Sécurité routière : 550 nouveaux radars seront installés prochainement    Maroc Telecom. Les réalisations 2018 supérieures aux objectifs annoncés    Plus de 600 coureurs participent à la 2e édition de l'Eco-Trail    « Logintek Settat » à l'ordre du jour du prochain Conseil de gouvernement    CIMR : Le nombre d'adhérents a enregistré une hausse de 2 %    Vidéo – Algérie : Mouvements de protestations contre un cinquième mandat de Bouteflika    Sahara. Un nouveau revers pour les séparatistes    Flash hebdomadaire    Saison culturelle France-Maroc 2019 : Focus sur l'innovation et les arts virtuels    Conférence internationale de Varsovie. Jazouli expose la vision du Maroc    Botola Maroc Telecom : Le MAT stoppe l'IRT dans son élan    Beach-soccer : L'équipe nationale en stage de préparation à Casablanca    Lutte contre la corruption. La CNAC dresse son bilan    Table ronde sur «La biodiversité au Maroc: de la connaissance à la gouvernance»    Zoulikha Bouabdellah : « J'aime opposer les idées pour unifier ! »    Al Akhawayn. La cérémonie de clôture du projet MENARA à Rabat    PSA au Maroc. 700 millions d'euros en sourcing    Kevin-Prince Boateng cambriolé en plein match !    Réchauffement climatique : 61 % des marocains n'en ont jamais entendu parler    Accrochage entre l'armée indienne et les insurgés au Cachemire : 9 morts    L'employabilité des jeunes    Hydrocarbures : Lahcen Daoudi veut parvenir à une solution « acceptable par toutes les parties »    Nouveau record pour le SIEL : plus de 550.000 visiteurs    Rebel Spirit ou quand l'esprit libre de l'art urbain sublime Rabat !    Des partis australiens visés par un piratage commis par un « agent étatique »    Terres soulaliyates : La réforme en marche    Météo : Nouvelle vague de froid jusqu'à mercredi    Météo : Chutes de neige et temps froid dans plusieurs régions    Sommet de crise de l'Eglise catholique minée par les scandales sexuels    La Corée du Nord à « un tournant », disent ses médias avant le sommet    Rachid Talbi Alami lors d'une journée d'étude à Salé : «La formation, axe fondamental de la stratégie nationale du sport»    Hydrocarbures. Le Conseil de la concurrence prend de court le gouvernement    Aujjar : «La mise en œuvre du caractère officiel de l'amazigh ne doit pas faire l'objet de manœuvres politiciennes»    Divers    Ligue 1 : Marseille reprend des couleurs Monaco sort de la zone rouge    Appel à la protection des zones humides de la région Laâyoune-Sakia El Hamra    Divers    Driss Lachguar appelle à l'adoption d'un nouveau contrat social    Luis Rubiales : Peu de pays de par le monde disposent d'installations sportives comme celles du Maroc    Atlas Pro tour 2019 : Victoire de Duncan et distinction de Marjane    Mohamed Mouhib lors d'une rencontre organisée par la section locale du parti à Sidi Bernoussi    Un colloque national met la lumière sur les nouveautés de la loi de Finances    Une fusillade près de Chicago fait cinq morts    Bouillon de culture    "Nulle part loin de toi" de Mamoun Lahbabi    SIEL-2019 : Remise du Prix national de la lecture    MSC2019: L'Alliance Iran-Qatar mise en relief à Munich    La C.I.J. juge recevable la demande de l'Iran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Croissance mondiale: Le pétrole et Trump sans effet pour l'instant
Publié dans L'Economiste le 08 - 06 - 2018

Malgré la montée du protectionnisme, la Banque mondiale est plus optimiste qu'en janvier sur le commerce mondial. Elle a révisé à la hausse ses prévisions sur les trois prochaines années. La croissance mondiale, elle, se stabilisera à 3,1% en 2018 et se fixera autour de 3% les deux prochaines années, selon les dernières prévisions de la Banque mondiale.
L'économie mondiale progressera de 3,1% en 2018. La Banque mondiale a maintenu inchangées ses prévisions après la mise à jour de juin. La remontée du prix du pétrole, la reconduction des sanctions contre l'Iran ou encore les tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine sont des éléments qui se sont rajoutés à la grille d'analyse des experts de la Banque mondiale. Mais ils ne semblent pas trop affecter leur jugement, en tout cas à court terme.
Les risques d'une confrontation entre les Etats-Unis et la Chine se sont un peu éloignés après que les deux géants aient trouvé un terrain d'entente. Mais, connaissant l'occupant de la Maison-Blanche, des rebondissements ne sont pas à exclure.
Toutefois, la Banque mondiale est un peu plus optimiste qu'en janvier sur le commerce mondial. Elle a relevé ses prévisions pour 2018 et les deux années suivantes. Cela participe à l'amélioration des perspectives des Etats-Unis et de la Chine. L'économie américaine progresserait de 2,7% en 2018 contre 2,5% anticipé en janvier. La Chine profite aussi d'un ajustement à la hausse de 0,1 point à 6,5%.
En revanche, les prévisions demeurent inchangées pour la zone euro qui est créditée d'une croissance du PIB de 2,1% en 2018. L'état de santé de la zone est un baromètre important pour le Maroc dont l'essentiel des exportations prennent la direction de l'Espagne et de la France. Après un chiffre de 2,4% en 2017, la croissance au sein de la zone euro se tasse depuis le début de l'année.
Aujourd'hui, les marchés chassent le moindre indice sur l'évolution de la politique monétaire de la Banque centrale européenne. Le retour progressif de l'inflation devrait orienter la BCE sur la voie d'une suppression progressive des mesures de relance monétaire. La possibilité d'une réduction progressive du programme de rachat d'actifs sera débattue lors du conseil monétaire de la semaine prochaine, a indiqué Peter Praet, économiste en chef de la BCE.
Sur les marchés, la probabilité d'un relèvement des taux de la BCE d'ici juillet est de plus en plus élevée. Aux Etats-Unis, les spécialistes prévoient quatre hausses des taux d'intérêt de la FED en 2018. La normalisation de la politique monétaire par les banques centrales ne sera pas neutre sur l'économie mondiale.
«A mesure que les économies avancées normalisent leur politique monétaire, les pays émergents et en développement doivent s'attendre à des accès de volatilité sur les marchés financiers», analyse Ayhan Kose, directeur du Groupe d'études des perspectives de développement de la Banque mondiale.
La croissance mondiale devrait retomber à 2% dans les pays à revenu élevé en 2019 après 2,2% en 2018. Elle passerait de 4,7 à 4,8% en 2019 et 2020 dans les économies en développement.
Les tensions géopolitiques ont fortement pesé sur l'activité touristique dans la région. Malgré sa stabilité, le Maroc souffre de l'effet d'assimilation
3% pour le Maroc en 2018
L'actualisation des données pour le Maroc aboutit à un chiffre de 3% contre 3,1% il y a quelques mois. La croissance marocaine se situe dans la moyenne de la région Mena (3%). Elle sera inférieure à 4% en 2018 et 2019. Au-delà des facteurs conjoncturels qui peuvent pénaliser ou soutenir la croissance, le modèle marocain ne permet plus de générer une croissance robuste pour réduire le chômage et passer à un autre palier de développement.
C'est un sujet sur lequel insistent aussi bien la Banque mondiale et le FMI que les organismes nationaux tels que le HCP ou encore Bank Al-Maghrib. Les observateurs, dont les experts de l'OCDE, critiquent, entre autres, le manque de cohérence dans les stratégies sectorielles. Par ailleurs, la technologie est en train de bouleverser l'économie.
Elle peut être une arme à double tranchant dans la mesure où elle peut favoriser l'inclusion des jeunes. Elle peut d'un autre côté être destructrice pour l'emploi pour ceux qui ne s'adapteront pas. «La rapidité des évolutions technologiques rend incontournable le soutien à l'acquisition de compétences de même que le renforcement de la compétitivité et de l'ouverture des échanges», prévient la Banque mondiale.
L'institution encourage la mise en œuvre des réformes qui amélioreront les perspectives de croissance à long terme.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.