Le Nigéria décroche le premier ticket pour les huitièmes de finale    Taza. Première édition du festival national de la chanson marocaine    Les choses sérieuses commencent !    Auto Hall-DFSK. Un partenariat de fond    Trump avertit la Chine et critique l'Allemagne avant le G20    Inauguration à Kénitra de la première usine de Nexteer Automotive en Afrique    RAM digitalise son fret aérien avec Portnet    La MDJS certifiée par la World Lottery Association    CAN 2019 : les derniers jours d'Al Ahmadi avec les Lions de l'Atlas    Ell fait l'actu : Imane Ouaadil, nouvelle ambassadeur de SM le Roi auprès du Ghana    Elissa : «J'aimerais bien chanter en dialecte marocain»    Baccalauréat 2019 : La moisson exceptionnelle de Casablanca-Settat    Casablanca en quête d'un air plus frais    Lancement au siège de l'OCDE à Paris du 2e Programme Pays-Maroc    Le mal de maire!    Conférence à Bahreïn: Un plan économique pour les Palestiniens, qui le rejettent    L'Europe étouffe sous la canicule, qui va s'intensifier    Brésil: la Cour Suprême va réexaminer le dossier «Lula»    La liste des nouveaux ambassadeurs reçus par le roi    Nucléaire, Golfe : l'Iran semble jouer l'apaisement    Nissan prêt à revoir avec Renault la structure d'une alliance en danger    Renault rénove un établissement scolaire dans la région d'Essaouira    BMW transporteur officiel du Festival Mawazine    Un policier à Casablanca accusé de chantage, vol et adultère    Tanger-Med : Avortement d'une tentative de trafic de 270 kg de chira    MRE, loin des clichés    El Jadida : OCP organise dimanche la finale de son championnat de beach soccer    Les Comores expriment leur "soutien sans réserve" à l'initiative marocaine d'autonomie    Chambre des représentants : Adoption de trois conventions relatives à la ZLECAF et à l'accord de pêche durable Maroc-UE    Le Cameroun réussit son entrée, le Ghana chancelle    Youssef Amrani, nommé à Prétoria, « ready to work »…    Soulaliyates, Laftit veille au grain…    Mawazine 2019 : Elissa embrase Nahda    Royal Air Maroc en représentation au Caire, en marge de la CAN    Régionalisation avancée et mise en œuvre d'une stratégie visant la préservation de l'identité des MRE    YouTube pressé de mieux protéger les enfants    Divers    El Hadji Diouf Jouer la CAN en Egypte est une chance !    Jordan Ayew, la stagnation du prodige    La Côte d'Ivoire réussit son entrée en matière    Sommet des deux rives : Engagements pour une nouvelle ambition en Méditerranée    S'énerver plus pour vivre plus    Très attendu par ses fans, Reda Taliani cartonne à Salé    Chellah à l'heure de la musique tzigane    "Toy Story 4" en tête du box-office    Le Maroc présent à la conférence de Manama    Mauritanie: Ghazouani proclamé vainqueur dès le premier tour    Démantèlement d'une cellule liée à Daesh composée de 4 personnes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Figuig: Coup de jeune pour les Ksour
Publié dans L'Economiste le 15 - 05 - 2019

La valorisation et la mise en réseau des Ksour sont indispensables pour assurer une offre touristique et culturelle attractive et compétitive
Les Ksour de Figuig vont retrouver une nouvelle vie. Des travaux de réhabilitation urbanistique de restauration des monuments et du bâti menaçant ruine viennent d'être lancés. Ils seront accompagnés d'activités génératrices de revenus, dont l'objectif est d'améliorer les conditions socioéconomiques des populations.
Plusieurs opérations ont déjà démarré. A Ksar Lamaiz, l'état d'avancement des travaux avoisine les 50%. Ils ont nécessité une enveloppe de 4,8 millions de DH et profiteront à 450 habitants.
De son côté, Kssar Znaga sera aménagé en trois tranches pour 4,9 millions de DH. Les travaux ont débuté en mars pour une période de six mois et concernent l'aménagement des placettes, ruelles, façades des habitations avec installation d'un réseau d'éclairage public à base d'énergie solaire.
En parallèle 1,9 million de DH ont été débloqués pour le lancement des activités génératrices de revenus et le renforcement des capacités: équipement d'un bivouac touristique (société écologique et développement durable Figuig), acquisition du matériel pour la promotion d'un circuit touristique pédestre et cyclable des ksour (Widadiat Lajmaât), acquisition de matériel agricole pour la coopérative (Sfreh Aitel), équipement d'un centre féminin (association de la femme et de l'enfant) et acquisition d'un broyeur d'aliments de bétail (coopérative Almassira).
«Un coup de pouce au profit d'une centaine de personnes et qui contribuera au lancement d'activités touristiques et agricoles portées par la population locale», précise Said Lahbile, directeur régional de l'Agence urbaine d'Oujda.
Le programme de réhabilitation du Ksour cible la promotion des activités de développement durable via la valorisation du patrimoine architectural, les structures d'accueil touristique et création d'activités génératrices de revenus. Aussi pour la revalorisation d'anciennes pratiques portées par les habitants via une approche inclusive et durable.
«Le recours aux matériaux et savoir-faire ancestral pour la restauration des ksour, vise la préservation de l'environnement naturel de l'oasis de Figuig ainsi que la sauvegarde du patrimoine matériel et immatériel» explique Abdellah Addarkaoui, architecte des travaux de restauration et de réhabilitation du Ksar Znaga.
Une longue histoire de réhabilitation
La réhabilitation des Ksour de Figuig a débuté en 2008 suite aux inondations qui ont frappé l'oasis et qui ont causé d'importants dégâts. Les premières interventions ont concerné la reconstruction des maisons privées mais n'ont pas abouti. Au lieu d'y remédier via une approche globale, les interventions fragmentaires n'ont pas impacté l'esthétique globale des quartiers ciblés. Ce n'est qu'en 2012 pour lancer le programme de réhabilitation du Ksar Ayech pour 20 millions de DH. Un programme qui n'a pas bénéficié aux habitants en matière de savoir-faire et d'impacts socioéconomiques.
Les pratiques de construction n'ont pas été conservées localement car les entreprises, artisans et maâlams qui avaient réalisé les travaux étaient de Fès. Aucune main d'œuvre locale n'a participé à cette réhabilitation et de surcroît assuré l'entretien continu. Par contre, la réhabilitation actuelle de Ksar Znaga est basée c'est sur une approche participative réalisée par des entreprises et une main d'œuvre locales. Le but est favoriser l'émergence d'une main d'œuvre qualifiée.
Le patrimoine bâti
Considérée comme patrimoine architectural national, la ville de Figuig est composée de sept ksour (ksar Loudaghir, ksar Laâbidate, ksar Oulad Slimane, ksar Hammam Fougani, ksar Hammam Tahtani, ksar El Maïz et ksar Zenaga). Chaque Ksar constituait un groupement social et politique, parfois ethnique, lié par les mêmes intérêts et coutumes. Ce patrimoine urbanistique est réalisé avec les matériaux et techniques locaux (briques de terre séchées, bois du palmier, chaux).
Cette caractéristique classe Figuig parmi les villes sahariennes ayant conservé un héritage architectural spécifique. C'est ce qu'on peut constater lors d'une promenade entre les ruelles et placettes des ksour. Une ville-labyrinthe, toute en terre et en palme, où l'ombre et la lumière convergent harmonieusement et confèrent à l'oasis la plus proche de l'Europe un aspect distinctif qui mérite d'être sauvegardé et valorisé.
Les matières de construction des plafonds
La construction des plafonds est réalisée par la pose d'écailles et de stipes (tizidin). Ces derniers sont taillés à partir du tronc du palmier de façon à avoir une forme d'arc. Un tronc de palmier ne donne pas plus de quatre stipes. Cela dépend de son diamètre et de sa longueur.
De son côté l'écaille est obtenue elle aussi du palmier. Toutefois il faut choisir celles qui sont solides et ne sont pas rongées par des insectes. L'écaille n'est pas vraiment plate car elle présente un dos en forme de toit. Ce côté doit être non visible d'en bas donc dissimulé par la terre. L'autre partie est presque plate et doit être taillée légèrement pour permettre à l'écaille de se stabiliser sur les stipes.
De notre correspondant permanent, Ali KHARROUBI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.