Sécurité routière : 550 nouveaux radars seront installés prochainement    Maroc Telecom. Les réalisations 2018 supérieures aux objectifs annoncés    Plus de 600 coureurs participent à la 2e édition de l'Eco-Trail    « Logintek Settat » à l'ordre du jour du prochain Conseil de gouvernement    CIMR : Le nombre d'adhérents a enregistré une hausse de 2 %    Vidéo – Algérie : Mouvements de protestations contre un cinquième mandat de Bouteflika    Sahara. Un nouveau revers pour les séparatistes    Flash hebdomadaire    Saison culturelle France-Maroc 2019 : Focus sur l'innovation et les arts virtuels    Conférence internationale de Varsovie. Jazouli expose la vision du Maroc    Botola Maroc Telecom : Le MAT stoppe l'IRT dans son élan    Beach-soccer : L'équipe nationale en stage de préparation à Casablanca    Lutte contre la corruption. La CNAC dresse son bilan    Table ronde sur «La biodiversité au Maroc: de la connaissance à la gouvernance»    Zoulikha Bouabdellah : « J'aime opposer les idées pour unifier ! »    Al Akhawayn. La cérémonie de clôture du projet MENARA à Rabat    PSA au Maroc. 700 millions d'euros en sourcing    Kevin-Prince Boateng cambriolé en plein match !    Réchauffement climatique : 61 % des marocains n'en ont jamais entendu parler    Accrochage entre l'armée indienne et les insurgés au Cachemire : 9 morts    L'employabilité des jeunes    Hydrocarbures : Lahcen Daoudi veut parvenir à une solution « acceptable par toutes les parties »    Nouveau record pour le SIEL : plus de 550.000 visiteurs    Rebel Spirit ou quand l'esprit libre de l'art urbain sublime Rabat !    Des partis australiens visés par un piratage commis par un « agent étatique »    Terres soulaliyates : La réforme en marche    Météo : Nouvelle vague de froid jusqu'à mercredi    Météo : Chutes de neige et temps froid dans plusieurs régions    Sommet de crise de l'Eglise catholique minée par les scandales sexuels    La Corée du Nord à « un tournant », disent ses médias avant le sommet    Rachid Talbi Alami lors d'une journée d'étude à Salé : «La formation, axe fondamental de la stratégie nationale du sport»    Hydrocarbures. Le Conseil de la concurrence prend de court le gouvernement    Aujjar : «La mise en œuvre du caractère officiel de l'amazigh ne doit pas faire l'objet de manœuvres politiciennes»    Divers    Ligue 1 : Marseille reprend des couleurs Monaco sort de la zone rouge    Appel à la protection des zones humides de la région Laâyoune-Sakia El Hamra    Divers    Driss Lachguar appelle à l'adoption d'un nouveau contrat social    Luis Rubiales : Peu de pays de par le monde disposent d'installations sportives comme celles du Maroc    Atlas Pro tour 2019 : Victoire de Duncan et distinction de Marjane    Mohamed Mouhib lors d'une rencontre organisée par la section locale du parti à Sidi Bernoussi    Un colloque national met la lumière sur les nouveautés de la loi de Finances    Une fusillade près de Chicago fait cinq morts    Bouillon de culture    "Nulle part loin de toi" de Mamoun Lahbabi    SIEL-2019 : Remise du Prix national de la lecture    MSC2019: L'Alliance Iran-Qatar mise en relief à Munich    La C.I.J. juge recevable la demande de l'Iran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Déchets industriels: Bientôt le retour des éco-taxes
Publié dans L'Economiste le 08 - 06 - 2018

Nezha El Ouafi, secrétaire d'Etat chargée du Développement durable fait-elle marche arrière? Après avoir abdiqué lors de la préparation de la loi de finances 2018 en retirant la proposition d'instauration de nouvelles éco-taxes sur les lubrifiants et les pneus, elle revient à la charge à la veille de la préparation du projet de loi de finances 2019.
En effet, la secrétaire d'Etat a appelé les industriels à assumer leurs responsabilités, conformément à la loi et à contribuer au financement des filières de valorisation des déchets à travers des éco-taxes.
«Il est inadmissible qu'au niveau de Casablanca, 3.500 tonnes soient produites par jour dont la majorité provient des industriels. Nous appelons à une responsabilité élargie pour développer les filières de valorisation. Nous allons entamer prochainement des discussions avec le ministère de l'Intérieur portant sur la contribution des producteurs au processus de valorisation», martèle Nezha El Ouafi, lors d'une rencontre organisée le 5 juin à Rabat, à l'occasion de la célébration de la Journée mondiale de l'Environnement.
Conformément aux bonnes pratiques internationales, la loi-cadre sur l'environnement et le développement durable a instauré le principe de responsabilité élargie des producteurs (REP). Ce principe étend les obligations du fabricant à l'égard d'un produit jusqu'au stade de fin de cycle de vie en aval de la consommation.
Sur le terrain, le constat est alarmant. Le Maroc produit environ 7 millions de tonnes par an de déchets ménagers et assimilés. Sur ce volume global, près de 3,5 millions de tonnes sont industriels dont 300.000 tonnes sont des résidus dangereux. La majorité de ces déchets ne sont pas valorisés.
«Les industriels doivent prendre leurs responsabilités et se soucier de la destination finale de leurs produits. D'autant plus qu'il est plus facile de suivre les déchets industriels. Le développement des filières de valorisation est un pas vers l'économie circulaire qui créerait de la richesse», fait valoir Mohamed Chaibi, président de la Coalition pour la valorisation des déchets (Covad).
«La CGEM a toujours été pour l'instauration d'éco-taxes mais elle demande que les recettes collectées soient vraiment versées dans les filières de recyclage et l'intégration du secteur informel et non dans le budget de l'Etat», soutient Chaibi.
Un nouveau round Mezouar/El Ouafi se profile-t-il à l'horizon? La CGEM a appuyé, rappelons le, le lobbying des industriels lors de la préparation de la loi de finances 2018. Résultat: aucune nouvelle éco-taxe n'a été instaurée. La Confédération patronale accompagne également les producteurs de plastique qui demandent à revoir l'éco-taxe imposée sur la vente, sortie usine et à l'importation des matières plastiques ou encore les ouvrages en ces matières (1,5% ad valorem).
Des producteurs se disent pénalisés depuis l'instauration desdites taxes. Un argument qui ne tient pas debout depuis le 1er janvier dernier car cette taxe est devenue déductible à l'instar de la taxe sur le ciment. Les recettes de cette taxe sont estimées à près de 157 millions de DH annuellement pour alimenter le Fonds national de l'environnement (FNE). Elles devront financer les premiers projets portant sur la valorisation du plastique dès 2018, promet la tutelle.
Pour faire aboutir le Programme national de valorisation des déchets (PNVD), le Secrétariat d'Etat poursuivra les concertations avec l'ensemble des acteurs concernés.
30% de valorisation en 2020
Le Programme national de valorisation des déchets vise le recyclage de 20% des déchets et la valorisation supplémentaire d'au moins 30% des résidus à l'horizon 2020. Le Secrétariat d'Etat chargé du Développement durable travaille, d'arrache-pied, sur la mise en place de plusieurs filières de valorisation. A ce jour, les filières initiées concernent les batteries à plomb usagées, les pneus usés, les huiles moteur usagées, le papier et carton, les huiles alimentaires usagées, les déchets plastiques, des équipements électriques et électroniques ou encore de construction et de démolition.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.