Covid-19 au Maroc: le dernier bilan par région    Audit en cours pour déterminer les causes exactes    Covid-19: le point sur la situation aux Etats-Unis, nouvel épicentre de la pandémie    «Mon Dieu gardez moi de mes amis, Quant à mes ennemis je m'en charge»    Les réserves des centrales syndicales    L'artiste marocain Marcel Botbol meurt du coronavirus    Fonds spécial: la contribution du groupe Centrale Automobile Chérifienne    El Youbi: “On s'attend à un aplatissement de la courbe de l'épidémie, à condition…”    OCP: Un Chiffre d'affaires de plus de 54 MMDH en 2019    Coronavirus : Le vrai du faux sur l'épidémie au Maroc ce mercredi 1 avril 2020    Sancho, le digne héritier de CR7 à United?    Le CCM divertit les citoyens marocains en période de confinement    «Quand on vit de lecture et d'écriture, on s'habitue à la solitude»    La musique: Ce langage universel qui a sorti le monde de sa boule!    Assurances automobiles : La FMSAR s'organise pour garantir le renouvellement    Soyons des acteurs réactifs et encourageons les propositions positives    Mali: Des législatives entre terrorisme et coronavirus…    ADM : chiffre d'affaires en hausse de 8% à fin 2019    Coronavirus : L'Arabie saoudite appelle à reporter les plans du hajj    Fadel Iraki, le cofondateur du “Journal Hebdo”, n'est plus    La Fondation de Salé pour la culture et les arts reporte toutes ses activités    Coronavirus : A quand une audition des responsables gouvernementaux marocains ?    Fadel Iraki, mécène et acteur du monde culturel et des médias, homme d'affaires et d'engagements, s'est éteint    Le Gadem pense fort aux socio-économiquement isolés ou plus vulnérables    Institut national des sciences de l'archéologie et du patrimoine : Les filières d'enseignement et de recherche publiées au BO    Pour amortir le choc économique dû au coronavirus : Bank of Africa annonce ses mesures de soutien aux ménages et entreprises    Un projet terroriste déjoué en Tunisie    UE: 1 nouveau naturalisé sur 10 est Marocain    Covid-19 : les composantes parlementaires mobilisées pour répondre aux exigences de la situation actuelle    La CNDP prolonge le moratoire sur la reconnaissance faciale    La production dans la construction en hausse de 3,6% dans la zone euro    Décès du docteur et militant Ahmed Bourra    Les commissions de contrôle des prix sur le qui-vive    Détermination du gouvernement à protéger les citoyens contre le coronavirus    Les éboueurs en première ligne à Fès    Du rêve au report : La course d'obstacles de Tokyo-2020    Les Jeux olympiques de 2020 auront lieu le 23 juillet 2021    Les Mondiaux d'athlétisme repoussés à 2022    L'activité des ports de Mohammedia, Agadir et Jorf Lasfar n'est pas affectée par la pandémie    Les marchands non financiers pronostiquent une stabilité de leur activité au premier trimestre    Ça ne va pas si mal que ça pour nos étudiants au Canada    La musique au temps du coronavirus, un refuge qui apaise les esprits    Les éditeurs multiplient les initiatives pour garder le contact avec les lecteurs    Liga: Real Madrid va finalement baisser les salaires de ses stars    Covid-19: la Bundesliga ne reprendra pas avant cette date    WAC-EST: Le TAS fixe une nouvelle date    Ligue des champions: le Wydad et le Raja disent «niet» à la CAF    La demande explose pour les banques alimentaires new-yorkaises    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Choc des Titans» entre artistes au festival Gnaoua
Publié dans L'Economiste le 31 - 05 - 2018

Du 21 au 23 juin prochain, le Festival gnaoua et musiques du monde d'Essaouira souffle sa 21e bougie avec, comme chaque année, un parterre d'artistes d'exception. Des scènes partagées entre les meilleurs maâlems marocains et les musiciens internationaux invités pour l'occasion (Source: Festival gnaoua)
Déjà 21 ans que le Festival gnaoua et musiques du monde d'Essaouira mélange les genres. Les meilleurs maâlems du pays partagent la scène avec des musiciens internationaux comme le fera Abdeslam Alikkane, qui est aussi le directeur artistique du festival, aux côtés de Karim Ziad, avec le musicien espagnol, Pepe Bao, considéré comme l'un des plus importants joueurs de basse et une référence pour ses successeurs.
Un des temps forts de cette édition prévue du 21 au 23 juin prochain. Chaque année, à la même époque, la cité des alizés est pleine à craquer.
Le public national et étranger venant y chercher ces «chocs des Titans» entre artistes comme en 2004 quand Hamid El Kasri a joué avec le pianiste autrichien, Joe Zawinul, aujourd'hui disparu. Une des fusions reconnues les plus marquantes du festival.
Année après année, ce rendez-vous à Essaouira amplifie la lumière sur l'art gnaoua et permet aux jeunes générations de se faire connaître et de prendre la relève, sous le regard bienveillant des grands maîtres, prêts à les accompagner.
L'ADN est ainsi de tout fusionner, que ce soit les artistes, les influences, les musiques, les publics et les âges. Cette année, le groupe Hoba Hoba Spirit, qui revient d'une tournée internationale, est attendu sur la scène Moulay El Hassan. L'occasion pour eux de jouer pour le public leur dernier album, «Kamayanbaghi».
Sur la scène de la plage, la programmation est estampillée «musiques du monde» avec des maâlems venus d'Algérie comme Djmawi Africa et Imarhan, aux côtés d'Africa United, une formation musicale maroco-africaine, et de maâlems marocains tels que Kbiber, Abdelkebir Merchane et Mustapha Baqbou.
Autre point de rencontre, la terrasse du bastion Borj Bab Marrakech, qui accueille des concerts acoustiques avec les maâlems Hamid el Kasri, Mokhtar Gania, pendant que 7 autres maîtres, comme les 7 couleurs de la culture gnaoua, vont rendre hommage au maître disparu, Alwan Essaouira.
Après s'être consacré à la jeunesse, à la culture, au digital, au continent aussi, l'édition 2018 ouvre le débat autour de l'impératif d'égalité entre les femmes et les hommes. Car le festival, ce sont aussi des échanges d'idées autour des grandes questions de société. La parité des genres et la question des femmes dans toute sa globalité étant, actuellement et partout dans le monde, au cœur de toutes les préoccupations.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.