Vidéo – But spectaculaire de Boufal face à Yassine Bounou    Casablanca : La réouverture du Complexe Sportif Mohammed V annoncée pour fin mai    Examen des moyens de coopération agricole entre le Maroc et la RDC    Le ministère de la Santé organise la Semaine nationale de vaccination    L'artiste-peintre Abdellah El Haitout expose à Tanger    Les Instances représentatives des communautés israélites marocaines réanimées    ONCF: 2 millions de voyageurs durant les dernières vacances scolaires    SIGPA souligne l'importance de l'agriculture au sein de sa stratégie commerciale    Réouverture du Complexe Sportif Mohammed V    Siam 2019 : Soufiane Alaoui, DG de Soulara    Parlement: Le PAM remplace son chef de groupe    Loi-cadre sur l'enseignement: La CDT prépare ses conseillers    Agriculture durable: CAM s'aligne sur les objectifs de la FAO    Constitution: Référendum en Egypte    Langues = avenir    Cinéma: «Les 3M, une histoire inachevée» Une ode à l'amitié au-delà de la religion    CAN 2019. 56 arbitres en stage de préparation à partir du 28 avril à Rabat    Le roi Mohammed VI donne ses instructions au ministre de l'Intérieur    Rabat hausse le ton : Le Maroc rejette certaines idées et projets improductifs véhiculés au sujet de la question du Sahara    Partenariat en faveur de l'écosystème de la cédraie du Moyen Atlas    L'expertise suisse au service des montagnes marocaines    S.M le Roi offre un dîner en l'honneur des invités et participants au SIAM    L'AMEE sensibilise sur le rôle du pompage solaire    Journée culturelle marocaine en Bulgarie    Bouillon de culture    Remise du Grand prix national de la presse agricole et rurale    Mohamad Salah veut "plus de respect" pour les femmes dans le monde musulman    Vidéo. Le pape lave et embrasse les pieds de douze détenus    La terre a tremblé à Taroudant    Le rapport Mueller n'apporte « aucune preuve » d'ingérence russe, selon le Kremlin    25ème journée de la Botola Maroc Telecom : Avec le derby Wydad-Raja, la course au titre se précise    Marathon international de Rabat : Les migrants sur la ligne de départ    22ème Prix Charjah pour la création arabe : Trois Marocains primés au Caire    Mahjoub Raji: une autre voix s'est éteinte…    Le Maroc aux commandes du réseau MENA de Biosécurité    Algérie: «Le peuple veut qu'ils partent tous!»    Grève des étudiants en médecine. Le spectre d'une année blanche s'éloigne    Oujda : Arrestation d'un Algérien réclamé par les autorités judiciaires de son pays    Mohamed Benabdelkader : La communication contribue au renforcement de la participation à la vie publique    Pôle Nature et vie un voyage en terre connue    Liga : La semaine du titre pour le Barça    Championnats juniors de golf    Communication publique : Le dilemme de la fonction et l'identification de ses rôles    Jiří Oberfalzer : L'Initiative d'autonomie représente une solution durable au Sahara    L'ONU en quête d'unité pour réclamer un cessez-le-feu en Libye    Contribution du Maroc à l'aménagement de la mosquée Al Aqsa et de son environnement    Le Maroc à Abou Dhabi : Ouverture de la 4ème édition dans la capitale émiratie    Tottenham élimine City dans un match d'anthologie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Musée Saint Laurent: Les 4 expos de cette nouvelle année
Publié dans L'Economiste le 18 - 01 - 2019

Le 22 février prochain, le musée organise sa première exposition temporaire de l'année consacrée au graveur et dessinateur américain, Brice Marden (Ph. MoMA)
Brice Marden et Christo, deux grandes figures de la création contemporaine, le talent des tisseuses de la tribu Aït Khebbach et le rapport intime du peintre Jacques Azéma avec le Maroc. La programmation 2019 du Musée Yves Saint Laurent à Marrakech augure du meilleur.
Tout commence le 22 février prochain avec une première exposition temporaire consacrée à Brice Marden. Né dans la banlieue de New York, il développe sa maîtrise de la couleur au milieu des années 1960. Vingt ans plus tard, graveur et dessinateur abouti, il ajoute la calligraphie comme nouvelle corde à son arc. Des œuvres sobres et déconcertantes pour une peinture minimaliste qui s'expose au MoMA à New York, au Tate Modern de Londres ou au Musée national d'art moderne à Paris.
Première exposition rétrospective consacrée au peintre français Jacques Azéma, arrivé à Marrakech en 1930 (Ph. Millon)
Après cette exposition, organisée en marge de la foire d'art contemporain africain 1-54 Marrakech, c'est au tour du couple Christo et Jeanne-Claude. Si cette dernière s'est éteinte en 2009, tous deux ont créé parmi les œuvres les plus spectaculaires des 20 et 21e siècles.
Leur marque: «empaqueter» des monuments, des lieux, des bâtiments, des parcs… les rendant ainsi plus visibles. Christo Vladimiroff Javacheff, né en Bulgarie, et Jeanne-Claude Denat de Guillebon, née à Casablanca, forment un couple majeur d'artistes contemporains. En 1985, ils «emballent» le Pont Neuf de Paris dans du polyester ocre-jaune, pour emballer, 10 ans plus tard, le Reichstag de Berlin, le Parlement allemand, dans un tissu argenté.
«Une atteinte à la dignité du puissant symbole de l'histoire du pays» pour Helmut Kohl. Autre gros coup artistique en 2005, avec The Gates, un parcours de 37 kilomètres à travers Central Park à New York, ponctué de 7.500 portiques de 5 mètres de haut, tendus d'un rideau de tissu vinyle orangé. Plus récemment, en juillet 2016, Christo fait marcher sur l'eau plus d'un million de visiteurs, grâce à des plateformes flottantes posées sur le lac d'Iseo en Italie.
Christo et Jeanne-Claude, aujourd'hui disparue, ont créé les oeuvres les plus spectaculaires des 20 et 21e siècles (Ph. Christo)
Pour le Musée Saint Laurent, il a choisi de présenter un ensemble de sculptures, collages et dessins, réalisés dans les années 60, qui questionnent le rapport au corps et à la mode. En juin prochain, «Desert design» présente une collection de tapis aux motifs contemporains et aux couleurs vives, que l'on doit à la tribu Aït Khebbach, installée dans le sud-est marocain, aux portes du Sahara. Un contraste vivifiant avec l'environnement minimal du désert.
Enfin, l'année 2019 finira sa course avec le peintre français Jacques Azéma. Une première exposition rétrospective consacrée à cet artiste arrivé à Marrakech en 1930. Il y pose sa marque en animant des ateliers de peinture et en enseignant au lycée Mangin et à l'Ecole des Beaux-Arts de Casablanca où il fera partie de l'équipe de Mahjoub Benseddik de 1962 à 1974.
Joséphine ADAM


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.