Karim El Aynaoui : «Nous avons constitué au fil du temps une communauté qui a une force de proposition»    Affaires des deux touristes assassinées : Une personne arrêtée    Laaraj : Pour une présence plus marquée de l'amazigh dans les chaînes publiques    SM le Roi a présidé une veillée religieuse en commémoration du 20è anniversaire de la disparition de feu SM Hassan II    #International.. Cinq actus qu'il ne faut pas avoir raté    BENATIQ: « La migration est un facteur d'enrichissement »    Sidaction 2018: Nouvel appui d'Intelcia à l'ALCS    TUI fly renforce ses dessertes France-Maroc    Un acteur du «Prince de Bel Air» accuse le jeu Fortnite d'avoir plagié sa danse    Accord de coopération entre la MAP et l'agence russe Sputnik    Le gotha de la formation professionnelle en Afrique réuni à Dakhla    GB-Brexit : Theresa May assaillie de toutes parts…    Espagne : Les restes de Franco seront bien exhumés du mausolée de Valle de los Caidos    Le Souverain préside une veillée religieuse en commémoration du 20e anniversaire de la disparition de feu SM Hassan II    ONU: L'AG adopte le Pacte mondial pour les réfugiés, pendant du Pacte de Marrakech    Agriculture Triple A : M. Akhannouch reçoit Mme Kalibata    Une Norvégienne et une Danoise retrouvées mortes dans la commune d'Al Haouz    Le secteur bio fait sa promotion à Rabat    Efficacité énergétique : Said Mouline appelle l'Afrique à renforcer ses capacités    «Financial Times» : Cinq raisons pour vivre à Casablanca    Edito : PLF    Saham Assurance : MHE s'engage financièrement pour honorer le deal avec Sanlam    Financial Times. Cinq raisons attractives pour vivre à Casablanca    Double meurtre près de Toubkal    Coupe de la CAF : Le Raja cartonne d'entrée    La bonne opération du CAYB et de l'AS. FAR    CAN-2019 : Forces et faiblesses des candidatures sud-africaine et égyptienne    Démarche unioniste des syndicats des collectivités locales    Le Maroc à l'heure de la Journée internationale du migrant    Le dirham reste stable par rapport à l'euro et se déprécie vis-à-vis du dollar    La place du diplôme des écoles de textile dans le système industriel débattue à Tanger    Les réseaux sociaux, une occupation à grands risques pour les enfants Comment les en protéger    Divers    Des experts marocains débattent de la durabilité et de l'innovation dans le secteur touristique    Madagascar: Le PDG et le "dandy", dix ans d'une rivalité politique féroce    Insolite : Un stagiaire pas comme les autres    Les sanctions américaines menacent la dénucléarisation de la Corée    Festival international du film transsaharien "The song of scorpions" primé à Zagora    "T-Jonction", lorsque la mort mène à une nouvelle vie    Spider-Man s'accroche en haut du box-office    Casablanca : 10 ans de prison pour avoir tué le harceleur de sa sœur    Mohamed Salah à nouveau élu joueur africain de l'année par la BB    1ère édition du Festival Meknès du théâtre : Des planches de différentes écoles font leur show à la cité ismaélite    Allemagne : Achraf Hakimi, un «élément clé» du Borussia Dortmund    Africa Gaming Fest : Le premier événement du genre en Afrique avec un Cash Prize de 150.000$    En vidéo – Moulay El Hassan préside la finale de la Coupe du Trône des clubs de saut d'obstacles    Vidéo – Coupe de la CAF : Les cinq buts du Raja face au Cercle Mberi Sportif du Gabon    Boujdour : Localisation d'une ferme soupçonnée de servir de lieu de stockage et de trafic de cocaïne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'heure
Publié dans L'Economiste le 16 - 11 - 2018

Comment un gouvernement peut-il être assez incompétent au point de créer des troubles, juste pour une histoire d'heure?
Bien sûr, on dira que ce n'est pas grand-chose; que le sujet n'en vaut pas la peine.
On aura parfaitement raison: ce n'est pas grand-chose. Mais alors comment le ministre de l'Education nationale et, avant lui, le chef de gouvernement ont-ils fait pour mettre des jeunes dans la rue pour un sujet qui n'en vaut pas la peine?
D'abord on ne change pas les usages de 35 millions de personnes 48 heures à l'avance, ou, si c'est absolument nécessaire, alors on «met le paquet» dans la communication. C'est le seul choix possible. De nombreux pays européens, dont notre premier partenaire la France, ont cessé ou vont cesser de changer d'heure. Mais aucun ne le met en pratique du jour au lendemain.
Paris en parle depuis un an mais ne l'appliquera pas avant l'année prochaine. Mais tous communiquent déjà sur le sujet.
A croire que cette équipe gouvernementale n'a aucune expérience de la gestion publique. Si des ministres RNI sont plutôt des nouveaux venus, en revanche les hommes du PJD, ceux de l'UC ou encore du PPS, vivent de politique et dans la politique depuis longtemps. Qu'y ont-ils appris?
Aucun n'a jugé utile de parler, d'expliquer… comme si les citoyens n'avaient même pas le droit de comprendre. Plus embarrassante est l'incompétence politique du ministère de l'Education nationale. Il pèse lourd pourtant: 300.000 employés, près de 5 millions de jeunes. Il a envenimé le problème créé par la précipitation de la Primature et le ministère de la Fonction publique.
Quelle idée de proposer des négociations syndicales alors qu'on parle d'horloge?! Quelle idée de mettre les enfants dans le coup?! Il fut un temps, où manquant de tout, l'enseignement assurait 2 «shift» par jour. Le niveau était meilleur.
L'Education nationale a transformé un épisode risible en problème politique. Personne ne croit qu'il l'a fait exprès. Et c'est peut-être le plus préoccupant…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.