«Géopolitique d'un Roi»: Les liaisons incestueuses entre le Polisario et le terrorisme    Tourisme: Tanger consolide sa croissance grâce au TGV    Volkswagen offre 830 millions d'euros au profit de 400.000 clients    Bourse de Casa: la performance hebdomadaire (10-14 janvier) dans le vert    Botola Pro : classement et résultats de la 16ème journée    Fédération royale marocaine de basket-ball : une étape cruciale du plan d'urgence    La Tunisie dévoile son nouveau gouvernement    France: la ministre de la Santé a démissionné    Voici les prévisions météo pour la journée du lundi 17 février 2020    Coupe Mohammed VI : Al Ismaily bat le Raja    Safi : 12 individus arrêtés pour hooliganisme en marge du match OCS-Ittihad Jeddah    Les Tangérois Next Kids remportent la compétition nationale de robotique "First Lego League"    SIEL 2020 : le CNDH discute de la situation carcérale au Maroc    Le RCA affronte l'égyptien Al Ismaïli pour la demi-finale de la Coupe arabe Mohammed VI    Mohammed VI félicite le président lituanien    Le Roi Mohammed VI félicite le président lituanien à l'occasion de la fête nationale de son pays    Japon : le nombre de cas atteints de coronavirus sur le paquebot Diamond Princess grimpe à 355    Des roquettes s'abattent près de l'ambassade américaine à Bagdad    De rupture en échec    On n'arrête plus Youssef El Arabi (vidéo)    Marché des changes (février): le dirham s'apprécie face à l'euro    Raviver le potentiel du Souss Massa!    Pourquoi Ziyech est parfait pour Chelsea?    Coupe arabe Mohammed VI des clubs : L'Olympic de Safi quitte la compétition    Investissements : une mission d'affaires de Valence en prospection au Maroc, du 16 au 19 février    SM le Roi lance la nouvelle stratégie de développement agricole et forestier    Italie: le Sénat autorise le renvoi de Salvini devant la justice…    Algérie : une mobilisation populaire massive se prépare avant le 1er anniversaire du « Hirak »    Faiblesse du taux de la production éditoriale marocaine en langue amazighe!    Météo: les températures prévues au Maroc ce dimanche (villes)    Rabat nommée capitale africaine de la culture    Le Maroc isole le polisario sur les scènes africaine et internationale    Tunisie: Ennahdha a pris une décision    Afrique : Rabat désignée capitale africaine de la culture    Coronavirus: premier décès en France    Le Lac des Cygnes, un monument de danse classique à Rabat    La Cour européenne des droits de l'Homme disculpe Madrid    Fès intègre le réseau mondial des villes les plus engagées contre le sida    Divers    Mohamed Benabdelkader : La communication publique, une exigence démocratique et un impératif de bonne gestion    Driss Lachguar en visite au SIEL    Jennifer Lopez: La renaissance d'une icône    Sharon Stone évoque son expérience avec les sites de rencontres    Britney Spears en danger ?    Dans son nouveau recueil : La nouvelle, tout un art chez Abdellah Baïda    L'IRCAM et l'Académie de la langue arabe absorbée par le CNLCM    SIEL 2020 : Le CESE présente son rapport sur la promotion de la lecture au Maroc    Salvini, le chef de l'extrême droite italienne, touché mais pas coulé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La parité, accélérateur de la croissance
Publié dans L'Economiste le 16 - 01 - 2018

Le cabinet McKinsey réalise, depuis 2007, une série d'études relatives à la diversité et à la présence de femmes dans des postes de responsabilité. Présenté à l'ISCAE, le dernier rapport Women Matter Africa relève une progression en matière de représentation des femmes en Afrique, entre autres. Cependant, l'égalité d'accès aux postes de responsabilité entre hommes et femmes est encore utopique, surtout au Maroc.
Au Maroc, l'étude révèle que la mixité des cadres dirigeants est de façon générale moins bonne qu'en Afrique et ce, quel que soit le secteur d'activité. Dans les télécoms, média, loisirs et technologies, les femmes représentent 22% des cadres, alors que la moyenne africaine s'établit à 28%. Cette moyenne chute à 9% dans le secteur de l'industrie lourde et celui de l'énergie et des mines, là où la moyenne africaine s'établit à 22%.
Un autre grand écart est aussi constaté dans la grande distribution et consommation. Au Maroc, elles sont à peine 11% de femmes dans des postes de responsabilité contre 29% sur le reste du continent! Dans le tourisme, transport et logistique, 21% de femmes dirigeantes sont en activité, alors que la moyenne africaine est de 30%.
Dans un contexte plus global, les femmes composent certes la moitié de la population en âge de travailler, mais elles ne produisent que 37% du produit intérieur brut mondial.
En effet, seules 64% des femmes en âge de travailler participent à l'économie. Si la proportion féminine atteignait le niveau de son homologue masculine, cela engendrerait une augmentation radicale du PIB mondial (+26%), soit 28.000 milliards de dollars supplémentaires, d'ici à 2025. Un montant équivalent au poids économique combiné des Etats-Unis et de la Chine.
C'est la raison pour laquelle McKinsey a développé un second scénario de réduction des inégalités hommes femmes, dans lequel toutes les nations d'une région donnée du monde combleraient ce fossé au même rythme que la meilleure d'entre elles. Résultat: un coup de fouet du PIB global de 12 millions de dollars en 2025, et un doublement du PIB produit par des femmes par rapport à la situation actuelle.
En Europe de l'Ouest, par exemple, tous les pays devraient suivre l'exemple de l'Espagne qui a, entre 2003 et 2013, réduit le fossé en matière de participation à l'économie de 1,5 point de pourcentage par an. A ce rythme, 74% des femmes en âge de travailler seraient professionnellement actives en 2025, soit 10 points de pourcentage de plus qu'aujourd'hui.
Plusieurs études publiées ces dernières années abondent dans le même sens, même si le rapport de McKinsey les dépasse toutes sur le plan des effets potentiels sur le PIB. En septembre 2013, le FMI (fonds monétaire international) avait dévoilé les conclusions d'un rapport baptisé Women, Work, and the Economy, selon lesquelles, si le nombre de femmes au travail était porté au même niveau que celui des hommes, le PIB progresserait de 34% en Egypte, de 12% aux Emirats arabes unis, de 9% au Japon et de 5% aux Etats-Unis.
Quid de la méthodologie?
Le rapport Women Matter, outil d'analyse de la mixité dans les instances dirigeantes en Afrique, s'appuie sur des enquêtes menées au sein de 55 grandes entreprises basées en Afrique, sur des entretiens avec 35 femmes dirigeantes d'Afrique et sur une analyse des performances financières de 210 entreprises cotées sur 14 places boursières africaines.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.