Coronavirus : 45 nouveaux cas, 7.967 au total, jeudi 4 juin à 10h    Fès: El Hammouchi veille sur le déroulement des opérations de contrôle    El Othmani chez les députés jeudi prochain    Samir: La capacité de stockage louée à l'Onhym    L'APD se penche sur la résilience des entreprises post-Covid    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Abderrahmane El Youssoufi: Hommages et condoléances    Crime social    Justice: Le plan de transformation numérique pour bientôt    Evolution de la pandémie: Les modèles prédictifs risqués    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Appel à la réalisation de la justice sociale et territoriale    Les principaux secteurs de l'économie nationale accusent le coup de la pandémie    Benzema a très envie de revenir à la compétition    Le Crédit Agricole du Maroc améliore son PNB au premier trimestre    André Azoulay : Essaouira prête pour le jour d'après    Propagation en baisse et guérisons en hausse    Les personnes vivant dans la précarité se comptent par millions    Mohamed Benabdelkader : Le plan de transformation digitale de la justice sera dévoilé dans les prochains jours    Le Polisario dans la nasse de la justice espagnole    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    Prolongation de l'exposition "Maroc: une identité moderne" à l'Institut du monde arabe de Tourcoing    La FNM lance un appel à concurrence pour l'acquisition d'œuvres d'artistes marocains    Casablanca-Settat: Ce qu'il faut retenir de la 1ère réunion du comité régional de vigilance économique    Coronavirus: 56 nouveaux cas mercredi à 18 heures, 6866 guérisons    L'humoriste «Zerwal» n'est plus    Le roman de Saeida Rouass adapté à l'écran par un producteur hollywoodien    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Formatage néolibéral, débat et combat    Réflexions sur quel Maroc de l'après covid-19?    ONU: les ambassadeurs de Suisse et du Maroc à New York lancent le processus    Poutine aura bien sa réforme constitutionnelle…    Trois millions de personnes affiliées à la CNSS    Naples pense à Oussama Idrissi    Lions de l'Atlas: Feddal sur les traces de Naybet?    Madrid ne jouera plus à Bernabeu cette saison    Tourisme : les opérateurs se mobilisent pour la relance du secteur    Coronavirus : Le Roi ordonne une large campagne de dépistage auprès des employés du secteur privé    Les messages de condoléances affluent au siège de l'USFP    La CAF décidée à sauver la saison 2020 des compétitions interclubs    La Fifa en appelle au bon sens    Accrocs frontaliers dans l'Himalaya…    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    L'Amérique et ses démons    Turquie-Grèce: Bruits de bottes à la frontière…    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ecosystème ferroviaire: Toute une filière en stand-by
Publié dans L'Economiste le 17 - 07 - 2019

L'écosystème ferroviaire va-t-il prendre son envol à l'instar de l'aéronautique et l'automobile? Rien n'est moins sûr. Plus de 2 ans après son lancement, peu de réalisations sont à mettre à son actif. Les instances du Groupement des industries ferroviaires marocain (Gifer), lancé début 2016, semblent paralysées depuis le départ du dernier président en date, Hassan Rebouhate (DG de la SCIF). Le contrat-programme liant le Gifer à l'Etat est en gestation depuis 2017 et rien ne filtre encore sur son devenir. Le ministère de l'Industrie (tutelle) semble avoir d'autres priorités sur son agenda (notamment l'automobile et l'aéronautique). Les actions de ce contrat-programme devaient aller dans le sens de la normalisation des investissements et de l'amélioration des compétences avec des engagements en matière de chiffre d'affaires à l'export et de création d'emplois.
Aujourd'hui, l'un des principaux opérateurs, qui joue le rôle de locomotive (c'est le cas de le dire) est le groupe français Alstom. Ce dernier vient d'annoncer le doublement des capacités de son usine Cabliance de Fès, passant à 12.000 m2 de superficie et plus d'un millier de postes d'emploi (cf. édition du 8 juillet 2019).
Spécialisée dans la production de faisceaux et armoires électriques, Cabliance est le fer de lance du constructeur ferroviaire au Maroc. Le 1er câbleur ferroviaire du Maroc livre une vingtaine de projets dans le monde (notamment en Suède, Emirats Arabe Unis, Espagne, France, Sénégal…). L'objectif à l'horizon 2023 est de multiplier par deux le nombre d'heures de travail. D'ici là, le constructeur ferroviaire compte développer un panel de fournisseurs qualifiés selon les standards ferroviaires internationaux et soutenir les fournisseurs déjà implantés au Maroc. Alstom forme un vivier de compétences en développant des partenariats avec les universités et écoles du Maroc.
Le développement des capacités d'Alstom est un pas dans le bon sens. D'autant plus qu'Alstom a largement contribué au lancement du Gifer, tout en s'engageant à développer un tissus industriel ferroviaire local. A ce jour, 22 fournisseurs sur 300 consultés ont été qualifiés aux normes ferroviaires internationales dans les domaines de la tôlerie fine, le câblage, l'électronique, l'ingénierie de signalisation ou encore les housses et coiffes de sièges. «Alstom a ainsi développé ses achats auprès de sociétés implantées au Maroc et contribué à créer plus de 1.000 emplois indirects», précise-t-on auprès d'Alstom (voir aussi interview en page 5).
Les bases sont donc jetées pour le développement d'une industrie ferroviaire locale. Lancement réussi du TGV, les nombreuses lignes de tramway (Casablanca et Rabat), le plan Maroc Rail 2040 de l'ONCF… Le Maroc est aujourd'hui l'un des pionniers du transport par voie ferrée dans le continent africain.
Alstom Cabliance, le nouveau site
Ph. L'Economiste
- Situé à Fès pour ancrer la présence du groupe dans la région Fès-Meknès
- Bâti sur une surface couverte de 12.000 m²
- Fabrication de faisceaux et armoires électriques ferroviaires
- Horizon 2023: multiplier par 2 le nombre d'heures actuellement produites
-Clients: 100% à l'export
- Cabliance générera 580 emplois supplémentaires (dont 330 directs) (Hors emplois pour la construction).
-1.000 emplois en 2023.
Le secteur offre en outre un fort potentiel: formation dans les métiers du ferroviaire, sous-traitance (câbles, signalisation...), sécurité et réhabilitation, transfert de compétences... Le réseau ferroviaire du Maroc est le plus étendu du Maghreb et le 2e de l'Afrique après celui de l'Afrique du Sud. Il se présente sous forme d'un couloir reliant Marrakech à Oujda et dessert les grandes villes et les principaux ports du Royaume, à l'exception de ceux d'Agadir et de Nador.
Sans oublier le développement du transport ferroviaire via des LGV (1.500 km en 2035), doublement de lignes ferroviaires, augmentation de capacités, construction de nouvelles lignes, électrification de plusieurs lignes, renouvellement des locomotives à gasoil …


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.