En Algérie, la persécution judiciaire s'abat sur les opposants du régime en pleine pandémie de coronavirus    Fake news: arrestation d'un conseiller communal à Errachidia    Coronavirus : le parcours du patient pour un dépistage    En confinement : Voici une sélection de livres marocains à lire    Hassan El Fad fait son come-back avec sa célèbre série «Kabbour»    Souss-Massa affecte 20,2 millions de DH pour lutter contre le Covid-19    On connaît les nouvelles dates des JO de Tokyo    Opération de soutien provisoire: la mise au point de l'Intérieur    Coronavirus : le CCM diffuse des films en ligne    Coronavirus: deux nouveaux décès au Maroc, une 14ème guérison    Coronavirus: Cuba exporte ses médecins…    Levinas, le visage, l'humanité    ANP : Une solidité financière confirmée à fin 2019    Après avoir échangé des lettres de reproches : La CGEM et le GPBM en froid    Coronavirus: la valeur de transfert des footballeurs a baissé    CIH Bank : Report des échéances de crédits pour les personnes impactées    Lydec : Pas de coupure d'eau et d'électricité durant le confinement    Lucile Bernard: «l'écriture comme unique porte de sortie, comme rédemption»    Nigeria : face au coronavirus, Lagos et Abuja se murent    Coronavirus : Le Maroc reçoit un nouveau lot de matériel envoyé par la Chine    Enseignement : Report des vacances du printemps    Temps stable dans tout le Maroc, ce lundi 30 mars    Covid-19: Ces solidaires… pour plaire    L'examen cyclique de l'humanité!    Le virus de la discorde met à mal l'unité de l'UE    Un test en cinq minutes pour les automobilistes aux EAU    Le quotidien du Premier secrétaire de l'USFP durant le confinement sanitaire    Les aides du Fonds spécial face à un dilemme de ciblage    La FRMF lance une série de vidéos au profit des footballeurs confinés    Abderrahim Nouri : Ça se passe bien avec Appie    Outre les meetings de Stockholm et Naples : La Diamond League reporte le meeting de Rabat    Les effets du COVID-19 sur l'alimentation et l'agriculture à l'échelle mondiale    ADM maintient ses services sur le réseau autoroutier au standard de sécurité et de qualité    Le coronavirus chasse les dirigeants du Polisario des camps de Tindouf    "Les artistes luttent contre le déplaisir du confinement    Bob Dylan sort une chanson taillée pour cette période    Le Bolchoï diffuse ses meilleurs spectacles sur YouTube    Algérie : le journaliste Khalid Drareni incarcéré en détention préventive    Vahid: Taarabt, un nouvel homme    Sondage: la cote de popularité de Macron s'envole    Hongrie: Viktor Orban renforce ses pouvoirs…    Coronavirus: décès de l'ex-ministre Patrick Devedjian    NT7arko f'dar! La MDJS lance une application pour bouger à la maison    CNDP et AMRC se mobilisent pour faciliter le télétravail    Coronavirus: le bilan s'alourdit en Algérie    Santé, nutrition et condition physique : La FRMF lance une série de vidéos au profit des footballeurs confinés    Coronavirus : le Président américain promulgue le plan de sauvetage massif de l'économie    L'Union européenne appuie les efforts du Maroc pour faire face à la pandémie du Covid-19 avec un budget immédiat de 150M €    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Privatisations: Maroc Telecom, la plus «belle fille» du Trésor
Publié dans L'Economiste le 14 - 06 - 2019

72% des recettes de privatisation ont été enregistrées sous les gouvernements Abderrahmane Youssoufi et Driss Jettou. Le portefeuille des entreprises et établissements publics est composé de 253 entités. Ces dernières détiennent 466 filiales. Dans ce vaste portefeuille, le nombre d'actifs de haute qualité est limité
Pour mobiliser rapidement les 10 milliards de DH de recettes de privatisation, l'Etat va encore recourir à l'un de ses plus beaux «bijoux de famille». Le Trésor va dans les prochains jours céder 6% du capital de Maroc Telecom pour 6,7 milliards de DH (le prix de l'action est fixé à 127 DH) aux investisseurs institutionnels. Il abandonnera 2% supplémentaires au marché boursier, ce qui rapportera 2,2 milliards de DH s'il maintient le prix inchangé.
Maroc Telecom aura été de loin la plus grosse opération financière dans le programme des privatisations. Depuis 1993, 103 milliards de DH d'actifs ont été cédés (désengagement partiel ou total d'une cinquantaine de sociétés et la vente de 26 hôtels).
Sur ce total, les transactions sur Maroc Telecom ont rapporté 49,2 milliards de DH, presque autant que la recette annuelle de l'impôt sur les sociétés. En intégrant l'opération attendue au cours de ce mois, la vente de 78% du capital de l'opérateur de téléphonie aura rapporté 58,1 milliards de DH de recettes. L'Etat détient encore une participation de 22% valorisée à 24,6 milliards de DH à 127 DH l'action. Si les recettes de privatisation ont servi à piloter le déficit budgétaire, les actifs de qualité encore en portefeuille se réduisent.
En dehors de Maroc Telecom, il existe quelques actifs de qualité mais qui ne figurent pas forcément sur la liste des entreprises privatisables. Lors de la dernière actualisation, La Mamounia et la centrale électrique Tahaddart ont intégré cette liste alors que Sococharbo, Cotef, la Société chérifienne de sel ou encore CIH Bank ont fait le chemin inverse.
La sortie de CIH Bank de cette liste soulève des interrogations surtout que la volonté affichée aujourd'hui est d'ouvrir le capital d'entreprises publiques matures qui opèrent dans des secteurs ouverts à la concurrence. La banque contrôlée par la Caisse de dépôt et de gestion répond totalement à ces critères. Par ailleurs, l'ouverture du capital de Crédit Agricole à court ou moyen terme est en réflexion. Elle pourrait se faire via la Bourse.
L'Etat détient des participations directes minoritaires ou majoritaires dans 44 entreprises. Ce club et les 209 établissements publics disposent de 466 filiales. Dans ce portefeuille, certaines structures sont plus attractives que d'autres, notamment l'OCP. Le groupe minier fait fantasmer les dirigeants de la Bourse. Surtout que la plupart de ses concurrents mondiaux sont cotés en Bourse. Même une introduction de 5% du capital du géant minier boosterait la place.
En dehors d'un partenariat stratégique et industriel, l'on imagine mal l'Etat céder une partie du capital du groupe en Bourse, surtout dans le contexte actuel du marché. En revanche, Al Omrane pourrait renforcer le secteur immobilier sur la Place.
Dans certains cas, la cession au secteur privé n'est pas toujours la bonne option et l'Etat peut choisir d'accorder des concessions pour dynamiser certaines activités notamment la gestion des aéroports. Cela permettrait de renforcer la gouvernance et d'améliorer la gestion de certains établissements publics.
L'absence de vision politique et les incohérences réglementaires expliquent en partie les difficultés actuelles de plusieurs entreprises publiques. Une situation qui est en partie la conséquence des contradictions dans les missions qui leur sont assignées.
Elles investissent massivement mais n'ont pas la maîtrise de leur politique commerciale. Le recentrage du rôle de l'Etat et l'optimisation du portefeuille public devraient permettre une intervention plus efficace surtout dans les secteurs sociaux et les infrastructures.
Jettou et Youssoufi en première ligne
De tous les gouvernements depuis 1990, ceux de Driss Jettou et de Abderrahmane Youssoufi auront été les plus actifs en matière de privatisation. Sous Driss Jettou (2002-2007), une vingtaine d'opérations ont été réalisées pour un montant de 50 milliards de DH. Les cessions de 80% de la Régie des Tabacs pour 14 milliards de DH et 35% de Maroc Telecom à 25,9 milliards de DH dont l'introduction en Bourse de 14,90% du capital en décembre 2004 ont marqué son quinquennat. La première opération sur le capital de Maroc Telecom a été réalisée en février 2001 sous le gouvernement Abderrahmane Youssoufi II. Une tranche de 35% du capital avait été cédée à Vivendi pour 23,3 milliards de DH. En tout, 76 milliards de DH soit 72% des recettes de privatisation ont été enregistrés sous ces deux chefs de gouvernement.
F.Fa


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.