«Géopolitique d'un Roi»: Les liaisons incestueuses entre le Polisario et le terrorisme    Tourisme: Tanger consolide sa croissance grâce au TGV    Volkswagen offre 830 millions d'euros au profit de 400.000 clients    Bourse de Casa: la performance hebdomadaire (10-14 janvier) dans le vert    Botola Pro : classement et résultats de la 16ème journée    Fédération royale marocaine de basket-ball : une étape cruciale du plan d'urgence    La Tunisie dévoile son nouveau gouvernement    France: la ministre de la Santé a démissionné    Voici les prévisions météo pour la journée du lundi 17 février 2020    Coupe Mohammed VI : Al Ismaily bat le Raja    Safi : 12 individus arrêtés pour hooliganisme en marge du match OCS-Ittihad Jeddah    Les Tangérois Next Kids remportent la compétition nationale de robotique "First Lego League"    SIEL 2020 : le CNDH discute de la situation carcérale au Maroc    Le RCA affronte l'égyptien Al Ismaïli pour la demi-finale de la Coupe arabe Mohammed VI    Mohammed VI félicite le président lituanien    Le Roi Mohammed VI félicite le président lituanien à l'occasion de la fête nationale de son pays    Japon : le nombre de cas atteints de coronavirus sur le paquebot Diamond Princess grimpe à 355    Des roquettes s'abattent près de l'ambassade américaine à Bagdad    De rupture en échec    On n'arrête plus Youssef El Arabi (vidéo)    Marché des changes (février): le dirham s'apprécie face à l'euro    Raviver le potentiel du Souss Massa!    Pourquoi Ziyech est parfait pour Chelsea?    Coupe arabe Mohammed VI des clubs : L'Olympic de Safi quitte la compétition    Investissements : une mission d'affaires de Valence en prospection au Maroc, du 16 au 19 février    SM le Roi lance la nouvelle stratégie de développement agricole et forestier    Italie: le Sénat autorise le renvoi de Salvini devant la justice…    Algérie : une mobilisation populaire massive se prépare avant le 1er anniversaire du « Hirak »    Faiblesse du taux de la production éditoriale marocaine en langue amazighe!    Météo: les températures prévues au Maroc ce dimanche (villes)    Rabat nommée capitale africaine de la culture    Le Maroc isole le polisario sur les scènes africaine et internationale    Tunisie: Ennahdha a pris une décision    Afrique : Rabat désignée capitale africaine de la culture    Coronavirus: premier décès en France    Le Lac des Cygnes, un monument de danse classique à Rabat    La Cour européenne des droits de l'Homme disculpe Madrid    Fès intègre le réseau mondial des villes les plus engagées contre le sida    Divers    Mohamed Benabdelkader : La communication publique, une exigence démocratique et un impératif de bonne gestion    Driss Lachguar en visite au SIEL    Jennifer Lopez: La renaissance d'une icône    Sharon Stone évoque son expérience avec les sites de rencontres    Britney Spears en danger ?    Dans son nouveau recueil : La nouvelle, tout un art chez Abdellah Baïda    L'IRCAM et l'Académie de la langue arabe absorbée par le CNLCM    SIEL 2020 : Le CESE présente son rapport sur la promotion de la lecture au Maroc    Salvini, le chef de l'extrême droite italienne, touché mais pas coulé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Transformation digitale: 2030, le rendez-vous à ne pas rater!
Publié dans L'Economiste le 21 - 11 - 2017

Au Maroc, l'impact du numérique est davantage sociétal qu'économique. L'impact global est quant à lui similaire à celui de la Tunisie ou de l'Egypte, ou d'autres pays africains
L'On ne parle que de transformation digitale. Opérateurs télécoms, startups, groupes industriels... Tout le monde s'y met. Il faut néanmoins prendre du recul pour pouvoir analyser la situation au Maroc. Une étude de l'IRES en collaboration avec l'Ausim, l'Apebi, la CGEM ainsi que des entreprises privées telles que HPS, vient lever le voile sur la situation au Maroc.
La réponse est sans appel. En raison du développement de la technologie, la transformation numérique incombe d'abord à la gouvernance et aux institutions (comme l'ont indiqué d'ailleurs les travaux de la Banque mondiale sur le capital immatériel).
Sur la base des données disponibles et par rapport à des pays similaires, notamment au Maghreb, le Maroc dispose d'un positionnement concurrentiel intermédiaire, en particulier pour les deux indicateurs-clés proposés par la Banque mondiale, l'indice technologique (indice des usages) et l'indice des compléments (institutions et compétences en particulier).
La transformation numérique est d'abord une mutation des usages dans un écosystème. Pour le cas du Maroc, les enjeux essentiels sont ceux du développement des usages citoyens, de la transformation numérique des administrations et de la mise à niveau des entreprises, notamment les PME et TPE et leur implication dans le monde digital.
Ceci appelle à une gouvernance renouvelée de la part des pouvoirs publics et à une entrée dans un véritable «gouvernement numérique», au-delà des projets spécifiques développés par chaque administration. Les enjeux sont fondamentaux pour le Maroc: il s'agit d'enjeux de développement économique, de souveraineté numérique et de développement de modèles organisationnels alignés sur les besoins de la transformation numérique dans ce qu'elle a de fondamentalement «disruptif». Autrement dit, de remise en cause, souvent radicale, des façons de faire (produire, échanger, socialiser) établies.
L'intelligence artificielle, le déploiement massif des robots et l'industrie 4.0 en général, vont impacter les modes d'interaction sociaux, mais également la façon de produire. Pour le cas du Maroc, cette tendance n'est pas neutre et soulève d'importantes interrogations, notamment s'agissant de l'impact de l'intelligence artificielle et de la robotisation sur les emplois industriels ou de services.
«Fini les carrières linéaires, il va falloir réinventer le modèle économique en intégrant les ruptures technologiques», insiste Benjamin Griveaux, Secrétaire d'Etat auprès du Ministre français de l'Economie et des Finances. Au niveau de l'industrie, par exemple, les grandes filières globales, telles que l'automobile, sont concernées. Il en va de même pour l'émergence de processus automatisés pour des travaux d'offshoring ou de centres d'appels. Selon le rapport de l'IRES, 10 à 50% des emplois seraient concernés à l'horizon 2030.
Pour répondre à certains défis, il est important pour le Maroc de maîtriser des technologies-clés tant sur le plan scientifique que technique. Le champ des technologies-clés est immense, mais il est toutefois possible de citer au moins deux domaines d'extrême importance pour le Maroc: les technologies du traitement des données massives ainsi que les technologies de traitement du risque numérique, telles que la cybersécurité.
Ici, le rôle des universités, des écoles d'ingénieurs et de la recherche scientifique est essentiel. L'attention est à porter sur ces technologies et à leur déploiement professionnel vers le marché, notamment via des mécanismes de financement tels que les fonds d'amorçage ou encore des fonds souverains spécifiquement centrés sur les technologies critiques.
L'ubiquité du numérique offre des opportunités de développement des capacités industrielles et de recherche du Maroc, dans les multiples champs d'application. Par une politique industrielle adaptée (inexistante à ce jour selon l'étude), le Maroc est susceptible, non seulement de renforcer ses capacités scientifiques et industrielles dans des domaines majeurs, mais également de renforcer son softpower numérique au plan régional (africain) et international de manière plus large.
Les risques à éviter sont pour l'essentiel ceux relatifs à l'absence d'une stratégie globale et d'une gouvernance associée. Globalement, ce sont ceux résultant de l'absence d'actions coordonnées et qui auront un impact sur les systèmes productifs, les capacités des administrations et l'interaction sociale de manière plus générale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.