Ciment : Légère hausse des ventes à fin mai    Doctorat : L'UIC s'associe à ESC Clermont    Finance participative : Bank Al Yousr décortique les enjeux    Mauritanie : Le candidat du pouvoir remporte la présidentielle    Bac : Le taux de réussite en hausse de 20% à Casa-Settat    Washington s'apprête à sanctionner davantage l'Iran    Délais de paiement. Entreprises et établissements publics désormais contraints à la transparence    Festival Gnaoua et musiques du monde. Grande fête de la culture !    Le plan américain de paix par l'économie sera discuté à Bahreïn, sans les Palestiniens    "Comment est-ce possible ?", le coup de gueule d'Hervé Renard    L'école belge de Rabat met en place des programmes préparatoires aux tests d'admission    Nuit de liesse à Istanbul après la victoire de l'opposition    Groupe Al Omrane. Une nouvelle stratégie marketing pour les MRE    Marrakech. Une bande spécialisée dans le trafic de drogue démantelée    MAROC/PALESTINE : LAKJAA RAPPELLE LE SOUTIEN ENGAGE DE SM LE ROI MOHAMMED VI POUR LES PALESTINIENS, DIRECTION ET PEUPLE    Mauritanie: Cheikh El-Ghazouani revendique la victoire    De David Guetta à Kery James: retour sur le weekend de Mawazine    Clôture en apothéose de la fête de la musique "by Wecasablanca Festival"    Les Muwachahat andalouses et alépines résonnent dans le ciel de Fès    Une mosquée de Ceuta visée par des tirs    Violence à l'égard des femmes. L'enquête nationale décortiquée par les députés    25ème Festival de Fès des musiques sacrées du monde : Du gospel et flamenco pour marquer la fin    RAM : APRES NEW-YORK, MIAMI, WASHINGTON...AU TOUR DE BOSTON POUR DES VOLS DIRECTS    L'université Ibn Zohr en apothéose!    CAN 2019 : 120 millions de DH privent les Marocains des matchs des Lions de l'Atlas    Abdelhadi El Mouaziz remporte le 11è Trail international des cèdres    Ouverture de la 12è retraite du Conseil de Paix et de Sécurité de l'UA à Sekhirat    Le Maroc exprime sa satisfaction quant à la position constructive de la Barbade    Gouvernance spatiale et développement    Mawazine-2019: le duo Bigflo et Oli propulse le public vers « la lune »    BMW de nouveau transporteur officiel du Festival Mawazine    Immigration illégale : Six individus déférés devant le parquet à Larache    El Jadida : OCP Jorf Lasfar organise une caravane médicale    Le Maroc prend part au "Sommet des deux rives, Forum de la Méditerranée"    Festival de Fès, un bilan très satisfaisant pour la 25ème édition    Administration. Où en est le chantier de la déconcentration ?    Le Sénégal et l'Algérie prennent les rênes du Groupe C    Mohamed Aujjar s'informe du fonctionnement de la Cour de cassation hongroise    Edito : Excédent au Bac    Vif succès du tournoi de football organisé par Act4Community Jorf Lasfar    La politique migratoire de l'Espagne entre façade et réalité    Divers    Une victoire d'entrée pour les maîtres de céans    Marc Lamti, le plus jeune joueur de la compétition    Amine Harit : Au fond de moi, ça n'allait pas et je me mentais    Répression tous azimuts dans les camps de la honte    Enfin un prix pour l'enseignant inspirant    Affaire Khashoggi: la responsabilité du prince héritier est engagée…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fès/Tourisme: Jnane Sbil sur les traces du Jardin de Majorelle
Publié dans L'Economiste le 17 - 05 - 2019

S'étendant sur une superficie de 7,5 ha, ce cirque luxurieux est très riche en espèces fauniques et végétales. L'Ader lancera incessamment le rétablissement et la remise en marche de sa fameuse Noria, tout comme celle de Moulay Abdallah, pour un budget prévisionnel de 2 millions de DH (Ph. YSA)
Très apprécié pour les promenades et les pique-niques, le parc Jnane Sbil sera animé en continu. C'est ce qui ressort d'une réunion tenue, jeudi dernier, sous la présidence du wali de la région, Saïd Zniber. Y ont pris part notamment Abderrafih Zouitene, Moulay Idriss Mdaghri Alaoui, Aziz Lebbar, Fouad Serrhini, Mostapha Bousmina, et Redouane Mrabet, respectivement les présidents de la Fondation Esprit de Fès, de l'Association Fès-Saïss, du CRT, de l'Ader, de l'UEMF, et de l'USMBA.
Le mot d'ordre est de réfléchir «ensemble» sur un projet d'animation pour le jardin emblématique de la ville de Fès. La réactivation du site Son et Lumières ainsi que l'animation de la place Boujloud étaient également au centre des discussions.
«Mais, commençons d'abord par le Jnane Sbil qui devrait accueillir au moins autant de touristes que le Jardin Majorelle de Marrakech!», appelle Aziz Lebbar, président du CRT de Fès. Même son de cloche auprès d'autres professionnels du tourisme pour qui «la ville de Fès dispose d'un grand potentiel touristique grâce à sa médina renouvelée et ses sites uniques».
De l'avis des uns et des autres, le jardin Jnane Sbil pourrait devenir un haut lieu d'animation culturelle, musicale, et cinégraphique (mapping aussi). En tout cas, une commission restreinte réunissant les responsables de la Fondation Esprit de Fès, la wilaya, l'Ader, universitaires et professionnels du tourisme, veillera sur la préparation d'un projet d'animation adéquat pour ce jardin mythique.
S'étendant sur une superficie de 7,5 ha, ce cirque luxurieux est très riche en espèces fauniques et végétales. En fait, Jnane Sbil, aménagé au XVIIIe siècle par le sultan Moulay Abdallah, continue d'exercer son attraction sur la population en quête de quiétude et de sérénité loin de la pollution atmosphérique et sonore et des tumultes de la ville.
D'ailleurs, l'Ader lance incessamment le rétablissement et la remise en marche de sa fameuse Noria, tout comme celle de Moulay Abdallah, pour un budget prévisionnel de 2 millions de DH. Inscrits dans le cadre du programme de valorisation des monuments historiques et lieux emblématiques, les travaux de réhabilitation de ces Norias datant du XIVe siècle devront durer 6 mois.
En attendant, le jardin continuera d'accueillir des centaines de visiteurs, tous impressionnés par la nature. En revanche, il faudrait nettoyer le lac central et appeler les riverains à ne pas se débarrasser de leurs détritus dans les ruisseaux adjacents, sous peine d'une lourde amende.
Rappelons à ce titre le triste épisode de septembre dernier quand des milliers de poissons morts flottaient à la surface du bassin de Jnane Sbil. A l'époque, des acteurs de la société civile pointaient du doigt le déversement en grande quantité de margines ainsi que d'eaux usées de douars non équipés pour l'assainissement, mais aussi de déchets industriels.
Résultat, l'eau manque d'oxygène, la concentration d'azote devient trop importante et favorise le développement des algues vertes, peu propices à la vie animale. Le seul moyen de pallier ce manque est la pluie qui permet d'oxygéner le milieu. Et en période estivale, il faut éviter la pollution afin d'éviter les désastres écologiques. Surtout que ce parc est de plus en plus convoité par les habitués du festival des musiques sacrées du monde, prévu du 14 au 22 juin.
«Les spectacles tenus dans ce jardin ont connu un franc succès. Nous réitérons cette expérience lors de ce 25e festival, ce qui permettra de promouvoir le jardin ancestral de la capitale spirituelle», souligne Abderrafih Zouitene, président de la Fondation Esprit de Fès, organisatrice du festival.
Pour rappel, Jnane Sbil a bénéficié entre 2006 à 2010 d'une grande opération de rénovation sous l'impulsion du Roi Mohammed VI. Ce jardin de 7,5 hectares, qui est le plus ancien de la cité Idrisside, a retrouvé toute sa splendeur et a ouvert ses portes au public en juin 2011. Le parc a de beaux paysages à offrir à ses visiteurs.
Outre son lac imposant ou encore sa noria datant de plusieurs siècles, Jnane Sbil dispose également d'un beau patrimoine végétal qui vaut la découverte. Il comprend un ensemble de lots: «Jardin andalou», «Jardin mexicain», «Jardin des bambous», passerelles et petits ponts pour une balade romantique.
En plus d'un lac et d'une étoile fleurie, autrefois repère et lieu de rencontre pour les «nationalistes». A ne pas rater, l'allée des washingtonia centenaires qui dessine une perspective imposante de bout en bout du jardin ou encore le jardin aromatique.
Une réhabilitation à l'identique
Créé au XVIIIe siècle, «Jnane Sbil», compte plus de 3.000 espèces végétales dont certaines sont très rares. Subissant les outrages du temps, ces espaces devaient être réhabilités. Et c'est ce qu'a initié, à partir de 2006, la Fondation Mohammed VI pour la protection de l'environnement. Fédérant des capitaux de l'ordre de 30 millions de DH, celle-ci a chapeauté l'opération durant quatre années. Les travaux se sont en fait appuyés sur les documents d'origine (archives, plans, photos, textes, etc.) et sur les témoignages de façon à respecter l'authenticité. Aussi, il a été procédé à la réhabilitation du patrimoine végétal et surtout des systèmes hydrauliques anciens (fontaines, seguias, canaux, norias…). Réhabilité en 2010 après plus de quatre années de fermeture, cet espace vert a été inauguré en juin 2011 par SAR la princesse Lalla Hasna, présidente de la Fondation Mohammed VI pour la protection de l'environnement. Signalons enfin que la visite est offerte gratuitement aux amoureux de la nature. Et hormis le lundi, l'espace est ouvert quotidiennement aux habitants et visiteurs de la ville de 9h à 17h.
De notre correspondant permanent, Youness SAAD ALAMI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.