Amical : Pas de Messi à Tanger    Ouverture la 20e réunion du MCR-Afrique à Marrakech    Le Maroc envoie une aide humanitaire d'urgence aux victimes du cyclone Idai    Ali Bongo quitte le Maroc au terme d'un séjour médical    Tunis: 2è édition du Festival International d'Improvisation Théâtrale    La région de Casablanca-Settat prend 20% du capital de CFC    Ingérence présumée de la Russie dans la présidentielle US de 2016 : Bientôt la fin du suspense    C'est parti pour la 18e édition du FICAM    Casablanca: Grand meeting des élus du Maroc et de France sur les bonnes pratiques territoriales    Sahara marocain – Bourita : « Le Maroc ne veut pas un processus où les réunions deviennent une fin en soi »    Le nouveau service de «Dotation touristique supplémentaire» en quelques clics    Mobile, ADSL, FTTH … Le parc Internet continue sa progression    700 millions de dollars de la Banque mondiale pour la transformation numérique au Maroc    Special Olympics 2019 : belle moisson pour le Maroc    500 Kg de chira saisis au large de Tanger    Inertie    Modèle de développement: L'université de Casablanca présente son mémorandum    Modèle de développement: L'université de Casablanca pointe du doigt le partage inégal des richesses    Un Monde Fou    Venezuela: L'ONU durcit le ton face aux sanctions américaines    Expo: L'Afrique entre mélancolie et espoir    Tourisme culturel: Dubaï veut confirmer sa nouvelle réputation    La gastronomie marocaine à l'honneur en Ukraine    Clap de fin pour la 2e table ronde sur la question du Sahara marocain    Mohamed Benabdelkader : La Charte de la déconcentration administrative, une étape décisive dans la consécration de la régionalisation avancée    Euro 2020: La Croatie s'en tire à bon compte    "Football Leaks": Le hacker Rui Pinto extradé au Portugal    En attendant le verdict de la CAF, les U23 jouent leur va-tout devant la RDC    Eliminatoires CAN-2019 : Déjà qualifiés, les Lions font match nul au Malawi    Driss Lachguar : Ce qui importe pour nous, c'est que le futur Premier secrétaire serve au mieux le projet sociétal moderniste du parti    Le président de la Chambre des représentants s'entretient avec l'ambassadeur du Liban à Rabat    Divers Economie    Beckham admet avoir utilisé son téléphone en conduisant    La césarienne cinquante fois plus mortelle pour les femmes africaines    Ces célébrités ont touché le fond : Britney Spears    Nota Bene    Aujjar : Le mariage des mineures demeure une réalité qui interpelle tout le monde    Michel Temer, le survivant rattrapé par le scandale Lavage Express    L'hommage de Céline Dion aux victimes de Christchurch    Winston Peters : Les musulmans de Nouvelle-Zélande seront en sécurité    Combien gagne Nagui    La ZLECA, une avancée en matière de commerce et d'investissement transfrontalier    Janet Jackson grillée par ses fans en pleine crise d'ego    La décision radicale des enfants de Michael Jackson    Björk réédite tous ses albums en cassettes colorées    Naufrage à Mossoul: Le bilan s'élève à 100 morts    Le WAC retrouve le Horoya Conakry en quarts    Sahara marocain-Genève II : Kohler garde espoir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Enseignement du français: Un nouveau concept dès septembre
Publié dans L'Economiste le 15 - 02 - 2019

Pour Yves Martel à l'origine du lancement du groupe scolaire Jacques Chirac, le choix du nom est dicté par la volonté de rendre hommage à l'ancien président français et son indéfectible amitié pour le Maroc (Ph. privée)
- L'Economiste: Dans la présentation de l'établissement, vous annoncez qu'il s'appuie sur un projet pédagogique innovant. Qu'est-ce que cela signifie concrètement?
- Yves Martel: Sans rien lâcher des exigences en termes de contenus académiques définies par le socle commun de connaissances et de compétences, qui fonde les programmes d'enseignement dans le système français, en France et à l'étranger, nous ambitionnons une dynamique éducative innovante. Celle-ci sera basée sur la pédagogie du projet et la mise en valeur systématique des productions des élèves. Elle se fera dans tous les formats et par tous les moyens à notre portée. Et cela, depuis l'exposition des dessins de la semaine pour les parents d'une classe maternelle jusqu'à la pièce de théâtre créée par les collégiens dans l'auditorium à la fin du trimestre, en passant par les présentations numériques en ligne sur nos réseaux sociaux. Au menu également, les reportages de nos élèves à écouter grâce à notre web radio, les moments de chant choral, les exposés scientifiques et culturels réalisés en classe ou au sein de l'espace culture, connaissance et communication… sans parler des rencontres sportives au sein et hors de l'établissement.
- Comment les outils technologiques seront intégrés dans le système d'enseignement au sein de cet établissement?
- Chaque enseignant disposera des outils les plus récents pour animer ses cours et donner aux élèves un accès aux savoirs attrayant et performant. Il s'agit notamment de l'ordinateur et le projecteur interactif dans chaque salle ou laboratoire, réseau et domaine de partage pour un suivi des travaux scolaires, en classe, en groupe… Les élèves disposeront en classe, dans les labos ou dans l'espace 3 C d'appareils numériques performants pour apprendre à accéder, trier et consulter l'information, pour s'exercer et s'entraîner, pour produire des écrits, des images, du codage… c'est-à-dire les trois fonctions essentielles: connaître, comprendre et créer.
Nous prévoyons des armoires et des mallettes permettant le stockage et la recharge de tablettes ou lap tops, selon les niveaux, à hauteur d'une machine pour deux élèves, en moyenne. Les collégiens pourront aussi disposer d'une salle des machines. Nous équipons les laboratoires scientifiques avec un partenaire spécialisé (sciences naturelles, physique-chimie et technologie).
- Existe-t-il des passerelles avec l'enseignement français?
- Plus que des passerelles. Le groupe scolaire Jacques Chirac a reçu l'appui de l'AEFE pour devenir dès son ouverture un nouvel établissement d'enseignement français au Maroc. Notre premier objectif est de préparer nos élèves, qui auront passé le test du SCAC, à la réussite aux examens officiels: brevet en troisième et baccalauréat en terminale. Même si, pour cette rentrée, nous n'allons pas au-delà des classes de sixième. En outre, le recrutement de nos professeurs est centré sur leur compétence à enseigner le programme français, en y ajoutant les exigences que j'évoquais ci-dessus, à savoir la capacité d'innover et d'intégrer le numérique dans les pratiques au quotidien. En plus de la capacité à collaborer avec les professeurs de langues arabe et anglaise pour mettre en œuvre notre politique plurilingue.
- Quelle est la capacité d'accueil de cet établissement?
- Comme vous pouvez le voir de façon détaillée, niveau par niveau, sur notre site internet (ndlr:https://gsjc.ma/admissions/capacite-daccueil/), nous proposons 1.086 places à la rentrée 2019, de la petite section maternelle à la classe de sixième. Par la suite, nous créerons 168 places annuellement, réparties en 50 petites sections, 34 moyennes sections, 56 CP et 28 Sixièmes.
- Quels seront les tarifs appliqués?
- Nous demandons le règlement des frais de la première inscription pour chaque nouvel élève, identiques pour tous les niveaux de classe, soit 35.000 DH. Ensuite, chaque année, les familles sont appelées à régler des frais de réinscription, de 6.000 DH, quel que soit le niveau. Les frais annuels de scolarité s'élèvent à 42.000 DH pour le premier degré, la maternelle et l'élémentaire, et à 54.000 DH pour le second degré, le collège et le lycée.
Logistique
Le groupe scolaire Jacques Chirac, implanté à Rabat, est opérationnel dès la rentrée prochaine, avec 39 classes, de la petite section jusqu'à la 6e. Il ouvrira progressivement les autres niveaux du collège et du lycée jusqu'à la terminale. L'établissement dispose d'un auditorium de 250 places, d'un espace de restauration, d'une salle omnisport couverte, de laboratoires scientifiques et d'espaces dédiés aux langues et aux arts, note un communiqué de presse du groupe.
Propos recueillis par Mohamed CHAOUI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.