DGSN: arrestation hollywoodienne aux environs de Casablanca    Lois électorales: Laftit change de méthode    BAM: l'économie marocaine se contracterait de 6,3% en 2020    Le commerce en réseau crée sa fédération    Prix à la consommation: Voici les plus fortes hausses    Covid19: Le tourisme encaisse des pertes par milliards    M6 interdite en Algérie    Covid19: Durcissement des mesures à Jerada    Incendie dans un dépôt à Casablanca: un riverain témoigne (VIDEO)    Bilan quotidien: Casa-Settat continue de s'accaparer la part du lion (Covid-19)    Covid-19, le virus dévastateur    Botola Pro D1 : Le FUS de Rabat terrasse l'OCS    Driss Lachguar réitère le soutien historique et de principe de l'USFP à la cause palestinienne    Evolution du Coronavirus au Maroc : 2.227 nouveaux cas, 105.346 au total, mardi 22 septembre à 18 heures    Raja: les transferts pour renflouer les caisses du club?    Le moment où Hamieddine est entré au tribunal (VIDEO)    Luis Suarez soupçonné de triche, le parquet ouvre une enquête    Malgré les critiques, Fati Jamali lance une nouvelle chanson (VIDEO)    Enseignement supérieur : Une rentrée universitaire bousculée, des étudiants décalés mais non recalés    Congrès extraordinaire du PJD à l'horizon    «The Moderator» : Un film sur la violence à l'égard des femmes    «Artcurial» présente le bilan de sa première année de présence au Maroc    Kénitra: un repris de justice ayant menacé des policiers interpellé    Youssef Amrani déplore «le non-Maghreb», un «gâchis économique, un handicap politique et une aberration historique»    L'OFPPT lance les travaux de construction de sa 5ème Cité des Métiers et des Compétences    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Le Maroc de l'ancien monde    L'effervescence des supporters envahit les réseaux sociaux    UFC: Khamzat Chimaev, le Khabib 2.0 !    Violeur en série. Des aveux à vous glacer le sang    RCAZ: Saïd Chiba démis de ses fonctions    Inédit : Des journalistes et universitaires arabes débattent avec des responsables et des journalistes israéliens    Au siège de l'AIEA, une fontaine marocaine s'offre un lifting    Cinéma. Nisrine Erraddi nominée à l'Académie de Sotigui    Une grande perte pour la recherche sur l'amazighe    Mme Fettah Alaoui: «La culture est un pilier majeur pour le tourisme marocain»    Entre le monde des Arts et l'univers des Lettres    Cameroun : dix ans de réclusion pour des militaires ayant abattu deux femmes et leurs enfants    Présidentielle en Côte d'Ivoire : le représentant de l'ONU appelle à la «retenue»    Au Mali, l'ex-ministre de la défense Ba N'Daou nommé président de transition    CORPS SECURITAIRE DE NOUVELLE GENERATION : LA METHODE HAMMOUCHI    Lesieur Cristal : Plus de 2 MMDH de chiffre d'affaires réalisés au 1er semestre    Tourisme : Marrakech affûte ses armes pour la reprise    Le produit net bancaire du groupe BCP s'est amélioré    Joe Biden. « 200 millions d'Américains morts du Covid »    Moha Ouali Tagma désigné membre de la délégation de haut niveau à l'OIF    Djokovic: « Nadal reste le favori pour Roland-Garros »    Reda Boudina expose sa démarche du graffiti    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Syrie: Un round de négociations bien difficile
Publié dans L'Economiste le 01 - 02 - 2016

Enième tentative pour la paix en Syrie, mais dont l'issue semble d'ores et déjà incertaine. Représentants du régime syrien et opposants étaient tous hier dimanche à Genève, pour un round de négociations «indirectes», arraché aux forceps. Les différentes délégations seront dans des pièces distinctes, tandis que les émissaires feront la navette.
Le processus de Genève a été lancé vendredi dernier, lors d'une réunion préparatoire qui a rassemblé l'émissaire de l'ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, qui a repris le dossier en 2014 après le retrait de l'Algérien Lakhdar Brahimi, et des représentants du régime de Bachar Al Assad. Initié par les pays occidentaux, la Russie, l'Iran et la Turquie, il devrait durer six mois. Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, et son homologue américain, John Kerry, ont convenu d'en évaluer les progrès le 11 février prochain, lors d'une rencontre à Munich, en Allemagne.
Conformément à sa résolution de décembre 2015, l'ONU espère obtenir la libération des populations assiégées, l'arrêt des attaques contre les civils et la conclusion d'un cessez-le-feu. Avec comme objectif final de mettre en place une autorité de transition, et l'organisation d'élections d'ici la mi-2017. La réussite du processus est, cela dit, hypothéquée par le désaccord de ses parrains sur le sort à réserver à Bachar Al Assad, et par les multiples frictions entre Moscou et Ankara. Le sentiment de méfiance des parties prenantes est également à son paroxysme. A son arrivée à Genève, samedi soir, l'opposition a prévenu qu'elle quitterait les discussions si le régime poursuivait ses «crimes». «Nous n'entrerons pas dans les négociations avant l'annonce de décisions qui garantiront la levée des sièges et l'arrêt des bombardements des civils», a déclaré un porte-parole du Haut comité des négociations (HCN, opposition), Riad Naasan Agha. Il a aussi insisté sur la libération de détenus, dont l'opposition a commencé à dresser une liste.
La guerre en Syrie a causé la mort de 260.000 personnes depuis mars 2011, et poussé des millions d'autres à quitter le pays. Sur place, c'est l'enfer. 14 villes sont assiégées par le régime, les rebelles ou l'Etat islamique.
Le sort des Syriens ne leur appartient plus!
La Syrie est aujourd'hui otage d'acteurs dont les intérêts dans la région sont divergents. La révolte populaire de mars 2011 s'est très vite internationalisée, débouchant sur un chaos dont les civils sont les grands perdants. D'un côté, Russes et Iraniens soutiennent contre vents et marées leur principal allié au Proche-Orient, Bachar Al Assad. De l'autre, les monarchies sunnites du Golfe et la Turquie souhaitent le départ du président syrien, accusé de parrainer les différents groupes d'opposition sur le terrain. Les occidentaux de leur côté, touchés par les vagues d'immigrants et les attentats terroristes souhaitent mettre fin aux conflits.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.