Bac 2019. 150 personnes interpellées pour fraude    AWB lance un emprunt obligataire d'un milliard de dirhams    Maroc Telecom, 1ère privatisation du programme de la LdF 2019    Un suspect arrêté dans l'affaire de l'agression d'une allemande    Crise au PAM : la réunion de la commission préparatoire maintenue à Agadir    BAC 2019. Les résultats seront affichés le 26 juin    Larache: Coup d'envoi du 9e festival international d'équitation « Mata »    Inauguration officielle du Smap Paris 2019    CAN 2019 : Royal Air Maroc mobilise 54 vols supplémentaires depuis et vers l'Egypte    Relance du secteur immobilier : Fassi Fihri sollicite les MRE    Arabie Saoudite: Le conflit s'intensifie    Dialogue social: à combien s'élève le coût de l'accord ?    Bac: Nouveaux cas de triche!    Enseignement public payant: Le niet des parents    Visa se mobilise pour la CAN    Marrakech: Le festival des arts populaires fête un demi-siècle    Un salon pour encourager les jeunes à lire    Dialogue social : Le coût global de l'accord s'élève à plus de 14 milliards de dirhams    SAEDM et REALITES scellent un partenariat    Copa America : Le Brésil en reconquête sans Neymar    Les sanctions de la Commission de discipline et de fair-play    Meeting International Mohammed VI : Beau plateau attendu aux épreuves de sprint    Le Mpay Forum, un observatoire de veille en Mobile payment, Mobile banking et Fintech    Un roadshow national pour promouvoir l'accès des TPME au financement et à la commande publique    Activités du parti    Attaques contre deux pétroliers en mer d'Oman    Pour améliorer le goût de vos aliments, mangez assis !    Insolite : Le tatouage du patron de Twitter    Jessica Préalpato, la pâtissière qui bouscule le dessert    Rapatriement des familles de l'EI Que font leurs pays d'origine ?    News    Younes Moujahid à la tête de la FIJ    Zagora à l'honneur du "Moroccan day" aux Etats-Unis    "Rolling Thunder Revue", quand Scorsese s'amuse à raconter Dylan    Nouvelle édition du Moussem culturel international d'Assilah    CAN 2019. Ce qui attend les Lions de l'Atlas    La Fondation nationale des musées s'allie au ministère de la culture    Célébrations de la Fête du Trône. Les consignes du ministère de la Maison royale, du protocole et de la chancellerie    Moujahid, premier journaliste arabe et africain à la tête de la FIJ    Ouyahia écroué, Sellal entendu par un juge d'instruction    Le Suriname salue le rôle de «leader africain» de SM le Roi Mohammed VI    Taper sur Trump? C'est possible à un salon tech en Chine    NBA : Toronto fait chuter Golden State et s'offre son premier titre    Caractère officiel de l'amazigh : Le conseil provincial de Tiznit premier à passer à l'acte    Entre pirates, collision ou missiles, les tankers évoluent en eaux troubles    Compromis européen sur un budget de la zone euro    La protection des données revêt une importance capitale pour Bank Al-Maghrib    Journée mondiale des donneurs de sang    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'OCDE met en garde contre les tensions commerciales
Publié dans L'Economiste le 23 - 05 - 2019

L'OCDE souligne l'atonie persistante de l'économie mondiale tandis que la faiblesse des échanges freine la croissance. Elle s'établirait à 3,2% en 2019 et de 3,4% en 2020
Escalade des conflits commerciaux, importantes vulnérabilités financières, ralentissement de la Chine, incertitudes entourant le Brexit… Tous ces grands facteurs de risque menacent bien de faire dérailler l'économie, d'affaiblir encore l'activité en fragilisant l'investissement et la confiance à l'échelle mondiale.
«Déjà fragile, l'économie mondiale est déstabilisée par les tensions commerciales», a indiqué la cheffe économiste de l'OCDE, Laurence Boone, à l'occasion du lancement des perspectives économiques le 21 mai, lors du Forum annuel de l'organisation à Paris. «La croissance se stabilise, mais l'économie est atone et des risques très sérieux se profilent à l'horizon. Les gouvernements doivent redoubler d'efforts pour garantir le retour d'une croissance plus forte et plus durable», dit-elle.
La croissance devrait atteindre des niveaux modérés mais restera fragile au cours des deux années à venir. D'après les prévisions de l'OCDE, elle s'établirait à 3,2% en 2019 et 3,4% en 2020. Les perspectives contiennent des prévisions révisées à la baisse pour de nombreuses grandes économies.
Aussi, les taux de croissance actuels sont insuffisants pour permettre des améliorations sensibles en matière d'emploi ou de niveau de vie. En Europe, l'Organisation a maintenu sans changement sa prévision pour la zone euro à 1,2%, tout en maintenant l'Allemagne à 0,7% cette année et à 1,1% pour l'an prochain.
La croissance des échanges internationaux (qui constituent un des piliers de l'économie mondiale) ne devrait être que légèrement supérieure à 2% cette année. Ce qui constituerait sa hausse la plus faible depuis dix ans. Le cycle actuel de différends commerciaux nuit à l'activité manufacturière et a des effets perturbateurs sur les chaînes de valeur mondiales. Il crée en outre une forte incertitude qui pèse sur les décisions d'investissement et met en exergue le risque de nouvelles perturbations.
Le risque existe par ailleurs que de nouvelles restrictions soient décidées plus tard au cours de cette année et concernent des pays plus nombreux ou ciblent des produits spécifiques. La possibilité de nouvelles mesures restrictives prises par les Etats-Unis dans des secteurs commercialement sensibles, notamment l'automobile et les pièces détachées, est un sujet de préoccupation particulier.
Ceci étant donné les liens tissés entre les pays par les chaînes de valeur dans ces secteurs et l'ampleur des échanges commerciaux, notamment en Europe. De telles mesures pourraient encore alourdir les effets des hausses de droits de douane imposées jusqu'à présent et auraient un impact négatif sur les projets d'investissement des entreprises partout dans le monde.
Les perspectives de l'OCDE sont publiées alors que les tensions montent entre la Chine et les Etats-Unis autour des droits de douane et du géant technologique Huawei.
Quand la Chine éternue…
Pour la Chine, l'OCDE table toujours sur un ralentissement à 6,2% cette année et 6% l'an prochain. D'importantes mesures de relance budgétaire ont étayé l'économie chinoise tandis qu'elle se rééquilibrait d'une expansion tirée par l'investissement et les exportations vers une croissance davantage assise sur le marché intérieur. Un ralentissement plus marqué constituerait une source de risques importants tant pour la croissance économique que pour les perspectives d'évolution des échanges à l'échelle mondiale.
Collectivement, dans les économies de marché émergentes, les perspectives de croissance devraient être globalement stables sur la période 2019-2020.
La dette du secteur privé s'accroît rapidement dans les grandes économies. L'encours mondial des obligations émises par des sociétés non financières a presque doublé (en termes réels, par comparaison avec 2008), ressortant à près de 13.000 milliards dollars. Aussi, la qualité de la dette se détériore, notamment en raison d'une hausse de l'encours de prêts à effet de levier. Un nouvel épisode d'instabilité financière pourrait éclater.
Des pistes de réformes
«Il y a urgence à nous retrouver autour d'une table multilatérale afin de créer des conditions qui permettent au commerce de soutenir la croissance mondiale», a prévenu le secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurria. Les économistes de l'OCDE appellent les gouvernements à agir pour assurer un avenir économique plus solide. Ils préconisent un retour à la coopération internationale et au dialogue multilatéral pour redonner à l'action publique un caractère prévisible et relancer le commerce. Des réformes structurelles demeurent nécessaires dans tous les pays de la zone euro, accompagnées d'investissements publics supplémentaires dans les pays européens peu endettés. Ces mesures devraient être axées sur les infrastructures numériques, de transport et énergétiques. Il est question aussi d'accorder la priorité à l'éducation, la formation et la concurrence.
Fatim-Zahra TOHRY


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.