Le Japon réitère sa non-reconnaissance de la pseudo « rasd »    Bab Sebta: saisie de 92 kg de chira    Tiflet: un individu arrêté pour coups entraînant la mort de sa mère    La Corée du Nord annonce que Kim a supervisé le test d'un « lance-missiles multiple »    Vidéo. Amazonie : Des centaines de nouveaux feux, vive émotion planétaire    Jeux africains 2019 (6è journée): Le Maroc grimpe à la 3è place avec 40 médailles dont 13 d'or    Berkane : une plantation de 100 Ha de figuiers et la création d'une unité de valorisation du produit    L'Italie attend toujours une majorité et un Premier ministre    Al Hoceima: Distribution de bus de transport scolaire au profit de cinq communes rurales    Pour gérer la transition, le Soudan se dote d'un Conseil souverain…    SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan reçoit les enfants d'Al Qods    Compétence !    Groupe Total: la 1000e station-service solarisée sera inaugurée à Marrakech    Rommani: Une pétition contre les coupures fréquentes de l'eau et de l'électricité    Hong Kong : Des centaines de manifestants défilent à nouveau dans les rues    Les «Littératures itinérantes» débarquent à Jamaa El Fna    Ligue des champions d'Afrique : Le Raja valide son passage au deuxième tour    Fès: Un policier contraint de brandir son arme pour neutraliser un récidiviste    Ligue des champions: le Raja étrille Brikama United    Migration clandestine: l'Espagne octroie une aide de 32 millions d'euros au Maroc    Jeux Africains: le Maroc conserve sa 4e place avec 33 médailles    Rallye de yachts entre Gibraltar et Tanger pour la bonne cause    Jeux africains-Football : le Nigéria élimine les Lionceaux de l'Atlas    Fès : Arrestation de deux dealers de karkoubi    Santé : Le Levothyrox de nouveau disponible selon Anas Doukkali    Voix de Femmes à Tétouan, solidarité et développement au menu du festival    L'IPC ressort en baisse en juillet après trois mois de hausse ininterrompue    Le Raja bien parti pour franchir le tour de chauffe de la Ligue des champions    Tous à l'assaut de la nouvelle Juventus    L'Allemagne s'enflamme pour Coutinho    Divers Economie    Tensions et dissensions attendues au sommet du G7    Macron et Johnson affichent un ton plus conciliant sur le Brexit    Valse diplomatique à l'algérienne : L'œuvre des militaires ou des intérimaires ?    Finalisation des plans de transfert des compétences de l'administration centrale vers les régions    Les femmes enceintes prennent encore trop de médicaments    La Guinée-Bissau réaffirme son soutien constant et inconditionnel à la marocanité du Sahara    Gouvernance et responsabilité dans le secteur public La complexité du concept    Insolite : Rituel cosmique    Ces stars qui ont vu leur carrière basculer    Cinéma sur la Muraille : Le cinéma en fête à Essaouira    Le troisième Festival national de Marmoucha du 30 août au 1er septembre    11ème Festival «Voix de Femmes» de Tétouan : Daoudia, Najat Rajoui et les autres    Démarrage de l'opération de sélection et d'incorporation des appelés    Révolution du Roi et du Peuple: le discours royal    Sidi Kacem : Trois balles tirées pour neutraliser un individu qui mettait en danger la vie de citoyens    Initiative «Cinéma sur la Muraille» : Le 7ème art à l'honneur à Essaouira    Féminicide à Sidi Slimane    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Comment l'UE protège les lanceurs d'alerte
Publié dans L'Economiste le 13 - 03 - 2019

Les scandales récents «Dieselgate», «Luxleaks», «Panama Papers» ou les révélations qui se succèdent à propos de Cambridge Analytica montrent que les lanceurs d'alerte peuvent jouer un rôle important. Et ce, notamment dans la mise au jour d'activités illicites qui portent préjudice à l'intérêt général.
Les dernières discussions autour de la directive européenne sur les lanceurs d'alerte ont eu lieu lundi 11 mars à Bruxelles entre le Conseil, la Commission et le Parlement. La nouvelle législation vise à renforcer la protection des lanceurs d'alerte dans toute l'UE.
■ Qu'est-ce qu'un lanceur d'alerte? Selon la proposition de la Commission (https://europa.eu), c'est toute personne qui signale ou révèle des informations concernant des infractions au droit de l'Union constatées dans le cadre de ses activités professionnelles. Cette notion concerne donc aussi bien les travailleurs salariés que les non salariés ou établis à leur propre compte, les consultants, les prestataires externes, les fournisseurs, les bénévoles, les stagiaires non rémunérés et les candidats à l'emploi. Pour éviter que des personnes agissant de bonne foi soient pénalisées, la proposition prévoit aussi la protection des lanceurs d'alerte qui, au moment du signalement, avaient de bonnes raisons de croire que les informations signalées étaient vraies ou qui avaient des soupçons sérieux que l'activité constatée était illégale.
■ Pourquoi une action à l'échelle de l'UE? Actuellement, la protection accordée aux lanceurs d'alerte au sein de l'Union est fragmentée et insuffisante. Si certains Etats membres disposent en la matière d'un dispositif législatif complet, la plupart n'accordent qu'une protection sectorielle, par exemple dans le cadre de la lutte contre la corruption, ou au secteur public uniquement. Certains instruments spécifiques de l'UE contiennent déjà des éléments de protection des lanceurs d'alerte, dans des domaines tels que les services financiers, la sécurité des transports et la protection de l'environnement, pour lesquels il était nécessaire de garantir d'urgence une mise en oeuvre correcte du droit de l'Union. Une protection insuffisante des lanceurs d'alerte peut avoir des effets négatifs non seulement sur le fonctionnement des politiques d'un pays, mais également dans l'ensemble de l'UE.
■ Quel type de protection? La nouvelle législation impose aux Etats membres d'interdire toute forme de représailles et de prévoir des sanctions contre ceux qui prennent de pareilles mesures à l'encontre des lanceurs d'alerte. Ces derniers auront accès à des conseils juridiques, des mesures correctives, l'absence de responsabilité outre une protection dans des procédures judiciaires.
■ Que peut faire un lanceur d'alerte «s'il ne se passe rien»?
La personne ou le service chargé de recevoir les informations au sein d'une entreprise ou d'une administration publique est tenue de donner suite au signalement avec diligence. Et ce, dans un délai raisonnable de trois mois maximum et de fournir un retour d'information concernant le suivi à la personne concernée. En l'absence de retour d'information et/ou de suivi approprié, celle-ci peut effectuer un signalement extérieur aux autorités centrales responsables. Ces derniers ont l'obligation d'assurer le suivi des signalements effectués par des lanceurs d'alerte et de les informer de l'issue de l'enquête. Si, après un délai raisonnable (ne pouvant excéder trois mois, voire six mois dans des cas dûment justifiés), les autorités n'ont pas informé le lanceur d'alerte du suivi donné ou envisagé, ou s'il n'y a pas eu de suivi approprié, il peut révéler les informations au public, y compris aux médias.
Et les médias?
Un informateur peut-il révéler des informations directement aux médias?
Oui, dans certaines circonstances. Si des canaux de signalement internes et externes sont disponibles, un lanceur d'alerte devrait y avoir recours en premier lieu afin de se voir garantir une protection au titre de la nouvelle législation. Ceci est nécessaire pour veiller à ce que les informations parviennent aux personnes susceptibles de contribuer à la résolution rapide et efficace des menaces contre l'intérêt public et pour prévenir des atteintes injustifiées à la réputation découlant de révélations publiques d'informations… En offrant une protection aux lanceurs d'alerte en tant que sources journalistiques, la nouvelle législation aura un effet positif évident sur la promotion du journalisme d'investigation et, plus généralement, sur la liberté des médias. Elle fournira aux lanceurs d'alerte potentiels une sécurité juridique concernant les conditions dans lesquelles ils peuvent contacter la presse. Et si leur identité est exposée, elle leur garantira une protection contre les mesures de représailles.
Fatim-Zahra TOHRY


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.