Forum Maroc-France : La déclaration finale proclame un partenariat pour l'Afrique    Forum parlementaire: Le Maroc et la France, partenaires pour la sécurité et le développement en Afrique    Attijariwafa bank renforce son engagement en faveur des MRE du Canada    Secteur industriel : L'indice des prix à la production en hausse    El Othmani loue l'action de l'AMMC    L'Organisation de Coopération Islamique fait le bilan de 20 ans d'activités    Rabat: Huit accords de partenariat pour l'accompagnement des personnes en situation de handicap    Botola Pro D1 : Le classico Wydad-AS FAR vole la vedette    Météo: Le temps qu'il fera ce samedi    Complexe Mohammed VI: Le modus operandi    Oriental: Le CRI en mode proximité    Rabat: L'Intérieur se charge du budget 2020    Arganier: Le bio pour monter en gamme    Cafés hors la loi: La démolition commence!    Un nouveau souffle pour la Fondation «Esprit de Fès»    Des entreprises portugaises en mission d'affaires multisectorielle au Maroc    Un ex-Premier ministre turc égratigne Erdogan en lançant son parti    Ligue des champions : Ciel dégagé pour le PSG avant l'heure de vérité    Ligue Europa: Arsenal et la Roma au rendez-vous des seizièmes    L'intelligence artificielle, entre opportunité et menace pour la santé    Deux alpinistes secourus après avoir perdu leur chemin en descendant du mont Tidirhine    Ateliers de formation sur l'écologie au profit des élèves    Avec la victoire de Boris Johnson, tout reste à jouer pour l'économie britannique    La musique gnaoua, entre rituel africain et culte des saints vénérés au Maroc    André Azoulay: Il s'agit d'une consécration de l'engagement pionnier d'Essaouira    Le vivarium du jardin zoologique de Rabat désormais ouvert au public    Les Algériens ne veulent pas Tebboune    Football: Qui sont les joueurs africains les mieux payés?    Présidence de la CGEM: Le binôme Alj-Tazi confiant    Présidentielles algériennes : Abdelmadjid Tebboune vainqueur selon les résultats préliminaires    La BAD approuve près de 245 millions d'euros pour développer les réseaux de transport d'électricité et d'électrification rurale    Eliminatoires Mondial-2022 : La date du tirage au sort fixée    Karim El Aynaoui : « Atlantic Dialogues », une invitation à formuler des réponses urgentes aux grands défis communs »    Gestion des catastrophes naturelles : La Banque mondiale accorde un prêt de 275 millions de dollars au Maroc    Nouvelle défaite cruelle de l'OCK    Habib Sidinou, un président sobre et altruiste    Les prémices d'un nouvel espoir    Espagne: Les 3 footballeurs accusés de viol écopent de 38 ans de prison chacuns    Ce que la Turquie pense du Polisario    L'opposition et la Constitution «adoptent» le PLF    Neutralité carbone en 2050: l'UE s'engage, mais sans la Pologne    Officiel ! RAM intègre le 31 mars 2020 Oneworld    La Gambie annonce l'ouverture prochaine d'un consulat général à Dakhla    Académie française: Abdeljalil Lahjomri reçoit le Grand Prix de la francophonie    G-B : La Livre sterling s'envole après la victoire des Tories    L'art Gnaoua inscrit au patrimoine immatériel universel    Expo: La symphonie en bleu de Saâd Hassani    One Piece Stampede, le premier film de la Toei Animation à être diffusé au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Zéro mika: La réforme relancée
Publié dans L'Economiste le 22 - 05 - 2019

En dépit de la campagne de sensibilisation lancée lors de l'entrée en vigueur de la loi sur l'interdiction des sacs en plastique, l'objectif zéro mika est encore loin d'être atteint, notamment à cause de la résistance des consommateurs, dont certains continuent d'exiger ces produits bannis (Ph. Jarfi)
Trois ans après l'adoption de la loi sur l'interdiction des sacs en plastique, l'objectif «zéro mika» semble encore loin. Le gouvernement veut se rattraper en introduisant un nouveau projet de loi, amendant certaines dispositions du texte entré en vigueur en juillet 2016. Le nouveau dispositif, approuvé en Conseil de gouvernement, a été transmis à la Commission des secteurs productifs en janvier dernier.
Cinq mois après, la discussion de cette réforme est relancée. Une réunion de cette commission a été programmée, hier en soirée. L'idée est d'accélérer l'adoption du nouveau texte portant sur «l'interdiction de la fabrication, de l'importation, de l'exportation, de la commercialisation et de l'utilisation des sacs en plastique».
Neuf articles ont été amendés, afin de «se doter d'un arsenal juridique fort et flexible». Cela concerne notamment l'introduction des définitions des différents types de sacs de plastique et leurs usages.
L'un des principaux leviers introduits par ce projet de loi pour durcir le contrôle est lié à une meilleure maîtrise du travail des producteurs et industriels. Ces derniers seront interdits de stocker la matière première ou les rouleaux de plastique recyclé, en vue de produire ces sacs, selon l'article 4 bis.
Ces opérateurs, ainsi que les importateurs des sacs en plastique à usage industriel, seront également interdits d'en fournir à des personnes voulant les utiliser à d'autres fins. En vertu de ce nouveau texte, ils seront obligés de tenir un registre comportant les données relatives au volume et aux caractéristiques des sacs écoulés. Le modèle et les informations devant figurer sur ce registre seront définis par décret.
D'autres mesures sont également prévues pour renforcer le contrôle. Le nouveau dispositif introduit une obligation de déposer une déclaration d'activité auprès de l'administration publique. Cela concerne les importateurs de la matière première, les dirigeants d'unités de recyclage, de production, ou d'exportation. Ceux-ci devront également tenir un registre, sur support physique ou électronique, comportant les différentes informations relatives à leurs activités.
L'idée est de favoriser l'efficience du contrôle. D'ailleurs, l'article 5 bis prévoit que les contrôleurs soient habilités à accéder aux différentes parties des unités de production, de stockage ou de vente. Ils auront également le droit d'examiner les registres, les factures ou tout autres documents relatifs à ces activités. En cas de constatation d'infractions, ils pourront procéder à la saisie des sacs ou rouleaux en plastique ainsi que les équipements de leur production.
Les objets saisis sont soumis au parquet général. En matière de sanction, ce projet de loi prévoit des amendes de 200.000 à 1 million de DH contre toute personne disposant des produits interdits. Ce texte a connu notamment la suppression des conditions d'allègement des peines, contenues dans la loi actuellement en vigueur.
D'autres sanctions sont également prévues, notamment en cas de non-tenue des registres prévus par le nouveau dispositif, l'omission de déposer la déclaration d'activité… Ces peines sont plus lourdes en cas de récidive, dont la période a été allongée à 5 ans au lieu de 6 mois.
Habitudes de consommation
Les statistiques présentées par le gouvernement concernant le bilan de la campagne zéro mika montrent un recul de l'importation de la matière première utilisée dans la production des sacs en plastique. Cette baisse a été de près de 50% entre 2015 et 2018. Cela reste loin de l'objectif fixé, à savoir l'éradication définitive de ces objets. Cette résistance est liée notamment aux habitudes de consommation des Marocains. Certains sondages réalisés après l'entrée en vigueur de la loi de 2016 ont montré que les clients «exigent toujours des sacs en plastique». Certains ont également pointé le manque d'alternatives. Cela est particulièrement vrai lors de l'achat de certains produits comme le poisson, les volailles, ou encore les olives…
M.A.M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.