Célébration de la Journée mondiale de l'Afrique à Rabat    L'ISIC accueille son nouveau directeur    El Othmani chez les conseillers    Aéronautique: Le challenge de la valeur ajoutée et de la taille critique    Elections européennes: Les réformes passées au crible    Zéro mika: La réforme relancée    Le Maroc réagit à la démission de Horst Köhler    La fermeture du centre de proximité de Sidi Moumen démentie    L'activité touristique de Marrakech en accroissement depuis 2015    Les touristes marocains boostent la destination Agadir    Habib El Malki se réunit avec les présidents des groupes et groupement parlementaires    Le Maroc et la Côte d'Ivoire font le point sur leur coopération    La liste officielle de Renard attendue pour bientôt    Florent Ibengue : La CAN se doit d'être grandiose car toute l'Afrique est aux aguets    Divers sportifs    Saâd Dine El Otmani : Le gouvernement déterminé à moderniser l'administration    Moussaoui Ajaloui anime une rencontre de l'USFP à Salé    Lancement de l'étude TIMSS 2019 avec la participation du Royaume    Les cas de démence vont tripler d'ici à 2050 selon l'OMS    Divers    Atlantique Assurances se lance dans le coton    Ces tournages qui ont tourné au drame : Top Gun    Ammi Driss : Je ne me considère pas comme marginalisé car la décision d'arrêter en 1989 fut mienne 1/2    Ahmed Boulane présente son premier livre à Tanger    HCP : La population du Maghreb passera à 131,9 millions en 2050    L'ambassadeur du Maroc en Namibie remet ses lettres de créances au Président Geingob    5è édition du Prix Mohammed VI de l'art décoratif marocain sur papier    2000 : Les Lions de l'Atlas chutent au premier tour    Bahja et Camacho : souvenirs partagés    Coupe d'Afrique. Continental sponsor officiel jusqu'en 2023    La Tribune de Nas : La Coupe du Monde 2022 s'exporte à Casablanca…    Vodafone suspend ses achats de téléphones 5G Huawei    Marrakech. Le CRT dresse son bilan    L'ONU rend hommage aux soldats de la paix, dont un Marocain    Once Upon a time in…Hollywood. Une claque tarantinesque !    Azelarab Kaghat, le général…    Insolite : Trahi par Facebook    Nouvelle date de l'examen régional de la première année du baccalauréat    Ligue des champions : Les billets du match WAC-EST sont disponibles    Enseignement préscolaire. 60% des enfants ciblés intégrés    Le Maroc compte taxer Facebook et Google    BAM: l'immobilier en berne    Washington-Téhéran: La tension est à son comble…    Le New York Times consacre un long carnet de voyage au Royaume    Politique de voisinage : Politique de voisinage L'UE se félicite de la coopération avec le Maroc    Nike accusé de contrefaçon    Meknès. Un inspecteur de police fait usage de son arme pour arrêter un individu    En Libye, la guerre est aussi économique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des solutions contre l'insatisfaction des troupes
Publié dans L'Economiste le 25 - 04 - 2019

La dernière étude publiée par le cabinet InvestRH révèle une méfiance importante des salariés au sein de leur entreprise. Ainsi, près de 38% d'entre eux ont uniquement confiance en leurs collègues et pas moins de 27% se méfient de l'ensemble de leurs collaborateurs
Les salariés actuels se disent insatisfaits de leurs employeurs et souhaitent changer d'entreprise. C'est en tout cas ce qui ressort des résultats de l'enquête «Qu'est-ce que j'attends de mon employeur?» récemment publiée par le cabinet de conseil et de recrutement InvestRH. Un document riche en informations qui démontre le mécontentement et le caractère mobile des cadres d'aujourd'hui tout en livrant leurs solutions concrètes pour inverser la tendance.
Cette étude a été plus précisément administrée par téléphone et via les réseaux sociaux à un échantillon de 554 jeunes hommes et femmes occupant des postes de cadres et d'ingénieurs dans le secteur industriel. En effet, 61% des répondants travaillent dans les métiers de l'automobile, de l'aéronautique et d'autres branches de l'industrie d'après l'enquête. La majorité des personnes interrogées sont par ailleurs de sexe masculin (à hauteur de 63%) contre 37% de femmes.
Le document, à la fois concis et bien illustré, fait tout d'abord ressortir le taux important de mobilité professionnelle auprès des jeunes. Ainsi, les répondants âgés entre 25 et 30 ans ont changé d'employeur 2,33 fois, soit presque autant que leurs aînés âgés de 40 ans et plus qui ne dépassent pas quant à eux 2,36 fois. Autres chiffres probants et particulièrement représentatifs, pas moins de 73% des salariés actuels présentent moins de 4 années d'ancienneté chez leurs employeurs, soit près du trois quart d'entre eux. Côté perspectives professionnelles, plus de 81% des interrogés déclarent vouloir changer d'employeur, et 44% peuvent quitter leur travail à n'importe quel instant si une opportunité plus intéressante se présente! Un phénomène qui s'explique d'après l'enquête par une rémunération jugée insuffisante, un manque sérieux de reconnaissance, des perspectives de carrière passant trop souvent à la trappe ou encore des relations malsaines avec la hiérarchie.
Un sentiment général d'insatisfaction se dégage ainsi de l'enquête.
L'enquête «Qu'est-ce que j'attends de mon employeur?», dont les résultats viennent d'être publiés par InvestRH, démontre que 7% seulement des cadres et ingénieurs actuels sont satisfaits de leur employeur. Un phénomène qui s'explique avant tout par une rémunération jugée insuffisante et des relations malsaines avec leurs supérieurs hiérarchiques
En effet, seules 27% des personnes interrogées déclarent être satisfaites de leur employeur actuel. Pire encore, 23% d'entre elles seulement recommandent leur organisme pour y travailler et 16% le déconseillent. Un mécontentement directement lié selon l'étude à la détérioration du climat de confiance au sein de l'entreprise. Ainsi, près de 38% des salariés ont uniquement confiance en leurs collègues et pas moins de 27% se méfient de l'ensemble de leurs collaborateurs. «Aujourd'hui, les employeurs attendent de leurs salariés une preuve solide d'engagement. Mais, pour pouvoir se dévouer pleinement et en toute transparence à la tâche, il faut impérativement qu'il y ait en contrepartie le même sentiment», commente ainsi la directrice générale d'InvestRH Khadija Boughaba. «Confiance, respect, transparence et équité sont des bases essentielles à une bonne ambiance de travail», commente par ailleurs l'un des sondés.
Pour changer la donne, les employeurs doivent à tout prix fidéliser leurs troupes. Mais par quel moyen? Une question à laquelle répond en partie l'étude, qui délivre plusieurs critères de rétention particulièrement stratégiques pour les organisations.
Parmi les plus récurrents et les plus cités notamment, une rémunération attractive et motivante, un management plus «humain», de réelles perspectives d'évolution de carrière ou encore la tenue régulière de formations pour améliorer ses compétences. Le respect de la vie privée doit aussi être un facteur intégralement pris en compte. «Fidéliser des collaborateurs passe avant tout par la confiance. Ils doivent être dirigés par un leader plutôt qu'un chef», précise l'un des répondants. «Humaniser les relations au bureau tout en veillant à leur léguer du sens et en les structurant autour de véritables valeurs permet d'éviter un turnover trop important en entreprise», complète Boughaba. «Il faut juste respecter l'humain», conclut ainsi l'un des sondés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.