Libertés individuelles: Le CNDH défend l'expérience marocaine    Opacité financière: Le Maroc dans le rouge    Un dialogue politique inter-libyen à Genève    Pourquoi Oujda néglige le sport    Météo: le temps qu'il fera ce vendredi au Maroc    Fès: L'Université Euromed entre de plain-pied dans le numérique    Préscolaire: Fahs Anjra vise l'excellence    Pourquoi Marrakech perd ses événements    Contemporary African Art Fair: à Marrakech, la culture reste «Capitale»    Rabat: le général Louarak reçoit un haut gradé pakistanais    Le Conseil de gouvernement approuve un projet de décret relatif au régime de sécurité sociale    Inwi fait la paix avec Maroc Telecom    La Commission européenne salue les efforts du Royaume en matière de réformes fiscales    Appel à la consécration d'une justice citoyenne    La Commission de la programmation n'en fait qu'à sa tête    Divers sportifs    Achraf Hakimi et son retour au Real Madrid    Le volume des transactions immobilières s'inscrit en baisse en 2019    Lancement de la deuxième édition du programme "Spin-off by PIS" dédié à l'entrepreneuriat des jeunes    Le Maroc constitue la première destination des exportations valenciennes en Afrique    Le cancer n'est pas une fatalité    Divers    L'OMDH-Casablanca sensibilise des élèves contre les dangers d'Internet    L'ambassadeur de Cuba exprime la volonté de son pays de renforcer ses relations avec le Maroc    L'ambassadrice des Pays-Bas se félicite de l'intégration des MRE dans la société néérlandaise    L'industrie du cinéma a été plus inclusive en 2019 que lors de la décennie précédente    Le CCM dévoile les jurys du 21ème Festival national du film de Tanger    L'espoir du rap Pop Smoke abattu chez lui    La DG du FMI salue le partenariat avec le Maroc    Le BTP poursuit ses bonnes performances    Classement FIFA: Le Maroc se maintient à la 43ème position    CSMD : Chakib Benmoussa initie à Paris une série de réunions d'écoute avec des Marocains du monde    Errachidia: ce qu'a saisi la police à bord d'une voiture    Un Mexicain arrêté aux Etats-Unis pour espionnage au profit de la Russie    «Archéologie de l'intime» à la Fondation Dar Bellarj de Marrakech    Tournoi féminin UNAF : Victoire du Maroc face à la Tanzanie    Basket-ball : La sélection nationale s'incline en amical face à l'Algérie    Ouverture officielle d'un consulat à Laâyoune    Les jurys du 21e Festival National du Film dévoilés!    CMA CGM s'engage dans l'accompagnement des start-ups    Dortmund de Haaland et Hakimi s'offre le PSG de Neymar    Elections régionales allemandes: Alliance Droite-Extrême droite    Allemagne : deux attaques visant des bars font neuf morts près de Francfort    6 chômeurs sur 10 sont à la recherche de leur premier emploi    Coronavirus: le point sur la situation en Chine    Bloomberg sous le feu de ses rivaux lors d'un débat démocrate tendu    Erdogan menace la Syrie de déclencher rapidement une opération à Idleb    La pièce «Daïf Al Ghafla» présentée à Bruxelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Paiement mobile: La solution nationale bientôt opérationnelle
Publié dans L'Economiste le 28 - 03 - 2018

La solution nationale pour le paiement mobile (ou m-paiement) se dessine un peu plus. Le comité stratégique, composé notamment de Bank Al-Maghrib et de l'ANRT chargé de piloter ce projet depuis trois ans, entame les derniers réglages pour le lancement de cette solution au cours du 3e trimestre de cette année, comme le soutient une source proche du dossier.
Dans le projet initial, la gestion opérationnelle devait être assurée par un groupement d'intérêt économique (GIE). Ce groupement devait se charger de développer des projets de dématérialisation des paiements (voir L'Economiste du 22 décembre 2015)(1).
Même si l'agenda du déploiement était prévu courant 2017, nos sources se veulent rassurantes. «Il ne s'agit pas de lenteur ou de retard, car dans toutes les solutions où il y a des projets de place, avec plusieurs intervenants, un lissage au niveau du planning se produit» indique nos sources. L'idée est de mettre en place une solution nationale de paiement mobile «largement diffusée et à bas coût».
Mine de rien, c'est une petite révolution qui se prépare visant à encourager l'utilisation des paiements électroniques, la réduction de la circulation du cash et le développement de l'inclusion financière. L'ouverture de la licence de service de paiement à de nouveaux acteurs a créé des opportunités pour les opérateurs télécoms.
Le comité stratégique a identifié les premiers flux des transactions qui pourraient être dématérialisées, estimées pour une valeur totale de l'ordre de 400 milliards de DH par an. Le montage du projet a d'ores et déjà identifié la liste des transactions éligibles: versement des prestations sociales de faibles montants, transferts nationaux entre particuliers de faibles montants, et les achats des particuliers dans le commerce de détail.
A cela s'ajoutent l'achat de recharges téléphoniques, le paiement des fournisseurs par les commerçants de détail, les factures des services en réseau. Les spécifications techniques relatives à ce nouveau moyen de paiement ont été arrêtées et les règles de place sur les volets économiques et organisationnels «sont en cours de finalisation».
Le comité travaille à définir les principales règles de place nécessaires au bon fonctionnement des opérations en veillant à respecter les principes de syndication. La réussite de l'adoption de cette solution par le plus grand nombre nécessite «la mise en place d'un ensemble d'encouragements que nous sommes actuellement en train d'affiner avec les parties prenantes. Il s'agit de prévoir des incitations fiscales», est-il indiqué. Plusieurs rencontres avec des acteurs publics et privés ont été organisées dans ce sens, sans en préciser le contenu.
Le point qui concentre le plus gros des discussions et probablement aussi le plus de tensions se concentre sur la question du modèle économique. Les parties en présence ont des arguments de taillé à faire valoir. Si les banques semblent incontournables dans le modèle marocain de paiement mobile qui se profile, les opérateurs télécoms pèsent du haut de leur 44 millions d'abonnés mobile. Ce qui plaide pour de nouveaux leviers de bancarisation... IAM, Orange et Inwi ont d'ailleurs déposé des demandes d'agréments.
Officiellement, les opérateurs télécoms se défendent de vouloir concurrencer les banques (voir L'Economiste du 17 mai 2017)(2). Les autorités de régulation bancaires semblent elles aussi pointilleuses. Entre autres conditions exigées, tout opérateur télécom qui veut proposer un service de paiement est tenu de créer une filiale dédiée. Une précaution jugée logique par notre source dans la mesure où «cette activité est agréée par Bank Al-Maghrib et qu'il s'agit d'un moyen de paiement adossé à des comptes de paiement ou à un compte bancaire».
D'autres exigences s'inspirent du cahier des charges de la loi bancaire pour la gouvernance, les systèmes d'information, la prise en charge des réclamations et la protection du consommateur ou encore les dispositifs anti-fraude «car, il y a un grand aspect in fine de protection des fonds reçus du public. C'est pour cela que la Banque centrale est très regardante sur cet aspect», note la même source.
--------------------------------------------------------------
(1) Khadija Masmoudi, Contre le cash, une solution mobile low cost, http://www.leconomiste.com/article/981959-contre-le-cash-une-solution-mo...
(2) Franck Fagnon, Services financiers: Maroc Telecom dévoile ses plans, http://www.leconomiste.com/article/1012504-services-financiers-maroc-tel...
(3) D'après Risikko et Choudary (2006), «Mobile Financial Services Business Ecosystem Scenarios & Consequences», Mobey Forum Mobile Financial Services.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.