Tunisie : Kais Saied et Nabil Karoui au second tour de la présidentielle anticipée    Heetch accompagne les auto-entrepreneurs    Sahara : La Grande Bretagne réitère son plein soutien au processus onusien et aux efforts du Maroc    Arbitrage, corruption à la CAF, rapport financier... Tout sur l'Assemblée générale de la FRMF    Le surfeur Ramzi Boukhiam qualifié pour Tokyo 2020    Global Teacher Conclave & Awards 2019 : Un Marocain primé    Affaire Griezmann: une sanction de 300 euros ou un huis clos pour le Barça    Sebta et Melilia. Les parlementaires de Vox veulent ériger un mur    Lancement officiel et adoption des recommandations de l'OMS    Agadir : Pour un meurtre, un chauffeur clandestin condamné à 20 ans de réclusion criminelle    Meknès : Il poignarde mortellement son voisin    «Le Roi : le Maroc de Mohammed VI », un livre pour comprendre le Royaume « au-delà des clichés »    Fête de l'Huma: Les chemins de l'Humanité!    Gestion migratoire : Le Commissaire de l'UA salue le rôle du Maroc    Logement social : La Cour des comptes identifie les failles    Ligue des Champions d'Afrique : RCA et WAC à un pas de la phase de poules    3e meeting du Barbe et Arabe-Barbe, championnats nationaux et Salon du cheval : La filière équine sur sa lancée    Mariage des mineures. Le verdict du CESE attendu demain    Marrakech à l'heure de l'Oriental Fashion Show    «Double face»: dans la peau d'un écrivain pas comme les autres!    Attribution du dépôt légal à plus de 4.300 ouvrages au cours des 8 premiers mois    Marrakech, Oasis des plus grands Djs du monde    Spoliation foncière : la lutte se poursuit    Administration publique : Le Maroc et Québec signent un accord    Nasser Bourita : La CEDEAO doit prendre le leadership dans la lutte contre le terrorisme    Iran : Le guide suprême exclut toute négociation avec les Etats-Unis    Brexit: La suspension controversée du Parlement britannique devant la Cour suprême    Sous pression, Angela Merkel dévoile sa stratégie climatique    Crise des migrants: Erdogan menace l'Union Européenne…    Audiovisuel : MBC5 veut rayonner sur le Maghreb    Soins auto-administrés : Le Maroc adopte les recommandations de l'OMS    Hajar Raissouni, la demande de liberté provisoire sera examinée jeudi    Sécurité pénitentiaire. Les raisons de la bérézina    Le Fonds de solidarité contre les évènements catastrophiques est en selle    Contrôle frontalier : Les fiches d'embarquement- débarquement supprimées    Journée mondiale de l'arthrose    Le glacier d'Aletsch pourrait disparaître d'ici à 2100    Ligue des champions : Liverpool rêve d'Istanbul et les clubs français d'exploit    Le choc entre les deux Olympiques débouche sur un nul    Réinsertion des détenus : Un slogan alléchant    Divers sportifs    Nasser Bourita : Le développement humain est la clé de la durabilité de l'action contre le terrorisme    Divers Economie    Déficit budgétaire de 33,5 MMDH à fin août    Rejet total de l'annexionnisme israélien par l'OCI    Ces stars qui se sont mariées en secret    "GTI", le prof de maths français qui rappe sur Pythagore    Brad Pitt en cosmonaute dans "Ad Astra"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Taxation des Gafa: Le combat continue
Publié dans L'Economiste le 17 - 04 - 2019

La voie semble ouverte pour la taxation des géants du numérique (dite taxe Gafa acronyme pour Google, Amazon, Facebook et Apple ou Gafam en y rajoutant Microsoft) dans les pays de l'OCDE. Au fait, les Etats-Unis (qui bloquaient jusqu'ici les négociations) ont donné une forte impulsion à la recherche d'un accord mondial sur le sujet.
«Nous avons eu de nombreuses conversations productives», s'est félicité le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin, lors d'une rencontre au terme de la réunion de printemps du FMI et de la Banque mondiale (organisée du 8 au 14 avril 2019). La question de la taxation du numérique a été abordée lors de rencontres du G7 et du G20 Finances.
Le débat est relancé à l'approche de deux rendez-vous importants. Le premier est prévu fin mai à Paris, lors de la réunion ministérielle de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Le second est le sommet du G20 au Japon un mois plus tard.
Les négociations sur la taxation du numérique étaient bloquées par les Etats-Unis depuis plusieurs années à l'OCDE. Face à cette situation, différents pays comme la France, l'Espagne ou récemment l'Autriche ont annoncé leur intention de taxer eux-mêmes sans attendre un accord global. Ce qui a amené le département de Trump à changer de ton.
«Il faut désormais accélérer les travaux au sein de l'OCDE», ont tenu à soulever le commissaire européen Pierre Moscovici et le ministre français des Finances, Bruno le Maire. Ce dernier a profité de son déplacement à Washington pour expliquer à ses interlocuteurs américains que la France retirerait sa propre taxe dès qu'il y aurait un accord mondial à l'OCDE. L'objectif est désormais de parvenir à une première proposition pour la fin 2019.
Lors des réunions à Washington, «personne n'a évoqué l'hypothèse d'une guerre commerciale autour de la taxe numérique», a assuré Moscovici. «Je n'ai pas entendu de critique à l'endroit de pays qui ont entrepris de mettre des taxes numériques nationales à partir de la proposition européenne», a-t-il ajouté.
Cet optimisme contraste avec les tensions qui ont marqué les autres réunions entre Bruno le Maire et l'administration Trump à propos notamment de la taxe approuvée par l'Assemblée nationale française sur les géants du numérique.
Le cas de la France
Taxe sur les géants mondiaux du numérique, modification de la trajectoire de baisse de l'impôt sur les sociétés (IS)… l'Assemblée nationale française vient d'adopter en première lecture l'ensemble du projet de loi du ministre de l'Economie Bruno Le Maire. La taxe concernera les activités numériques qui créent de la valeur grâce aux internautes français. Sont visées, les entreprises qui font un chiffre d'affaires sur leurs activités numériques d'au moins 750 millions d'euros dans le monde et de plus de 25 millions d'euros en France. L'idée est de les imposer à hauteur de 3% du chiffre d'affaires réalisé à l'Hexagone sur les publicités en ligne, la vente à des tiers des données personnelles et l'intermédiation (mise en relation, par des plateformes, entre entreprises et clients). Elle devrait s'appliquer à une trentaine de groupes incluant aussi Meetic, Airbnb ou encore la française Criteo et rapporter 400 millions d'euros en 2019, puis 650 millions en 2020-2022. Le projet de loi comporte un second volet fiscal. Celui-ci prévoit notamment que les grandes entreprises continueront à être taxées à 33,33% sur leurs bénéfices en 2019 via l'impôt sur les sociétés (1,7 milliard d'euros attendu) qui devait initialement baisser. Ceci, pour contribuer au financement des mesures en faveur du pouvoir d'achat des ménages modestes adoptées en décembre dernier.
F. Z. T.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.