Un policier contraint de dégainer son arme pour arrêter deux individus à Fès    650 kg de chira saisies à Agadir    Casablanca: Annonce des projets primés au Festival international du film de l'étudiant    Secteur industriel : L'indice des prix à la production en hausse    El Othmani loue l'action de l'AMMC    L'Organisation de Coopération Islamique fait le bilan de 20 ans d'activités    Forum Maroc-France : La déclaration finale proclame un partenariat pour l'Afrique    Forum parlementaire: Le Maroc et la France, partenaires pour la sécurité et le développement en Afrique    Rabat: Huit accords de partenariat pour l'accompagnement des personnes en situation de handicap    Attijariwafa bank renforce son engagement en faveur des MRE du Canada    Météo: Le temps qu'il fera ce samedi    Botola Pro D1 : Le classico Wydad-AS FAR vole la vedette    Complexe Mohammed VI: Le modus operandi    Oriental: Le CRI en mode proximité    Arganier: Le bio pour monter en gamme    Cafés hors la loi: La démolition commence!    Rabat: L'Intérieur se charge du budget 2020    Un nouveau souffle pour la Fondation «Esprit de Fès»    Des entreprises portugaises en mission d'affaires multisectorielle au Maroc    Avec la victoire de Boris Johnson, tout reste à jouer pour l'économie britannique    Un ex-Premier ministre turc égratigne Erdogan en lançant son parti    L'intelligence artificielle, entre opportunité et menace pour la santé    Ligue des champions : Ciel dégagé pour le PSG avant l'heure de vérité    Ligue Europa: Arsenal et la Roma au rendez-vous des seizièmes    La musique gnaoua, entre rituel africain et culte des saints vénérés au Maroc    André Azoulay: Il s'agit d'une consécration de l'engagement pionnier d'Essaouira    Les Algériens ne veulent pas Tebboune    Le vivarium du jardin zoologique de Rabat désormais ouvert au public    Football: Qui sont les joueurs africains les mieux payés?    Présidentielles algériennes : Abdelmadjid Tebboune vainqueur selon les résultats préliminaires    La BAD approuve près de 245 millions d'euros pour développer les réseaux de transport d'électricité et d'électrification rurale    Présidence de la CGEM: Le binôme Alj-Tazi confiant    Karim El Aynaoui : « Atlantic Dialogues », une invitation à formuler des réponses urgentes aux grands défis communs »    Gestion des catastrophes naturelles : La Banque mondiale accorde un prêt de 275 millions de dollars au Maroc    Nouvelle défaite cruelle de l'OCK    Eliminatoires Mondial-2022 : La date du tirage au sort fixée    Les prémices d'un nouvel espoir    Habib Sidinou, un président sobre et altruiste    Espagne: Les 3 footballeurs accusés de viol écopent de 38 ans de prison chacuns    L'opposition et la Constitution «adoptent» le PLF    Neutralité carbone en 2050: l'UE s'engage, mais sans la Pologne    Ce que la Turquie pense du Polisario    La Gambie annonce l'ouverture prochaine d'un consulat général à Dakhla    Officiel ! RAM intègre le 31 mars 2020 Oneworld    Académie française: Abdeljalil Lahjomri reçoit le Grand Prix de la francophonie    G-B : La Livre sterling s'envole après la victoire des Tories    L'art Gnaoua inscrit au patrimoine immatériel universel    One Piece Stampede, le premier film de la Toei Animation à être diffusé au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Musée Saint Laurent: Les 4 expos de cette nouvelle année
Publié dans L'Economiste le 18 - 01 - 2019

Le 22 février prochain, le musée organise sa première exposition temporaire de l'année consacrée au graveur et dessinateur américain, Brice Marden (Ph. MoMA)
Brice Marden et Christo, deux grandes figures de la création contemporaine, le talent des tisseuses de la tribu Aït Khebbach et le rapport intime du peintre Jacques Azéma avec le Maroc. La programmation 2019 du Musée Yves Saint Laurent à Marrakech augure du meilleur.
Tout commence le 22 février prochain avec une première exposition temporaire consacrée à Brice Marden. Né dans la banlieue de New York, il développe sa maîtrise de la couleur au milieu des années 1960. Vingt ans plus tard, graveur et dessinateur abouti, il ajoute la calligraphie comme nouvelle corde à son arc. Des œuvres sobres et déconcertantes pour une peinture minimaliste qui s'expose au MoMA à New York, au Tate Modern de Londres ou au Musée national d'art moderne à Paris.
Première exposition rétrospective consacrée au peintre français Jacques Azéma, arrivé à Marrakech en 1930 (Ph. Millon)
Après cette exposition, organisée en marge de la foire d'art contemporain africain 1-54 Marrakech, c'est au tour du couple Christo et Jeanne-Claude. Si cette dernière s'est éteinte en 2009, tous deux ont créé parmi les œuvres les plus spectaculaires des 20 et 21e siècles.
Leur marque: «empaqueter» des monuments, des lieux, des bâtiments, des parcs… les rendant ainsi plus visibles. Christo Vladimiroff Javacheff, né en Bulgarie, et Jeanne-Claude Denat de Guillebon, née à Casablanca, forment un couple majeur d'artistes contemporains. En 1985, ils «emballent» le Pont Neuf de Paris dans du polyester ocre-jaune, pour emballer, 10 ans plus tard, le Reichstag de Berlin, le Parlement allemand, dans un tissu argenté.
«Une atteinte à la dignité du puissant symbole de l'histoire du pays» pour Helmut Kohl. Autre gros coup artistique en 2005, avec The Gates, un parcours de 37 kilomètres à travers Central Park à New York, ponctué de 7.500 portiques de 5 mètres de haut, tendus d'un rideau de tissu vinyle orangé. Plus récemment, en juillet 2016, Christo fait marcher sur l'eau plus d'un million de visiteurs, grâce à des plateformes flottantes posées sur le lac d'Iseo en Italie.
Christo et Jeanne-Claude, aujourd'hui disparue, ont créé les oeuvres les plus spectaculaires des 20 et 21e siècles (Ph. Christo)
Pour le Musée Saint Laurent, il a choisi de présenter un ensemble de sculptures, collages et dessins, réalisés dans les années 60, qui questionnent le rapport au corps et à la mode. En juin prochain, «Desert design» présente une collection de tapis aux motifs contemporains et aux couleurs vives, que l'on doit à la tribu Aït Khebbach, installée dans le sud-est marocain, aux portes du Sahara. Un contraste vivifiant avec l'environnement minimal du désert.
Enfin, l'année 2019 finira sa course avec le peintre français Jacques Azéma. Une première exposition rétrospective consacrée à cet artiste arrivé à Marrakech en 1930. Il y pose sa marque en animant des ateliers de peinture et en enseignant au lycée Mangin et à l'Ecole des Beaux-Arts de Casablanca où il fera partie de l'équipe de Mahjoub Benseddik de 1962 à 1974.
Joséphine ADAM


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.