10.000 dollars d'amende pour la fédération algérienne    Classement : La Tunisie rentre bredouille    Ankara défie Bruxelles    Nouvelle économie: les territoires, faiseurs de nations    Internet mobile: L'effet accélérateur du smartphone    Casa malade de ses moyens de transport    Les budgets des collectivités territoriales enregistrent un excédent de 5,4 MMDH    Managem et Injaz Al-Maghrib présentent le bilan de leurs programmes de formation à l'entrepreneuriat    Les projets de loi relatifs aux soulaliyates adoptés en commission à la Chambre des représentants    Avant Trump, Clinton n'était pas épargné par la diplomatie britannique    « Renvoyez-la! »: Le ton de la campagne Trump est donné    Réunion du Bureau de la Chambre des représentants    Bouillon de culture    Troisième marche du podium pour le Nigeria    De "captain" Mahrez à la révélation Bennacer Le carré d'as algérien    Hicham El Idrissi : Il ne faut pas compter sur des joueurs qui ne veulent plus jouer pour le KACM    La syphilis regagne du terrain    Drame d'Imlil. Peine capitale pour les trois principaux accusés    Turquie: 17 morts dans l'accident d'un minibus de migrants    Contrairement à Nicki Minaj, 50 Cent et Janet Jackson chanteront en Arabie Saoudite    "Les Enfants de la mer", un film d'animation écologiste et spirituel    Le court-métrage en fête à Ifrane et Azrou    OMS: l'épidémie d'Ebola est une "urgence" sanitaire mondiale    Fouzi Lekjaa nommé 2ème vice-président de la CAF    Projection du film «Tel Aviv on Fire» à l'IF d'Oujda    El Akademia Master class : L'Orchestre national des jeunes du Maroc régale    Migration illégale. Comment retenir les mineurs au Maroc    Procès Imlil. La Cour met l'affaire en délibéré    Pour renforcer sa contribution au marché financier marocain : L'AMMC se dote d'un conseil scientifique    Gnaoua Festival : Berlin en transe en août prochain    Le 10è festival «Timizart» d'argent du 18 au 22 juillet à Tiznit    Algérie-Sénégal : La CAF change l'arbitre de la finale !    Le FMI appelle à des réformes ambitieuses du marché du travail    Instagram masque les likes dans six pays    World's Coffee Growers Seek to Set Minimum Price to Help Poor Farmers    Apollo's Code: Meet the Computer Programmer Who Landed Us on the Moon    Le Néerlandais de Ligt signe à la Juventus Turin    Terres soulaliyates. La commission adopte trois projets de loi    Nezha Hayat décorée par le Roi d'Espagne Felipe VI    Carola Rackete, capitaine du Sea-Watch 3, s'explique devant les magistrats    Objectif Downing Street : Ultimes plaidoyers des deux candidats    Promotion de l'emploi dans le secteur de l'aviation civile : L'ONDA et l'Anapec s'allient    Accès à l'eau potable : L'AFD et l'ONEE signent un accord de 101 millions d'euros    Loi-cadre sur l'Education: PJD et Istiqlal, porte-drapeaux de l'obscurantisme ?    Une saga nommée «Megri»    Une faille d'Android permet aux hackers d'accéder à vos photos    Présentation du projet de politique publique intégrée pour les personnes âgées    Biennale d'art contemporain. Rabat, capitale artistique de la rentrée !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Crise Iran/USA: D'autres sanctions économiques
Publié dans L'Economiste le 26 - 06 - 2019

A l'heure où nous mettions sous presse, les Etats-Unis devaient annoncer, hier lundi, de nouvelles sanctions contre l'Iran. L'objectif est d'asphyxier l'économie iranienne pour contraindre le pays à accepter de nouvelles négociations. «Elles n'auront aucun résultat», a assuré le porte-parole des Affaires étrangères iranien, Abbas Moussavi.
Téhéran et Washington ont beau répéter ne pas chercher la guerre, mais les déclarations belliqueuses et les incidents se multiplient. Les tensions ne cessent de monter depuis le retrait américain en mai 2018 de l'accord international sur le nucléaire iranien. L'Iran a toujours nié vouloir se doter de l'arme atomique, mais Trump l'accuse de chercher secrètement à en fabriquer et de déstabiliser la région. La crise s'est intensifiée avec des attaques contre des pétroliers dans la région du Golfe en mai et en juin, imputées par Washington à Téhéran qui a démenti.
Une autre affaire vient envenimer l'atmosphère, celle des cyberattaques contre des systèmes de lancement de missiles et un réseau d'espionnage iraniens, en représailles à la destruction du drone américain. Celles-ci auraient été initialement proposées par l'état-major comme riposte aux attaques ayant ciblé le 13 juin deux pétroliers près du détroit d'Ormuz. Un point de passage stratégique pour le commerce mondial de pétrole et au cœur des tensions régionales depuis des décennies.
Cheville ouvrière de la politique américaine, le chef de la diplomatie Mike Pompeo est en Arabie saoudite, un proche allié de Washington et grand rival régional des Iraniens, pour parler de l'Iran. Il a rencontré les dirigeants saoudiens après avoir dit considérer «mettre en place une coalition mondiale face à l'Iran».
Washington avait durci ses sanctions économiques contre l'Iran en mai en ajoutant l'acier, le fer, l'aluminium et le cuivre aux secteurs visés par des mesures punitives (énergie et finance notamment).
Impact sur le pétrole
Hier en fin de matinée, les prix du pétrole ont enregistré une légère hausse (environ 65 dollars pour le Brent et autour de 60 dollars pour le WTI). Les prix continuent d'être soutenus par les tensions dans le Golfe. Les Etats-Unis ont déjà mis en place des sanctions contre les importateurs de pétrole iranien. Les ministres de l'Energie des membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et de leurs partenaires, dont la Russie, se retrouveront la semaine prochaine à Vienne. C'est pour décider de renouveler ou non leur accord pour limiter leur production après la fin du premier semestre.
Seynabou DIOUF


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.