Des directives pour protéger l'ordre public économique    Centres d'appels: «Nous contribuons à relever les minima sociaux du pays»    Réalité virtuelle: La technologie du vidéo gaming s'invite dans la formation    Irrigation: Une solution pour économiser l'eau    Les Algériens défilent toujours    Brèves    Météo: le temps qu'il fera ce jeudi au Maroc    Réalité virtuelle: Et si les universités numérisaient le patrimoine architectural?    Affaire "Hamza mon bb": le hacker condamné n'en a pas fini avec les ennuis    Tunisie: la composition du nouveau gouvernement annoncée (VIDEO)    Le Maroc tance de nouveau Amnesty International    Nasser Bourita : les relations maroco-mauritaniennes sont à leur meilleur niveau    Examen des relations entre le Maroc et la région de Valence    La régularité du dialogue politique entre le Royaume et le Pérou mise en relief    Erdogan menace la Syrie de déclencher rapidement une opération à Idleb    Transparence : L'indice d'opacité financière 2020 fait état de progrès dans le domaine de la transparence mondiale (1/2)    La Côte d'Ivoire inaugure son consulat général à Laâyoune    Ligue des champions : Dortmund et Atlético s'en tirent à bon compte    Casillas prend sa retraite sportive    La Bundesliga dépasse les 4 Mds de chiffre d'affaires    Maroc Telecom réalise un chiffre d'affaires de plus de 36,5 MMDH en 2019    Divers Economie    10 000 pas par jour n'empêchent pas la prise de poids    Insolite : Accouplement de serpents    Débarquement au Japon des passagers du paquebot Diamond Princess    Luis Martinez : Au-delà du "Hirak", il y a la crise économique qui vient    Aït ben Haddou : "Game of Thrones" aux portes du désert marocain    La 70ème Berlinale sous le signe du politique et de la diversité    L'album engagé du rappeur Dave rafle la mise aux Brit Awards    Annulations de festivités et d'événements en cascade à Marrakech    U.S. Stocks Climb as China Pledges to Support Businesses    Cash Plus accompagne le groupe Fnaire pour leur 20 ans de carrière à Paris    Le MAE palestinien a évoqué le roi Mohammed VI    Janvier noir pour le marché automobile européen    La Chine retire leur accréditation à trois journalistes du Wall Street Journal après un titre controversé    Le Sahara, toile de fond des entretiens entre Ould Errachid et des responsables chiliens et panaméens    Le Maroc se porte candidat pour organiser la finale de la Ligue des Champions africaine 2020    Fès: un chauffeur de camion arrêté dans une station-service    Coupe arabe U20 : Le Maroc s'impose devant le Bahreïn    La pièce «Daïf Al Ghafla» présentée à Bruxelles    OMS : la pneumonie Covid-19 s'avère bénigne dans quatre cas sur cinq    Marrakech s'électrise !    Un week-end fructueux pour les Lions de l'Atlas    Secteurs régulés : qui s'occupe de la concurrence ?    15 longs métrages, dont Adam, en lice    La CGEM lance 1 milliard DH de commandes pour les TPME d'Intelaka    Bourita : Le Sahara marocain est un « pôle de coopération Sud-Sud »    Nouveau coup de filet en Turquie contre le mouvement du prédicateur Gülen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Guerre commerciale: Trump semble prêt à aller jusqu'au bout…
Publié dans L'Economiste le 17 - 05 - 2019

Donald Trump a minimisé le conflit commercial avec la Chine. Tout en le qualifiant de «petite querelle», le président américain a estimé toujours possible un accord commercial pour y mettre fin. Il a toutefois distillé une note d'espoir en évoquant une rencontre potentiellement fructueuse avec son homologue chinois lors du Sommet du G20 au Japon fin juin.
Pékin a annoncé des représailles aux droits de douane supplémentaires imposés par Donald Trump. En dépit de quatre décennies de développement qui ont transformé le géant asiatique en puissance économique, le Parti communiste au pouvoir accuse régulièrement les Etats-Unis de vouloir freiner l'émergence du pays.
Grands vendeurs de porcs et de soja aux Chinois, les éleveurs et agriculteurs américains sont en première ligne dans la guerre commerciale du président américain. L'agriculture américaine exporte beaucoup. Et le monde rural est depuis l'an passé une cible privilégiée non seulement de Pékin, mais aussi de l'Union européenne, du Canada et du Mexique.
Selon le ministère de l'Agriculture, les revenus du secteur sont passés d'un record de 123,4 milliards de dollars en 2013 à 92 milliards en 2014. L'an passé, ils n'étaient plus que de 63,1 milliards. Et au moment où les agriculteurs du centre du pays s'efforcent d'émerger des inondations qui ont gravement affecté leurs récoltes et empêché certaines plantations comme le maïs, les tarifs douaniers supplémentaires ne vont probablement pas améliorer leurs revenus cette année.
Certes, d'autres marchés sont susceptibles de prendre le relais, comme l'Union européenne qui a approuvé fin janvier l'importation du soja américain pour fabriquer du biocarburant. Reste que les deux tiers du soja échangé dans le monde sont destinés à la Chine.
Face aux inquiétudes du secteur agricole et aux critiques des représentants des Etats agricoles, l'administration Trump avait annoncé le 25 juillet dernier un plan d'aide d'urgence de 12 milliards de dollars pour compenser les pertes de revenus des agriculteurs, en particulier les producteurs de soja, de porc, de fruits, de riz et de lait.
Pékin importe presque quatre fois moins de biens qu'elle n'en exporte vers les Etats-Unis. Ce qui limite sa marge de manœuvre face aux nouvelles sanctions commerciales. Si, à partir du 1er juin, Pékin relève ses tarifs douaniers à 10%, 20%, voire jusqu'à 25% sur un ensemble de marchandises américaines déjà taxées (gaz naturel liquéfié, produits chimiques, fruits et légumes, fruits de mer), il arrivera désormais à court de munitions.
Aujourd'hui, la quasi-totalité des marchandises américaines sont surtaxées en Chine, soit 110 milliards de dollars sur un total annuel de 120 milliards. La nouvelle salve de mesures porte sur 5.140 produits représentant 60 milliards de dollars d'importations annuelles.
Les automobiles et pièces détachées auto en provenance des Etats-Unis sont menacées par une hausse de 25% des droits. Annoncée par Pékin en décembre, cette mesure a été suspendue en début d'année, mais peut être facilement réactivée. La Chine pourrait entraver le fonctionnement des entreprises américaines chez elle: «Exigences réglementaires, durcissement des contrôles sanitaires et fiscaux ou encore blocages en douane».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.