Sahara marocain : Franc succès de la Conférence ministérielle africaine de Marrakech    Quelle médiocrité !    Le Maroc et l'Espagne renforcent leur coopération judiciaire    Foot : Des trains et des prix spéciaux pour Maroc-Argentine    BMCE Bank of Africa et Mastercard lancent de nouvelles cartes intelligentes de paiement    Face à Xi Jinping, Macron, Merkel et Juncker cherchent une unité européenne    L'enquête russe derrière lui, Trump promet de prendre sa revanche    Le Pentagone débloque 1 milliard de dollars pour le mur de Trump    Doukkali : Le Maroc recense 30 000 cas de tuberculose chaque année    Enseignants contractuels. Pas de concession gouvernementale    Ryad Square ouvre en avril    Région de Rabat-Salé-Kénitra : Les nuitées touristiques en hausse de 7% en 2018    Dakhla : Interdiction de la récolte du couteau en raison de teneurs anormales de biotoxines marines    La HACA et son homologue de l'Union des Comores s'allient    Météo : De fortes rafales de vent et des vagues dangereuses mardi et mercredi    La «Tbourida» candidate à la liste du patrimoine culturel immatériel de l'Unesco    Brexit: Theresa May joue sa dernière carte    Sahara marocain. Déclaration finale de la conférence ministérielle africaine de Marrakech    Les étudiants médecins boycottent les cours : le pourquoi du comment    Incitation à la violence contre les femmes : L'AMDH réagit au clip de Mr Crazy    Al-Khelaïfi, discret, puissant, mais de plus en plus fragilisé    Maroc-Argentine pour un match de gala au Grand stade de Tanger    Disparition de Sala: Cardiff estime le transfert de Nantes « nul et non avenu »    Brexit : Quel impact pour la Premier League ?    La CEA recommande l'alignement des politiques budgétaires sur le cycle économique    Intervenant lors de l'université populaire sur «La démocratie linguistique et culturelle au Maroc»    L'indicible quotidien des migrants en région du Nord    La cassette audio n'a pas dit son dernier mot    Les Etats-Unis autorisent le premier médicament contre la dépression post-partum    Indicateurs conjoncturels mitigés au début de l'année    Qualifs Euro-2020 Fortunes diverses pour l'Allemagne et la Croatie    Le rôle de la littérature est-il simplement de se poser des questions?    Insolite : Graffeur pro-Trump    "Emwas" Des souvenirs en reconstruction    Météo : Attention, ça va souffler…    Le 18ème Festival international du cinéma d'animation se poursuit jusqu'au 27 mars : Les moments forts de l'ouverture    Accord de principe entre le Raja et Mouhcine Moutwali    JETMODE, l'événement mode de l'année !    FICM de Tétouan 2019 : «La sueur des palmiers» de Radwan El-Kashef ouvre le bal    Californie. Un incendie dans une mosquée fait le lien avec Christchurch    Un Kenyan sacré meilleur enseignant du monde    Sahara. Un troisième round de négociations au programme.    CAN 2019: Les Lions de l'Atlas terminent en tête    Session régionale du Parlement de l'enfant à Fès    Divers    Lancement des travaux de construction d'un pont à haubans à Abidjan    Messi officiellement forfait pour Maroc-Argentine    Israël: une roquette frappe à Tel-Aviv, cinq blessés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Algérie
Publié dans L'Economiste le 15 - 02 - 2019

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika se représentera aux élections présidentielles d'avril. Est-ce une bonne ou une mauvaise nouvelle pour les Marocains? Les deux.
Comme le disait le Roi Hassan II, nul ne peut se réjouir de voir le feu dans la maison du voisin. Il en va de même quand c'est l'immobilisme qui sévit.
Nous avons avantage à cet immobilisme, dans la mesure où il retient les velléités agressives, peut-être guerrières. Il les enferme dans une même incapacité de décision, que celle qui empêche de passer le flambeau.
Au Maroc, c'est un savoir-faire si évident qu'on en néglige l'importance: parce qu'ils sont une très vieille nation, issue elle-même d'un empire, les Marocains savent changer de gouvernement. Ils ont appris aussi à gérer pacifiquement la succession sur le trône.
Les voisins d'Algérie n'ont pourtant pas tort de reculer devant le changement de président: ils n'ont pas de mécanisme clair, connu et consensuel pour ce changement. En 1988-1989, les élections ont déclenché une guerre civile d'une décennie avec quelque 200.000 morts, assassinés dans des conditions épouvantables. Rien à voir avec les invectives émaillées de noms d'oiseaux pour les élections, de ce côté-ci de la frontière.
Les Algériens ont une peur justifiée de cette guerre civile-là. De plus, il est quasi impossible de démonter le système des rentes personnelles et surtout sociales: le gaz rend le travail inutile.
Avec un système productif comme celui du Maroc -qui n'est pas génial-, Alger devrait être dix à quinze fois plus riche que le Royaume. Il ne l'est que deux fois, quand le pétrole se vend bien.
Le PIB est capable de tomber de 20%, d'une année sur l'autre, alors la Banque centrale imprime l'argent qui manque; un millier de produits sont interdits d'importation. Ils passent en contrebande ou par des réseaux spécifiquement autorisés.
C'est le Maroc des années 1960-70. Sauf qu'il est plus gros, plus peuplé, plus armé. Qui devra tôt ou tard se redonner une fierté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.