Ihlan Omar, visage controversé de la diversité américaine    Procédure pénale : Une réforme pour renforcer la sécurité des personnes et des biens    Maroc-UE. L'Espagne "satisfaite" de l'adoption de l'Accord de pêche    Le G7 Finances fait un pas vers la taxation des géants du numérique    Attijariwafa bank et la BAD s'associent pour développer le commerce en Afrique    L'AFD et l'ONDA signent deux conventions de financement    Soulaliyates. Premier cap franchi pour trois projets de loi    L'Iran a saisi un tanker étranger soupçonné de « contrebande »    Qui va remporter la CAN ?    Saad Lamjarred vers une nouvelle poursuite judiciaire    ASAP Rocky maintenu en détention jusqu'au 25 juillet    Sbagha Bagha 2019. Les murs ont des poèmes...    Adam Naas : Vieille âme du futur    La Casa de Papel. La saison 3 désormais disponible sur Netflix    Communiqué du Bureau politique du PPS    La CGEM et la SFI s'allient pour stimuler l'employabilité des femmes    Le Centre international d'oncologie de Casablanca s'engage à rendre les soins plus accessibles    Le Crédit Agricole du Maroc : un passage réussi au Parlement    Voici les poules éliminatoires de la CAN 2021    CAN 2019: Algérie-Sénégal en finale inédite    Montresso présente les temps forts de sa saison culturelle 2019-2020    Procès d'Imlil. L'avis de l'avocat de la victime danoise    Maroc-USA: Une alliance historique et un partenariat d'exception    Boucetta met en avant à Washington l'engagement continu du Maroc en faveur des libertés religieuses    La MAP inaugure son nouveau siège à Casablanca    Ramid présente le premier rapport sur "les réalisations en matière des droits de l'homme au Maroc"    Taroudant, capitale d'une vie rurale en marche!    Rabat. Un quinquagénaire arrêté pour meurtre    Tensions entre Séoul et Tokyo: un Sud-Coréen s'immole par le feu    Venezuela: Pouvoir et opposition font état de progrès dans leurs discussions    L'UE sanctionne la Turquie pour forage au large de Chypre…    Primes : La CAF augmente le «prize money»    Préscolaire, le ministère dresse son bilan    10.000 dollars d'amende pour la fédération algérienne    L'inébranlable attachement du Maroc à la voie du réalisme et du compromis    Avant Trump, Clinton n'était pas épargné par la diplomatie britannique    Troisième marche du podium pour le Nigeria    La syphilis regagne du terrain    De "captain" Mahrez à la révélation Bennacer Le carré d'as algérien    Hicham El Idrissi : Il ne faut pas compter sur des joueurs qui ne veulent plus jouer pour le KACM    Casa malade de ses moyens de transport    Les budgets des collectivités territoriales enregistrent un excédent de 5,4 MMDH    Bouillon de culture    Contrairement à Nicki Minaj, 50 Cent et Janet Jackson chanteront en Arabie Saoudite    "Les Enfants de la mer", un film d'animation écologiste et spirituel    Le court-métrage en fête à Ifrane et Azrou    Procès Imlil. La Cour met l'affaire en délibéré    Instagram masque les « likes » dans six pays    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Affaire Assange: C'est l'histoire… d'un lanceur d'alerte
Publié dans L'Economiste le 16 - 04 - 2019

Avec son site WikiLeaks, Julian Assange était à l'origine de nombreuses affaires et scandales ayant défrayé la chronique ces dernières années. Les faits ont eu des répercussions mondiales. L'histoire a commencé par des montagnes de données qui se sont transformées en vagues de révélations. Secrets, vérités et mensonges… l'affaire gagne en popularité et même le cinéma s'y est intéressé.
Hollywood s'est emparé du phénomène WikiLeaks avec le film de Bill Condon «Le cinquième pouvoir» (2013).
Un documentaire présenté à Cannes en 2016, «Risk» de Laura Poitras, revient aussi sur l'histoire du site. Julian Assange a, par ailleurs, joué son propre rôle dans un épisode des Simpsons et inspiré un personnage du 36e album d'Astérix, «Le Papyrus de César», Doublepolemix.
L'histoire est moins d'être drôle et une grosse bataille politico-judiciaire est en vue. Reporters sans frontières a d'ailleurs demandé au Royaume-Uni de ne pas extrader Assange vers les Etats-Unis pour des demandes qui «viseraient à sanctionner ses activités liées au journalisme». Dénonçant aussi cette arrestation, Edward Snowden (un autre lanceur d'alerte), l'a qualifiée «d'atteinte à la liberté de la presse à l'échelle internationale, en violation des droits de l'homme».
Cette affaire a transformé, ces dernières années, le travail des journalistes avec les lanceurs d'alerte et de nombreuses plateformes qui les protègent ont vu le jour à travers le monde. Le scandale des Panama Papers a pu être révélé en avril 2016 grâce au travail d'une centaine de journaux rassemblés dans le Consortium international des journalistes d'investigation.
De récents scandales (Lux Leaks, Panama Papers, Cambridge Analytica…) ont démontré aussi l'importance des révélations faites par les lanceurs d'alerte. Et ce, afin de détecter et de prévenir les violations de la législation de l'UE préjudiciables à l'intérêt public et au bien-être de la société.
Pour cela, les nouvelles règles, qui ont fait l'objet d'un accord entre les négociateurs du Parlement européen et du Conseil (voir aussi, «Comment l'UE protège les lanceurs d'alerte», cf. notre édition N° 5471 du 12/03/2019), seront débattues lundi 15 avril et votées mardi 16 avril.
Elles établissent de nouvelles normes à l'échelle de l'UE pour la protection des lanceurs d'alerte. Ces règles incluraient la création de canaux de signalement sûrs des violations de la législation de l'Union, tant au sein des entreprises qu'à destination des autorités publiques, des protections contre les représailles (intimidation, harcèlement...) et des mesures de soutien (aide juridique, accès à l'information sur les procédures et voies de recours...).
F. Z. T.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.