Jeux africains : Le prince Moulay Rachid donne le coup d'envoi    Répit pour Huawei en plein flou sur les négociations commerciales avec Pékin    Ce que veut dire la Révolution du Roi et du Peuple    Marocains résidant à l'étranger : Cartographie des Marocains d'Europe    Point de vue : Faites la Jeunesse avant qu'elle ne soit vieillesse…    Le village de la 12e édition des Jeux africains ouvre ses portes à Rabat    Philippe Coutinho s'engage avec le Bayern Munich    Karim Alami perd tragiquement son fils    Le Festival Atlas Electronic sensibilise à la mobilité des artistes    La Bourse de Casablanca réalise une bonne performance hebdomadaire    Managem annonce un chiffre d'affaires en baisse    El Andaloussi quitte Safran Electronics & Defense Morocco    Télécoms: L'ANRT dématérialise les agréments    Développement durable: La Commission nationale bientôt opérationnelle    L'expertise marocaine brille lors d'une formation internationale sur le sauvetage sportif en Centrafrique    Aïd Al Adha 1440 : Bon déroulement de l'opération d'abattage    Service militaire : La sélection démarre cette semaine    Moussaoui Ajlaoui : Créer un nouvel Etat en Afrique du Nord serait suicidaire pour la région. La position de Washington va dans ce sens    La France se prépare à accueillir le G7    L'administration américaine s'oppose à la création d'une entité fantoche    Macron reçoit Poutine avant le sommet du G7    Macron recevra jeudi Boris Johnson puis Kyriakos Mitsotakis    Syrie: les forces gouvernementales entrent dans la ville de Khan Cheikhoun    Des enfants maqdessis visitent des sites touristiques à Casablanca    Le fauteuil    La prise de conscience!    Doukkal s'entretient avec son homologue chinois sur la coopération dans le domaine de la santé    Le Royaume prend très au sérieux l'avenir et le présent de ses jeunes : Pour un Maroc fait par et pour sa jeunesse    La liste élargie de Hallilodzic    Jeux Africains : Le Maroc gagne par forfait l'Afrique du Sud    Démarrage de la nouvelle saison    Vidéo. Ce que pensent les Casablancais de la nomination d'Halilhodzic    Facebook, Google, Apple... : Attention, les Gafam vous pistent!    Visite de travail à Copenhague du président du Conseil exécutif de l'UNICEF, Omar Hilale    L'incendie qui ravage Grande Canarie hors de contrôle, nouvelles évacuations    Un incendie ravage une forêt de pins sur les hauteurs de Béni Mellal    Les usagers d'Instagram pourront désormais dénoncer la désinformation    Météo: les prévisions de ce lundi    Parcs zoologiques. Vers la fin de la capture et la vente des éléphants d'Afrique    Le Maroc: marché international de commerce de fossiles    Un centre sino-marocain de médecine traditionnelle bientôt à Casablanca    L'œuvre d'Oum Kaltoum ouvre le bal de la Biennale de Rabat    Les tambourinaires amazighs du Moyen- Atlas    Azelarabe Alaoui préside le jury du Festival Cèdre du court métrage    Nouvelle édition du Festival "Voix de femmes" à Tétouan    The Mask : Un reboot au féminin en préparation    La Star Afrofunk Bantunani à Casablanca    11è édition des Voix de Femmes à Tétouan du 19 au 24 août    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Zagora, toujours victime de stress hydrique
Publié dans L'Economiste le 13 - 06 - 2016

La société civile se mobilise encore pour attirer l'attention sur une problématique majeure qui touche la population de la province de Zagora: l'eau potable. La rareté de l'eau dans cette partie du bassin de Drâa est une réalité que subie la population depuis plusieurs années. La salinité supérieure à la normale de l'eau des puits rend celle-ci inutilisable pour l'utilisation humaine et même pour l'abreuvage du bétail. L'eau de oued Drâa étant impropre à la consommation humaine et n'est utilisée que pour l'irrigation. En effet, la salinité supérieure à la normale au niveau des différentes nappes phréatiques de cette région rend l'eau impropre à la consommation. Selon une étude hydrologique au niveau du Moyen Drâa réalisée en 2015, le taux de salinité de l'eau au niveau de la nappe de Faija est de 0,1 jusqu'à 1,6 g/litre par exemple, alors qu'à Ternata il atteint 9 g/l, et à M'hamid il peut aller à 12g/l. Pour pallier cette rareté, seul le commerce de l'eau douce via les citernes est la solution. Un bidon de 5 litres d'eau coûte un dirham, ce qui n'est pas à la portée de tous. En été, la consommation de l'eau se multiplie par 4, voire 5. «En été, pour ma famille de 6 personnes, je débourse jusqu'à 300 dirhams en un mois. D'autres villageois n'ont pas les moyens et sont contraints de boire l'eau du puits», explique un habitant du village Aït Khaddou, aux environs de Zagora. Dans une rencontre récente avec le gouverneur de Zagora, l'Association des amis de l'environnement a remis sur la table la problématique de l'eau potable dans la région. En effet, cette région souffre de la salinité élevée des eaux de puits dans la majorité des communes. La souffrance de la population avec la crise de l'eau potable et la mauvaise qualité de la province de Zagora. «L'Association a noté l'absence d'une stratégie claire de la part de l'ONEE pour mettre à disposition cette denrée stratégique. La commercialisation de l'eau potable par des vendeurs au moyen de citerne se fait sans aucun contrôle de la qualité. Ce qui peut représenter un danger sur la santé des habitants», note Jamal Akchban, président de l'Association. Lors de cette réunion, le gouverneur a présenté les efforts fournis par l'administration pour minimiser les effets de cette situation. Au niveau de Zagora, la prospection et des forages sont entrepris par les autorités dans le but de trouver de nouvelles sources d'eau de meilleure qualité. L'accélération de la réalisation de la station de dessalement des eaux salées est au premier plan de l'administration. La réalisation de la station dont la capacité est évaluée à 60 litres par seconde a été retardée à cause du désistement de l'entreprise qui devait prendre en charge le projet. Dans l'attente d'un nouveau appel d'offres pour relancer le projet, d'autres actions sont entreprises par les autorités. Il s'agit du rafraîchissement des nappes phréatiques à travers la réalisation du barrage de Afellandra à Agdz dont les travaux ont démarré en début de 2016, ainsi que le barrage de Boutious. De son côté, l'Agence hydraulique du bassin de Drâa a adopté des mesures pour gérer la demande en eau potable au niveau du Haut et Moyen Drâa. Parmi les mesures, la prise en considération des priorités lors de la distribution de l'eau en différents secteurs, particulièrement lors des périodes de sécheresse. Il s'agit aussi de stopper les déperditions d'eau au niveau des canalisations pour l'eau potable par l'utilisation de nouvelles technologies pour une meilleure rationalisation de l'utilisation de l'eau. Ces mesures permettraient d'économiser jusqu'à 5 millions de m3 par an.
Le facteur humain, premier responsable
Les conditions de transport et de conservation de l'eau douce vendue aux villageois via les citernes constituent un danger sur la santé et la qualité de l'eau (Ph. S.B.)
Le facteur humain est aussi important. Le bassin du Moyen Drâa dispose de 7 nappes phréatiques: Mezgita, Tinzouline, Ternata, Faija, Fezouata, Ktaoua et M'hamid, qui alimentent les sept oasis du même nom. Une évolution très importante du besoin en eau a été enregistrée dans cette région. Comparé au besoin en eau potable, le besoin de l'eau pour l'irrigation a presque triplé. La surexploitation des nappes phréatiques pour l'agriculture a concouru à l'épuisement des nappes existantes, et à la baisse des niveaux d'eau dans les puits pour l'eau potable. La culture de pastèque, un fléau dénoncé par la société civile malgré son apport économique pour la région, est un consommateur important de l'eau. La zone de Faija, où le déficit en eau enregistré est de 5,23 millions de m3 est particulièrement concernée. Les puits illicites représentent particulièrement une menace à l'équilibre hydraulique du bassin de Drâa.
De notre correspondante,
Sabrina BELHOUARI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.