Le Maroc participe à une grande opération de l'Interpol    BMCE Bank of Africa Lance le 1er rapport annuel digital au Maroc    Le HCP et la Banque mondiale se rapprochent davantage    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Lutte contre les maladies non transmissibles : le Maroc réitère son engagement    Il fait l'actu : Mohamed Karim Mounir, PDG de la BCP    Raja-Hilal Al Qods : Deux joueurs empêchés par Israël de jouer au Maroc    Atlanta Assurances : le plan stratégique continue de porter ses fruits    Vidéos. L'Espagne célèbre la journée mondiale de la Paella    Loi cadre de l'enseignement. Une commission gouvernementale pour fixer les priorités    100 ans de l'aéropostale : Une exposition met en avant le rôle du Maroc dans l'histoire de l'aviation    El khalfi: "Le chef du gouvernement a entamé les concertations sur le remaniement ministériel"    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie, une confrontation fratricide à Blida    Alerte météo : Averses orageuses localement fortes avec chute de grêle et rafales à partir du vendredi dans plusieurs provinces    Tarik Sektioui, nouvel entraîneur de la Renaissance sportive de Berkane    Le Festival Oasis 2019 comme si vous y étiez !    Entretien avec Fouad Hani, auteur-compositeur et interprète : «Je travaille beaucoup sur ma musique»    Premières Assises nationales du Développement humain    Après les Assises du développement humain, quelles priorités ?    L'Espagne s'achemine vers la tenue d'élections législatives anticipées…    Banque Centrale Populaire. La performance au rendez-vous    Statistiques du Haut-commissariat au plan (HCP)    Festival International du Film de Marrakech. Cap sur l'Australie !    DJ Nicola Cruz, l'explorateur de sons    Crise économique mondiale : L'OCDE tire la sonnette d'alarme !    Bordeaux accueille le sommet Afrique-France en juin 2020    «#b7arblaplastic» : Une opération de collecte de déchets dans les plages signée Label'Vie    PLF 2020. Le calendrier se précise    Le RNI organise la 3ème Université d'été ce vendredi à Agadir    Question d'intégration    Rabat: L'UE lance un projet de migration légale circulaire entre le Maroc et l'Espagne    Habib El Malki : La proclamation d'une Journée internationale de lutte contre l'islamophobie permettra de faire échec au discours de la haine    Au Groenland, les chiens de traîneau menacés par la fonte des glaces    Ces stars qui se sont mariées en secret    La gestion des risques de santé, sécurité et environnement débattue à Casablanca    Le Maroc, une cible importante pour la cybercriminalité    Insolite : Rivière teinte en vert fluo    Sensibiliser pour ne plus faire les frais de l'addiction aux antidouleurs    Appel aux dons    Un plan d'action pour la relance du tourisme à Béni Mellal-Khénifra    Tenue à Rabat du Forum des parlementaires arabes sur la population et le développement    Paris corrige Madrid : L'issue de parité sanctionne le choc Atlético-Juventus    Di Maria, la "MCN" à lui tout seul    Le stade d'Honneur d'Oujda fait peau neuve    "Woh!" d'Ismahan Lahmar projeté au Festival international du film de femmes    "Esthétique de la création poétique'', un nouvel ouvrage célébrant l'œuvre de Mohamed Serghini    Bouillon de culture    Championnats du monde de boxe : Mohamed Hamoute éliminé en 8èmes de finale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Enseignement
Alaoui: «Je regrette mon passage au gouvernement!»
Publié dans L'Economiste le 29 - 11 - 2016

My Ismaïl Alaoui, ancien ministre en charge de l'enseignement primaire et collégial: «J'aurais peut-être dû rendre mon tablier et crier au scandale. Je n'ai pas pu le faire pour des considérations d'ordre politique. Responsable d'un parti, je ne pouvais claquer la porte sans que cela ne soit exploité de manière politicienne» (Ph. Bziouat)
- L'Economiste: A votre avis, quelles sont les principales raisons derrière l'échec du système éducatif?
- My Ismaïl Alaoui: J'ai assumé la responsabilité de l'enseignement fondamental pendant deux ans et quelques mois (1998-2000). Nous avions bien commencé avec le premier gouvernement El Youssoufi. Malheureusement, la machine a été littéralement cassée, principalement pour des considérations politiciennes. A mon avis, la raison profonde de la descente aux enfers de notre enseignement est liée aux réformes engagées par feu Azzeddine Laraki. C'est-à-dire, une arabisation improvisée et l'introduction d'une idéologie qui ne prévalait pas auparavant. Celle de l'argument d'autorité, qu'il soit d'ordre politique, social ou religieux. Quoique la religion est peut-être innocente de ce qu'on lui a fait faire.
- Que voulez-vous dire par «l'argument d'autorité»?
- Au lieu de former les élèves à l'esprit critique, nous avons préféré abolir chez eux cette faculté, en se basant sur des considérations à la fois politiques et idéologiques. De manière concomitante, il y a eu cette arabisation faiblement pensée qui a déstabilisé les élèves. Je suis de ceux qui pensent que l'arabe est capable de transmettre toutes les connaissances. Toutefois, ce n'est pas possible si les enseignants ne sont pas correctement formés. Nous avons beaucoup improvisé et testé différentes formules qui prévalaient de par le monde sur nos élèves, au lieu de réfléchir à partir de nos propres données. Sont venus s'ajouter, le boom démographique, la massification, l'effondrement de la morale civique, y compris parmi les enseignants.
Cependant, je crois que nous pouvons toujours remonter la pente. Cela demandera du temps. Des moyens, nous en avons déjà beaucoup dépensé, mais mal. Le dernier avatar de la mauvaise gestion financière est le fameux Plan d'urgence. L'on se demande où sont passés les milliards qui ont été alloués.
- Ne s'agit-il pas aussi d'un problème de gestion prévisionnelle, comme cela a été le cas pour le déficit de profs?
- Absolument. Nous savions que des enseignants partiront à la retraite et que le taux d'augmentation démographique n'était pas encore stabilisé. Rien n'a été fait en conséquence.
Je suis désespéré et je regrette très fortement mon passage au gouvernement, pour les deux responsabilités que j'ai assumées. Après l'Education nationale, je suis passé à l'agriculture, où j'ai passé deux ans et deux mois. Ce n'est pas pour me dédouaner, j'assume mes responsabilités. J'aurais dû, peut-être, à ce moment là rendre mon tablier et crier au scandale. Je n'ai pas pu le faire pour des considérations d'ordre politique. Responsable d'un parti, je ne pouvais claquer la porte sans que cela ne soit exploité de manière politicienne.
- Avez-vous pris des décisions que vous avez regrettées à l'Education nationale?
- J'en regrette une seule, celle relative au temps scolaire dans le monde rural. J'ai laissé la liberté aux enseignants de choisir, et ils ont choisi la pire solution. Je pensais qu'il fallait adapter le temps scolaire aux saisons, afin de permettre aux enfants de quitter leur maison après que le soleil se soit levé, et de rentrer chez eux avant le coucher du soleil. Il était aussi question de tenir compte des activités agricoles. Au lieu de prendre en compte les besoins de leurs élèves, les enseignants ont fondé leur décision sur des considérations qui leur sont propres. Ils ont opté pour la méthode canadienne de la demi-journée. Mon grand regret est d'être tombé dans un démocratisme qui, dans le cas d'espèce, était de mauvais aloi.
Dans les villes, ce que je regrette le plus, c'est de ne pas avoir décidé que les unités scolaires restent à taille humaine. Certaines écoles primaires regroupent entre 1.000 et 1.200 élèves, une aberration. C'est ingérable et inhumain.
Une occasion ratée pour parer au déficit de profs
MY Ismaïl Alaoui est peut-être le seul ministre à avoir tapé du poing sur la table pour exiger le recrutement d'enseignants supplémentaires. Une étude réalisée par son département avait démontré qu'il fallait engager entre 10.000 et 11.000 profs chaque année pendant 5 ans. «Notre requête a été refusée par le ministère des Finances. Il a fallu que je tape sur la table pour que l'écho de mes hurlements à la Primature arrive aux oreilles de feu SM Hassan II», témoigne l'ancien ministre. «La décision a alors été prise de passer du nombre ridicule proposé à un nombre plus respectable. Nous n'avons, cela dit, pas atteint les 10.000 profs. Si nous avions agi à ce moment là, je pense que nous ne serions pas là où nous en sommes aujourd'hui», poursuit-il. D'autres initiatives ont été avortées, à l'instar d'un programme de renforcement de la formation continue. Un centre d'enseignement à distance pour les jeunes handicapés et enfants de populations nomades avait également été créé. Aujourd'hui, il est complètement vide.
Propos recueillis par
Ahlam NAZIH


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.