L'ONU organise la deuxième table ronde sur le Sahara marocain à Genève    Lesieur Cristal : Baisse de 34% du résultat net en 2018    Exercice de gestion de crise à l'aéroport Fès-Saiss    Attentat de Christchurch: Inhumation des premières victimes du carnage des mosquées    Elections test aux Pays-Bas après la fusillade d'Utrecht    Malawi-Maroc. Le sélectionneur national convoque 18 joueurs    La droite européenne s'apprête à sanctionner le populiste Orban    Abus de publicité. 1,49 milliard d'euros d'amende pour Google    Dubaï. Expulsion d'un employé qui a célébré l'attentat de Christchurch    Bouteflika, seul au monde ?    Championnat arabe de boxe : Le Maroc prend part à la 3è édition à Khartoum    British Council lance un appel à candidatures pour une formation au Royaume-Uni    Journées de la Francophonie : Les élèves marocains se distinguent à Oslo    Les raisons de la flambée des prix de la viande rouge    Semaine de la Francophonie à Las Palmas : Projection de «Aïda-La Revenante»»    La Kasbah de Tazka à Tafraout inscrite sur la liste du patrimoine culturel national    Tariq Ramadan force une conférence sur les violences faites aux femmes    Motor Village et Marokoto : Partenaires de la Raquette d'Or de Mohammedia 2019    Sukuk. Encore du chemin à faire    Pas de modification du statut du concours d'internat en médecine    Enseignants grévistes: La procédure d'abandon de poste activée    Condition de la femme : Des associations marocaines montent au créneau    Casanearshore SA et Technopolis Rabatshore deviennent Ewane Assets    Le Maroc, hub africain pour l'Inde    Tennis. Le Grand Prix Hassan II revient avec son lot de nouveautés    Sadeem 2. Le youtubeur Abdelmoumen Aomari représente le Maroc    Casablanca : Partenariat pour la promotion des métiers de la vente et du commerce    Les Philippines quittent la C.P.I.    Saisie de plus de 6.900 comprimés psychotropes et de 80 kg de cocaïne à Tanger    Et si Facebook n'avait pas perdu 17 minutes?    Trois clubs marocains au tirage des coupes africaines    Maroc-Rwanda : Douze nouveaux accords pour renforcer la coopération bilatérale    Il appartient à l'organisation criminelle «Comorra» : Un Italien interpellé à Marrakech    Brahim El Mazned intègre la banque d'expertise -Unesco    Migration illégale et trafic de drogue : Quatre individus arrêtés à Nador et Driouch    Edito : Réseaux antisociaux    Sahara marocain : Bourita appelle à «dépolluer» l'UA des «débats stériles, inutiles et en déphasage avec la réalité»    Prime de Neymar au FC Barcelone : Le procès reporté au 27 septembre    Rude épreuve congolaise pour les U23    Participation du Maroc au Forum de scoutisme arabe au Caire    Habib El Malki réitère son engagement à renforcer l'UPCI en tant qu'organisation multipartite, indépendante et efficace au sein de la communauté internationale    La Commission du droit d'accès à l'information fixe son plan d'action    L'activité minière de l'OCP passée au crible    Défection au Polisario    Rodriguez : Je n'ai pas de problème avec Zidane    Plus de la moitié des adolescents confrontés à un "triple fardeau" sanitaire    La Troupe Masrah Annas à la rencontre des Marocains de France    Un spectacle musical haut en couleur à l'ouverture des Journées culturelles algériennes à Oujda    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Environnement: Miser sur l'effet d'entraînement
Publié dans L'Economiste le 08 - 06 - 2018

Pour Jean-François Girault, ambassadeur de France à Rabat, la démarche «Ambassade verte» n'est pas un brevet technique à protéger, c'est au contraire une expérience concrète à partager (Ph. Bziouat)
- L'Economiste: Vous venez de présenter la démarche «Ambassade verte» au Maroc. Concrètement, quels sont les effets attendus de cette initiative?
- Jean-François Girault: La démarche «Ambassade verte», lancée en 2015, est encore récente, mais les résultats sont déjà là! Les partenariats conclus avec les sociétés marocaines Sorepac, E-Recycling nous permettent de recycler 10 tonnes de papier par an, et 2,4 tonnes de déchets électroniques. Nous avons également pu mettre en place le tri sélectif dans l'immeuble de logements destiné aux agents de l'ambassade avec l'organisation ENDA Maghreb, qui assure un emploi stable à des récupérateurs. Les travaux de rénovation énergétique ont aussi permis de diminuer de 17% la consommation électrique et de 26% les émissions de gaz à effet de serre. Le réaménagement récent du jardin, agrémenté de plantes marocaines typiques, nous permet de réaliser des économies d'eau d'arrosage. Les objectifs ne sont pas uniquement statistiques. Nous cherchons aussi à faire évoluer les comportements. C'est la condition d'un projet réussi dans la durée. Dans ce domaine également, les choses bougent dans le bon sens.
- Vous avez insisté sur l'importance de l'effet d'entraînement de ce type d'initiatives.
- La démarche «Ambassade verte» ne concerne pas uniquement l'Ambassade de France. C'est l'ensemble du réseau français au Maroc qui est mobilisé, à savoir nos 6 consulats généraux, nos 12 instituts français et 38 écoles. Ils ont adopté leur propre plan vert, avec des mesures concrètes adaptées au contexte local. L'initiative «Ambassade verte» est également fédératrice d'un réseau des ambassades à Rabat, sensibles aux enjeux du développement durable. L'objectif est de partager les bonnes idées et les bonnes pratiques. Les partenariats que nous avons noués avec des organisations de la société civile et des entreprises marocaines, notamment en matière de recyclage, commencent à avoir un effet d'entraînement. Notre approche est collective et participative. Nous nous inspirons les uns des autres et avons la chance d'évoluer dans un pays sensible aux enjeux environnementaux. Une ambassade verte n'est pas un brevet technique à protéger, c'est au contraire une expérience concrète à partager.
- La France et le Maroc ont des points de vue rapprochés en matière de durabilité. Où en sommes-nous dans le processus de coopération environnementale entre les deux pays?
- L'Appel de Tanger signé entre nos deux Chefs d'Etat, en septembre 2015, a créé une dynamique forte de coopération entre nos deux pays, qui s'est poursuivie avec le passage de relais entre les COP21 et 22. Nos efforts n'ont pas pris fin avec la Conférence de Marrakech.
Le dialogue se poursuit au plus haut niveau, comme en témoigne la participation du Roi Mohammed VI au «One Planet Summit», rencontre internationale que le Président de la République, Emmanuel Macron, a présidé à Paris, le 12 décembre dernier. La France et le Maroc se sont également concertés pour faire aboutir, à New York, en mai dernier, la résolution de l'Assemblée générale des Nations Unies créant un groupe de travail pour l'élaboration du Pacte mondial pour l'environnement, un nouvel accord visant à combler les lacunes du droit international en la matière.
- Au niveau des IDE, quelle est la part des entreprises françaises dans les domaines de l'écologie et des énergies renouvelables au Maroc?
- La France et ses entreprises sont pleinement impliquées dans les grands projets de mobilité urbaine et ferroviaire au Maroc, qu'il s'agisse des tramways de Casablanca ou de Rabat ou encore du projet de Ligne à Grande Vitesse. Leur contribution concerne aussi bien le savoir-faire, que la technologie ou le financement. Ces projets contribuent à désenclaver les territoires et à promouvoir des modes de transport à faible empreinte carbone. Nos entreprises sont également engagées de longue date dans les grands projets d'énergie renouvelable, tels que la réalisation par Engie et Nareva du projet de parc éolien de Tarfaya de 300 MW, le projet de parc éolien de 150 MW à Taza confié au groupement EDF-EN/Alstom. En matière d'efficacité énergétique, on relèvera la participation d'Engie au programme «Mosquées vertes».
L'AFD accompagne également la dynamique marocaine en soutenant la construction du plus grand complexe solaire thermodynamique des pays du Sud, celui de Noor Ouarzazate. Elle appuie les Instituts de formation aux métiers des énergies renouvelables et de l'efficacité énergétique (Ifmeree) ainsi que l'initiative européenne Morseff multi-bailleurs avec pour objectif d'accorder des lignes de crédit en faveur des banques locales pour financer les investissements d'efficacité énergétique et d'énergies renouvelables dans l'industrie, le commerce et le bâtiment.
Propos recueillis par Mohamed Ali MRABI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.