Amzazi: Le digital, un levier indispensable pour l'employabilité des jeunes    Cinq morts dans une fusillade près de Chicago    El Othmani : Le Maroc attache un intérêt particulier à la coopération avec le FMI et la BM    Approvisionnement en eau : Amara satisfait des progrès réalisés    Mutandis : Le RN en hausse de 40% en 2018    Sahara marocain : La loi budgétaire américaine très favorable à la position du Maroc    Vidéo-Live : Le Président égyptien présente les défis sécuritaires de l'Afrique au MSC2019    Vidéo-Live : Angela Merkel parle des vraies sources d'insécurité en Algérie et en Afrique    Les mises à jour de sécurité prendront fin dans un an    Algérie    Gros appétit pour les énergies renouvelables    4L Trophy 2019: Une course pour les jeunes façon Paris-Dakar    Un paquet de mesures en faveur des TPE    Code de la famille: Les écueils qui plombent la réforme    Les Marocains du monde au SIEL    Nasser Bourita : Les accords Maroc-UE sont compatibles avec le droit international    Repenser la cohabitation entre les automobilistes et les cyclistes    Bouillon de culture    Trump va déclarer l'"urgence nationale" pour construire son mur à la frontière    Divers    Les conditions de travail demeurent précaires à l'échelle mondiale    Ligue Europa : Arsenal tombe à Borisov, le Séville FC s'offre la Lazio    Divers sportifs    Une journée au complet et du spectacle en vue    Appel à des mesures concrètes pour répondre aux problématiques des petites entreprises    Frontex place les Marocains au Top ten des passeurs    Cancer du col de l'utérus: le vaccin est "sûr et indispensable"    Appel à une stratégie nationale visant à faire de l'école un espace pour tous    Divers    Les entreprises espagnoles opèrent au Maroc dans des secteurs de grande importance    La bourde de Katy Perry    Pourquoi Johnny Depp n'incarnera plus jamais Jack Sparrow    Les problèmes de peau de Kim Kardashian    Luis Rubiales loue la qualité des installations sportives au Maroc    Démantèlement d'une cellule terroriste composée de cinq extrémistes s'activant à Safi    Nador : Arrestation d'une bande de présumés passeurs    Casablanca: Incendie dans un stand du SIEL, rapidement maîtrisé    Le Forum international de l'étudiant à Safi    La nouvelle vie du Grand théâtre Cervantès    La Botola pro adopte le VAR la saison prochaine    Vidéo – Munich : La sécurité mondiale en question    Coupe de la CAF : La RSB bat le HUSA et s'adjuge la première place    Le Maroc et l'Espagne écrivent un nouveau chapitre de coopération économique    A SIEL ouvert…    Parlement : Une session mi-figue, mi-raisin    La première édition d'ADCC en Afrique se déroulera au Maroc    Sit-in massif lors du concert d'Enrico Macias à Casablanca    SIEL: les jeunes d'El Jadida publient un recueil de poèmes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Marrakech: Les bénévoles Jood dans la rue avec les sans-abri
Publié dans L'Economiste le 22 - 01 - 2019

Les bénévoles Jood parcourent les rues de Casablanca, d'El Jadida et de Marrakech pour venir en aide aux personnes en situation d'exclusion extrême (Ph. Jood)
Ils sont Marocains, Subsahariens, adolescents isolés, et vivent dans la rue. Ces personnes trop souvent «invisibles», les bénévoles de l'association Jood les connaissent bien. Depuis 2015, ils parcourent les rues de Casablanca et d'El Jadida quand la nuit tombe. Ils distribuent un repas chaud, partagent un café et des conversations, autant de moments essentiels quand on est isolé.
Particulièrement en hiver, quand les températures peuvent être mortelles, comme ça a été le cas le 15 janvier dernier pour celui que l'on appelait Lemriss. «C'est le 2e décès constaté à Aïn Chock cet hiver. Il a été retrouvé le matin le corps littéralement gelé couché sur un carton», confie la présidente et fondatrice de Jood, Hind Laidi.
Après 1 an d'arrêt de leurs activités à Marrakech, suite au drame de la distribution alimentaire à Essaouira en novembre 2017, Jood vient tout juste de décrocher une nouvelle autorisation. Une victime par ricochet sachant que l'association n'a jamais rencontré de problème dans l'exercice de ses actions.
Aujourd'hui encore, les bénévoles sont nombreux à rejoindre les rangs. Ils sont les seuls à approcher ces enfants, femmes, hommes, et beaucoup de migrants en situation d'exclusion extrême. «Ils sont comme des fantômes, sans identité, et condamnés à la rue», explique la présidente. Mais donner une soupe chaude aux sans-abri n'est pas le seul objectif.
L'association va plus loin avec son projet de camion aménagé de cabines de douche, d'une position de coiffeur et d'une autre de rasage, de rangement de vêtements propres et chaussures. Ce véhicule est totalement financé grâce à des dons privés. «Pour le mettre en route, nous avons besoin de trouver les financements pour les jogging et tennis que nous allons remettre aux bénéficiaires. Ils ont besoin de vêtements propres», continue Laidi.
Autre projet en cours, la conception d'une application Jood, pour mettre en réseau ceux qui ont besoin et ceux qui peuvent aider. Un cercle vertueux pour la fondatrice. «Aucun gouvernement dans aucun pays ne peut seul mettre fin à cette situation.
Mais un groupe de citoyens peut décider de sortir une personne de la rue. Ensemble, avec notre expérience terrain, nous pouvons financer une chambre, une formation et soutenir quelqu'un dont on connaît bien les besoins. Le temps qu'il reprenne sa vie en main».
J. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.