Arrestation d'un individu impliqué dans des opérations d'escroquerie en ligne    Soirée captivante du musicien Abdelouahab Doukkali au festival d'hiver de Tantora    Marrakech: Le Salon de l'Art et de l'Amitié, une fenêtre sur la beauté et la singularité des arts dans leur diversité    L'expérience gouvernementale du PJD démontre le fiasco de son mode opératoire    La ministre espagnole des AE attendue le 24 janvier au Maroc    Laâyoune accueillera le 22 février une réunion des ministres des Affaires étrangères du Maroc et de douze pays du Pacifique    Trump répond au guide suprême iranien, Ali Khamenei    Plus de 112 milliards de DH pour près de 570.000 fonctionnaires    Le Maroc et la Chine signent deux accords afin de renforcer leurs échanges culturels    Résurgence du terrorisme : Erdogan met en garde    Agadir : Saisie d'une importante quantité de cigarettes et de tabac à narguilé de contrebande    Les investissements des EEP en stagnation pour la 2ème année consécutive    Retraites : des manifestants tentent d'entrer dans un théâtre où se trouve Macron    Le Maroc et la Chine examinent divers moyens de renforcer la coopération touristique et culturelle    La DGAPR répond aux accusations d'Human Rights Watch    La CMR tient la 8ème session de son Conseil d'administration    Africa Eco Race : A Dakhla, Nasser Bourita fustige les séparatistes    Un sommet international le 22 février à Laâyoune    La pièce de théâtre عازف الليل est-elle maladroitement raciste ?    Le DHJ tenu en échec à domicile par le Rapid Oued-Zem    Nabil Jaadi rejoint le Mouloudia club d'Oujda    CAN Futsal Maroc 2020 : l'entraîneur National de futsal fait le point    Centre hospitalier régional d'Al Hoceïma : le ministère de la Santé alerté par l'absence de 34 médecins    Handball : Le CHAN à Laâyoune    Ashley Young rejoint l'Inter    Le groupe coréen "Hands" ouvre sa première unité de production africaine à Tanger    Insolite : Imiter Ghosn    Habib El Malki reçoit le secrétaire d'Etat rwandais chargé de la Communauté de l'Afrique de l'Est    Hommage à Noureddine Belhoucine    La forêt et le nouveau modèle de développement    Combien d'années de vie en bonne santé gagne-t-on en adoptant un mode de vie sain ?    Divers    L'activité globale de la CCG en croissance de 23% en 2019    Le président de la Chambre des représentants s'entretient avec le ministre grec des Affaires étrangères    Ankara et Rabat ont 15 jours pour produire un ALE plus équilibré    Cristiano Ronaldo : les secrets de sa forme insolente dévoilés !    Antonia Jiménez, rare femme dans le monde masculin de la guitare flamenca    YouTube diffusera une série documentaire sur Justin Bieber    Shakira est stressée à l'approche du Super Bowl    La Grèce encourage le maréchal Haftar dans le processus de paix libyen    Bulletin météorologique spécial : temps froid, chute de neige et fortes rafales de vents à partir de dimanche    CAN Handball 2020 : le Maroc bat la Zambie    Boeing abattu en Iran: « le monde attend des réponses », avertit Ottawa    La BCP s'engage pour la TPE    La loi passe le cap de la 1ère Chambre    Le Sahara marocain «véritable trait d'union entre le Maroc et le reste de l'Afrique»    Zemamra cartonne Berkane, le Raja corrige à Tanger    SM le Roi visite «Bayt Dakira» à la Médina d'Essaouira    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fès-Meknès-Sauvegarde de la plaine de Saïss: Voilà comment le projet chamboulera l'agriculture… dès 2021-De notre correspondant permanent, Youness SAAD ALAMI
Publié dans L'Economiste le 17 - 07 - 2019

Sensibiliser, pérenniser et métamorphoser… sont les maîtres-mots du projet de sauvegarde de la plaine de Saïss. «Notre objectif est d'améliorer la valeur ajoutée agricole en la portant à 52.000 DH/ha à court terme contre 38.000 DH actuellement», explique Aziz Akhannouch, ministre de l'Agriculture (Ph YSA)
FES-MEKNES est une région agricole qui a de l'avenir et du potentiel. C'est en gros ce qui ressort de la journée d'information sur le projet d'aménagement hydroagricole pour la sauvegarde de la plaine de Saïss. Organisée, samedi dernier à Fès, sous la présidence de Aziz Akhannouch, cette rencontre était l'occasion pour le ministre de l'Agriculture de rappeler l'intérêt d'un chantier gigantesque mené dans cette région. Lancé par le Roi en 2015, ce projet sera fin prêt fin 2021. Décryptage.
- Un projet «titanesque» au profit de 350.000 bénéficiaires
Satisfecit général pour Akhannouch lors de sa visite, constatant que «les travaux d'aménagement du projet hydroagricole pour la sauvegarde de la plaine de Saïss vont bon train». Concrètement, ce chantier titanesque profitera à quelque 7.334 exploitations agricoles, soit 350.000 personnes. Il s'agit de la sauvegarde de 30.000 ha des terres irriguées dans la plaine du Saïss, la préservation de 4 milliards de DH d'investissement privé, l'augmentation de 60% des revenus de plus de 7.000 agriculteurs, ainsi que la création de quelque 3.000 emplois. De plus, les atouts agricoles de cette plaine sont nombreux à savoir, ses terres fertiles à fort potentiel de production estimé à plus de 300.000 ha, dont plus de 60.000 ha irrigués». La préservation des ressources hydriques est primordiale pour assurer la pérennité d'une agriculture responsable. Ce projet revêt, selon Akhannouch, des dimensions environnementale, économique et sociale. Le ministre insiste, à ce propos, sur la sensibilisation des agriculteurs «à la nécessité d'adhérer à l'opération de souscription». A rappeler que la plaine de Saïss contribue avec une part importante à la production agricole régionale, à travers ses arbres fruitiers et ses oliviers.
- Métamorphoser l'agriculture dans le périmètre irrigué
Mis en œuvre par un collectif de 8 champions nationaux du génie rural et travaux publics (STAM, Capep, SGTM, SNCE, Sogea Maroc, SNTM, Sotradema, Sogetrama) sous supervision d'une cellule du ministère d'Agriculture créée spécialement pour la durée de réalisation du projet, ce chantier devra métamorphoser la région et améliorer les conditions de vie des agriculteurs et leurs revenus, ainsi que leur productivité. D'un investissement global de 5,8 milliards de DH, ce projet vise le transfert des eaux des sources de Sebou vers la plaine du Saïss. Une solution idoine si l'on sait que cette plaine est menacée par une carence d'eau souterraine qui subit une surexploitation et accuse un déficit annuel de 100 millions de m3. Avec l'avènement du barrage Mdez, l'unique solution est de drainer plus de 125 millions m3 pour sauvegarder les investissements existants et valoriser d'autres cultures, principale source de revenu des agriculteurs. Cette solution est basée sur l'irrigation à partir des puits et forages individuels. En revanche, elle ne touchera pas à la nappe phréatique profonde qui est réservée à l'eau potable pour les populations.
- Les projets agricoles ont le vent en poupe
«Avec les projets du plan Maroc Vert, la région Fès-Meknès a connu une véritable explosion des différentes cultures mais aussi de l'élevage des bovins», atteste Rachid Benali, président de l'Interprolive et membre du Conseil de la Concurrence. Ainsi, ajoute-t-il, dans l'objectif de durabilité, «la préservation des eaux souterraines de la nappe de Saïss s'avère nécessaire». D'où l'intérêt du Projet d'aménagement hydro-agricole pour la sauvegarde de la plaine du Saïss. Projet qui consiste en la construction d'une infrastructure de transfert d'eau de la rivière de M'Dez à la plaine de Saïss. Ce transfert se fera à partir d'une prise agricole implantée en rive droite composée d'un ouvrage d'entonnement, une galerie de transport et d'une chambre de contrôle sous format de puits. Cette prise est arasée à la côte sur 760 m. La charge d'eau disponible permettra de réaliser une adduction gravitaire et d'alimenter sans recours au pompage une superficie non négligeable avec la pression requise pour l'irrigation localisée.
L'adducteur principal (65 km dont 5 de galeries) est constitué de conduites en acier protégées contre la corrosion. D'un diamètre de 3,5 mètres, la longueur des conduites varie entre 6 et 14 mètres. Au total, il faudrait 5.000 conduites dont 1.500 ont déjà été importées pour la première phase (17 km). Elles sont posées dans une tranchée de 4 m de largeur et de 4 à 8 m de profondeur ou logées dans des galeries de 4,5 m d'ouverture et enrobée en béton.
L'Etat finance la réalisation des ouvrages principaux d'adduction d'eau. Il s'agit de l'ouvrage de prise (55 km) à partir du barrage M'Dez, des galeries d'adduction (5km) y compris les pistes de servitude et des équipements de brise-charge, de pré-filtration et de traversées… Un chantier titanesque est mené aux environs de la localité de Tazota (province de Sefrou) (Ph YSA)
- Fès, Meknès, Moulay Yacoub, El Hajeb… des zones prioritaires
(Ph YSA)
Lancé par le Souverain en 2015, l'aménagement des nouvelles infrastructures hydroagricoles de la plaine de Saïss profitera aux préfectures de Fès et Meknès et aux provinces de Moulay Yaacoub et El Hajeb, outre 22 communes territoriales. Il devrait être finalisé vers fin 2021 en même temps que le barrage M'Dez. En attendant, un chantier de fourmis est mené grâce au génie civil 100% marocain. La réalisation des installations de la plaine de Saïss est suivie par deux bureaux d'étude et un laboratoire de contrôle. Au total, 300 personnes sur le chantier dont 31 ingénieurs et 39 techniciens. Le reste se compose du personnel d'appui administratif et de main d'œuvre spécialisée et non spécialisée. Ces ouvriers ont été recrutés localement. Auparavant, il a été procédé à l'aménagement de pistes d'accès et traversées des oueds. Et c'est le ministère de l'Agriculture qui a pris à sa charge la réalisation de 27 km de route et la construction de deux ponts. Au-delà des moyens mis en œuvre, le ministre de l'Agriculture insiste sur «la valorisation au mieux de la ressource hydrique via des cultures à forte valeur ajoutée». L'ambition est de prélever 125 millions de mètres cubes d'eau du barrage, actuellement en cours de construction, et régulariser ce volume par l'irrigation localisée au niveau des exploitations ciblées. «Car l'objectif est d'améliorer la valeur ajoutée agricole en la portant à 52.000 DH/ha à court terme contre 38.000 DH actuellement», conclut Akhannouch.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.