ONCF : Le TGV entrera en service dès la fin de ce mois    SM le Roi nomme Driss Guerraoui président du Conseil de la Concurrence    Biographie de M. Driss Guerraoui, nouveau président du Conseil de la Concurrence    CAN 2019. Le Maroc composte son billet pour la phase finale    Pedro Sanchez attendu au Maroc    CAN 2019 : Le Maroc officiellement qualifié    Après 10 mois de prison, Tariq Ramadan sort de prison sous caution (Détails)    De la neige et des rafales de vents attendus ce week-end    Univers Digital inaugure son 2e magasin casablancais    Affaire Khashoggi : le rapport accablant de la CIA    Le Maroc et la Tunisie veulent synchroniser leurs politiques monétaires    La Chambre des représentants adopte le projet de loi de finances 2019    Le 11ème Sommet extraordinaire sur la réforme institutionnelle de l'Union africaine entame ses travaux    Pourquoi Bourita dérange    «Nous sommes arrivés très rapidement à la fin du processus»    Libye: Un grand soutien aux plans de l'ONU    Soins de santé primaires: Le personnel peu motivé    Oncologie: L'hôpital Cheikh Khalifa s'allie à l'Institut Curie    L'INDH met à niveau son logiciel    Des artistes pour sauver une école    Eliminatoires CAN-2019 : Le Maroc s'impose face au Cameroun    Stock Pralim certifié ISO 9001 version 2015    Le Premier secrétaire reçoit une délégation de l'Organisation de solidarité afro-asiatique    Les Croates assomment l'Espagne et peuvent rêver    LeBron James toujours plus haut    Coupe du Trône : A qui la première ?    Le Maroc et la Belgique renforcent leur coopération bilatérale    Les performances comparées des 12 régions du Royaume    Ankara dit être en possession de preuves discréditant la version saoudienne    Pyongyang annonce avoir testé une arme tactique ultramoderne    Ces stars qui disent NON à la chirurgie esthétique ! Marion Cotillard    Divers    2ème campagne de prévention et de prise en charge de l'hydatidose    La France, principal investisseur au Maroc entre 2010-2017    Le Maroc à l'honneur au Festival du cinéma méditerranéen de Bruxelles    La Galerie H met l'artisanat et le design vintage à l'honneur    Parler de la guerre au féminin, l'ambition de la réalisatrice Eva Husson    El Othmani : GMT+1, les protestations spontanées des élèves contre sont «compréhensibles»    Facebook lance une « cour d'appel » pour contenus controversés    Brexit : Theresa May réconfortée par des soutiens de poids dans son gouvernement    Benatia : Gagner pour ne pas jouer la survie au Malawi    Lo Celso restera sûrement à Betis    Spotify : Le service de streaming musical arrive au Maroc    Mohammed VI-B bientôt dans l'espace    Un show pour valoriser les inventeurs arabes    Bachir Demnati: Un oublié de l'histoire de l'art au Maroc    Fayez al-Sarraj fustige l'hypocrisie européenne sur les migrants    L'écrivain El Miloudi Chaghmoum va à la rencontre des prisonniers de Kénitra    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Déchets industriels: Bientôt le retour des éco-taxes
Publié dans L'Economiste le 08 - 06 - 2018

Nezha El Ouafi, secrétaire d'Etat chargée du Développement durable fait-elle marche arrière? Après avoir abdiqué lors de la préparation de la loi de finances 2018 en retirant la proposition d'instauration de nouvelles éco-taxes sur les lubrifiants et les pneus, elle revient à la charge à la veille de la préparation du projet de loi de finances 2019.
En effet, la secrétaire d'Etat a appelé les industriels à assumer leurs responsabilités, conformément à la loi et à contribuer au financement des filières de valorisation des déchets à travers des éco-taxes.
«Il est inadmissible qu'au niveau de Casablanca, 3.500 tonnes soient produites par jour dont la majorité provient des industriels. Nous appelons à une responsabilité élargie pour développer les filières de valorisation. Nous allons entamer prochainement des discussions avec le ministère de l'Intérieur portant sur la contribution des producteurs au processus de valorisation», martèle Nezha El Ouafi, lors d'une rencontre organisée le 5 juin à Rabat, à l'occasion de la célébration de la Journée mondiale de l'Environnement.
Conformément aux bonnes pratiques internationales, la loi-cadre sur l'environnement et le développement durable a instauré le principe de responsabilité élargie des producteurs (REP). Ce principe étend les obligations du fabricant à l'égard d'un produit jusqu'au stade de fin de cycle de vie en aval de la consommation.
Sur le terrain, le constat est alarmant. Le Maroc produit environ 7 millions de tonnes par an de déchets ménagers et assimilés. Sur ce volume global, près de 3,5 millions de tonnes sont industriels dont 300.000 tonnes sont des résidus dangereux. La majorité de ces déchets ne sont pas valorisés.
«Les industriels doivent prendre leurs responsabilités et se soucier de la destination finale de leurs produits. D'autant plus qu'il est plus facile de suivre les déchets industriels. Le développement des filières de valorisation est un pas vers l'économie circulaire qui créerait de la richesse», fait valoir Mohamed Chaibi, président de la Coalition pour la valorisation des déchets (Covad).
«La CGEM a toujours été pour l'instauration d'éco-taxes mais elle demande que les recettes collectées soient vraiment versées dans les filières de recyclage et l'intégration du secteur informel et non dans le budget de l'Etat», soutient Chaibi.
Un nouveau round Mezouar/El Ouafi se profile-t-il à l'horizon? La CGEM a appuyé, rappelons le, le lobbying des industriels lors de la préparation de la loi de finances 2018. Résultat: aucune nouvelle éco-taxe n'a été instaurée. La Confédération patronale accompagne également les producteurs de plastique qui demandent à revoir l'éco-taxe imposée sur la vente, sortie usine et à l'importation des matières plastiques ou encore les ouvrages en ces matières (1,5% ad valorem).
Des producteurs se disent pénalisés depuis l'instauration desdites taxes. Un argument qui ne tient pas debout depuis le 1er janvier dernier car cette taxe est devenue déductible à l'instar de la taxe sur le ciment. Les recettes de cette taxe sont estimées à près de 157 millions de DH annuellement pour alimenter le Fonds national de l'environnement (FNE). Elles devront financer les premiers projets portant sur la valorisation du plastique dès 2018, promet la tutelle.
Pour faire aboutir le Programme national de valorisation des déchets (PNVD), le Secrétariat d'Etat poursuivra les concertations avec l'ensemble des acteurs concernés.
30% de valorisation en 2020
Le Programme national de valorisation des déchets vise le recyclage de 20% des déchets et la valorisation supplémentaire d'au moins 30% des résidus à l'horizon 2020. Le Secrétariat d'Etat chargé du Développement durable travaille, d'arrache-pied, sur la mise en place de plusieurs filières de valorisation. A ce jour, les filières initiées concernent les batteries à plomb usagées, les pneus usés, les huiles moteur usagées, le papier et carton, les huiles alimentaires usagées, les déchets plastiques, des équipements électriques et électroniques ou encore de construction et de démolition.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.