Sothema réalise un résultat net de 217 MDH en 2018    Enseignants contractuels/Gouvernement: Le bras de fer continue    Le MASI et la décélération de la croissance    FRMF : Mark Wotte limogé    JETMODE, l'événement mode de l'année !    "La Tbourida", candidate au patrimoine de l'UNESCO    Banque Centrale Populaire. La croissance toujours au rendez-vous    Qualifications CAN-2019 : Le Cameroun rejoint le Maroc et le Burundi entre dans l'histoire    Entreprenathon : L'ESSEC Afrique et l'EMI mettent le cap sur l'innovation et l'entrepreneuriat    Carburants : Le plafonnement des prix est entre les mains d'EL Otmani.    FICM de Tétouan 2019 : «La sueur des palmiers» de Radwan El-Kashef ouvre le bal    «Nous invitons les jeunes Marocains a exposé leurs talents»    Prix Terre de Femmes Maroc : agir localement pour changer le monde !    Californie. Un incendie dans une mosquée fait le lien avec Christchurch    Un Kenyan sacré meilleur enseignant du monde    Politiques budgétaires, commerce intra-africain et transformation digitale…. Les enjeux auxquels devraient faire face les pays d'Afrique    Trump accueille son « ami » Netanyahu en pleine campagne    Les principales conclusions du rapport d'enquête Mueller    News    Retenus en Syrie, les jihadistes de l'EI et leurs familles restent un danger    May entame une semaine cruciale pour le Brexit, et son propre sort    Vous avez dit classe politique !    Sahara. Un troisième round de négociations au programme.    CAN 2019: Les Lions de l'Atlas terminent en tête    Golf Presse Agadir: Une tradition qui gagne en maturité    L'UA a trouvé une bonne clé pour atteindre les objectifs de développement en Afrique    Divers    Fès:Coup d'envoi des sessions régionales du parlement de l'enfant    Une 'Caravane Verte' à Essaouira pour éduquer et sensibiliser à la protection de l'environnement    Education, "Do you speak Arabic"?    COM2019 : L'Afrique souffre encore de sa faible intégration régionale    Forum maroco-belge : Un premier événement intégrant la migration dans la coopération bilatérale    Bourita s'entretient à Marrakech avec la vice-secrétaire générale de l'ONU    Le Musée Mohammed VI est ouvert chaque jour jusqu'à 20h    Le Onze national se contente du nul blanc face au Malawi    Premier atelier des officiers de contrôle du dopage de la CAF en partenariat avec la FIFA    Edito : Talents gaspillés    Marrakech: Un brigadier de police utilise son arme pour arrêter un multirécidiviste    TOKYO: Les femmes protestent en ligne contre le port de talons hauts sur le lieu de travail    D'anciennes joueuses du FC Barcelone à Laâyoune pour encourager le football féminin au Maroc    Mohamed Benabdelkader : Pour un accès facile et décent des citoyens au service public    Lancement des travaux de construction d'un pont à haubans à Abidjan    Messi officiellement forfait pour Maroc-Argentine    Une cinquantaine de courts-métrages en compétition officielle au Festival international de cinéma d'animation    Les "Terrasses en scènes" à Fès    "Cambodia" de Taha Mohamed Ibn Slimane en avant-première à Casablanca    M. Hilale : Atténuer les effets des crises humanitaires, une priorité    Apatride de Narjiss Nejjar : Frontières intérieures…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Code de la famille: Les écueils qui plombent la réforme
Publié dans L'Economiste le 15 - 02 - 2019

La réforme de la Moudawana a été plombée, dans la pratique, par des interprétations rétrogrades. C'est l'une des principales conclusions d'une étude réalisée par l'Association démocratique des femmes du Maroc (voir notre édition du 6 février 2019).
D'autres freins ont été identifiés par d'autres ONG, vidant les apports du Code de 2004 de leur sens. Ces associations ont mis l'accent sur «la persistance d'une série de discriminations à l'égard des femmes, notamment dans les domaines de l'héritage, mais également dans d'autres domaines comme la garde des enfants, la polygamie…».
La limitation du mariage des mineures était l'un des principaux objectifs de la réglementation du Code de la famille. 14 ans après, ce phénomène continue de s'amplifier, selon les ONG. En 2011, la part du mariage des mineures a atteint 11,9% de l'ensemble des dossiers, soit «le niveau le plus élevé depuis l'entrée en vigueur du Code en 2004».
Les demandes de mariage des mineures sont également en hausse soutenue, avec un avis positif des magistrats, variant entre 85% et 92%. Le rapport élaboré par la Fédération des ligues des droits des femmes a mis en avant l'importance des demandes introduites pour des mariages impliquant des filles mineures par rapport aux garçons.
Par exemple, entre 2014 et 2016, plus de 124.918 dossiers concernaient des filles contre seulement 817 pour les garçons. Ce qui permet de «considérer ce type de mariages, avant d'atteindre l'âge légal, comme une violence basée sur le genre, vu ses impacts négatifs sur l'intégrité physique et psychologique des femmes», selon ce document.
Pour les ONG, «au lieu d'être une exception, c'est devenu pratiquement la règle, dans la mesure où la justice n'a pas pris en compte l'esprit du Code dans le traitement de ces cas».
Pour ce qui est de la polygamie, les statistiques montrent qu'elle est en recul depuis l'entrée en vigueur du Code de la famille. Le nombre des dossiers déposés entre 2006 et 2016 a atteint 55.946. Sur ce total, 19.041 personnes ont reçu un avis favorable de la justice. Cette baisse reste loin de satisfaire les défenseurs des droits des femmes, qui plaident en faveur d'une interdiction formelle de la polygamie, notamment à travers la suppression de l'exception prévue dans ce domaine.
D'autres discriminations ont été également identifiées dans le document élaboré par ces ONG. C'est le cas notamment en matière de pension alimentaire en faveur de la femme répudiée et des enfants. Sur ce point, le rapport met l'accent sur la faiblesse de l'exécution des jugements.
Sur ce point, la société civile appelle à accélérer le rythme de traitement de ces dossiers, et de prévoir une pension provisoire, en attendant l'annonce du jugement définitif. Parmi les autres pistes de réforme proposées: l'instauration de l'égalité dans ce domaine, notamment en consacrant la pension alimentaire comme une obligation pour les deux conjoints, en fonction de leur situation matérielle.
En matière de droit successoral, les discriminations sont flagrantes, selon les ONG de défense des droits des femmes. Surtout face aux transformations profondes qu'a connues la société. Par exemple, «en 2010, 19,1% des familles marocaines ont un chef de ménage femme, selon les statistiques du HCP».
D'autant que «les femmes ont fait leurs preuves en matière de création des richesses. Ce qui impose de revoir les dispositions du droit successoral en vue d'instaurer une équité entre les deux sexes». Surtout que «cette réglementation était basée sur un modèle de société dans lequel la richesse était produite et distribuée au sein de la grande famille». Or, actuellement, «70% des mariages sont noués entre des personnes n'appartenant pas à la même famille», est-il indiqué.
Conflit générationnel
Au-delà des problèmes liés à l'ambiguïté de certaines dispositions de la Moudawana ou à certaines lacunes juridiques, consacrant les discriminations à l'égard des femmes, une étude élaborée par l'Association marocaine des femmes du Maroc avait insisté sur le rôle des magistrats dans la persistance de certaines pratiques. Le diagnostic mené sur la base des jugements rendus par la Cour de cassation a mis l'accent sur un clivage générationnel. D'un côté, «les magistrats de la plus haute juridiction, ayant pratiqué l'ancien Code du statut personnel, et appartenant à une école traditionaliste, attachée au référentiel de la charia». De l'autre, des juges «plus jeunes, plus enclins à une interprétation moderne du Code de la famille, prenant en compte le référentiel universel des droits humains».
La discrimination a la peau dure
* 124.918 dossiers de demandes de mariage de mineures entre 2014 et 2016
* 19.041 autorisations de polygamie en 2016 contre 55.946 demandes introduites
* 73,46% des jugements d'exécution en matière de pension alimentaire en 2016
* 19,1% des ménages marocains sont dirigés par des femmes.
M.A.M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.