Maroc-Namibie: jour, horaire, chaîne    Bourita parle fermeture des frontières à Alger    Brèves    Inégalités au Maroc : Ce que disent les chiffres    Forces auxiliaires : Le projet de mise à niveau validé    Un Monde Fou    Plusieurs ambassadeurs étrangers présentent au Souverain leurs lettres de créance    Le Maroc lance sa candidature pour le mondial 2026.    La MAP lance un SOS fake news, bon courage !    Espagne : plus de 233.000 Marocains couverts par la sécurité sociale    Trump, un mauvais « Génie »    Aït Melloul : Doutant de la fidélité de son épouse, il l'étrangle à mort    Marrakech : Un comptable et une Guinéenne se donnent la mort    DGI: Annulation totale ou partielle des pénalités afférentes aux impôts 2016    Passation des pouvoirs entre Laaraj et Amzazi    Akhannouch à Bruxelles pour faire le point sur la coopération Maroc-UE    Mondial-2026: Le dossier du Maroc sera de « haute facture » dixit Elalamy    CCG : Un nouveau portail dédié au financement de l'innovation    CEDEAO : Soutien total du Liberia au Maroc    Plus de 90 MDH pour la réalisation de 47 foyers pour étudiants    L'université Al Akhawayn fête sa 23e bougie    «Notre place-A la croisée des idées, sources et civilisations» à Casablanca    La haute couture orientale brille à Paris    Anapec : Lancement de 4 unités mobiles pour améliorer l'employabilité dans le rural    CAN de handball-Gabon 2018 : Le Maroc signe sa première victoire et ravive ses chances    Qualifié pour les quarts de finale : Le Maroc poursuit l'aventure à Casablanca    Comment arriver à une école de l'équité    l'automobile et le textile pour développer la région    Les détails du nouveau dispositif fiscal    Les aéroports marocains ont accueilli 20.357.866 passagers en 2017    Un séisme de magnitude 8,2 au large de l'Alaska déclenche des alertes au tsunami    «Fake News» : Le gouvernement s'apprête à sévir    Paradis fiscaux: l'UE retire 8 pays dont le Panama de sa liste noire    Madrid décidé à empêcher le retour de Puigdemont    Colère des parents d'élèves à Elbilia    La coopération touristique démarre    Loft Art Gallery au Salon international d'art contemporain africain à Marrakech    Etats-Unis : Après le shutdown, shut up jusqu'au 8 février…    Après les nominations royales, le gouvernement de nouveau au complet    Décès d'un prévenu à l'hôpital de Midelt    La fédération lance un ultimatum à Said Hasbane    Mondial 2026 :Maroc compte défendre sa candidature    Tevekov, un peintre russe tout en puissance    Les Kids United viennent chanter l'espoir    Le président américain réitère son soutien «à une solution à deux Etats»    Les mystères de l'île Sidi Abderrahman dévoilés    D'PENDANSE : Les stars danseront à Casablanca    «Le pays où les pierres parlent» présenté à d'Art Louane    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Atlantique, une opportunité pour le futur africain
Publié dans L'Economiste le 14 - 12 - 2017

En ouverture, la première session abordait le volet économique avec comme guest-star, l'ex-patron du FMI, Dominique Strauss-Kahn, directeur de Parnasse International (Ph. Mokhtari)
«L'Afrique a fait beaucoup d'erreurs et nous devons arrêter de pointer du doigt les autres pays comme étant les principaux responsables du retard africain». Obiageli Katryn Ezekwesili, conseillère auprès de l'Initiative africaine pour le développement économique donne le ton à l'ouverture de la 6e édition des Dialogues des Atlantiques qui poursuit ses travaux à Marrakech.
Cet événement initié depuis 2012 par l'OCP Policy Center et GMF (German Marshall Fund of the United States) est un moment de partage d'idées pour repenser l'Atlantique et ses mentalités et créer une véritable communauté atlantique. Au menu, les enjeux d'une communauté transatlantique plus large et plus unie, qui collabore sur les questions les plus urgentes affectant l'espace atlantique.
Incubateur d'idées et source proactive de propositions pour les décideurs et toutes les parties prenantes, OCP Policy Center fonctionne comme une plateforme de discussions ouvertes, dans l'esprit de créer une stimulation intellectuelle. Son objectif est de renforcer les capacités des économies et analyser les politiques pour favoriser le développement économique et social. Cette année, avec son partenaire américain, le think tank souhaite se saisir du discours de l'Afrique, mais surtout agir en abordant sans complexe les défis présents.
L'idée est de construire une base solide pour fédérer les pays africains autour d'une pensée nouvelle: celle de «l'atlantisme». Une telle pensée permet de surmonter différents obstacles de nature à empêcher une intégration économique réelle, et ce grâce au dialogue entre des sociétés qui possèdent une histoire commune profonde et un intérêt partagé.
Les changements rapides survenus de tous les côtés de l'Atlantique au cours des dernières années ne font que souligner la nécessité de ce dialogue transatlantique. «Cela fait plus de 50 ans que nous avons accédé à l'indépendance en Afrique! Il est grand temps que l'on reprenne notre destin en main car nous avons beaucoup de retard à rattraper», ajoute Obiageli Katryn Ezekwesili.
D'autant que sur le volet économique, l'accélération de la croissance de l'Afrique s'est réduite. L'activité économique a effectivement ralenti en Afrique, et la croissance est passée en dessous de la barre des 3%. Une chute qui porte de lourdes conséquences pour un continent qui accueille 12 à 13 millions de jeunes demandeurs d'emplois. Et c'est sur le capital humain qu'il faudra investir, estime Njoya Tikum, conseiller en matière de politique anti-corruption auprès du Pnud.
Dans le monde, les choses évoluent mal et si la croissance est de retour, plusieurs pays sont restés à la traine estime l'ancien président du fonds monétaire international, Dominique Strauss-Khan, «ces inégalités portent beaucoup de risques». Pour Luiz Pereira Da Silva, directeur général de la Bank of International Settlements, la croissance doit être durable.
Fort de sa démographie grandissante qui verra le continent abriter, dans les années à venir, la population la plus jeune du monde, le continent africain a ses chances. Ses pays doivent la saisir. Favoriser une nouvelle construction géopolitique de l'Afrique est aussi une des conclusions du 4e édition du rapport annuel Atlantic Currents, établi par l'OCP Policy Center qui a mis en exergue les préoccupations globales du point de vue africain.
La migration d'abord, largement perçue comme un fléau. Pourtant, les faits et les chiffres contredisent cette perception dominante. En effet, 80% des migrants africains restent en Afrique dans 5 grands pays d'accueil: l'Afrique du Sud, la Côte d'Ivoire, le Nigeria, le Kenya et l'Ethiopie. Du côté de l'Europe, la migration africaine se présente comme une opportunité, compte tenu des besoins de main-d'œuvre dans ces pays où la population active décline.
Autre angle d'attaque, la réflexion commune des capacités de réponse continentale face à la nouvelle génération de terrorisme, sachant que ces attaques ont tué près de 20.000 personnes en Afrique depuis 2012, outre les dommages causés aux infrastructures et aux performances économiques des pays touchés.
Ce rapport en 6 chapitres aborde également les bases à définir pour un vrai partenariat stratégique avec l'Amérique du Sud. L'objectif étant pour le continent africain de trouver ses propres solutions avec un point d'appui solide, pour, notamment, son développement agricole.
La part belle à la jeunesse
Les Dialogues des Atlantiques ont fait la part belle à sa jeunesse. Une nouvelle cohorte de 50 jeunes âgés de 23 à 35 ans, sélectionnés sur dossier ont rejoint le réseau des Atlantic Dialogues Emerging Leaders (ADEL). Ces jeunes ont suivi deux jours d'ateliers et de débats spécialement conçus pour eux, en présence de 20 anciens du réseau ADEL. Ils soumettront tout au long de l'événement des projets concrets axés sur le changement et le développement. C'est aussi ça le temps de l'action!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.