La DGSN ouvrira ses portes au public à Marrakech    IT Days : Journées de recrutement pour les métiers des Systèmes d'Information    Ligue des Champions : Le Wydad sort par la petite porte    El Othmani affirme que son gouvernement lutte contre la corruption    Partielles à M'diq-Fnideq : Le RNI l'emporte    2 priorités selon M. Benchaâboune, justice sociale et satisfaction des citoyens    Ebola de retour en RDC    ONU: Le Comité des 24 salue l'apport des élus des Provinces du Sud    Rapport Ramses 2019: «Il y a une grande attente d'Europe»    Sommet de Salzbourg: Brexit et migrations au menu    L'Boulevard 2018: Underground et bon enfant    Environnement et climat politique : Les mises en garde de Ségolène Royal    Le rapport de la commission du Parlement européen met en relief l'impact des efforts de développement sur les résidents des provinces sahariennes    Le chef de la diplomatie marocaine s'entretient avec son homologue mauritanien    La diplomatie au service de l'économie : Nasser Bourita appelle les représentations diplomatiques à promouvoir le label Maroc    Le Maroc n'est pas un havre de paix    Au moins 3 morts dans une fusillade aux Etats-Unis    L'Aquarius cherche un port pour 11 migrants secourus au large de la Libye    Theresa May humiliée à Salzbourg    Lancement d'un projet vert en faveur de jeunes diplômés en voie de réinsertion    Le Moghreb de Tétouan, club de la Colombe blanche, démarre la saison l'aile cassée    La Commission centrale de discipline a sévi    Sorties peinarde pour le Raja et délicate pour la RSB en Coupe de la CAF    Divers    Insolite : Eléphant électrocuté    Textile et tourisme, parents pauvres du marché halal    Angelina Jolie jouera dans le thriller "The Kept"    Un nouvel album pour Kanye West ?    La grosse colère de Harrison Ford contre les politiques    Rentrée scolaire: 7,9 millions élèves inscrits, dont 52% des filles    Averses orageuses localement fortes ce vendredi dans plusieurs régions du Royaume    Fraude fiscale. Les scandales en hausse en Espagne    Le chiffre d'affaire d'Oulmès affecté par le boycott    Kénitra : Un incendie ravage une usine de sucre    Alger entrave la coopération bilatérale et régionale    Attijariwafa bank : Une nouvelle offre publique de vente dans le pipe    Fifa : Trois anciens cadres du foot nord-américain suspendus à vie    Saad Lamjarred continuera à être diffusé sur Chada FM    1ère édition du Festival de la poésie arabe à Marrakech    Qui dit mieux… DHJ: 145 supporters pour un leader    Le WAC appelé à rebondir face à l'ESS pour une place au dernier carré    Turquie : Le Maroc participe à un Festival de soufies    INDH : Acte III    Arrestation à Casablanca de deux récidivistes pour leur implication présumée dans un homicide    Médecine légale : Le Conseil de gouvernement adopte le projet de loi    Mohamed Karim Lamrani n'est plus    Funérailles à Casablanca de Mohammed Karim Lamrani    Le film marocain «Razzia» de Nabil Ayouch en salles au Mexique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Déchets industriels: Bientôt le retour des éco-taxes
Publié dans L'Economiste le 08 - 06 - 2018

Nezha El Ouafi, secrétaire d'Etat chargée du Développement durable fait-elle marche arrière? Après avoir abdiqué lors de la préparation de la loi de finances 2018 en retirant la proposition d'instauration de nouvelles éco-taxes sur les lubrifiants et les pneus, elle revient à la charge à la veille de la préparation du projet de loi de finances 2019.
En effet, la secrétaire d'Etat a appelé les industriels à assumer leurs responsabilités, conformément à la loi et à contribuer au financement des filières de valorisation des déchets à travers des éco-taxes.
«Il est inadmissible qu'au niveau de Casablanca, 3.500 tonnes soient produites par jour dont la majorité provient des industriels. Nous appelons à une responsabilité élargie pour développer les filières de valorisation. Nous allons entamer prochainement des discussions avec le ministère de l'Intérieur portant sur la contribution des producteurs au processus de valorisation», martèle Nezha El Ouafi, lors d'une rencontre organisée le 5 juin à Rabat, à l'occasion de la célébration de la Journée mondiale de l'Environnement.
Conformément aux bonnes pratiques internationales, la loi-cadre sur l'environnement et le développement durable a instauré le principe de responsabilité élargie des producteurs (REP). Ce principe étend les obligations du fabricant à l'égard d'un produit jusqu'au stade de fin de cycle de vie en aval de la consommation.
Sur le terrain, le constat est alarmant. Le Maroc produit environ 7 millions de tonnes par an de déchets ménagers et assimilés. Sur ce volume global, près de 3,5 millions de tonnes sont industriels dont 300.000 tonnes sont des résidus dangereux. La majorité de ces déchets ne sont pas valorisés.
«Les industriels doivent prendre leurs responsabilités et se soucier de la destination finale de leurs produits. D'autant plus qu'il est plus facile de suivre les déchets industriels. Le développement des filières de valorisation est un pas vers l'économie circulaire qui créerait de la richesse», fait valoir Mohamed Chaibi, président de la Coalition pour la valorisation des déchets (Covad).
«La CGEM a toujours été pour l'instauration d'éco-taxes mais elle demande que les recettes collectées soient vraiment versées dans les filières de recyclage et l'intégration du secteur informel et non dans le budget de l'Etat», soutient Chaibi.
Un nouveau round Mezouar/El Ouafi se profile-t-il à l'horizon? La CGEM a appuyé, rappelons le, le lobbying des industriels lors de la préparation de la loi de finances 2018. Résultat: aucune nouvelle éco-taxe n'a été instaurée. La Confédération patronale accompagne également les producteurs de plastique qui demandent à revoir l'éco-taxe imposée sur la vente, sortie usine et à l'importation des matières plastiques ou encore les ouvrages en ces matières (1,5% ad valorem).
Des producteurs se disent pénalisés depuis l'instauration desdites taxes. Un argument qui ne tient pas debout depuis le 1er janvier dernier car cette taxe est devenue déductible à l'instar de la taxe sur le ciment. Les recettes de cette taxe sont estimées à près de 157 millions de DH annuellement pour alimenter le Fonds national de l'environnement (FNE). Elles devront financer les premiers projets portant sur la valorisation du plastique dès 2018, promet la tutelle.
Pour faire aboutir le Programme national de valorisation des déchets (PNVD), le Secrétariat d'Etat poursuivra les concertations avec l'ensemble des acteurs concernés.
30% de valorisation en 2020
Le Programme national de valorisation des déchets vise le recyclage de 20% des déchets et la valorisation supplémentaire d'au moins 30% des résidus à l'horizon 2020. Le Secrétariat d'Etat chargé du Développement durable travaille, d'arrache-pied, sur la mise en place de plusieurs filières de valorisation. A ce jour, les filières initiées concernent les batteries à plomb usagées, les pneus usés, les huiles moteur usagées, le papier et carton, les huiles alimentaires usagées, les déchets plastiques, des équipements électriques et électroniques ou encore de construction et de démolition.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.