Un policier contraint de dégainer son arme pour arrêter deux individus à Fès    650 kg de chira saisies à Agadir    Casablanca: Annonce des projets primés au Festival international du film de l'étudiant    Secteur industriel : L'indice des prix à la production en hausse    El Othmani loue l'action de l'AMMC    L'Organisation de Coopération Islamique fait le bilan de 20 ans d'activités    Forum Maroc-France : La déclaration finale proclame un partenariat pour l'Afrique    Forum parlementaire: Le Maroc et la France, partenaires pour la sécurité et le développement en Afrique    Rabat: Huit accords de partenariat pour l'accompagnement des personnes en situation de handicap    Attijariwafa bank renforce son engagement en faveur des MRE du Canada    Météo: Le temps qu'il fera ce samedi    Botola Pro D1 : Le classico Wydad-AS FAR vole la vedette    Complexe Mohammed VI: Le modus operandi    Oriental: Le CRI en mode proximité    Arganier: Le bio pour monter en gamme    Cafés hors la loi: La démolition commence!    Rabat: L'Intérieur se charge du budget 2020    Un nouveau souffle pour la Fondation «Esprit de Fès»    Des entreprises portugaises en mission d'affaires multisectorielle au Maroc    Avec la victoire de Boris Johnson, tout reste à jouer pour l'économie britannique    Un ex-Premier ministre turc égratigne Erdogan en lançant son parti    L'intelligence artificielle, entre opportunité et menace pour la santé    Ligue des champions : Ciel dégagé pour le PSG avant l'heure de vérité    Ligue Europa: Arsenal et la Roma au rendez-vous des seizièmes    La musique gnaoua, entre rituel africain et culte des saints vénérés au Maroc    André Azoulay: Il s'agit d'une consécration de l'engagement pionnier d'Essaouira    Les Algériens ne veulent pas Tebboune    Le vivarium du jardin zoologique de Rabat désormais ouvert au public    Football: Qui sont les joueurs africains les mieux payés?    Présidentielles algériennes : Abdelmadjid Tebboune vainqueur selon les résultats préliminaires    La BAD approuve près de 245 millions d'euros pour développer les réseaux de transport d'électricité et d'électrification rurale    Présidence de la CGEM: Le binôme Alj-Tazi confiant    Karim El Aynaoui : « Atlantic Dialogues », une invitation à formuler des réponses urgentes aux grands défis communs »    Gestion des catastrophes naturelles : La Banque mondiale accorde un prêt de 275 millions de dollars au Maroc    Nouvelle défaite cruelle de l'OCK    Eliminatoires Mondial-2022 : La date du tirage au sort fixée    Les prémices d'un nouvel espoir    Habib Sidinou, un président sobre et altruiste    Espagne: Les 3 footballeurs accusés de viol écopent de 38 ans de prison chacuns    L'opposition et la Constitution «adoptent» le PLF    Neutralité carbone en 2050: l'UE s'engage, mais sans la Pologne    Ce que la Turquie pense du Polisario    La Gambie annonce l'ouverture prochaine d'un consulat général à Dakhla    Officiel ! RAM intègre le 31 mars 2020 Oneworld    Académie française: Abdeljalil Lahjomri reçoit le Grand Prix de la francophonie    G-B : La Livre sterling s'envole après la victoire des Tories    L'art Gnaoua inscrit au patrimoine immatériel universel    One Piece Stampede, le premier film de la Toei Animation à être diffusé au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Comment l'UE protège les lanceurs d'alerte
Publié dans L'Economiste le 13 - 03 - 2019

Les scandales récents «Dieselgate», «Luxleaks», «Panama Papers» ou les révélations qui se succèdent à propos de Cambridge Analytica montrent que les lanceurs d'alerte peuvent jouer un rôle important. Et ce, notamment dans la mise au jour d'activités illicites qui portent préjudice à l'intérêt général.
Les dernières discussions autour de la directive européenne sur les lanceurs d'alerte ont eu lieu lundi 11 mars à Bruxelles entre le Conseil, la Commission et le Parlement. La nouvelle législation vise à renforcer la protection des lanceurs d'alerte dans toute l'UE.
■ Qu'est-ce qu'un lanceur d'alerte? Selon la proposition de la Commission (https://europa.eu), c'est toute personne qui signale ou révèle des informations concernant des infractions au droit de l'Union constatées dans le cadre de ses activités professionnelles. Cette notion concerne donc aussi bien les travailleurs salariés que les non salariés ou établis à leur propre compte, les consultants, les prestataires externes, les fournisseurs, les bénévoles, les stagiaires non rémunérés et les candidats à l'emploi. Pour éviter que des personnes agissant de bonne foi soient pénalisées, la proposition prévoit aussi la protection des lanceurs d'alerte qui, au moment du signalement, avaient de bonnes raisons de croire que les informations signalées étaient vraies ou qui avaient des soupçons sérieux que l'activité constatée était illégale.
■ Pourquoi une action à l'échelle de l'UE? Actuellement, la protection accordée aux lanceurs d'alerte au sein de l'Union est fragmentée et insuffisante. Si certains Etats membres disposent en la matière d'un dispositif législatif complet, la plupart n'accordent qu'une protection sectorielle, par exemple dans le cadre de la lutte contre la corruption, ou au secteur public uniquement. Certains instruments spécifiques de l'UE contiennent déjà des éléments de protection des lanceurs d'alerte, dans des domaines tels que les services financiers, la sécurité des transports et la protection de l'environnement, pour lesquels il était nécessaire de garantir d'urgence une mise en oeuvre correcte du droit de l'Union. Une protection insuffisante des lanceurs d'alerte peut avoir des effets négatifs non seulement sur le fonctionnement des politiques d'un pays, mais également dans l'ensemble de l'UE.
■ Quel type de protection? La nouvelle législation impose aux Etats membres d'interdire toute forme de représailles et de prévoir des sanctions contre ceux qui prennent de pareilles mesures à l'encontre des lanceurs d'alerte. Ces derniers auront accès à des conseils juridiques, des mesures correctives, l'absence de responsabilité outre une protection dans des procédures judiciaires.
■ Que peut faire un lanceur d'alerte «s'il ne se passe rien»?
La personne ou le service chargé de recevoir les informations au sein d'une entreprise ou d'une administration publique est tenue de donner suite au signalement avec diligence. Et ce, dans un délai raisonnable de trois mois maximum et de fournir un retour d'information concernant le suivi à la personne concernée. En l'absence de retour d'information et/ou de suivi approprié, celle-ci peut effectuer un signalement extérieur aux autorités centrales responsables. Ces derniers ont l'obligation d'assurer le suivi des signalements effectués par des lanceurs d'alerte et de les informer de l'issue de l'enquête. Si, après un délai raisonnable (ne pouvant excéder trois mois, voire six mois dans des cas dûment justifiés), les autorités n'ont pas informé le lanceur d'alerte du suivi donné ou envisagé, ou s'il n'y a pas eu de suivi approprié, il peut révéler les informations au public, y compris aux médias.
Et les médias?
Un informateur peut-il révéler des informations directement aux médias?
Oui, dans certaines circonstances. Si des canaux de signalement internes et externes sont disponibles, un lanceur d'alerte devrait y avoir recours en premier lieu afin de se voir garantir une protection au titre de la nouvelle législation. Ceci est nécessaire pour veiller à ce que les informations parviennent aux personnes susceptibles de contribuer à la résolution rapide et efficace des menaces contre l'intérêt public et pour prévenir des atteintes injustifiées à la réputation découlant de révélations publiques d'informations… En offrant une protection aux lanceurs d'alerte en tant que sources journalistiques, la nouvelle législation aura un effet positif évident sur la promotion du journalisme d'investigation et, plus généralement, sur la liberté des médias. Elle fournira aux lanceurs d'alerte potentiels une sécurité juridique concernant les conditions dans lesquelles ils peuvent contacter la presse. Et si leur identité est exposée, elle leur garantira une protection contre les mesures de représailles.
Fatim-Zahra TOHRY


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.