La concurrence loyale et équitable, un levier de croissance économique    Election présidentielle. Marine Le Pen devance la liste Macron    Un marocain remporte le marathon de Poitiers-Futuroscope    Le Maroc et l'Espagne préparent l'opération Marhaba    L'ex-manager de Stan Lee arrêté pour abus de faiblesse    Marouane Chamakh prend sa retraite    Ftour d'Al Bayane: Empathie, retrouvailles et partage    Les Berkanis à un pas du sacre    Rwanda : La journée de l'Afrique célébrée en présence du Maroc    Explosion des droits d'importation du blé tendre    Une réaction curieusement ingrate!    La FRMF gèle les activités des intermédiaires qui y sont accrédités    Témoignages assemblés par Lhoussine Elliaoui    Euromoney livre sa lecture des principales tendances du marché : Des perspectives prometteuses pour les années à venir    Inde: «NaMo» rempile pour un second mandat…    Festival de Cannes : La Palme d'or attribuée à « Parasite », du Sud-coréen Bong Joon-ho    Aïd Mouhoub: talent et humilité à équidistance    Gambie et Zambie au menu des Lions de l'Atlas    Horst Kohler remet son tablier d'émissaire du SG de l'ONU pour le Sahara marocain    ONU : Chapeau aux casques bleus    Possible maintien du trend haussier des prix des carburants    Pronostics Cannes 2019    Tenue de la 6ème édition du SITeau à Casablanca    Banque privée : Les principaux requis de succès    Des services bancaires à portée de clic : La banque privée à l'heure du tout numérique    Abus sexuels : Le Maroc classé 34ème pour la protection de l'enfance    Des morts et des blessés dans un accident de la circulation à Tanger    Un juge suspendu pour avoir critiqué Donald Trump    Recul des prix des actifs immobiliers au premier trimestre    L'Unesco reproche aux assistants vocaux de véhiculer des "préjugés sexistes"    Amir Al Mouminine préside la quatrième causerie religieuse du Ramadan    Les personnes vivant seules souffrent plus de troubles mentaux    Les politiques de vaccination contre la rougeole insuffisantes pour contrer l'épidémie    S.M le Roi inaugure la section régionale du Centre national Mohammed VI des personnes en situation de handicap    Habib El Malki : Les associations constituent un pilier essentiel pour les institutions    Chine : Le contrat secret qui a sauvé des millions de vies    Coupe d'Allemagne : La dernière danse de Robben    Lyon prépare son grand ménage d'été    La RSB tout près de sa première étoile africaine    Ces tournages qui ont tourné au drame : Resident Evil    Insolite : Enorme surprise pour des étudiants américains    Issam Kamal : Les textes de la chanson marocaine, à quelques exceptions près, n'ont pas encore atteint la qualité souhaitée    «En cas d'insuffisance rénale ou de dialyse, il faudrait s'abstenir de jeûner»    Certification de documents : L'administration traîne les pieds    Selon un rapport du Conseil de l'éducation : A peine 83.000 handicapés décrochent un job    Theresa May pose les armes    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Liberté de la presse: La Tunisie fait mieux que le Maroc!
Publié dans L'Economiste le 22 - 04 - 2019

Sur un total de 180 pays, la Tunisie (72e) fait mieux que le Maroc (135e) dans l'édition 2019 du Classement mondial de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières (RSF). Le Royaume stagne par rapport à 2018. En comparaison avec d'autres pays de la région Mena, Rabat devance Alger (141e), Tripoli (162e) ou encore Le Caire (163e).
«Entre les procès fleuves au Maroc, les pressions, parfois violentes, exercées par les milices armées libyennes et les nombreuses poursuites engagées en Algérie…, les journalistes évoluent en Afrique du Nord dans un environnement souvent hostile et peinent à remplir leur rôle pour une information indépendante», indique RSF dans son analyse régionale dédiée à la zone Moyen-Orient et Afrique du Nord.
Seul pays à poursuivre sa transition vers la démocratie après les soulèvements du printemps arabe, la Tunisie progresse de 25 places dans l'édition 2019 et passe ainsi de la 97e à la 72e place.
Qu'est-ce qui explique son bon score? D'abord «la baisse notable des exactions contre les journalistes et les médias dans le pays. Et l'engagement de Tunis en faveur de la démocratisation s'est aussi concrétisé lors de l'adhésion du pays à l'initiative Information et Démocratie lancée par RSF en novembre dernier lors du Forum de Paris sur la Paix».
Pour maintenir cette dynamique, plusieurs défis doivent encore être relevés. «Le plus immédiat sera l'installation, courant 2019, de la nouvelle instance de régulation de la communication audiovisuelle ICA, conformément aux standards internationaux en matière de liberté de l'information», note l'organisation indépendante basée à Paris.
Mais tout n'y est pas rose, loin de là! En dépit d'une dégradation moins importante cette année de son indice régional, la zone Moyen-Orient et Afrique du Nord reste «celle où il est le plus difficile et le plus dangereux pour les journalistes d'exercer leur profession», indique l'équipe du RSF.
Même si le nombre de journalistes tués en 2018 en Syrie (174e, +3), a légèrement diminué, le pays, tout comme le Yémen (168e, -1) reste extrêmement dangereux pour eux. Au-delà des guerres et des crises profondes comme en Libye (162e), un autre grand danger plane sur les journalistes de la région: «l'arrestation arbitraire et l'emprisonnement». L'Iran (170e, -6) est «l'une des plus grandes prisons de journalistes au monde», écrit RSF.
Des dizaines d'entre eux croupissent également derrière les barreaux en Arabie saoudite, en Egypte (163e, -2) et au Bahreïn (167e, -1) sans forcément avoir été jugés. Et quand «ils le sont, comme au Maroc, ils sont confrontés à des procédures interminables…», est-il regretté.
Au titre des bonnes nouvelles sur le continent africain, l'Ethiopie (110e, +40) et la Gambie (92e, +30) progressent significativement.
«La mécanique de la peur»
RSF, qui évalue chaque année la situation du journalisme dans 180 pays, révèle le «déclenchement d'une mécanique de la peur très préjudiciable à l'exercice serein du journalisme». «Le nombre de pays considérés comme sûrs, où les journalistes peuvent exercer leur métier en toute sécurité, continue de se réduire, tandis que les régimes autoritaires renforcent leur emprise sur les médias… La haine des journalistes a dégénéré en violence, laquelle est facteur d'une montée de la peur», le constat général décrit est plutôt sombre.
Au classement 2019, la Norvège conserve pour la troisième année consécutive sa place de premier, tandis que la Finlande (+2) retrouve sa deuxième position, au détriment des Pays-Bas (4e, -1). La recrudescence du cyberharcèlement a fait perdre une place à la Suède (3e). Seulement 24% des 180 pays évalués par RSF affichent une situation «bonne» (zone blanche) ou «plutôt bonne» (zone jaune) contre 26% l'année dernière.
Les Etats-Unis (48e), où un climat toujours plus hostile s'est installé au-delà des propos de Donald Trump, perdent trois places en 2019 et basculent dans la zone orange, «ce qui signale une situation problématique…». Menaces, insultes et agressions font désormais partie des «risques du métier» de journalistes dans de nombreux pays.
Dans ce climat d'hostilité généralisée, il faut du courage pour continuer à enquêter sur la corruption, l'évasion fiscale ou le crime organisé, s'inquiète RSF. En plus des pressions judiciaires, les journalistes d'investigation sont la cible d'intimidations multiformes dès lors que leur travail lève le voile sur des pratiques ou des affaires véreuses.
F.Z.T.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.