Coronavirus : Kia Maroc se mobilise pour sa clientèle    Othman Ferdaous nommé ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports    Les universités diffusent des cours à la radio    Un appel à projets R&D national contre le Covid-19    Decathlon: La vente des masques Easybreath bloquée au Maroc aussi    Covid19: Tétouan passe aux services en ligne    S.M le ROI reçoit Amzazi et El Firdaouss    Lorie donne de surprenants conseils pour supporter le confinement en couple    Rejouer ou pas, le foot italien se déchire    Le Crédit Agricole du Maroc accompagne les Ramedistes pour faire aboutir le dispositif de soutien aux populations vulnérables    SM le Roi exonère des droits de bail les locataires des locaux des Habous    Amrani appelle à une solidarité africaine renouvelée    Lévinas, le visage, l'humanité    La pandémie du Covid- 19 vue par deux économistes    Appel de la présidence du Ministère public à l'application stricte des dispositions sur le port du masque    S.M le Roi reçoit Saaid Amzazi et Othman El Firdaous    Driss Lachguar, lors de la rencontre virtuelle organisée par la Fondation Lafqui Titouani    La croissance nationale devrait enregistrer une régression de 1,8% au deuxième trimestre    La SERMP se réorganise pour la fabrication de respirateurs 100% marocains    Baisse de la croissance et de 11,6 points du taux de couverture    L'enseignement à distance à l'ère du coronavirus    Vibrant hommage aux professionnels de santé    Les marchés calent, inquiets face au coronavirus et à son impact économique    L'Europe ne s'entend pas sur la riposte économique à l'épidémie    Dr Souad Jamaï: «ce que le confinement a changé dans ma vie?»    Les confessions de Benatia sur son passage à l'AS Rome    5 millions de masques produits par jour dès mardi prochain    Entreprises en difficulté : Le report des cotisations CNSS du 1er mars au 30 juin activé    Les Marocains bloqués à l'étranger sollicitent l'intervention du Roi    La culture, un réconfort en crise en période d'anxiété    A l'heure de la pandémie, la Pologne adopte le vote par correspondance…    Le Wisconsin vote en pleine pandémie    Aicha Lablak: «La priorité aux questions en liaison avec l'état d'urgence sanitaire»    Coronavirus : Le Maroc prélève 3 milliards de dollars de sa Ligne de précaution auprès du FMI    Un concours à distance pour dénicher les jeunes talents de Taroudant et Tata    Confinement : l'Institut du monde arabe se virtualise et lance #LImaALaMaison    Mobilité, logements et restauration assurés : Une chaîne de solidarité au profit du corps médical de Marrakech    Une œuvre conçue en plein confinement : «Guelssou feddar», un nouveau single de la chanteuse Bouchra    L'engouement culturel à l'ère du confinement    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Football : Les clubs marocains dans le flou total    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La parité, accélérateur de la croissance
Publié dans L'Economiste le 16 - 01 - 2018

Le cabinet McKinsey réalise, depuis 2007, une série d'études relatives à la diversité et à la présence de femmes dans des postes de responsabilité. Présenté à l'ISCAE, le dernier rapport Women Matter Africa relève une progression en matière de représentation des femmes en Afrique, entre autres. Cependant, l'égalité d'accès aux postes de responsabilité entre hommes et femmes est encore utopique, surtout au Maroc.
Au Maroc, l'étude révèle que la mixité des cadres dirigeants est de façon générale moins bonne qu'en Afrique et ce, quel que soit le secteur d'activité. Dans les télécoms, média, loisirs et technologies, les femmes représentent 22% des cadres, alors que la moyenne africaine s'établit à 28%. Cette moyenne chute à 9% dans le secteur de l'industrie lourde et celui de l'énergie et des mines, là où la moyenne africaine s'établit à 22%.
Un autre grand écart est aussi constaté dans la grande distribution et consommation. Au Maroc, elles sont à peine 11% de femmes dans des postes de responsabilité contre 29% sur le reste du continent! Dans le tourisme, transport et logistique, 21% de femmes dirigeantes sont en activité, alors que la moyenne africaine est de 30%.
Dans un contexte plus global, les femmes composent certes la moitié de la population en âge de travailler, mais elles ne produisent que 37% du produit intérieur brut mondial.
En effet, seules 64% des femmes en âge de travailler participent à l'économie. Si la proportion féminine atteignait le niveau de son homologue masculine, cela engendrerait une augmentation radicale du PIB mondial (+26%), soit 28.000 milliards de dollars supplémentaires, d'ici à 2025. Un montant équivalent au poids économique combiné des Etats-Unis et de la Chine.
C'est la raison pour laquelle McKinsey a développé un second scénario de réduction des inégalités hommes femmes, dans lequel toutes les nations d'une région donnée du monde combleraient ce fossé au même rythme que la meilleure d'entre elles. Résultat: un coup de fouet du PIB global de 12 millions de dollars en 2025, et un doublement du PIB produit par des femmes par rapport à la situation actuelle.
En Europe de l'Ouest, par exemple, tous les pays devraient suivre l'exemple de l'Espagne qui a, entre 2003 et 2013, réduit le fossé en matière de participation à l'économie de 1,5 point de pourcentage par an. A ce rythme, 74% des femmes en âge de travailler seraient professionnellement actives en 2025, soit 10 points de pourcentage de plus qu'aujourd'hui.
Plusieurs études publiées ces dernières années abondent dans le même sens, même si le rapport de McKinsey les dépasse toutes sur le plan des effets potentiels sur le PIB. En septembre 2013, le FMI (fonds monétaire international) avait dévoilé les conclusions d'un rapport baptisé Women, Work, and the Economy, selon lesquelles, si le nombre de femmes au travail était porté au même niveau que celui des hommes, le PIB progresserait de 34% en Egypte, de 12% aux Emirats arabes unis, de 9% au Japon et de 5% aux Etats-Unis.
Quid de la méthodologie?
Le rapport Women Matter, outil d'analyse de la mixité dans les instances dirigeantes en Afrique, s'appuie sur des enquêtes menées au sein de 55 grandes entreprises basées en Afrique, sur des entretiens avec 35 femmes dirigeantes d'Afrique et sur une analyse des performances financières de 210 entreprises cotées sur 14 places boursières africaines.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.