Visite au Centre culturel africain au Maroc après rénovation    Décès de l'ancien portier du WAC Mohamed El Khalidy, alias «Yachine»    Christian Adda : «Le Maroc peut être un carrefour de la culture africaine»    BMCE Bank à l'écoute des MRE    Ahidous à l'honneur à Aïn Louh    Délais de paiement: Beaucoup reste à faire    Des maires africains repensent la régionalisation dans le continent à Casablanca    MTF 2018: Focus sur la régionalisation avancée    La campagne agricole s'annonce exceptionnelle    Careem signe un protocole d'accord avec deux syndicats de taxis    Le Maroc et l'UE s'entendent sur le contenu du futur accord de pêche    L'experte espagnole María Carrasco* : « L'Espagne doit lutter au sein de l'UE pour aider le Maroc à gérer les flux des migrants »    Mahmoud Abbas condamne l'adoption de la loi sur « l'Etat-nation juif »    Comment des réfugiés peuvent refaire leur vie au Maroc    Allemagne : Des blessés après une attaque dans un bus    La vague de chaleur en Europe provoque sécheresse et incendies    Trump menace de taxes punitives les 505 milliards de dollars de produits chinois importés    Coupe de la Confédération : Le Raja sort la tête du goulot    Les grands enjeux d'Agadir!    Retraite des parlementaires: Manque de consensus et interminable débat    Création d'un Club national de la presse au Maroc    Rencontre des députés du PPS et le réseau Anaruz    Pedro Sanchez veut tourner la page du franquisme    Les clubs marocains se préparent pour la nouvelle saison    Corée du Sud : La présidente déchue condamnée à huit ans de plus    Des enfants d'Al Qods visitent le mausolée Mohammed V    Marhaba : 961.000 MRE ont gagné le Maroc    Immigration illégale – BCIJ : Démantèlement d'une bande criminelle active dans plusieurs villes    HCEFLCD : Ouverture de 1.237 km de pistes forestières entre 2013 et 2017    L'ONEE lance un programme d'éducation et de sensibilisation à la protection du littoral    Italie : Le torchon brûle entre Salvini et Saviano    CCG lance une nouvelle capsule vidéo dédiée aux mécanismes du Fonds Innov Invest    Santé : Et les recettes?    Il fait l'actu : Nizar Baraka, président du CESE    Saad-Eddine El Otmani : « Je suis très confiant pour la suite »    Le ministère de la santé dénonce les actes d'agressions répétitifs visant son personnel hospitalier    Munir El Kajoui Mohamedi rejoint le FC Malaga    BD : le Maroc aura son propre Marvel    Menaces de Trump sur les autos: l'Europe prête à discuter… et riposter    Ronaldo moqué jusqu'à l'humiliation dans les bains publics    Faouzi Lekjaa invité du Forum de la MAP le mardi 24 juillet    Non... «Mr Bean» n'est, encore une fois, pas mort    Match de gala entre les Lions de l'Atlas de 2004 et des anciens de la Seleção    L'été au musée    Le jalon du progrès    Décès de l'ancien portier du WAC Mohamed El Khalidy    Vers la création d'un musée de la mémoire juive marocaine à Fès : Le message fort de Mehdi Qotbi    Vidéo : La bourgeoisie marocaine caricaturée par The Tberguig !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Déchets industriels: Bientôt le retour des éco-taxes
Publié dans L'Economiste le 08 - 06 - 2018

Nezha El Ouafi, secrétaire d'Etat chargée du Développement durable fait-elle marche arrière? Après avoir abdiqué lors de la préparation de la loi de finances 2018 en retirant la proposition d'instauration de nouvelles éco-taxes sur les lubrifiants et les pneus, elle revient à la charge à la veille de la préparation du projet de loi de finances 2019.
En effet, la secrétaire d'Etat a appelé les industriels à assumer leurs responsabilités, conformément à la loi et à contribuer au financement des filières de valorisation des déchets à travers des éco-taxes.
«Il est inadmissible qu'au niveau de Casablanca, 3.500 tonnes soient produites par jour dont la majorité provient des industriels. Nous appelons à une responsabilité élargie pour développer les filières de valorisation. Nous allons entamer prochainement des discussions avec le ministère de l'Intérieur portant sur la contribution des producteurs au processus de valorisation», martèle Nezha El Ouafi, lors d'une rencontre organisée le 5 juin à Rabat, à l'occasion de la célébration de la Journée mondiale de l'Environnement.
Conformément aux bonnes pratiques internationales, la loi-cadre sur l'environnement et le développement durable a instauré le principe de responsabilité élargie des producteurs (REP). Ce principe étend les obligations du fabricant à l'égard d'un produit jusqu'au stade de fin de cycle de vie en aval de la consommation.
Sur le terrain, le constat est alarmant. Le Maroc produit environ 7 millions de tonnes par an de déchets ménagers et assimilés. Sur ce volume global, près de 3,5 millions de tonnes sont industriels dont 300.000 tonnes sont des résidus dangereux. La majorité de ces déchets ne sont pas valorisés.
«Les industriels doivent prendre leurs responsabilités et se soucier de la destination finale de leurs produits. D'autant plus qu'il est plus facile de suivre les déchets industriels. Le développement des filières de valorisation est un pas vers l'économie circulaire qui créerait de la richesse», fait valoir Mohamed Chaibi, président de la Coalition pour la valorisation des déchets (Covad).
«La CGEM a toujours été pour l'instauration d'éco-taxes mais elle demande que les recettes collectées soient vraiment versées dans les filières de recyclage et l'intégration du secteur informel et non dans le budget de l'Etat», soutient Chaibi.
Un nouveau round Mezouar/El Ouafi se profile-t-il à l'horizon? La CGEM a appuyé, rappelons le, le lobbying des industriels lors de la préparation de la loi de finances 2018. Résultat: aucune nouvelle éco-taxe n'a été instaurée. La Confédération patronale accompagne également les producteurs de plastique qui demandent à revoir l'éco-taxe imposée sur la vente, sortie usine et à l'importation des matières plastiques ou encore les ouvrages en ces matières (1,5% ad valorem).
Des producteurs se disent pénalisés depuis l'instauration desdites taxes. Un argument qui ne tient pas debout depuis le 1er janvier dernier car cette taxe est devenue déductible à l'instar de la taxe sur le ciment. Les recettes de cette taxe sont estimées à près de 157 millions de DH annuellement pour alimenter le Fonds national de l'environnement (FNE). Elles devront financer les premiers projets portant sur la valorisation du plastique dès 2018, promet la tutelle.
Pour faire aboutir le Programme national de valorisation des déchets (PNVD), le Secrétariat d'Etat poursuivra les concertations avec l'ensemble des acteurs concernés.
30% de valorisation en 2020
Le Programme national de valorisation des déchets vise le recyclage de 20% des déchets et la valorisation supplémentaire d'au moins 30% des résidus à l'horizon 2020. Le Secrétariat d'Etat chargé du Développement durable travaille, d'arrache-pied, sur la mise en place de plusieurs filières de valorisation. A ce jour, les filières initiées concernent les batteries à plomb usagées, les pneus usés, les huiles moteur usagées, le papier et carton, les huiles alimentaires usagées, les déchets plastiques, des équipements électriques et électroniques ou encore de construction et de démolition.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.