers    Battu par Man United, Chelsea sous haute pression    Guardiola et Sterling resteront à City même sans Coupe d'Europe    La question du jour : Mattéo Guendouzi peut-il être sélectionné en équipe nationale ?    Nouveau coup de filet en Turquie contre le mouvement du prédicateur Gülen    Quelles voies d'émergence pour le Maroc ?    Signature d'une convention actant une forte baisse des primes d'assurance pour les bénéficiaires du programme "Intelaka"    Abdallah Baida, un explorateur des mots    Patrick Sébastien tacle Nagui et France 2    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les frappes de la discorde en Syrie
Publié dans L'Economiste le 02 - 10 - 2015

Moscou a officialisé son entrée dans le bourbier syrien. Des avions russes et syriens ont mené conjointement plusieurs raids contre des positions terroristes à Hama, Homs et Lattaquié mercredi après-midi. L'aviation russe a encore frappé le lendemain des positions d'Al-Qaïda et des rebelles islamistes dans les provinces d'Idleb (nord-ouest) et de Hama (centre). Une nouvelle qui ne fait pas l'unanimité. Le secrétaire américain à la Défense, Ashton Carter, a jugé que «les frappes ne visaient probablement pas les jihadistes de Daech et a estimé que l'approche russe tournera mal si elle se fixe pour unique objectif de défendre le régime de Bachar al-Assad».
En écho, Laurent Fabius, ministre français des Affaires étrangères, a renchéri à New York en affirmant «qu'il y a des indications précises selon lesquelles les frappes russes n'ont pas visé Daech». Une thèse défendue également par le chef de l'opposition syrienne en exil, Khaled Khoja, selon laquelle les pilotes russes n'avaient pas visé les jihadistes de l'Etat islamique, «les frappes de Homs ont tué 36 civils innocents dans des zones qui ont combattu l'Etat islamique».
Moscou par la voix de son ministre en charge de la Défense a rejeté ces allégations. Selon lui, plusieurs équipements militaires, ainsi que des moyens de communication et des stocks d'armes auraient été détruits. Le ministère russe avait annoncé avoir procédé à 20 sorties aériennes pour détruire huit cibles sur les positions de l'Etat islamique conformément à la stratégie édictée par Vladimir Poutine: «Prendre les terroristes de vitesse et détruire leurs positions en Syrie, avant qu'ils ne viennent chez nous». En plus, les autorités russes ont affirmé avoir agi sur la demande du président Bachar al-Assad. Plus conciliant, John Kerry a déclaré devant le Conseil de sécurité que «Washington était disposée à bien accueillir le recours à la force aérienne russe, à condition de viser réellement l'EI et Al-Qaïda».
Sur le terrain, les raids aériens russes continuent, et l'espace aérien syrien est le théâtre d'incessants ballets aériens: des appareils de combat de la mission des pays de la coalition menée par les Etats-Unis, les raids réguliers de l'armée syrienne et, désormais, les bombardiers et les avions d'attaque au sol de l'aviation russe. Seule certitude: cette accélération de l'engagement de Moscou dans le dossier
syrien s'inscrit sur fond de bras de fer entre le président américain Barack Obama et son homologue russe sur le sort à réserver à Bachar al-Assad. Washington a été prise de court par le coup de poker de Moscou qui a solidement renforcé sa présence militaire dans le nord-ouest de la Syrie. A la recherche d'un consensus, Américains, Français et Russes se sont mis d'accord pour se réunir d'urgence. L'enjeu principal étant le dialogue et la coordination des opérations aériennes, dans le but de se prémunir contre tout incident entre avions de chasse.
Question de terminologie
La différence d'appréciation qu'ont les Russes et les Occidentaux de la notion de terroristes à abattre était inévitable. Les Européens, les Américains et leurs alliés arabes font le distinguo entre l'Etat islamique, ou le Front al-Nosra, la branche d'Al-Qaïda en Syrie, et les rebelles modérés qu'ils soutiennent. Pour Moscou, tout opposant armé au régime de Bachar al-Assad est un «terroriste». Le malentendu devrait donc durer.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.