Ecosystème ferroviaire: Alstom revendique un taux d'intégration locale de 30%    Un bac record... et après?    OMS: Trop de sucres dans la nourriture pour bébé    Une saga nommée «Megri»    Le Nigéria obtient la 3ème place en battant la Tunisie    Chambre des représentants. Séance plénière lundi consacrée à la politique générale du gouvernement    Le Maroc est tenu de réduire les inégalités et de lutter contre la corruption    L'AMMC se dote d'un Conseil scientifique    Enjeux des approches de la formation des ressources humaines dans le contexte du New public management    Le Sénégal y est presque    6500 sportifs attendus aux 12èmes Jeux africains au Maroc    Le WAC passe au mode serbe    Adoption du projet de loi-cadre relatif au système de l'éducation par la commission de l'enseignement de la Chambre des représentants    Apporter une réponse collective aux défis stratégiques, sécuritaires et économiques auxquels nos pays se trouvent confrontés    Présentation du projet de politique publique intégrée pour les personnes âgées    Une faille d'Android permet aux hackers d'accéder à vos photos    Divers    Bouillon de culture    Nouvelle édition du Festival international des arts de la rue à Laâyoune    Record de nominations pour la série "Game of Thrones" aux Emmy Awards    Signature d'un accord de partenariat entre le Ministère public et la CNDP    Crédit Agricole passe son oral au parlement    Casablanca. Le festival Noujoum Gnaoua s'invite à partir du 18 juillet    Après le scandale Radès, la CAF change de système !    La Présidence du Parquet Général et ‘‘l'association des journalistes Adala'', partenaires pour une presse responsable    Trois diplomates turcs tués au Kurdisan Irakien    JCPoA: Les pays européens invitent Washington et Téhéran à la retenue…    Transfert: Iajor pourrait quitter le Raja vers le Qatar    12e édition des Jeux Africains: Le Maroc tient son pari    Biennale d'art contemporain. Rabat, capitale artistique de la rentrée !    Le FMI analyse le Maroc et son économie    Mustapha Hadji tire à boulets rouges sur Renard    Ancien professeur, il braque une agence de micro-crédit    Ebola en RDC: l'OMS va de nouveau évaluer l'épidémie après le décès du premier cas à Goma    Allemagne : La dauphine de Merkel à la Défense, une promotion    L'AMMC se dote d'un Conseil scientifique    Attentat de Barcelone. Le chef des terroristes «bossait» pour les renseignements espagnols    Trump accusé de racisme par la Chambre des représentants    Les nouveaux étudiants en médecine rejoindront-ils le boycott ?    Dans un marché en forte baisse : Renault maintient une part de marché de 4,4%    Le Rwanda va ouvrir une ambassade au Maroc    Recherche scientifique. L'Université Cadi Ayyad primée    Redal contribue à faire découvrir l'impressionnisme aux écoliers    La loi cadre sur l'enseignement adoptée en commission, le PJD et le PI toujours contre    Nezha Hayat décorée par le Roi d'Espagne Felipe VI    Les tweets xénophobes de Trump provoquent un tollé à Washington    Le président de Melilia recadre les opérateurs    Fès : Plaidoyer pour la promotion de la diversité culturelle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'OCDE calcule l'impact des restrictions commerciales
Publié dans L'Economiste le 26 - 11 - 2018

Note : Les droits de douane actuels comprennent la totalité des droits de douane imposés sur les échanges bilatéraux entre les Etats-Unis et la Chine en 2018 jusqu'à la fin de septembre. En orange: scénario montrant l'impact supplémentaire qui se produirait si les Etats-Unis faisaient passer de 10% à 25% les droits de douane sur 200 milliards de dollars d'importations en provenance de Chine à compter de janvier 2019 (avec une mesure réciproque de la Chine portant sur 60 milliards de dollars d'importations en provenance des Etats-Unis). En gris foncé: scénario montrant l'impact supplémentaire qu'aurait l'imposition de droits de douane de 25% sur la totalité des autres échanges bilatéraux hors produits de base entre la Chine et les Etats-Unis à compter de juillet 2019. En gris: scénario montrant l'impact supplémentaire des incertitudes ainsi engendrées qui provoqueraient une hausse de 50 points de base des primes de risque d'investissement dans tous les pays en 2019-2021 (Source: Calculs de l'OCDEImpact)
Face au risque d'une guerre commerciale, plusieurs pays ont plaidé pour une réforme de l'OMC. Le sujet est évoqué à quelques jours du sommet du G20 de Buenos Aires (prévu les 30 novembre et 1er décembre) et dans la perspective de la présidence française du G7 l'an prochain, dont le «multilatéralisme» sera l'un des thèmes phares.
«La recrudescence des tensions et des incertitudes entourant les politiques commerciales est une source majeure de risque de révision à la baisse des prévisions pour l'investissement, l'emploi et les niveaux de vie au niveau mondial», alertent les experts de l'OCDE en publiant les récentes perspectives économiques (novembre 2018).
Ces tensions ont déjà amputé de 0,1 à 0,2% le PIB mondial cette année, et si les Etats-Unis portent à 25% leurs droits de douane sur tous les biens chinois, le taux de croissance économique mondiale pourrait tomber à un niveau proche de 3% en 2020. Ce taux subirait une baisse estimée à 0,8 point de pourcentage aux Etats-Unis et à 0,6 point en Chine, selon les estimations.
L'imposition de nouvelles restrictions commerciales fait baisser le niveau de vie des consommateurs, en particulier des ménages modestes, et génère des coûts de production supplémentaires pour les entreprises. Le relèvement des droits de douane sur les biens (et les services) de consommation intermédiaire peut s'avérer spécialement coûteux dès lors que des produits franchissent des frontières à plusieurs reprises au fil de leur parcours dans les chaînes de valeur mondiales.
De nouveaux droits de douane et mesures de représailles sont d'ores et déjà entrés en vigueur depuis le début de l'année et d'autres pourraient encore être appliqués dans les prochains mois. Bien que les conséquences directes des restrictions commerciales imposées cette année commencent seulement à se faire sentir à l'échelle macroéconomique, certains effets et distorsions sont d'ores et déjà visibles dans les secteurs où un relèvement des droits de douane a été opéré ou annoncé. La croissance en volume des importations aux Etats-Unis de marchandises en provenance de Chine a commencé à ralentir et les prix sur le marché intérieur de certains produits concernés ont d'ores et déjà fortement augmenté.
Ces chocs ont des implications pour les politiques macroéconomiques, de l'avis de l'OCDE. L'importance de la réaction de la politique monétaire à un relèvement des droits de douane varie selon que celui-ci va entraîner une modification ponctuelle du niveau des prix ou qu'il aura ensuite des effets indirects plus larges sur les salaires, les prix et les anticipations d'inflation.
De tels effets sont plus probables si l'alourdissement des droits de douane concerne un large éventail de biens de consommation et d'intrants intermédiaires. Dans toutes les simulations, il apparaît que la politique monétaire des Etats-Unis prendrait un tour plus restrictif que celui qu'elle aurait pris autrement, et que l'on observerait une légère appréciation du dollar. Dans le scénario envisageant deux nouveaux cycles de relèvement des droits de douane en 2019, les taux d'intérêt directeurs aux Etats-Unis seraient supérieurs d'environ ½ point de pourcentage par rapport à leur niveau de référence.
Le taux de change effectif du dollar s'apprécierait, lui, de 2%, ce qui accentuerait les tensions financières dans les économies de marché émergentes. Dans d'autres pays, la dépréciation de plusieurs monnaies par rapport à la devise américaine pousserait à la hausse les prix des importations et entraînerait un léger resserrement de la politique monétaire.
Les droits de douane pourraient également fournir des recettes publiques supplémentaires. Elles pourraient être de l'ordre de ¼ pour cent de PIB en 2019 sur les droits de douane imposés cette année (y compris ceux frappant les importations d'acier et d'aluminium), voire supérieures dans les scénarios prenant en compte l'adoption de mesures supplémentaires en 2019. Toutefois, ce surplus de recettes serait en partie contrebalancé par un recul de l'activité.
Fatim-Zahra TOHRY


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.