Le Maroc au sommet mondial sur la vaccination    La CNDP publie son bulletin sur la confiance numérique    Rabat prépare son plan de relance post Covid-19    Distribution de kits sanitaires dans les centres de protection de l'enfance    Hydroxychloroquine: 3 des auteurs de l'étude du Lancet se rétractent    Tribunaux numériques et cabinets d'avocats virtuels se pressent au portillon    Les entreprises ne jurent que par le marketing digital    Projet ciblage des bénéficiaires des programmes d'appui social    Le premier cabinet d'avocat virtuel voit le jour à Casablanca    Belhanda troquerait Istanbul contre Riyad    Hamada El Baihi : L'Algérie est coupable de la persistance de la souffrance des populations séquestrées à Tindouf    Le capitalisme américain est-il raciste depuis toujours ?    Distribution de kits sanitaires à 4.300 enfants en situation de précarité    Saad Dine El Otmani : Le dépistage massif des salariés permettra d'accélérer la reprise de l'activité économique    Volonté de Marrakech et d'El Kelâa des Sraghna de booster l'enseignement préscolaire    Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Le Maroc plaide pour une mobilisation accrue contre les actes de violence de Daech en Afrique de l'Ouest et au Sahel    Les propositions du PPS pour un nouveau contrat politique»    Raul Gonzalez futur entraîneur d'Amine Harit?    Benfica: Taarabt élu homme du match contre Tondela    Un journal indien fustige le blackout total sur la situation du coronavirus à Tindouf    Chelsea en pole position pour accueillir Timo Werner!    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, vendredi 5 juin    Confinement: Tous ensemble?    Actes de violence de ce groupe terroriste en Afrique de l'Ouest et au Sahel    TDN: le Maroc en tête des destinations touristiques mondiales sûres dans l'après Covid    «De la nécessité de la réforme et restructuration du secteur des ICC»    La vérité derrière le mensonge    Covid-19: Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Confinement: les Etats africains ont perdu plus de 100 milliards de dollars de recettes fiscales    Afghanistan: Les troupes US bientôt «at home»?    Coronavirus: une baisse de 54,6% du trafic aérien au mois de mars 2020    Coronavirus : 27 nouveaux cas, 8.030 au total, vendredi 5 juin à 10h    Modèle de développement: Des pistes de relance pour Fès-Meknès    Reprise des vols: La Turquie conclut un accord préliminaire avec le Maroc    Aérien: Ce que risquent de perdre les compagnies africaines    Le virus prépare une révolution monétaire    Bientôt le retour du public dans les stades d'Italie    Hamza El Hajoui : Le sport joue un rôle économique et social créateur de valeur ajoutée et d'opportunités d'emploi    Cannes s'offre Wes Anderson, François Ozone et Steve McQueen dans la sélection officielle    Rabat revient, doucement et sûrement, à la vie…    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Solaire/éolien: Deuxième vague de projets
Publié dans L'Economiste le 24 - 05 - 2019

Le PDR de la région prévoit un investissement de 27,3 milliards de DH dans les EnR et l'industrie chimique (Phosboucraâ) (Ph. Ministère de l'Energie)
Laâyoune-Sakia Al Hamra poursuit sa mue énergétique s'accaparant de gros projets. Energies renouvelables, mines, électricité, dessalement de l'eau de mer… La région est en effervescence.
Plusieurs dizaines de milliards de dirhams y sont investis ou en cours d'investissement dans le secteur de l'énergie dans le cadre du Plan de développement régional. Masen injectera 10,5 milliards de DH à l'horizon 2022. Deux projets sont en cours de réalisation dans le solaire. Il s'agit des centrales photovoltaïques Noor Laâyoune II et Noor Boujdour II dont le démarrage de production est prévu en 2020.
Ces deux plateformes font partie du programme Noor PV II qui sera doté d'une capacité totale entre 800 et 1.000 MW ventilée à travers 8 sites. Les centrales Noor Laâyoune I et Noor Boujdour I avaient été exploitées en 2018 avec une capacité totale de 100 mégawatts. L'investissement global s'est élevé à 1,25 milliard de DH.
L'éolien sera également renforcé au niveau de la région Laâyoune-Sakia Al Hamra. Une capacité additionnelle de 800 MW en cours dont 400 MW développés par Masen et le reste par le groupement conduit par Nareva. L'investissement prévu par Masen est de l'ordre de 7,2 milliards de DH. Le premier projet concerne la mise en place d'un parc éolien de Boujdour, d'une capacité de 100 MW. Le coût est estimé à 1,8 milliard de DH.
Le second projet porte sur la réalisation du parc Tiskrad, d'une capacité de 300 MW. L'investissement s'élève à 5,4 milliards de DH. D'autres projets sont également lancés par le secteur privé. C'est Nareva Holding à travers sa filiale Energie éolienne du Maroc (EEM) qui mène deux projets. Le premier est le parc éolien Aftissat 1, d'une capacité de 201,6 MW qui devra alimenter les entreprises industrielles.
D'un coût de 4 milliards de DH, ce projet, situé à 45 km au sud de Boujdour, est en phase d'expérimentation. Les travaux de construction ont été effectués par Windhoist, une société britannique qui y a implanté 56 éoliennes Siemens de 3,6 MW. Un deuxième parc est en cours de développement. Il s'agit d'Aftissat 2 qui sera doté d'une capacité de 200 MW. L'investissement prévu par Nareva est de 4 milliards de DH.
A ce jour, l'éolien, en cours de déploiement, totalise une capacité de 550 MW dans la région. Plusieurs parcs ont été réalisés totalisant un coût global de 9,22 milliards de DH d'investissements. 2014 a été marquée par l'exploitation des champs de production d'énergie éolienne à Tarfaya (300 mégawatts), Foum el-Oued (50 mégawatts), Akhfenir 1 (100 mégawatts). Quant au démarrage de la production du parc Akhfenir 2, d'une capacité globale de 100 mégawatts, il a été mis en service en 2017.
Pour répondre à une demande locale croissante, l'ONEE injectera 1,67 milliard de DH dans l'extension du réseau de transport. Trois projets sont lancés. Il s'agit des lignes électriques 400 kWh Agadir-Tan-Tan d'une longueur de 310 km et Tan-Tan-Laâyoune sur 256 km.
Le troisième projet porte sur l'extension des postes de transformation 225/400 kWh d'Agadir et de Laâyoune et du poste 400 kWh de Tan-Tan. Le démarrage de l'exploitation de ces infrastructures est prévu pour 2022. La région abrite déjà deux stations thermiques de production de l'électricité à Laâyoune et une troisième à Marsa.
Côté distribution, Laâyoune-Sakia Al Hamra dispose de 5 postes de transformation 22/60 kW à Laâyoune, Foum el-Oued, Boujdour, Es-Smara et Sidi Khettari. Deux projets de postes de transformation 22/60 kW sont en cours de réalisation par l'ONEE. Leur mise en service est prévue en 2020.
Le premier poste est lancé à Laâyoune pour répondre à la demande grandissante en électricité. Ce projet nécessitera un investissement de 40 millions de DH. Un second projet est en cours de développement à Tarfaya. Son coût global s'élève à 30 millions de DH. Pour ce qui est du programme d'électrification rurale, le taux de couverture a atteint 99,99% à fin mars 2019. Il a bénéficié à 8.576 familles habitant 14 douars.
La région en chiffres
* 340.000 habitants
* Superficie totale: 140.000 km²
* 500 km de littoral
* Tripôle structurant (Laâyoune-Foum El Oued-El Marsa)
* 49,3 milliards de DH d'investis-sements programmés
* 3 stations thermiques de production de l'électricité
* 62 stations-service
* Une capacité solaire de 100 MW opérationnelle
Sources: Région Laâyoune-Sakia Al Hamra et le ministère de l'Energie
Booster l'exploration minière
Le secteur minier n'est pas en reste. Le projet phare en cours de réalisation est mené par l'OCP qui investira dans la région 16,8 milliards de DH à l'horizon 2022. Sur ce total, 8,3 milliards seront injectés par Phosboucraâ dans une plateforme de production d'engrais. Celle-ci sera dotée d'une capacité de production de 1,2 million de tonnes par an. La société produit actuellement 2,2 millions de tonnes et emploie 1.468 personnes. OCP Group investira également 4,2 milliards de DH dans la construction d'un nouveau port phosphatier (wharf) au sud de celui déjà existant depuis 1968 à Laâyoune. Cette plateforme vise à répondre au besoin d'exportation du phosphate de Boucraâ, d'où il est acheminé par convoyeurs. Le groupe phosphatier mettra en place une unité de traitement qui nécessitera 3,1 milliards de DH ainsi que des équipements d'extraction minière de l'ordre de 1,2 milliard de DH. OCP Group prévoit la construction d'une seconde station d'une capacité de 7,5 millions de m3 au site de Phosboucraâ à Laâyoune. Elle renforcera le dispositif existant composé de la station de dessalement par osmose inverse, mise en service en 2005 d'une capacité de 1,2 million de m3.
En dehors du phosphate, l'exploitation minière dans la région reste faible. La région dispose de 70 autorisations minières dont 50 à Tarfaya et 15 à Es-Smara. Sur ce total, seulement 22 sont détenues par des opérateurs privés. Le reste est mené par l'Onhym. Les substances recherchées sont le sel, les matériaux métalliques et les roches pétrolifères. L'exploration pétrolière à Boujdour compte 17 autorisations offshore couvrant 33.734 km². Les investissements réalisés cumulent 341,4 millions de DH (soit 35,3 millions de dollars).
Stockage: Capacité additionnelle de 84.000 m3
La région Laâyoune-Sakia Al Hamra sera dotée de nouvelles installations pétrolières. Trois projets sont prévus à Marsa. Une extension des capacités de stockage de 3.000 mètres cubes d'essence et de 6.000 mètres cubes de GPL sera opéré par un opérateur déjà installé dans la ville. S'y ajoutent deux autres projets de construction d'unités de stockage de produits pétroliers liquides. La première sera dotée d'une capacité de 21.000 mètres cubes et la seconde de 54.000 mètres cubes. Par ailleurs, 24 projets de stations de service sont en cours dont 9 à Laâyoune, 8 à Tarfaya, 6 à Boujdour et 1 à Es-Smara. Elles s'ajouteront aux 62 points de vente déjà existant dans la région.
Nadia DREF


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.