Le Maroc reconnait le gouvernement de Bolivie, annonce le MAE    Coronavirus : un Marocain résidant à Wuhan lance un appel de détresse à l'ambassade marocaine en Chine    Irak : des milliers de manifestants réclament le départ des troupes américaines    Coronavirus : la Grande muraille de Chine et Disneyworld Shangai fermés à cause de l'épidémie    Une publication en hommage posthume à Abdelkébir Khatibi    Cinquième journée des Coupes africaines – Objectif : sceller la qualification    Wuhan Coronavirus Could Hit China's Economy Harder Than SARS    Feux en Australie: Les enquêteurs sur le site du crash qui a tué trois pompiers américains    mWellness Group prévoit d'investir 200 MDH au Maroc d'ici 2025    U.N. Suggests Bezos' Phone Was Hacked Using Saudi Crown Prince's Account    Brexit: Signature de l'accord à Bruxelles avant sa ratification par le Parlement européen    Adam de Maryam Touzani    Domaine maritime : Les députés donnent leur feu vert    Le Raja accroché à la veille de son départ en Tunisie    Vie des «pros» marocains d'Europe    Pas de hausse des taux des crédits bancaires en 2020    ONSSA : 17.641 tonnes d'aliments avariés détruites en 2019    La CSMD reçoit le Conseil de la Concurrence    El Othmani: La participation du Maroc au Sommet afro-britannique augure d'un nouvel élan aux relations bilatérales    Le Maroc à la tête du groupe arabe de l'UNESCO    Fnideq : Saisie de près de 10.000 comprimés psychotropes    Proche-Orient: Trump promet son plan de paix dans les jours à venir    Trump doit être destitué car « le bien et la vérité comptent », affirme l'accusation    Chakib Alj et Mehdi Tazi tracent de nouveaux horizons pour la CGEM    Banque mondiale: 1 MMDH pour les infrastructures de Casablanca-Settat    Indice de perception de la corruption 2019 : Le Maroc perd 7 places    Le Roi Mohammed VI félicite Chakib Alj, nouveau président du patronat marocain    Rencontre entre le Monarque et le Roi du Bahreïn à Rabat    Voici le temps qu'il fera ce vendredi    Tholot : “Aït Bennasser a perdu son niveau”    Mercato : Le Hellas Vérone négocie avec l'AC Fiorentina pour Amrabat    «Sourtna», quand de jeunes photographes prennent d'assaut le Fort Rottenbourg    Le Souverain accorde une audience à l'archevêque de Rabat    Les députés russes approuvent les amendements constitutionnels de Poutine    S.M le Roi reçoit plusieurs ambassadeurs étrangers    Ecologique pendant son utilisation, la trottinette électrique l'est un peu moins lors des phases de production et de recyclage    Divers Economie    Le foncier confronté à des contraintes importantes en termes d'harmonisation et de convergence des objectifs et des actions    Réunion du Bureau de la Chambre des représentants    La ménopause prématurée augmente le risque d'avoir des problèmes de santé à la soixantaine    Ziyech victime d'une déchirure musculaire au mollet    Yassin Ayoub signe au Panathinaïkos    Mohamed Wahab désigné meilleur officiel technique africain 2019 par la CAA    Ces stars mariées à leur amour de jeunesse    A Essaouira, le travail de mémoire commune des juifs et des musulmans    Parution de l'ouvrage "Renouveau pour le Maroc" de ses coauteurs Abdelaâli Benchekroun et Nour-Eddine Saoudi    Comment les étudiants voient leurs rêves s'éloigner    Cinéma : Adam, la force des femmes devant et derrière la caméra    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Paris#Marrakech: Artcurial revient avec des œuvres majeures
Publié dans L'Economiste le 29 - 12 - 2017

«Le marché aux dattes» de Majorelle fait partie des pièces phares de la 2e vente aux enchères d'Artcurial Paris#Marrakech. La toile, datée des années 40/45 durant lesquelles l'artiste a majoritairement peint sur fond noir, est estimée entre 200.000 et 300.000 euros (Source: Artcurial)
La première édition l'année dernière a été un franc succès. En effet, la vente en duplex entre Paris et Marrakech, organisée par Artcurial, avait récolté près de 2,3 millions d'euros. Un événement, sachant que «95% des lots ont été achetés depuis le Maroc», nous confiait alors François Tajan, le président délégué de la maison de vente parisienne.
Puisque l'on ne change pas une équipe qui gagne, un deuxième volet est prévu ce 30 décembre, au sein du Palace Es Saadi à Marrakech. Cette vacation exceptionnelle ayant pour ambassadrice Cécilia Attias très attachée au Maroc et à la ville ocre en particulier. Paris#Marrakech, pour cette 2e édition, se décline en 2 volets.
Le premier étant dédié à «Majorelle et ses contemporains» avec 11 tableaux présentés, tandis que le deuxième «African Spirit» se penche sur l'art contemporain africain avec 70 œuvres pour une estimation globale de plus de 3 millions d'euros. De quoi affoler les collectionneurs marocains, moyen-orientaux et européens installés au Maroc, «un noyau important de collectionneurs très érudits», avouait Olivier Berman, directeur du département Orientalisme chez Artcurial.
C'est ainsi qu'en 2016, l'œuvre les «Danseuses marocaines à Télouet» du grand Jacques Majorelle, dont on fête aujourd'hui le centenaire de son arrivée à Marrakech, est passée d'une importante collection madrilène à un collectionneur européen pour 374.800 euros, ou encore «La lutte des fillettes» d'Etienne Dinet qui s'est vendue à 443.000 euros.
Nul doute que l'engouement sera cette année encore au rendez-vous. Samedi, le marteau devrait donc frapper fort pour des œuvres majeures comme «Le marché aux dattes» de Majorelle, une toile datée des années 40/45 durant lesquelles l'artiste a majoritairement peint sur fond noir, estimée entre 200.000 et 300.000 euros. Plusieurs clous à ce spectacle avec les grands noms africains de la peinture contemporaine.
Des œuvres du Congolais Chéri Samba vont ainsi défiler devant les collectionneurs, comme notamment «L'homme qui mange de la peinture» dont l'estimation est comprise entre 40.000 et 50.000 euros. Rappelons ici que l'artiste est connu pour sa palette chromatique riche, vive, contrastée et le plus souvent pailletée comme pour en dédramatiser le sujet.
Avec lui, le Malien Malick Sidibé, dont le travail est présenté dans de nombreux musées et manifestations, et le Sénégalais Omar Victor Diop, véritable amoureux de l'esthétique pop et moderne, qui s'essaye pour la première fois à l'autoportrait dans sa dernière série «Diaspora» comme c'est le cas dans «Omar Ibn Said», une photographie de 120 sur 180 cm, estimée entre 5.000 et 7.000 euros.
De notre correspondante,
Stéphanie JACOB


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.