Programme Intelaka: Mieux couvrir le périurbain et le rural    Cuir: «La menace turque ne fait pas peur!»    Wikileaks: Les enjeux du procès de Julian Assange    Brèves Internationales    Coronavirus/Maroc: les dernières précisions du ministère    Les notaires se disent "ouverts" à un dialogue avec le gouvernement sur les honoraires    Insolite : Défi original    Mohamed Benabdelkader : Aucun nouveau cas de spoliation foncière n'a été enregistré    Colloque à la Chambre des représentants sur le thème de "La démocratie participative entre problématiques actuelles et perspectives de développement"    Rabat et Mexico conviennent de créer une plateforme de coopération parlementaire    Moubarak, l'autocrate déchu à l'image corrompue    Sous le feu de ses rivaux démocrates Sanders se pose en rempart à Trump    La détention de l'éditeur suédois Gui Minhai perturbe les relations entre la Chine et la Suède    En vidéo: Les obsèques de l'ancien président égyptien Hosni Moubarak    Tunisie : vote de confiance attendu pour le nouveau gouvernement    Soufiane El Bakkali vise l'or aux JO de Tokyo    Rabat se prépare à la 13ème édition de la Course féminine de la victoire    Le MAT et l'OCS accrochés El Guisser voit rouge    Les syndicats en mal de syndiqués    Le coronavirus se répand dans le monde mais tue moins en Chine    Manger gras et sucré dérègle le cerveau en à peine une semaine    Le calvaire des mères célibataires    "Chi wqat", nouveau titre de Khaoula Moujahid    Le streaming continue de stimuler l'industrie musicale    Nouvelle édition du Salon régional du livre et de l'édition à Laâyoune    Coronavirus : l'Iran accuse les Etats-Unis de répandre « la peur »    Virgin Galactic : près de 8.000 personnes sur la liste d'attente des voyages dans l'espace    Maria Sharapova annonce sa retraite    Champions League: le Wydad et le Raja dans une mauvaise passe    Cinq boxeurs marocains en demi-finales du Tournoi pré-olympique de Dakar    5ème Festival du livre de Marrakech : Leïla Slimani invitée d'honneur    «Chi wqat» : Nouveau titre de Khaoula Moujahid et Abdelilah Arraf    Mutandis Auto réduit ses parts dans Immorente Invest    Zina Daoudia se défend après ses propos en Arabie Saoudite (VIDEO)    «30 Melyoun» cartonne au cinéma    Basket-ball : La NBA s'invite en Afrique    Zouhair Feddal sur le point de rejoindre ce club    Abdelouahed Radi: “J'étais un disciple de Mehdi Ben Barka” (VIDEO)    Volvo Cars appelle à lutter contre les inégalités en matière de sécurité routière    Agadir, ce n'est pas si mauvais que cela!    La JS tire la sonnette d'alarme sur l'approfondissement de la perte de confiance    Les notaires « ouverts » à un dialogue avec le gouvernement sur leurs honoraires    Matinées de l'industrie : M. Elalamy met le cap sur la production décarbonée    Salé sous le choc après un parricide    Coronavirus : Tanger Med muscle les contrôles    Suite aux mouvements de grève annoncés pour mars prochain : Le ministère de l'éducation suspend le dialogue avec les enseignants    Les efforts du Maroc en matière de lutte contre la torture mis en relief à Genève    3e édition de l'Afrique du Rire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Croissance: La Berd table sur 3,5% en 2018 pour le Maroc
Publié dans L'Economiste le 09 - 11 - 2017

Le Maroc devrait connaître un ralentissement de la conjoncture en 2018 (3,5%). Malgré cela, la croissance de l'économie marocaine restera la deuxième la plus forte de la région après celle qui devrait être enregistrée en Egypte (4,5%)
La Banque européenne pour la Reconstruction et le Développement (Berd) révise sa prévision pour le Maroc. De 4,2% en 2017, le taux de croissance devrait connaître un ralentissement en 2018, estimé à 3,5%. L'institution livre quelques explications. Le grand rebond de la production agricole a contribué à soutenir la croissance cette année. Le chômage est resté globalement inchangé à 9,3%.
Au terme des 7 premiers mois de l'année, la destination Maroc a réalisé une progression de 8% des arrivées aux postes-frontières. L'année prochaine, la croissance pourrait subir le contrecoup d'une campagne agricole moyenne, en l'absence des pluies (voir aussi notre édition N° 5141 du 03/11/2017).
En comparaison avec les autres pays voisins (cas de l'Egypte et de la Tunisie), le taux de croissance du Maroc reste assez bon en dépit du recul annoncé. En effet, la croissance de l'économie marocaine sera la deuxième la plus forte de la région l'année prochaine après celle qui devrait être enregistrée en Egypte (4,5% contre 4,1% en 2017).
Au Caire, la reprise est soutenue par la mise en œuvre des réformes, l'investissement étranger, la croissance des exportations et une compétitivité accrue soutenue par la dépréciation du taux de change. Dans une récente publication, le FMI s'est dit satisfait des réformes engagées par le pays des Pharaons, avant le déblocage dans les prochains mois d'une nouvelle tranche de son prêt de 12 milliards de dollars sur trois ans. Le pays avait entamé en 2016 un programme de réformes économiques en vue de l'obtention de ce prêt.
En novembre, le Caire a notamment décidé de laisser flotter sa devise et réduire les subventions d'Etat. Avec le flottement de la livre égyptienne, la monnaie nationale a perdu la moitié de sa valeur par rapport à l'euro et au dollar. Dans la foulée, le gouvernement a réduit les subventions étatiques, notamment sur l'énergie et les carburants ainsi que sur des biens de consommation jugés non prioritaires. Conséquence: le taux d'inflation annuel a atteint 33,2% en août 2017 par rapport à août 2016, selon les chiffres officiels égyptiens. Dans ce contexte, le pouvoir d'achat des Egyptiens a considérablement diminué.
Quant à la Tunisie, elle devra légèrement remonter la pente (voir tableau). La croissance devrait s'accélérer en 2018 pour s'établir à 2,7%, selon la Berd. Ceci dans un contexte de réformes législatives, financières, publiques et structurelles continues. Dans son appréciation, le FMI a jugé que la croissance s'améliore lentement, mais la forte consommation alimente l'inflation et augmente davantage les déficits budgétaire et externe, pourtant déjà élevés.
La flexibilité du taux de change, une politique monétaire plus restrictive et des hausses des prix du carburant ont déjà commencé à remédier aux déséquilibres. Tandis que le lancement récent de la lutte contre la corruption a permis de renforcer la confiance. Il est crucial de mettre le déficit budgétaire sur une trajectoire décroissante. Ce qui nécessite un ajustement supplémentaire, y compris sur la masse salariale publique, qui est parmi les plus élevées au monde.
La région Semed se porte bien
La croissance devrait s'élever à 3,8% en 2017 pour la région sud-est de la Méditerranée (Semed), puis à 4% en 2018. Elle est soutenue par la mise en œuvre des réformes, la poursuite du redressement dans le tourisme et les rebonds des exportations en Egypte et en Jordanie, d'après les pronostics de la Berd.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.