Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feu Ibrahim Aboubakr Harakat    161 nouveaux cas de Covid-19 au Maroc: la répartition par région    Coronavirus : 161 nouveaux cas, 16.097 au total, mardi 14 juillet à 18h    Maroc/Covid-19: 161 nouveaux cas et 2 autres décès en 24h    France post-Covid-19: Macron décline les priorités de son plan de relance    Coronavirus : recul du nombre de salariés en arrêt temporaire du travail    Du sang neuf à SG Maroc    Ait Taleb met en garde contre tout relâchement    Le café maure de la Kasbah des Oudayas rasé    Alger au pied du mur    Liga: le Real Madrid se rapproche du sacre    Serie A: l'Inter Milan se positionne derrière la Juventus    Premier League: Manchester United cale face à Southampton    2020, année de la promotion de la culture de la concurrence    CSMD : Vers un projet de modèle structurel axé sur la justice sociale    Les amendements proposés par le PPS    Ouverture partielle des frontières : la croix et la bannière pour les MRE    Amnesty International: une animosité de longue date, selon Tamek    L'émergence du cinéma digital    US Round Up du mardi 14 juillet – Déficit budgétaire, Angelina Jolie, Tyler Goodspeed, Ecoles, US coronavirus    Le Conseil de la Concurrence rend public son rapport annuel de 2019 [Document]    Amnesty. Première gifle de Tel Aviv    Le SG du PPS reçoit les dirigeants des Jeunesses des partis politiques représentés au parlement    Tanger reconfiné : Les commerçants voient rouge    Enseignement supérieur : Examens exceptionnels au profit des étudiants bloqués à l'étranger    Wachma chante « Tay Tay » avec Madara    Présidentielles Polonaises: Réélection d'Andrzej Duda    Vague de chaleur à partir de mercredi au Maroc: les villes concernées (Alerte météo)    Cyclisme : Les coureurs retrouveront bientôt le peloton    Nouvelle rencontre réussie du président de l'ANME avec le ministre Othmane El Ferdaous    Remaniement ministériel en Tunisie    Air Arabia Maroc lance son programme de vols spéciaux    Madame Erdogan et son sac à 50.000 dollars    Le roi Mohammed VI a écrit à Emmanuel Macron    Foot. Le Real se rapproche du titre    Impact Covid-19 – Tourisme : Le plan de relance en Conseil de gouvernement    Pêche au poulpe à Dakhla : Le quota global est fixé à 15.000 tonnes    Jim Ratcliffe, le milliardaire britannique qui veut s'offrir l'usine Daimler de Moselle    Premières élections régionales en Espagne depuis la pandémie    Spike Lee appelle à déboulonner les statues à l'effigie des "héros" des Etats esclavagistes    Feddal débarque au Sporting Lisbonne    Devant du public, la rentrée tonitruante des "Quatre fantastiques" du PSG    Premier League : Leicester surpris, Arsenal doublé    La reprise de la demande intérieure pourrait faire rebondir l'économie marocaine en 20214    Pourquoi Christopher Nolan ne veut pas de chaise sur ses tournages ?    Le CCM dévoile les projets de films admis à l'avance sur recettes    Mauvaises langues    Un artiste charismatique s'en va    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Zagora, toujours victime de stress hydrique
Publié dans L'Economiste le 13 - 06 - 2016

La société civile se mobilise encore pour attirer l'attention sur une problématique majeure qui touche la population de la province de Zagora: l'eau potable. La rareté de l'eau dans cette partie du bassin de Drâa est une réalité que subie la population depuis plusieurs années. La salinité supérieure à la normale de l'eau des puits rend celle-ci inutilisable pour l'utilisation humaine et même pour l'abreuvage du bétail. L'eau de oued Drâa étant impropre à la consommation humaine et n'est utilisée que pour l'irrigation. En effet, la salinité supérieure à la normale au niveau des différentes nappes phréatiques de cette région rend l'eau impropre à la consommation. Selon une étude hydrologique au niveau du Moyen Drâa réalisée en 2015, le taux de salinité de l'eau au niveau de la nappe de Faija est de 0,1 jusqu'à 1,6 g/litre par exemple, alors qu'à Ternata il atteint 9 g/l, et à M'hamid il peut aller à 12g/l. Pour pallier cette rareté, seul le commerce de l'eau douce via les citernes est la solution. Un bidon de 5 litres d'eau coûte un dirham, ce qui n'est pas à la portée de tous. En été, la consommation de l'eau se multiplie par 4, voire 5. «En été, pour ma famille de 6 personnes, je débourse jusqu'à 300 dirhams en un mois. D'autres villageois n'ont pas les moyens et sont contraints de boire l'eau du puits», explique un habitant du village Aït Khaddou, aux environs de Zagora. Dans une rencontre récente avec le gouverneur de Zagora, l'Association des amis de l'environnement a remis sur la table la problématique de l'eau potable dans la région. En effet, cette région souffre de la salinité élevée des eaux de puits dans la majorité des communes. La souffrance de la population avec la crise de l'eau potable et la mauvaise qualité de la province de Zagora. «L'Association a noté l'absence d'une stratégie claire de la part de l'ONEE pour mettre à disposition cette denrée stratégique. La commercialisation de l'eau potable par des vendeurs au moyen de citerne se fait sans aucun contrôle de la qualité. Ce qui peut représenter un danger sur la santé des habitants», note Jamal Akchban, président de l'Association. Lors de cette réunion, le gouverneur a présenté les efforts fournis par l'administration pour minimiser les effets de cette situation. Au niveau de Zagora, la prospection et des forages sont entrepris par les autorités dans le but de trouver de nouvelles sources d'eau de meilleure qualité. L'accélération de la réalisation de la station de dessalement des eaux salées est au premier plan de l'administration. La réalisation de la station dont la capacité est évaluée à 60 litres par seconde a été retardée à cause du désistement de l'entreprise qui devait prendre en charge le projet. Dans l'attente d'un nouveau appel d'offres pour relancer le projet, d'autres actions sont entreprises par les autorités. Il s'agit du rafraîchissement des nappes phréatiques à travers la réalisation du barrage de Afellandra à Agdz dont les travaux ont démarré en début de 2016, ainsi que le barrage de Boutious. De son côté, l'Agence hydraulique du bassin de Drâa a adopté des mesures pour gérer la demande en eau potable au niveau du Haut et Moyen Drâa. Parmi les mesures, la prise en considération des priorités lors de la distribution de l'eau en différents secteurs, particulièrement lors des périodes de sécheresse. Il s'agit aussi de stopper les déperditions d'eau au niveau des canalisations pour l'eau potable par l'utilisation de nouvelles technologies pour une meilleure rationalisation de l'utilisation de l'eau. Ces mesures permettraient d'économiser jusqu'à 5 millions de m3 par an.
Le facteur humain, premier responsable
Les conditions de transport et de conservation de l'eau douce vendue aux villageois via les citernes constituent un danger sur la santé et la qualité de l'eau (Ph. S.B.)
Le facteur humain est aussi important. Le bassin du Moyen Drâa dispose de 7 nappes phréatiques: Mezgita, Tinzouline, Ternata, Faija, Fezouata, Ktaoua et M'hamid, qui alimentent les sept oasis du même nom. Une évolution très importante du besoin en eau a été enregistrée dans cette région. Comparé au besoin en eau potable, le besoin de l'eau pour l'irrigation a presque triplé. La surexploitation des nappes phréatiques pour l'agriculture a concouru à l'épuisement des nappes existantes, et à la baisse des niveaux d'eau dans les puits pour l'eau potable. La culture de pastèque, un fléau dénoncé par la société civile malgré son apport économique pour la région, est un consommateur important de l'eau. La zone de Faija, où le déficit en eau enregistré est de 5,23 millions de m3 est particulièrement concernée. Les puits illicites représentent particulièrement une menace à l'équilibre hydraulique du bassin de Drâa.
De notre correspondante,
Sabrina BELHOUARI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.