Amnesty International appelle l'Algérie à libérer les prisonniers d'opinion    Déplafonnement de dette extérieure: Les mises en garde du PPS    Le Masi lâché parles secteurs Banques et Télécommunications    Masques, visières, valves: L'impression 3D à la rescousse des hôpitaux    DOC- Port du masque de protection: Voici ce que dit la circulaire du Parquet général    Tanger: Mobilisation pour la place d'Espagne    D'après Moulay Hafid Elalamy : Plus de 5,3 millions de masques ces dernières 48h    Remaniement partiel : El Firdaouss nommé ministre de la Culture, Amzazi porte-parole du gouvernement    Pour une application stricte de l'obligation du port du masque    L'engouement culturel à l'ère du confinement     Montée des défaillances et double choc d'offre et de demande    Mesures exceptionnelles pour le bon déroulement des travaux de la session parlementaire    L'hôpital militaire d'instruction Mohammed V de Rabat consolide ses structures dédiées à la lutte contre le Covid-19    L'hôpital Moulay Youssef de Casablanca renforce sa capacité litière    Session du printemps : Les parlementaires en mode crise    Direction du Trésor et des finances extérieures : Rachat de BDT pour un montant de 1 MMDH    Fonds de soutien : Le message de Crédit Agricole du Maroc aux ménages bénéficiaires    Casablanca : Une polyclinique CNSS mise à la disposition des autorités publiques    Les pharmaciens tiennent leur position avec conviction    Le port des masques de protection est obligatoire depuis hier    Coronavirus : l'UIR développe des solutions innovantes    Hicham Daoudi : «Pratiquement 60% de notre chiffre d'affaires est suspendu en ce moment»    Coronavirus : 21 nouveaux cas confirmés au Maroc, 7 nouvelles guérisons, mardi à 8h    Enquête auprès des entreprises :Le HCP recourt aux e-mail et fax    Changement de modèle ?    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    City n'aura pas recours au chômage partiel    Youssef El Arabi : Le plus important est de rester à la maison pour empêcher la transmission du virus    Les médecins privés de Marrakech appelés à prêter main forte à ceux du public    Journée internationale du sport : TIBU Maroc annonce plusieurs actions    Driss Lachguar : La grâce Royale est hautement noble et humaine    Le Premier secrétaire à la Fondation Fkih Titouani    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    Confiné en famille, Michel Drucker se rend utile    Le top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire de la LDC    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Abdelkader Retnani : «Les éditeurs sont en confinement total, soit à l'arrêt à 80% du secteur»    Elisabeth II appelle à la résilience: «Nous vaincrons»    Quelle leçon nous apprend l'Histoire!    «La lecture, mon échappatoire!»    Football : Les clubs marocains dans le flou total    Assistance aux familles de nos compatriotes décédés en France et en Belgique    Grâce Royale au profit de 5.654 détenus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Budget 2017: La masse salariale encore sollicitée
Publié dans L'Economiste le 24 - 10 - 2016

Même si le gouvernement affirme haut et fort que la masse salariale grève le budget, il maintient le rythme de création des postes budgétaires dans la fonction publique. Ainsi, le projet de loi de finances pour 2017 a prévu le recrutement de 23.118 fonctionnaires. Comme l'année dernière, c'est l'Education nationale qui se taille la plus grosse part avec 8.000 postes budgétaires pour combler l'énorme déficit d'enseignants. D'ailleurs, le Souverain a récemment donné ses instructions pour en finir avec cette grosse défaillance qui plombe tous les efforts de réforme de l'école publique (cf. www.leconomiste.com).
De son côté, la sécurité, érigée en priorité, est elle aussi alimentée en ressources humaines. Ainsi, 7.800 postes budgétaires sont réservés au ministère de l'Intérieur. L'Administration de la défense nationale sera dotée de 4.000 postes. Le ministère de la Santé, qui était prioritaire par le passé, va se contenter de seulement 900 postes et celui de l'Economie et des finances de 435. Les départements de l'Enseignement supérieur, des Habous et de la Délégation générale de l'administration pénitentiaire et de la réinsertion auront chacun 400 postes. La Cour royale 200 postes, le ministère de la Justice 100. Le reste des ministères auront moins de 100 chacun, sachant que le chef du gouvernement est habilité à répartir 50 postes budgétaires entre les différents départements ministériels. Reste la mise en œuvre qui devra transiter obligatoirement par l'organisation de concours pour le pourvoi de ces postes budgétaires en 2017. Ceux prévus par la loi de finances en cours ne sont pas totalement exécutés. Au cours du premier semestre de cette année, ce sont les ministères de l'Intérieur et des Finances qui se placent au premier rang des départements ayant le plus ouvert de postes pour le recrutement. Ainsi, ils ont organisé respectivement 9 concours pour 5.694 postes et 5 pour 863 postes. La moyenne des postes destinés au recrutement au titre de ce premier semestre est de 67 postes par concours pour l'ensemble des administrations publiques. Elle est nettement supérieure à celle enregistrée au titre des années 2015 et 2014, soit respectivement 55 et 50 postes par concours. Sur le plan sécuritaire, 3.570 postes budgétaires ont été mis en compétition pour les grades de gardien de la paix, 1.040 pour celui d'inspecteur de police et 300 pour celui des officiers. Par ailleurs, le salaire net mensuel moyen dans la fonction publique a connu une augmentation de 44,38% entre 2007 et 2016, passant ainsi de 5.333 à 7.700 DH. L'analyse par tranches de salaires fait ressortir que 54% des fonctionnaires civils de l'Etat perçoivent mensuellement entre 6.000 et 14.000 DH nets. A peine 2,36% ont un salaire supérieur à 20.000 DH par mois. Près de 39% ont un revenu mensuel net inférieur à 6.000 DH. Les moins bien lotis sont près de 9,26%. Ils gagnent entre 3 et 4.000 DH par mois ; sachant que le salaire minimum a presque doublé pour atteindre 3.000 DH en 2016 contre 1.586 en 2007.
A peine 11,5% de femmes
Le nombre de nominations aux emplois supérieurs, après délibération en conseil de gouvernement durant la période de 2012-2016, s'élève à 646 et 81 exemptions et mobilités réparties sur 31 départements. C'est le ministère de l'Enseignement supérieur qui a décroché le record avec 148 nominations, suivi de loin par l'Education nationale avec 54, l'Agriculture (44), la Santé (43), l'Energie (40), l'Urbanisme (39) et l'Equipement (38). Le nombre des femmes nommées dans les postes de responsabilité n'a pas dépassé 11,5% du total.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.