La DGSN ouvrira ses portes au public à Marrakech    IT Days : Journées de recrutement pour les métiers des Systèmes d'Information    Ligue des Champions : Le Wydad sort par la petite porte    El Othmani affirme que son gouvernement lutte contre la corruption    Partielles à M'diq-Fnideq : Le RNI l'emporte    2 priorités selon M. Benchaâboune, justice sociale et satisfaction des citoyens    Ebola de retour en RDC    ONU: Le Comité des 24 salue l'apport des élus des Provinces du Sud    Rapport Ramses 2019: «Il y a une grande attente d'Europe»    Sommet de Salzbourg: Brexit et migrations au menu    L'Boulevard 2018: Underground et bon enfant    Environnement et climat politique : Les mises en garde de Ségolène Royal    Le rapport de la commission du Parlement européen met en relief l'impact des efforts de développement sur les résidents des provinces sahariennes    Le chef de la diplomatie marocaine s'entretient avec son homologue mauritanien    La diplomatie au service de l'économie : Nasser Bourita appelle les représentations diplomatiques à promouvoir le label Maroc    Le Maroc n'est pas un havre de paix    Au moins 3 morts dans une fusillade aux Etats-Unis    L'Aquarius cherche un port pour 11 migrants secourus au large de la Libye    Theresa May humiliée à Salzbourg    Lancement d'un projet vert en faveur de jeunes diplômés en voie de réinsertion    Le Moghreb de Tétouan, club de la Colombe blanche, démarre la saison l'aile cassée    La Commission centrale de discipline a sévi    Sorties peinarde pour le Raja et délicate pour la RSB en Coupe de la CAF    Divers    Insolite : Eléphant électrocuté    Textile et tourisme, parents pauvres du marché halal    Angelina Jolie jouera dans le thriller "The Kept"    Un nouvel album pour Kanye West ?    La grosse colère de Harrison Ford contre les politiques    Rentrée scolaire: 7,9 millions élèves inscrits, dont 52% des filles    Averses orageuses localement fortes ce vendredi dans plusieurs régions du Royaume    Fraude fiscale. Les scandales en hausse en Espagne    Le chiffre d'affaire d'Oulmès affecté par le boycott    Kénitra : Un incendie ravage une usine de sucre    Alger entrave la coopération bilatérale et régionale    Attijariwafa bank : Une nouvelle offre publique de vente dans le pipe    Fifa : Trois anciens cadres du foot nord-américain suspendus à vie    Saad Lamjarred continuera à être diffusé sur Chada FM    1ère édition du Festival de la poésie arabe à Marrakech    Qui dit mieux… DHJ: 145 supporters pour un leader    Le WAC appelé à rebondir face à l'ESS pour une place au dernier carré    Turquie : Le Maroc participe à un Festival de soufies    INDH : Acte III    Arrestation à Casablanca de deux récidivistes pour leur implication présumée dans un homicide    Médecine légale : Le Conseil de gouvernement adopte le projet de loi    Mohamed Karim Lamrani n'est plus    Funérailles à Casablanca de Mohammed Karim Lamrani    Le film marocain «Razzia» de Nabil Ayouch en salles au Mexique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Croissance mondiale: Le pétrole et Trump sans effet pour l'instant
Publié dans L'Economiste le 08 - 06 - 2018

Malgré la montée du protectionnisme, la Banque mondiale est plus optimiste qu'en janvier sur le commerce mondial. Elle a révisé à la hausse ses prévisions sur les trois prochaines années. La croissance mondiale, elle, se stabilisera à 3,1% en 2018 et se fixera autour de 3% les deux prochaines années, selon les dernières prévisions de la Banque mondiale.
L'économie mondiale progressera de 3,1% en 2018. La Banque mondiale a maintenu inchangées ses prévisions après la mise à jour de juin. La remontée du prix du pétrole, la reconduction des sanctions contre l'Iran ou encore les tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine sont des éléments qui se sont rajoutés à la grille d'analyse des experts de la Banque mondiale. Mais ils ne semblent pas trop affecter leur jugement, en tout cas à court terme.
Les risques d'une confrontation entre les Etats-Unis et la Chine se sont un peu éloignés après que les deux géants aient trouvé un terrain d'entente. Mais, connaissant l'occupant de la Maison-Blanche, des rebondissements ne sont pas à exclure.
Toutefois, la Banque mondiale est un peu plus optimiste qu'en janvier sur le commerce mondial. Elle a relevé ses prévisions pour 2018 et les deux années suivantes. Cela participe à l'amélioration des perspectives des Etats-Unis et de la Chine. L'économie américaine progresserait de 2,7% en 2018 contre 2,5% anticipé en janvier. La Chine profite aussi d'un ajustement à la hausse de 0,1 point à 6,5%.
En revanche, les prévisions demeurent inchangées pour la zone euro qui est créditée d'une croissance du PIB de 2,1% en 2018. L'état de santé de la zone est un baromètre important pour le Maroc dont l'essentiel des exportations prennent la direction de l'Espagne et de la France. Après un chiffre de 2,4% en 2017, la croissance au sein de la zone euro se tasse depuis le début de l'année.
Aujourd'hui, les marchés chassent le moindre indice sur l'évolution de la politique monétaire de la Banque centrale européenne. Le retour progressif de l'inflation devrait orienter la BCE sur la voie d'une suppression progressive des mesures de relance monétaire. La possibilité d'une réduction progressive du programme de rachat d'actifs sera débattue lors du conseil monétaire de la semaine prochaine, a indiqué Peter Praet, économiste en chef de la BCE.
Sur les marchés, la probabilité d'un relèvement des taux de la BCE d'ici juillet est de plus en plus élevée. Aux Etats-Unis, les spécialistes prévoient quatre hausses des taux d'intérêt de la FED en 2018. La normalisation de la politique monétaire par les banques centrales ne sera pas neutre sur l'économie mondiale.
«A mesure que les économies avancées normalisent leur politique monétaire, les pays émergents et en développement doivent s'attendre à des accès de volatilité sur les marchés financiers», analyse Ayhan Kose, directeur du Groupe d'études des perspectives de développement de la Banque mondiale.
La croissance mondiale devrait retomber à 2% dans les pays à revenu élevé en 2019 après 2,2% en 2018. Elle passerait de 4,7 à 4,8% en 2019 et 2020 dans les économies en développement.
Les tensions géopolitiques ont fortement pesé sur l'activité touristique dans la région. Malgré sa stabilité, le Maroc souffre de l'effet d'assimilation
3% pour le Maroc en 2018
L'actualisation des données pour le Maroc aboutit à un chiffre de 3% contre 3,1% il y a quelques mois. La croissance marocaine se situe dans la moyenne de la région Mena (3%). Elle sera inférieure à 4% en 2018 et 2019. Au-delà des facteurs conjoncturels qui peuvent pénaliser ou soutenir la croissance, le modèle marocain ne permet plus de générer une croissance robuste pour réduire le chômage et passer à un autre palier de développement.
C'est un sujet sur lequel insistent aussi bien la Banque mondiale et le FMI que les organismes nationaux tels que le HCP ou encore Bank Al-Maghrib. Les observateurs, dont les experts de l'OCDE, critiquent, entre autres, le manque de cohérence dans les stratégies sectorielles. Par ailleurs, la technologie est en train de bouleverser l'économie.
Elle peut être une arme à double tranchant dans la mesure où elle peut favoriser l'inclusion des jeunes. Elle peut d'un autre côté être destructrice pour l'emploi pour ceux qui ne s'adapteront pas. «La rapidité des évolutions technologiques rend incontournable le soutien à l'acquisition de compétences de même que le renforcement de la compétitivité et de l'ouverture des échanges», prévient la Banque mondiale.
L'institution encourage la mise en œuvre des réformes qui amélioreront les perspectives de croissance à long terme.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.