Anti-corruption: La réforme très attendue    SMI: Hausse du résultat net    Vol de bagages à l'aéroport Mohammed V    Indemnité Covid: Le 1er texte d'application validé    L'image de la semaine    «Zanka contact», un ovni dans le 7e art national    Le Trésor place 700 MDH d'excédents de trésorerie    Covid-19 : l'Allemagne enregistre son bilan quotidien le plus élevé depuis avril    New York : deux morts et 14 blessés lors d'une fusillade    Botola Pro: l'OCK tombe à domicile face à Berkane (VIDEO)    Covid-19 : 2 552 nouveaux cas confirmés et 2 318 guérisons en 24h    Ukraine : 3 Marocains décédés dans un accident    Mehdia : des policiers contraints d'user de leurs armes pour interpeller un individu dangereux    Au 11 septembre, les avoirs officiels de réserve se sont établis à 296,9 MMDH    Hausse de 39,1% des souscriptions sur le MAVT à fin juillet 2020    Confinement. La santé mentale en danger    Real Madrid: Gareth Bale prêté à Tottenham    Cellule terroriste démantelée le 10 septembre: Ce que révèle l'expertise de la police scientifique    Maroc: le viol filmé d'un enfant de 10 ans circule sur la Toile    La presse britannique évoque les « sculptures » de Mehdia    Raja: les détails du transfert de Badr Banoun à Al Ahly    Horrible découverte: Un bébé dans une poubelle    Le secrétariat général des Finances de nouveau vacant    Morsures de serpent: une Marocaine parmi les « championnes » de la sensibilisation dans le monde    El Fizazi n'exclut pas un retour de Benkirane à la politique    Covid-19: tous les gouvernorats tunisiens classés en zone rouge    Turquie : Ankara condamne un journal grec qui avait invité Erdogan à « aller se faire foutre »    Le Maroc va-t-il changer son protocole sanitaire pour sauver le tourisme ?    Décès de Mohamed Talal    Installation des nouveaux membres de la CRDH de Guelmim-Oued Noun    Le secteur du livre affaibli par la pandémie    La cérémonie des Emmy Awards, en direct mais 100% virtuelle au temps du coronavirus    La FNM organise des expositions dans l' ensemble de ses musées " pour célébrer la vie "    La Juve en quête d' un 10ème titre de suite    Rude épreuve doukkalie pour le Raja et le Wydad    Algérie : 4 morts et six portes disparus après le chavirement d'une embarcation de fortune    Voici quand débute le mois de Safar au Maroc    Casablanca: le distanciel pour 2 semaines supplémentaires    Finale de la ligue des champions CAF 2018-2019 : L'appel du Wydad rejeté par le TAS    Le Maroc signe un mémorandum d'entente pour l'acquisition de vaccins anti-Covid 19    Etat-Unis : Les applications chinoises TikTok et WeChat interdites    Mostra de Venise. L'actrice marocaine Mila Suarez crée le buzz avec un baiser « hot »    Maître Gims membre d'une secte islamiste ?    Le gouvernement adopte un projet de décret relatif à la simplification des procédures et formalités administratives    Mise à jour de la 23ème journée de la Botola Pro D1 : Le Wydad revient à un point du leader    Le forum de la jeunesse du cinéma hassani démarre ce soir    Chic Intemporel : La dimension humaine d'une marketplace solidaire    Marchés publics et gouvernance des tribunaux : Le ministère de la justice trace son plan d'action    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Comment l'UE protège les lanceurs d'alerte
Publié dans L'Economiste le 13 - 03 - 2019

Les scandales récents «Dieselgate», «Luxleaks», «Panama Papers» ou les révélations qui se succèdent à propos de Cambridge Analytica montrent que les lanceurs d'alerte peuvent jouer un rôle important. Et ce, notamment dans la mise au jour d'activités illicites qui portent préjudice à l'intérêt général.
Les dernières discussions autour de la directive européenne sur les lanceurs d'alerte ont eu lieu lundi 11 mars à Bruxelles entre le Conseil, la Commission et le Parlement. La nouvelle législation vise à renforcer la protection des lanceurs d'alerte dans toute l'UE.
■ Qu'est-ce qu'un lanceur d'alerte? Selon la proposition de la Commission (https://europa.eu), c'est toute personne qui signale ou révèle des informations concernant des infractions au droit de l'Union constatées dans le cadre de ses activités professionnelles. Cette notion concerne donc aussi bien les travailleurs salariés que les non salariés ou établis à leur propre compte, les consultants, les prestataires externes, les fournisseurs, les bénévoles, les stagiaires non rémunérés et les candidats à l'emploi. Pour éviter que des personnes agissant de bonne foi soient pénalisées, la proposition prévoit aussi la protection des lanceurs d'alerte qui, au moment du signalement, avaient de bonnes raisons de croire que les informations signalées étaient vraies ou qui avaient des soupçons sérieux que l'activité constatée était illégale.
■ Pourquoi une action à l'échelle de l'UE? Actuellement, la protection accordée aux lanceurs d'alerte au sein de l'Union est fragmentée et insuffisante. Si certains Etats membres disposent en la matière d'un dispositif législatif complet, la plupart n'accordent qu'une protection sectorielle, par exemple dans le cadre de la lutte contre la corruption, ou au secteur public uniquement. Certains instruments spécifiques de l'UE contiennent déjà des éléments de protection des lanceurs d'alerte, dans des domaines tels que les services financiers, la sécurité des transports et la protection de l'environnement, pour lesquels il était nécessaire de garantir d'urgence une mise en oeuvre correcte du droit de l'Union. Une protection insuffisante des lanceurs d'alerte peut avoir des effets négatifs non seulement sur le fonctionnement des politiques d'un pays, mais également dans l'ensemble de l'UE.
■ Quel type de protection? La nouvelle législation impose aux Etats membres d'interdire toute forme de représailles et de prévoir des sanctions contre ceux qui prennent de pareilles mesures à l'encontre des lanceurs d'alerte. Ces derniers auront accès à des conseils juridiques, des mesures correctives, l'absence de responsabilité outre une protection dans des procédures judiciaires.
■ Que peut faire un lanceur d'alerte «s'il ne se passe rien»?
La personne ou le service chargé de recevoir les informations au sein d'une entreprise ou d'une administration publique est tenue de donner suite au signalement avec diligence. Et ce, dans un délai raisonnable de trois mois maximum et de fournir un retour d'information concernant le suivi à la personne concernée. En l'absence de retour d'information et/ou de suivi approprié, celle-ci peut effectuer un signalement extérieur aux autorités centrales responsables. Ces derniers ont l'obligation d'assurer le suivi des signalements effectués par des lanceurs d'alerte et de les informer de l'issue de l'enquête. Si, après un délai raisonnable (ne pouvant excéder trois mois, voire six mois dans des cas dûment justifiés), les autorités n'ont pas informé le lanceur d'alerte du suivi donné ou envisagé, ou s'il n'y a pas eu de suivi approprié, il peut révéler les informations au public, y compris aux médias.
Et les médias?
Un informateur peut-il révéler des informations directement aux médias?
Oui, dans certaines circonstances. Si des canaux de signalement internes et externes sont disponibles, un lanceur d'alerte devrait y avoir recours en premier lieu afin de se voir garantir une protection au titre de la nouvelle législation. Ceci est nécessaire pour veiller à ce que les informations parviennent aux personnes susceptibles de contribuer à la résolution rapide et efficace des menaces contre l'intérêt public et pour prévenir des atteintes injustifiées à la réputation découlant de révélations publiques d'informations… En offrant une protection aux lanceurs d'alerte en tant que sources journalistiques, la nouvelle législation aura un effet positif évident sur la promotion du journalisme d'investigation et, plus généralement, sur la liberté des médias. Elle fournira aux lanceurs d'alerte potentiels une sécurité juridique concernant les conditions dans lesquelles ils peuvent contacter la presse. Et si leur identité est exposée, elle leur garantira une protection contre les mesures de représailles.
Fatim-Zahra TOHRY


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.