Programme Intelaka: Mieux couvrir le périurbain et le rural    Cuir: «La menace turque ne fait pas peur!»    Wikileaks: Les enjeux du procès de Julian Assange    Brèves Internationales    Coronavirus/Maroc: les dernières précisions du ministère    Les notaires se disent "ouverts" à un dialogue avec le gouvernement sur les honoraires    Insolite : Défi original    Mohamed Benabdelkader : Aucun nouveau cas de spoliation foncière n'a été enregistré    Colloque à la Chambre des représentants sur le thème de "La démocratie participative entre problématiques actuelles et perspectives de développement"    Rabat et Mexico conviennent de créer une plateforme de coopération parlementaire    Moubarak, l'autocrate déchu à l'image corrompue    Sous le feu de ses rivaux démocrates Sanders se pose en rempart à Trump    La détention de l'éditeur suédois Gui Minhai perturbe les relations entre la Chine et la Suède    En vidéo: Les obsèques de l'ancien président égyptien Hosni Moubarak    Tunisie : vote de confiance attendu pour le nouveau gouvernement    Soufiane El Bakkali vise l'or aux JO de Tokyo    Rabat se prépare à la 13ème édition de la Course féminine de la victoire    Le MAT et l'OCS accrochés El Guisser voit rouge    Les syndicats en mal de syndiqués    Le coronavirus se répand dans le monde mais tue moins en Chine    Manger gras et sucré dérègle le cerveau en à peine une semaine    Le calvaire des mères célibataires    "Chi wqat", nouveau titre de Khaoula Moujahid    Le streaming continue de stimuler l'industrie musicale    Nouvelle édition du Salon régional du livre et de l'édition à Laâyoune    Coronavirus : l'Iran accuse les Etats-Unis de répandre « la peur »    Virgin Galactic : près de 8.000 personnes sur la liste d'attente des voyages dans l'espace    Maria Sharapova annonce sa retraite    Champions League: le Wydad et le Raja dans une mauvaise passe    Cinq boxeurs marocains en demi-finales du Tournoi pré-olympique de Dakar    5ème Festival du livre de Marrakech : Leïla Slimani invitée d'honneur    «Chi wqat» : Nouveau titre de Khaoula Moujahid et Abdelilah Arraf    Mutandis Auto réduit ses parts dans Immorente Invest    Zina Daoudia se défend après ses propos en Arabie Saoudite (VIDEO)    «30 Melyoun» cartonne au cinéma    Basket-ball : La NBA s'invite en Afrique    Zouhair Feddal sur le point de rejoindre ce club    Abdelouahed Radi: “J'étais un disciple de Mehdi Ben Barka” (VIDEO)    Volvo Cars appelle à lutter contre les inégalités en matière de sécurité routière    Agadir, ce n'est pas si mauvais que cela!    La JS tire la sonnette d'alarme sur l'approfondissement de la perte de confiance    Les notaires « ouverts » à un dialogue avec le gouvernement sur leurs honoraires    Matinées de l'industrie : M. Elalamy met le cap sur la production décarbonée    Salé sous le choc après un parricide    Coronavirus : Tanger Med muscle les contrôles    Suite aux mouvements de grève annoncés pour mars prochain : Le ministère de l'éducation suspend le dialogue avec les enseignants    Les efforts du Maroc en matière de lutte contre la torture mis en relief à Genève    3e édition de l'Afrique du Rire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pose de la 1re pierre du Musée Dr Leila Mezian
Publié dans L'Economiste le 31 - 10 - 2017

Othman Benjelloun, président du groupe BMCE Bank of Africa, et son épouse Leila Mezian Benjelloun, lors de la pose de la première pierre du Musée de la Fondation Docteur Leila Mezian (Ph. FDLM)
L'Offre culturelle et artistique de la capitale économique du Royaume s'enrichit d'un nouveau lieu unique, voulu par le Dr Leila Mezian Benjelloun, présidente de la Fondation éponyme, et épouse de Othman Benjelloun, président du groupe BMCE Bank of Africa.
Il s'agit du Musée de la Fondation Docteur Leila Mezian, dont la première pierre a été lancée lundi 30 octobre. Bijoux anciens, de Fès, Meknès, Tétouan, ou Essaouira, céramiques de Safi, tissages et tapis, broderies, étoffes précieuses, ceintures de mariées... Tout autant que quelques œuvres picturales de Meriem Mezian, mère de Leila Mezian, disparue en 2009, et artiste accomplie incarnant la dimension multiculturelle de la famille Mezian: berbère, arabe, marocaine, hispanisante, éclectique....
Des œuvres qui feront écho à un espace dédié aux caftans, signés Tamy Tazi (sœur de Leila Mezian Benjelloun), grande artiste ayant façonné l'élégance et le style contemporain marocain, depuis 1975, léguant à la création marocaine un héritage inestimable. Le musée abritera la collection magistrale du Dr Mezian Benjelloun, femme d'art et de culture, engagée dans l'action de valorisation des arts.
Une grande part est consacrée aux arts amazighs, cause à laquelle est très attachée la présidente de la fondation, originaire du Rif et fille de feu le Marechal Amezian. Erigé au cœur de la métropole, le musée des arts traditionnels du Maroc bénéficie d'un emplacement de choix, à l'intersection de l'avenue Moulay Youssef et du boulevard Brahim Roudani, à un jet de pierre du parc de la Ligue arabe. Il sera ouvert au public en 2018.
L'architecture résolument cubiste du musée est conçue comme un clin d'œil à la tradition brutaliste marocaine qui a laissé quelques chefs-d'œuvre à Casablanca. Le bâtiment de 6 étages est signé par le duo d'architectes Tariq Oualalou et Linna Choi
Conçue sur 6 étages, l'œuvre architecturale est signée par le duo d'architectes Tariq Oualalou et Linna Choi. Résolument cubiste, le bâtiment rend hommage à l'architecture brutaliste, qui a laissé dans la métropole quelques chefs-d'œuvre du XXe siècle. Point de geste inutile, de scories ou d'effets de manche, mais des volumes monolithiques s'empilant les uns sur les autres, laissant, à peine, quelques failles et autres espaces entre les volumes s'ouvrir sur le reste de la ville.
Le cabinet Oualou+Choi a d'ailleurs à son actif plusieurs grands chantiers à caractère culturel, notamment la réhabilitation de l'hôtel Balima, à Rabat, considéré comme un patrimoine architectural national, ou le futur Centre culturel du Maroc qui sera érigé sur le boulevard Saint Michel à Paris.
Le duo d'architectes a également réalisé une tente bédouine éphémère sur le parvis de l'Institut du monde arabe pour l'exposition «Maroc contemporain», et scénographié le pavillon du Maroc à la 14e biennale de Venise. C'est donc un écrin ultra-contemporain qui abritera l'inestimable collection privée, intégrant également des espaces nécessaires au bon fonctionnement du musée, notamment des espace pour les réserves de collections, un auditorium, des bureaux pour la direction du projet, pour la logistique ainsi que des locaux techniques et un parking. En matière de muséographie, le projet intègre les dernières connaissances assurant l'organisation d'expositions de haute qualité, à la pointe de l'innovation, assurent les promoteurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.