Marrakech-Safi : Le CRT lance une grande campagne de promotion digitale    97% des pharmaciens affirment que la chloroquine n'est pas disponible    L'arrivée d'Enzo Zidane au WAC : De l'infox et du « fake news » !    Demi-finales de la Ligue des Champions : Un vol spécial d'Al Ahly pour rallier Casablanca    Botola Pro D1 : Une bouffée d'oxygène pour le Hasania d'Agadir    Vente de boissons alcoolisées : la campagne d'assainissement se poursuit    Coronavirus: le Maroc enregistre 2444 nouveaux cas ce dimanche    Les inégalités raciales ont coûté 16.000 milliards de dollars à l'économie américaine    Les Démocrates doivent désormais faire montre d' agressivité    Combats meurtriers au Karabakh, l'Azerbaïdjan et l'Arménie au bord de la guerre    Plaidoyer du CNDH en faveur du respect du droit de manifester pacifiquement    L'ambassadrice du Guatemala réitère la position de son pays en faveur de notre intégrité territoriale    Pour un nouveau multilatéralisme équitable et inclusif    Le Real Madrid piétine mais gagne enfin Zidane peut souffler    Botola Pro D2 : Le suspense jusqu ' au bout MAS-SCCM à l' affiche    Lancement d'un baromètre régional de l'investissement à Béni Mellal-Khénifra    Les exportations nationales accumulent les contre-performances    Mohcine Zouak : La transition numérique pose le défi de repenser l'école    Haro sur l'hydrochloroquine    Soutien exceptionnel à l'édition et au livre au titre de l' année 2020    Plaidoyer à Safi pour la création d' une Fondation du Festival national de l'Aïta    Programme d' animation culturelle à Guelmim-Oued Noun en dépit des contraintes du Covid-19    De précieuses découvertes archéologiques datant d'au moins du 2è siècle avant J.C    La formation et le travail de base, priorités de la FRMF    Centre d'immatriculation de Marrakech : tous les rendez-vous fixés précédemment sont annulés    Lycée Descartes : les parents d'élèves insatisfaits de l'enseignement à distance    Nouveaux programmes à fort impact social en 2020-2021    La généralisation de la couverture sociale nécessite une cohérence dans l'investissement à engager    La CGEM révèle ses propositions pour la LF-202    Or : c'est le moment de vendre vos bijoux !    «Revitaliser et répondre aux besoins de la standardisation de la langue amazighe»    L'émissaire par intérim de l'ONU en Libye soutient les conclusions des pourparlers de Bouznika    Togo : le premier ministre et le gouvernement quittent le pouvoir    Cour suprême : Biden exhorte le Sénat à ne pas confirmer la juge Barrett avant la présidentielle    Aéronautique : cinq nouvelles ouvertures d'usines d'ici fin 2020    Casablanca : une intervention policière vire au drame    Bourita s'entretient par vidéoconférence avec le Secrétaire Général de l'ONU    El Otmani : Le Maroc toujours engagé en faveur d'«une solution définitive au différend régional» autour du Sahara marocain    Le président du gouvernement espagnol réitère l'appel à une solution politique basée sur le compromis    13e Festival de Fès de la culture soufie: une édition très spéciale!    HUSA-FUS (2-1) : Une défaite "cruelle", une victoire tombée du ciel !    Guerguerat: l'ONU réagit aux gesticulations du polisario    Vaccin chinois : trois hauts responsables marocains participent aux essais    Liban: le nouveau Premier ministre jette l'éponge    Attaque à l'arme blanche à Paris: le principal suspect «assume» un acte dirigé contre Charlie Hebdo    Livre et édition : Un soutien de 9,32 millions de DH débloqué au titre de l'année 2020    Côte d'Ivoire : la cour de justice africaine récuse le rejet de la candidature de Laurent Gbagbo pour la présidentielle    L'acteur Anas El Baz est devenu papa (PHOTO)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Brexit: L'alternative d'étendre la transition envisagée
Publié dans L'Economiste le 19 - 10 - 2018

L'Union européenne veut aller de l'avant dans ses négociations sur le Brexit. Quitte à accorder au Royaume-Uni une prolongation de la période de transition. L'objectif affiché est d'éviter les dégâts collatéraux d'un contrôle douanier qui peut s'avérer pénalisant pour les entreprises européennes. L'option a été annoncée par le négociateur en chef de l'UE, la veille de la tenue du sommet européen.
Pour Michel Barnier, «il s'agit de débloquer les négociations toujours dans l'impasse». Tout particulièrement, pour résoudre la question de la frontière entre l'Irlande et la province britannique d'Irlande du Nord qui en constitue la pierre d'achoppement.
A cet effet, la période de transition pourrait être prolongée d'un an, soit jusqu'au 31 décembre 2021, a-t-il été précisé par deux diplomates européens. Mais les services du négociateur en chef de l'UE se refusent à tout commentaire.
La Première ministre britannique Theresa May était hier mercredi en fin d'après-midi à Bruxelles, pour une brève intervention devant les dirigeants de l'Union européenne, avant que ces derniers ne se retrouvent entre eux pour un dîner à 27.
Ce sommet était initialement présenté comme un «moment de vérité» à moins de six mois du départ du Royaume-Uni, prévu le 29 mars 2019, suivi par la période de transition.
Mais les dernières discussions n'ont pas abouti à des résultats tangibles, butant en particulier sur la question d'une frontière physique entre l'Irlande et l'Irlande du Nord. Pour résoudre cette question, Londres propose de rester aligné sur les règles douanières de l'Union jusqu'à la signature d'un accord de libre-échange plus large.
La proposition Michel Barnier, présentée aux ministres des Affaires européennes de l'UE, permettrait de gagner du temps pour négocier cet accord commercial, réduisant ainsi le risque de devoir recourir «au filet de sécurité» sur la frontière irlandaise, qui s'appliquerait si aucune solution n'est trouvée lors de ces négociations.
Concrètement, les 27 souhaitent dans ce cas l'engagement que l'Irlande du Nord restera dans l'union douanière à la fin de la période de transition, ce que le Royaume-Uni refuse.
En dépit de la détermination affichée dans les deux camps, l'état des discussions n'incite pas à l'optimisme, avait estimé mardi le président du Conseil européen Donald Tusk, qui devait rencontrer Theresa May en tête à tête mercredi en fin d'après-midi. «Pour sortir de l'impasse, il faut adopter une nouvelle démarche préservant à la fois les valeurs de l'UE et la souveraineté du Royaume-Uni», a-t-il prévenu.
L'industrie automobile s'inquiète
L'Association des constructeurs européens d'automobiles (ACEA) a tiré hier mercredi la sonnette d'alarme. Elle redoute le risque d'une absence d'accord dans les négociations sur le Brexit.
Selon l'ACEA, «chaque jour, 1.100 camions de l'UE traversent la Manche pour livrer des voitures et des moteurs au Royaume-Uni». Après le Brexit, même de courts délais à la douane entraîneront d'énormes problèmes logistiques, perturbant le processus de production et générant des coûts importants.
Si aucun accord n'est conclu entre l'UE et le Royaume-Uni dans le secteur automobile, des droits de douane de 10% s'appliqueraient à toutes les voitures échangées entre les deux marchés. L'Association, qui représente les 15 principaux constructeurs européens, estime qu'il est urgent de mettre en place un plan de sauvetage. Certains membres de la profession n'écartent pas l'éventualité d'observer un temps d'arrêt de la production post-Brexit.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.