Coronavirus : Kia Maroc se mobilise pour sa clientèle    Othman Ferdaous nommé ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports    Les universités diffusent des cours à la radio    Un appel à projets R&D national contre le Covid-19    Decathlon: La vente des masques Easybreath bloquée au Maroc aussi    Covid19: Tétouan passe aux services en ligne    S.M le ROI reçoit Amzazi et El Firdaouss    Lorie donne de surprenants conseils pour supporter le confinement en couple    Rejouer ou pas, le foot italien se déchire    Le Crédit Agricole du Maroc accompagne les Ramedistes pour faire aboutir le dispositif de soutien aux populations vulnérables    SM le Roi exonère des droits de bail les locataires des locaux des Habous    Amrani appelle à une solidarité africaine renouvelée    Lévinas, le visage, l'humanité    La pandémie du Covid- 19 vue par deux économistes    Appel de la présidence du Ministère public à l'application stricte des dispositions sur le port du masque    S.M le Roi reçoit Saaid Amzazi et Othman El Firdaous    Driss Lachguar, lors de la rencontre virtuelle organisée par la Fondation Lafqui Titouani    La croissance nationale devrait enregistrer une régression de 1,8% au deuxième trimestre    La SERMP se réorganise pour la fabrication de respirateurs 100% marocains    Baisse de la croissance et de 11,6 points du taux de couverture    L'enseignement à distance à l'ère du coronavirus    Vibrant hommage aux professionnels de santé    Les marchés calent, inquiets face au coronavirus et à son impact économique    L'Europe ne s'entend pas sur la riposte économique à l'épidémie    Dr Souad Jamaï: «ce que le confinement a changé dans ma vie?»    Les confessions de Benatia sur son passage à l'AS Rome    5 millions de masques produits par jour dès mardi prochain    Entreprises en difficulté : Le report des cotisations CNSS du 1er mars au 30 juin activé    Les Marocains bloqués à l'étranger sollicitent l'intervention du Roi    La culture, un réconfort en crise en période d'anxiété    A l'heure de la pandémie, la Pologne adopte le vote par correspondance…    Le Wisconsin vote en pleine pandémie    Aicha Lablak: «La priorité aux questions en liaison avec l'état d'urgence sanitaire»    Coronavirus : Le Maroc prélève 3 milliards de dollars de sa Ligne de précaution auprès du FMI    Un concours à distance pour dénicher les jeunes talents de Taroudant et Tata    Confinement : l'Institut du monde arabe se virtualise et lance #LImaALaMaison    Mobilité, logements et restauration assurés : Une chaîne de solidarité au profit du corps médical de Marrakech    Une œuvre conçue en plein confinement : «Guelssou feddar», un nouveau single de la chanteuse Bouchra    L'engouement culturel à l'ère du confinement    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Football : Les clubs marocains dans le flou total    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Med-IT fait la part belle aux robots
Publié dans L'Economiste le 29 - 11 - 2017

Le robot humanoïde Sanbot lors de l'inauguration de l'édition 2017 du Med-IT. Il a été dévoilé pour la première fois lors du plus grand salon de l'IT, l'IFA de Berlin (Ph. Bziouat)
Med-IT, le salon spécialisé en IT, a marqué des points dès son inauguration. Deux invités de marque ont fait le show au palais des congrès de Skhirat. Sanbot et Spoon, des robots dotés d'intelligence artificielle, ont été l'attraction principale de l'événement. D'ailleurs l'intelligence artificielle était le thème central de cette 16e édition du salon qui s'est tenu les 28 et 29 novembre.
Spoon est né de la volonté de son fondateur, Jérôme Monceaux. L'objectif est de démocratiser l'usage des robots autonomes et évolutifs dans le quotidien. Afin d'y parvenir, la startup de Monceaux prend à contre-pied les acteurs actuels de la robotique sociale et domestique en concevant une créature artificielle qui n'est ni humanoïde, ni low-cost. Et ce, afin d'éviter une attente trop forte ou un effet gadget, problématique première des acteurs actuels et impact déceptif des clients.
«Ces dernières années, beaucoup de robots ont été créés. J'ai interagi avec presque tous. Mais aucun d'entre eux n'incluait la dimension interactive du service. Quand nous avons créé Spoon, nous avons décidé de nous attaquer particulièrement à ce problème: rendre naturelle l'interaction entre l'homme et la machine», explique Monceaux. Tournant sous Windows, le robot est doté d'une architecture qui permet son évolutivité.
La programmation se réalise par interactions naturelles. Spoon est donc «hautement personnalisable» comme l'indique son pygmalion. Le robot, qui rappelle E.T (l'extraterrestre) par son design, ne marche pas. il est installé sur un gros et long bras articulé supportant un grand écran tactile révélant son visage. A hauteur d'enfant, sécurisant, il est équipé d'une caméra ou encore d'un micro directionnel. Il sait reconnaître si vous êtes un homme ou une femme, votre âge approximatif...
Sur le stand, avec ses grands yeux et son petit museau, on le prendrait presque pour un chat. D'ailleurs, il émet un petit éternuement si vous lui touchez la truffe, mais sourit si vous lui caressez les joues. L'interaction peut se mettre en place avec la machine douée de personnalité et d'émotion.
Changement de stand et de philosophie. Sanbot est différent de son congénère. Il est humanoïde et mesure 93 centimètres. Il a été créé par Qihan Technologies, une entreprise chinoise spécialisée dans les équipements de vidéosurveillance. L'idée du constructeur consiste à confier au robot des emplois peu inintéressants pour l'homme afin qu'il profite pleinement de son temps.
«La vie humaine courante est pleine de tâches très répétitives», déclare Lennic Qian, vice-président du marketing de Qihan. «Nous voulons donner aux gens la possibilité de se concentrer sur des tâches plus créatives et plus innovantes. Et demander au robot d'accomplir ces travaux répétitifs». Selon Qian, plus de 60.000 Sanbot ont déjà été déployés en Chine. Et ils occupent déjà des postes d'agent d'accueil dans un magasin de meubles haut de gamme, de tuteur pour des élèves de maternelle ou encore de douanier à l'aéroport!
Le constructeur chinois a doté sa machine humanoïde d'une API ouverte afin de lui permettre de faire «tout ce qu'elle veut». Et les développeurs marocains s'en donnent déjà à coeur joie. Nombreux sont ceux venus présenter leur intégration de différents services à l'intelligence artificielle du petit robot. À noter que ce dernier utilise l'assistant personnel d'Amazon, Alexa.
Avec ses sept microphones et les capacités analytiques d'IBM Watson, il peut donc réagir aux commandes vocales et savoir où se trouve la personne qui lui parle. Les utilisateurs peuvent aussi toucher l'écran HD de Sanbot ou lui demander de diffuser de la musique ou encore de projeter une présentation sur un mur à partir d'un smartphone.
Partenariats en vue
L'événement Med-IT a accueilli 2.500 professionnels sur 2 jours, parmi lesquels 70% sont des décideurs. En déambulant entre les stands des 100 exposants, L'Economiste a pu relever que 50% sont des entreprises étrangères à la recherche d'opportunités et de partenariats stratégiques avec des acteurs marocains (Eset, D-link, Fujitsu pour ne citer qu'eux). Au-delà de l'exposition, des 30 conférences et tables rondes, la dimension «One to One» de l'événement permet aux participants de bénéficier de rendez-vous d'affaires ciblés. Mais surtout de rencontrer des intervenants de renom tel que le Pr Mustapha Oulasdine, directeur de Recherches au CNRS expert en traitement des données et IA ou encore Jérôme Monceaux, l'un des fondateurs d'Albaran Robotics, créateur des robots humanoïdes Nao et Pepper. Ces derniers, bien qu'enthousiastes sur les capacités de leurs «progénitures» robotisées, n'hésitent pas à mettre en garde contre les dangers que représente un monde hyper connecté ainsi que l'importance de la cyber-sécurité. De là à rappeler les romans d'anticipation d'Isaac Asimov, il n'y a qu'un pas.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.