De la nécessité d'investir dans la jeunesse    Jeux africains : l'Egypte domine le classement, le Maroc 4ème    Fouzi Lekjaa démissionne de la présidence de la RSB    L'orchestre philharmonique Symphonyat attendu à l'hippodrome de Casablanca    Kelaât Sraghna : Elle rend l'âme lors d'une soirée arrosée    Festival «Oued Eddahab » : Le coup d'envoi ce vendredi    Festival Tifawin : Les arts du rural en fête    Le KACM signe un contrat de haut niveau    Vers la création d'un centre sino-marocain de médecine traditionnelle    Retour en Europe : Ce passage est à éviter ce weekend    Transfert: Le PSG « intransigeant » sur le cas Neymar, selon la presse    Les ministres de tutelle veulent professionnaliser le sport dans le continent    Le cinéma sans frontières fait escale à Berkane    Des migrants privés de terre ferme, d'autres de secours    Italie: Deuxième jour de consultations pour sortir de la crise    Boris Johnson reçu par Macron, tenant de la fermeté sur le Brexit    Crise de Hong Kong: Craignant un Tian an men 2, Pékin tergiverse…    Le «grand jihad», lancé à l'aube de l'Indépendance, se poursuit    Marché immobilier : Les ventes toujours en repli    Finance climatique. Une délégation marocaine en Corée    Ces jeunes artistes marocains qui brillent de mille feux    Arrestation à Sidi Slimane d'un individu soupçonné d'assener des coups mortels à sa femme    Service militaire : Démarrage de l'incorporation des appelés    Casablanca : des têtes d'ânes découvertes à Hay Mohammadi    Maroc–Iles Fidji : Vers un partenariat mutuellement bénéfique    20 ans de règne : Un billet commémoratif de 20 DH émis par BAM    Grâce à la recharge *5 : Inwi démocratise l'achat d'applications sur Google Play Store    Fête de la Jeunesse : 443 personnes graciées    La relance sur fond de responsabilité    Edito : Révolution    Service militaire obligatoire : 900 candidats accueillis à Oujda    Accidents de la route : 30 morts et 1.615 blessés en périmètre urbain    Discours du roi. Un modèle de développement aux spécificités marocaines    La détérioration de la qualité de l'eau entrave la croissance économique    La fragile économie du lac Malawi victime du climat et de la surpêche    La propriété intellectuelle, pilier de la croissance en Afrique    Giuseppe Conte, "le Monsieur Nobody", passé de l'ombre à la lumière    Les femmes seraient diagnostiquées plus tardivement que les hommes    Ces stars qui ont vu leur carrière basculer    Le discret mais lucratif trafic de fossiles à Erfoud    Insolite : Trump ne construira pas de gratte-ciel au Groenland    Manchester United condamne des injures racistes reçues par Paul Pogba    Ligue des champions : L'Ajax accroché et Mezraoui expulsé    Ronaldo: 2018 a été l'année la plus difficile sur le plan personnel    Des enfants maqdessis visitent des sites touristiques à Tanger    Première édition du Festival international Cinéma & Littérature à Safi    L'écrivain Yann Moix provoque la polémique en se décrivant en enfant battu    Coups de feu sur le tournage du clip du rappeur Booba    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Assurance: Les adhérents à l'Umac menacent d'une grève
Publié dans L'Economiste le 23 - 05 - 2019

Baisse des impayés des intermédiaires alors que la situation se dégrade chez les assurés dont l'encours des créances en souffrance a augmenté de 8% à 5,2 milliards de DH auprès de l'échantillon.
L'application de la circulaire d'avril 2016 sur l'encaissement des primes donne des resultats intéressants. Après une baisse de 19% en 2017, l'encours des impayés des intermédiaires auprès de 5 compagnies d'assurances a reculé de 13% pour s'établir à 1,9 milliard de DH à fin 2018
Nouveau bras de fer entre les agents et courtiers avec les compagnies d'assurances. L'Umac, Union marocaine des agents et courtiers d'assurances, menace le secteur d'une grève. Cela prendrait la forme d'une fermeture des cabinets le 15 de chaque mois. La première est prévue vendredi 14 juin. Elle s'accompagnerait d'un sit-in devant le siège de la Fédération marocaine des sociétés d'assurances et de réassurance (FMSAR).
A l'origine de cette remontée des tensions, les demandes récurrentes d'amélioration des rémunérations. L'Umac réclame, depuis plusieurs mois, aux assureurs une hausse des commissions: 25% des taux actuels et un minimum de 250 DH pour chaque dossier sinistre.
Elle a même conditionné le rapprochement avec l'autre association des courtiers, la Fnacam, par l'engagement du secteur sur la révision de la commission.
La Fédération des assurances a proposé aux courtiers et intermédiaires de mettre en place une plateforme commune. «Il faut que la Fnacam et l'Umac mettent en place une plateforme commune pour que l'on puisse dialoguer. Nous ne pouvons pas discuter des mêmes sujets avec la Fédération des courtiers d'un côté et l'Union des agents d'un autre», soutient Bachir Baddou, directeur général de la Fédération.
Des réunions ont été tenues entre les assureurs et les deux associations et des délais fixés, mais la concrétisation s'est heurtée au désaccord sur le contenu de la déclaration finale. En réalité, la signature des statuts entre les deux associations était prévue le 3 mai, mais la réunion a été annulée puisque l'Umac aurait posé des conditions qui n'étaient pas prévues dans l'accord initial: l'augmentation des taux de commission et la rémunération des frais de gestion.
En tout cas, la Fnacam assure qu'elle est prête. «Les statuts de la future confédération ont été rédigés. Nous attendons le retour officiel de l'Umac», indique Farid Bensaid, président de la Fnacam. L'Umac parle aussi d'un rapprochement constructif à travers deux scénarios.
Le premier est la fusion entre les deux associations et la création d'une nouvelle entité en faisant appel aux urnes. La seconde consiste dans la création d'une confédération régie par des statuts respectant les règles démocratiques.
Ceci étant, il devient de plus en plus vital pour les intermédiaires de faire évoluer leur business model. Le risque est jugé élevé auprès des courtiers et intermédiaires qui dépendent uniquement de l'assurance automobile. Les changements que connaît le secteur remettent en cause leur rôle. Ils doivent s'adapter aux évolutions des habitudes de consommation en allant de plus en plus vers le digital.
«Certains intermédiaires ont du mal à se développer et sont donc en souffrance. Il faut redresser cette partie et ne pas parler de rémunération en général», souligne un assureur.
Khadija MASMOUDI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.