La terre a tremblé mardi au Nord du Maroc    Le suicide des jeunes aggravé par la pandémie    Arabie saoudite: suspendue depuis mars, la Omra va reprendre    DGSN: arrestation hollywoodienne aux environs de Casablanca    Prix à la consommation: Voici les plus fortes hausses    Covid19: Le tourisme encaisse des pertes par milliards    M6 interdite en Algérie    Lois électorales: Laftit change de méthode    BAM: l'économie marocaine se contracterait de 6,3% en 2020    Le commerce en réseau crée sa fédération    Covid19: Durcissement des mesures à Jerada    Incendie dans un dépôt à Casablanca: un riverain témoigne (VIDEO)    Botola Pro D1 : Le FUS de Rabat terrasse l'OCS    Driss Lachguar réitère le soutien historique et de principe de l'USFP à la cause palestinienne    Covid-19, le virus dévastateur    Evolution du Coronavirus au Maroc : 2.227 nouveaux cas, 105.346 au total, mardi 22 septembre à 18 heures    Le moment où Hamieddine est entré au tribunal (VIDEO)    Luis Suarez soupçonné de triche, le parquet ouvre une enquête    Raja: les transferts pour renflouer les caisses du club?    Malgré les critiques, Fati Jamali lance une nouvelle chanson (VIDEO)    Enseignement supérieur : Une rentrée universitaire bousculée, des étudiants décalés mais non recalés    Congrès extraordinaire du PJD à l'horizon    «The Moderator» : Un film sur la violence à l'égard des femmes    «Artcurial» présente le bilan de sa première année de présence au Maroc    Youssef Amrani déplore «le non-Maghreb», un «gâchis économique, un handicap politique et une aberration historique»    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Le Maroc de l'ancien monde    L'OFPPT lance les travaux de construction de sa 5ème Cité des Métiers et des Compétences    L'effervescence des supporters envahit les réseaux sociaux    UFC: Khamzat Chimaev, le Khabib 2.0 !    Violeur en série. Des aveux à vous glacer le sang    RCAZ: Saïd Chiba démis de ses fonctions    Inédit : Des journalistes et universitaires arabes débattent avec des responsables et des journalistes israéliens    Au siège de l'AIEA, une fontaine marocaine s'offre un lifting    Cinéma. Nisrine Erraddi nominée à l'Académie de Sotigui    Une grande perte pour la recherche sur l'amazighe    Mme Fettah Alaoui: «La culture est un pilier majeur pour le tourisme marocain»    Entre le monde des Arts et l'univers des Lettres    Cameroun : dix ans de réclusion pour des militaires ayant abattu deux femmes et leurs enfants    Présidentielle en Côte d'Ivoire : le représentant de l'ONU appelle à la «retenue»    Au Mali, l'ex-ministre de la défense Ba N'Daou nommé président de transition    CORPS SECURITAIRE DE NOUVELLE GENERATION : LA METHODE HAMMOUCHI    Tourisme : Marrakech affûte ses armes pour la reprise    Le produit net bancaire du groupe BCP s'est amélioré    Lesieur Cristal : Plus de 2 MMDH de chiffre d'affaires réalisés au 1er semestre    Djokovic: « Nadal reste le favori pour Roland-Garros »    Moha Ouali Tagma désigné membre de la délégation de haut niveau à l'OIF    Reda Boudina expose sa démarche du graffiti    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'INFO
Publié dans L'Economiste le 07 - 03 - 2017

Rescapée d'une sévère maladie, ma mère a fait le sacrifice d'un mouton, en remerciement à ma guérison, prépare un couscous copieux et me demanda de tout mettre en barquettes et sortir les distribuer aux plus nécessiteux. Je me suis exécutée, en prenant à cœur de bien faire les choses. Dans les rues du quartier Ben Jdia et Mers Sultan, j'ai découvert un nombre conséquent de «SDF». Depuis, l'idée d'agir de manière permanente me tentait et me hantait même... Lorsque j'ai rejoint l'association Ladies Circle -que j'ai eu l'honneur de présider quelques années plus tard-, nous avons adopté le projet de venir en aide aux SDF. De ce mandat est née la volonté de prolonger l'expérience et Jood a vu le jour en 2015.
Depuis, la flamme est entretenue par un groupe de bénévoles dévoués et de donateurs généreux. Du bien-être en partage, à travers le soutien aux sans-abris à Casablanca, par des virées nocturnes de dons et d'assistance, c'est ce qu'offre aujourd'hui l'association Jood à tous ses bénéficiaires, les bénévoles en premier lieu. S'occuper des SDF, ces victimes de la société, c'est aussi être utile à autrui. Les personnes rencontrées dans la rue, dans des conditions difficiles, étaient, en majorité, dans des situations normales avant de subir une précarité sans merci. Que cela puisse arriver à chacun de nous est cruel, que cela se passe sous nos yeux sans que l'on contribue à réduire la misère est injuste.
L'indifférence, exprimée généralement par le choix de passer son chemin, comme si de rien n'était, est le plus profond mal qui menace notre société. Recréer le lien social, écouter, donner, sauver, assister, discuter, voilà des pratiques au quotidien que Jood procure à ses membres, et partage avec ses bénéficiaires. A ce jour, nous distribuons mensuellement 2.400 repas à des sans-abris à raison de 600 repas par semaine. En plus de cela, nous distribuons, de manière épisodique «hiver, aid...», et selon l'arrivage des dons, vêtements, chaussures et couvertures.
L'association Jood prend également en charge des familles initialement sans-abris et composées d'adultes et d'enfants de différents âges n'ayant aucune dépendance nocive «alcool, drogue, jeux de hasard...»
Presque chaque soir, à Casablanca et à Marrakech, ses troupes sont à l'œuvre: distribuer des repas chauds et des vêtements aux personnes en situation difficile, vivant dans la rue. Hind Laidi, maman de deux garçons, a fait de la cause des «SDF» son troisième enfant. Avec l'association Jood, fondée il y a près de deux ans, suite à des actions caritatives conduites sous sa présidence d'un club Ladies Circle, Hind Laidi fait un miracle chaque soir: atténuer la cruauté de la rue pour des centaines de «SDF»... Il n'y a souvent rien de bon à projeter de la lumière dans la nuit noire, mais les membres de cette jeune ONG sont souvent des éclaireurs d'une nuit (Ph. L'Economsite)
Nous leur procurons, grâce aux dons reçus et cela pour une période déterminée au préalable, un logement et une subvention leur permettant de prendre en charge leurs besoins essentiels.
Les enfants des familles prises en charge en âge d'être scolarisés le sont obligatoirement car il s'agit d'une condition sine qua non pour bénéficier de l'aide de l'association Jood.
Ces familles, une fois remises à flot, bénéficient par la suite du réseau de l'association Jood afin de pouvoir prétendre à une autonomie visant in fine une réinsertion totale dans la société.
Voici ce qui rend heureux les Joodeuses et les Joodeurs
■ Offrir aux sans-abris des repas chauds, couvertures, habits et chaussures.
■ Prendre en charge pour une durée déterminée des familles démunies en leur procurant un logement et une subvention permettant d'assurer leurs premiers besoins avec l'assurance d'une aide à la réinsertion au sein de la société et le développement futur d'une autonomie propre.
■ La réalisation et l'aménagement futur d'un centre pour les sans-abris où il leur sera possible de venir se laver, se restaurer, dormir et trouver des vêtements propres.
■ La participation à tous projets d'intérêt général pour le développement, l'éducation et le bien-être social.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.