Changement de modèle ?    Driss Lachguar : La grâce Royale est hautement noble et humaine    Ouverture vendredi de la deuxième session de la Chambre des représentants    Le Covid-19 fait chuter la demande et les prix de l'huile à l'échelle mondiale    Intensification des opérations de contrôle des prix et de la qualité des produits alimentaires dans la province d'Al Haouz    Le Premier secrétaire à la Fondation Fkih Titouani    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    City n'aura pas recours au chômage partiel    Youssef El Arabi : Le plus important est de rester à la maison pour empêcher la transmission du virus    Journée internationale du sport : TIBU Maroc annonce plusieurs actions    Les médecins privés de Marrakech appelés à prêter main forte à ceux du public    La guerre des masques a bel et bien lieu    Le pain farci de ma mère ! Il n'y a pas mieux pour tromper le confinement    La culture, un besoin vital en temps de crise    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    Confiné en famille, Michel Drucker se rend utile    Coronavirus : 973 infractions en matière des prix et de qualité des produits alimentaires relevées du 1er mars au 5 avril    Le Maroc humaniste!    Ramédistes et salariés affiliés à la CNSS – Attijariwafa bank : Les démarches à suivre pour bénéficier des aides financières    Depuis la déclaration de l'état d'urgence sanitaire : 8.612 personnes arrêtées et soumises aux enquêtes judiciaires    Société Générale Maroc : Un résultat net consolidé en hausse de 8,44% en 2019    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Le top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire de la LDC    Les agents de propreté: nos protecteurs jetés en pâture    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Les masques distribués en épicerie et en grande surface au prix de 0,8 DH l'unité    BAD: «Ce n'est pas le moment de la distanciation budgétaire»    Coronavirus : mobilisation des représentations consulaires du Maroc en France    Abdelkader Retnani : «Les éditeurs sont en confinement total, soit à l'arrêt à 80% du secteur»    Elisabeth II appelle à la résilience: «Nous vaincrons»    Quelle leçon nous apprend l'Histoire!    «La lecture, mon échappatoire!»    Algérie : un journaliste condamné à 8 mois de prison pour « contrebande »    Football : Les clubs marocains dans le flou total    Post-coronavirus : les professionnels du BTP se penchent sur l'élaboration d'un plan de relance    Les sept consignes de Benchaâboun    Réunion, lundi, du conseil de gouvernement    Covid-19 : 92 nouveaux cas confirmés au Maroc, 1.113 au total    Midelt : un député pjdiste roule sans assurance et viole l'état d'urgence sanitaire    Assistance aux familles de nos compatriotes décédés en France et en Belgique    Grâce Royale au profit de 5.654 détenus    «La crise provoquée par la pandémie apporte un désaveu cinglant aux apôtres du Capital»    Les séries du ramadan à l'arrêt à cause du coronavirus    Le musicien marocain avait contracté le Covid-19 : Décès à Paris de Marcel Botbol    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Assises fiscales: Les propositions du patronat
Publié dans L'Economiste le 23 - 04 - 2019

Plus de 400 mesures incitatives à caractère économique ou social ont été instaurées en 35 ans. La CGEM appelle, toutefois, à la mise en place d'une fiscalité équitable, une baisse du taux d'imposition, une pression fiscale acceptable et mieux répartie, la progressivité de l'impôt, une meilleure gouvernance du système fiscal…
Tous les yeux sont rivés sur les 3es assises fiscales prévues les 3 et 4 mai prochain, visant à donner naissance à un nouveau modèle économique et social. En proposant plus de 74 recommandations, le patronat cible un nouvel environnement propice à la croissance et à la compétitivité des entreprises pour venir à bout de la morosité installée. L'enjeu est de taille. Les prochaines assises devront fixer les grands principes qui doivent figurer dans la loi-cadre.
Les propositions fiscales de la CGEM, qui seront présentées le 23 avril lors de son conseil d'administration, versent dans le sens de la mise en place d'une fiscalité équitable, une baisse du taux d'imposition, une pression fiscale acceptable et mieux répartie, la progressivité de l'impôt, une meilleure gouvernance du système fiscal…
Le message adressé par la confédération aux pouvoirs publics est clair: «La réforme de la fiscalité doit être envisagée dans le contexte évolutif de l'environnement, d'élargissement de l'assiette, d'appui aux secteurs productifs organisés, de l'intégration de l'informel, de la diminution de la circulation du cash, de l'augmentation du digital, du renforcement du big data et des contrôles mieux ciblés. Ceci permettra d'envisager des réformes plus audacieuses et plus profondes».
Pour défendre les intérêts de ses membres, la CGEM a soumis à l'administration près de 74 mesures. Retour sur les principales recommandations.
■ Impôt sur les sociétés (IS)
La confédération s'agrippe à un taux d'IS de 20% avec des taux réduits pour des tranches inférieures, à la suppression de la cotisation minimale et à la mise en place d'une fiscalité de groupe. «L'augmentation de l'efficacité du système fiscal doit profiter à l'Etat et aux contribuables à parts égales», appuie le patronat. Pour renforcer le capital, la CGEM préconise d'exonérer une part du résultat avant impôt à concurrence du tiers, au cas où ce dernier est injecté dans le capital au cours de l'exercice suivant. Autre recommandation: la neutralité fiscale des opérations de restructuration des sociétés. C'est-à-dire, il n'y aura pas de fiscalisation tant que l'opération ne génère pas de richesse réelle pour le contribuable (fusion, scission, apport partiel d'actifs, transfert des actifs au sein des groupes, réévaluation de bilan…). S'y ajoute la généralisation de la neutralité fiscale au transfert au sein d'un groupe à tous les actifs corporels, incorporels ou financiers. En matière d'IS, le résultat fiscal doit tenir compte des dépenses réelles. En cas de limitations, elles doivent être normalisées et évolutives (voiture, cadeaux), propose la confédération.
■ Taxe sur la valeur ajoutée (TVA)
Le patronat insiste sur la neutralité de la TVA et la généralisation du remboursement, y compris le butoir. L'une des propositions phares est l'instauration de 3 taux avec droit à déduction à savoir, 0%, 10% et 20%. Pour les activités exposées à l'informel, la CGEM propose de prévoir un taux réduit. Les recommandations englobent la suppression des exonérations sans droit à déduction et leur remplacement par un taux de 0% avec droit à déduction. Elles portent également sur la suppression du mécanisme de recouvrement de la TVA par retenue à la source arguant que c'est une négation du droit à récupération. Autre requête: la généralisation du principe de récupération de la TVA sur toutes les charges (frais de mission, de réception, essence, réparation d'un véhicule de tourisme…).
La déclaration peut se traduire par une TVA due payable au moment de la déclaration ou par un crédit de TVA restituable automatiquement dans les 30 jours qui suivent le dépôt. La CGEM insiste aussi sur l'élargissement de la TVA non-apparente ainsi que l'exercice du droit à déduction durant le délai de reprise de l'administration. Pour les assurances, la confédération préconise l'assujettissement du secteur à une taxe spécifique (taxe sur les contrats d'assurance - TCA) qui devrait se traduire par l'exclusion de cette branche d'activité du champ d'application de la TVA. Y compris les intermédiaires d'assurances dont la commission perçue n'est qu'une partie de la prime déjà passible de la TCA.
■ Impôt sur le revenu (IR)
La CGEM a soumis à l'administration cinq recommandations concernant l'impôt sur le revenu (IR). Il s'agit de la déduction de la base imposable des frais de scolarité auprès d'institutions privées. Une mesure très attendue par les salariés parents d'élèves. Autres mesures proposées pour les non-salariés, la déduction des cotisations maladie ainsi que des contributions aux contrats d'assurance vie à concurrence de 50% des revenus taxables, pour une meilleure équité avec les salariés. La CGEM préconise également le versement trimestriel de l'IR professionnel (système des acomptes). Elle défend aussi la thèse que l'employeur ne doit pas être responsable de l'IR dû par ses employés à terme.
■ Impôts locaux
En matière d'impôts locaux, le patronat s'attaque à la suppression des exonérations de la taxe de services communaux dont bénéficient les organismes étatiques en partant du principe que tous les agents qui consomment des services publics doivent contribuer à leur financement. Il recommande également de réduire le nombre des impôts locaux au nombre de trois seulement, à savoir: une taxe de contribution territoriale (TCT), une taxe foncière (TF) ainsi qu'une taxe sur les opérations spécifiques ou des redevances pour usage ou exploitation de biens publics.
La TCT peut prendre la forme d'une cotisation calculée sur le résultat d'exploitation pour les entreprises et sur la masse salariale pour les établissements étatiques, avec un minimum (de 1.000 DH par an et par société/établissement) et un plafond (de 500.000 DH par société). La CGEM insiste également sur la suppression de la taxe professionnelle car elle freine l'investissement.
■ Contentieux
La confédération appelle à la formation de magistrats des tribunaux compétents en matière fiscale. A ce jour, le contentieux fiscal est traité au niveau de deux commissions (locale et nationale), mais pas par des juges d'impôts. La CGEM conseille de généraliser le recours au rescrit fiscal. Elle revendique également de rendre obligatoire la réponse de l'administration à toute réclamation ou demande d'information du contribuable. Par ailleurs, l'existence d'un contentieux fiscal en cours ne doit pas s'opposer à la délivrance d'une attestation fiscale aux contribuables en règle, appuie la même source.
■ Droits de douane
Pour la CGEM, les droits de douane sur les intrants doivent être fixés de manière à sauvegarder la compétitivité de la production locale.
Nadia DREF


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.