MDJS. Renouvellement de la certification en matière de sécurité et d'intégrité    Le Maroc compte 230 neurochirurgiens    Fituc 2019 : Le théâtre à l'heure du changement    Melkisation des terres collectives – Aziz Akhannouch : «Une vraie révolution»    La réforme du système d'information en débat    Inauguration à Kénitra de la première usine de Nexteer Automotive en Afrique    Un voisin, un destin    Immigration illégale et traite humaine : Arrestation de cinq individus à Imzouren    Tiznit : Une balle de sommation tirée pour neutraliser un récidiviste en état d'ébriété avancée    Concurrence. Le système doit s'améliorer    El Othmani se décerne un satisfecit devant les Conseillers    Ala veille du G20 à Osaka, Guterres appelle à une croissance mondiale équitable    ONU-Sahara : Gabon, Bahrein et Burundi réitèrent leur soutien au Maroc    BMCE Bank of Africa réalise une triple augmentation de capital de 4 milliards Dh !    13è édition de « Grandes écoles pour tous » organisée par la Fondation AWB    Allah, Sidna …et le foot !    Eco-Médias remporte la Supradyn Cup    Mauritanie: L'opposition conteste la victoire d'El Ghazouani    Enseignement: Les élèves condamnés à subir leur héritage social    Encore une cellule terroriste démantelée    Musiques sacrées du monde: Bilan «très positif» pour la 25e édition    Mawazine: Une pluie de stars    Le Nigéria décroche le premier ticket pour les huitièmes de finale    Atal, Monsieur "je donne tout"    Le Cameroun confirme et le Ghana rate son entrée    Bonne tenue de l'activité du secteur de la pêche    Session de formation sur la démocratie participative    Rencontre entre la direction du parti et des acteurs associatifs, de différents horizons    Bouillon de culture    Nucléaire, Golfe : L'Iran semble jouer l'apaisement    Docteur Chafik Chraïbi, président de l'Association marocaine de lutte contre l'avortement clandestin    Alzheimer La faute à la circulation sanguine ?    Baccalauréat 2019 : La meilleure note au niveau national enregistrée dans la région de Rabat-Salé-Kénitra    La communication publique stratégique : Une légitimation organisationnelle des réformes    Insolite : Pirates informatiques    Le Onze national poursuit sa préparation au grand complet    Avec ses cours de robotique, l'Arménie rêve d'un "futur hautement technologique"    Deux jours de fête sous le thème "La chanson marocaine, une expression esthétique et une identité"    Pour un développement de la culture de cinéma    Taza. Première édition du festival national de la chanson marocaine    Les choses sérieuses commencent !    CAN 2019 : les derniers jours d'Al Ahmadi avec les Lions de l'Atlas    Conférence à Bahreïn: Un plan économique pour les Palestiniens, qui le rejettent    Brésil: la Cour Suprême va réexaminer le dossier «Lula»    Nucléaire, Golfe : l'Iran semble jouer l'apaisement    Nissan prêt à revoir avec Renault la structure d'une alliance en danger    BMW transporteur officiel du Festival Mawazine    El Jadida : OCP organise dimanche la finale de son championnat de beach soccer    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Guerre commerciale: Trump semble prêt à aller jusqu'au bout…
Publié dans L'Economiste le 17 - 05 - 2019

Donald Trump a minimisé le conflit commercial avec la Chine. Tout en le qualifiant de «petite querelle», le président américain a estimé toujours possible un accord commercial pour y mettre fin. Il a toutefois distillé une note d'espoir en évoquant une rencontre potentiellement fructueuse avec son homologue chinois lors du Sommet du G20 au Japon fin juin.
Pékin a annoncé des représailles aux droits de douane supplémentaires imposés par Donald Trump. En dépit de quatre décennies de développement qui ont transformé le géant asiatique en puissance économique, le Parti communiste au pouvoir accuse régulièrement les Etats-Unis de vouloir freiner l'émergence du pays.
Grands vendeurs de porcs et de soja aux Chinois, les éleveurs et agriculteurs américains sont en première ligne dans la guerre commerciale du président américain. L'agriculture américaine exporte beaucoup. Et le monde rural est depuis l'an passé une cible privilégiée non seulement de Pékin, mais aussi de l'Union européenne, du Canada et du Mexique.
Selon le ministère de l'Agriculture, les revenus du secteur sont passés d'un record de 123,4 milliards de dollars en 2013 à 92 milliards en 2014. L'an passé, ils n'étaient plus que de 63,1 milliards. Et au moment où les agriculteurs du centre du pays s'efforcent d'émerger des inondations qui ont gravement affecté leurs récoltes et empêché certaines plantations comme le maïs, les tarifs douaniers supplémentaires ne vont probablement pas améliorer leurs revenus cette année.
Certes, d'autres marchés sont susceptibles de prendre le relais, comme l'Union européenne qui a approuvé fin janvier l'importation du soja américain pour fabriquer du biocarburant. Reste que les deux tiers du soja échangé dans le monde sont destinés à la Chine.
Face aux inquiétudes du secteur agricole et aux critiques des représentants des Etats agricoles, l'administration Trump avait annoncé le 25 juillet dernier un plan d'aide d'urgence de 12 milliards de dollars pour compenser les pertes de revenus des agriculteurs, en particulier les producteurs de soja, de porc, de fruits, de riz et de lait.
Pékin importe presque quatre fois moins de biens qu'elle n'en exporte vers les Etats-Unis. Ce qui limite sa marge de manœuvre face aux nouvelles sanctions commerciales. Si, à partir du 1er juin, Pékin relève ses tarifs douaniers à 10%, 20%, voire jusqu'à 25% sur un ensemble de marchandises américaines déjà taxées (gaz naturel liquéfié, produits chimiques, fruits et légumes, fruits de mer), il arrivera désormais à court de munitions.
Aujourd'hui, la quasi-totalité des marchandises américaines sont surtaxées en Chine, soit 110 milliards de dollars sur un total annuel de 120 milliards. La nouvelle salve de mesures porte sur 5.140 produits représentant 60 milliards de dollars d'importations annuelles.
Les automobiles et pièces détachées auto en provenance des Etats-Unis sont menacées par une hausse de 25% des droits. Annoncée par Pékin en décembre, cette mesure a été suspendue en début d'année, mais peut être facilement réactivée. La Chine pourrait entraver le fonctionnement des entreprises américaines chez elle: «Exigences réglementaires, durcissement des contrôles sanitaires et fiscaux ou encore blocages en douane».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.