Coronavirus : 45 nouveaux cas, 7.967 au total, jeudi 4 juin à 10h    Fès: El Hammouchi veille sur le déroulement des opérations de contrôle    El Othmani chez les députés jeudi prochain    Samir: La capacité de stockage louée à l'Onhym    L'APD se penche sur la résilience des entreprises post-Covid    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Abderrahmane El Youssoufi: Hommages et condoléances    Crime social    Justice: Le plan de transformation numérique pour bientôt    Evolution de la pandémie: Les modèles prédictifs risqués    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Appel à la réalisation de la justice sociale et territoriale    Les principaux secteurs de l'économie nationale accusent le coup de la pandémie    Benzema a très envie de revenir à la compétition    Le Crédit Agricole du Maroc améliore son PNB au premier trimestre    André Azoulay : Essaouira prête pour le jour d'après    Propagation en baisse et guérisons en hausse    Les personnes vivant dans la précarité se comptent par millions    Mohamed Benabdelkader : Le plan de transformation digitale de la justice sera dévoilé dans les prochains jours    Le Polisario dans la nasse de la justice espagnole    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    Prolongation de l'exposition "Maroc: une identité moderne" à l'Institut du monde arabe de Tourcoing    La FNM lance un appel à concurrence pour l'acquisition d'œuvres d'artistes marocains    Casablanca-Settat: Ce qu'il faut retenir de la 1ère réunion du comité régional de vigilance économique    Coronavirus: 56 nouveaux cas mercredi à 18 heures, 6866 guérisons    L'humoriste «Zerwal» n'est plus    Le roman de Saeida Rouass adapté à l'écran par un producteur hollywoodien    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Formatage néolibéral, débat et combat    Réflexions sur quel Maroc de l'après covid-19?    ONU: les ambassadeurs de Suisse et du Maroc à New York lancent le processus    Poutine aura bien sa réforme constitutionnelle…    Trois millions de personnes affiliées à la CNSS    Naples pense à Oussama Idrissi    Lions de l'Atlas: Feddal sur les traces de Naybet?    Madrid ne jouera plus à Bernabeu cette saison    Tourisme : les opérateurs se mobilisent pour la relance du secteur    Coronavirus : Le Roi ordonne une large campagne de dépistage auprès des employés du secteur privé    Les messages de condoléances affluent au siège de l'USFP    La CAF décidée à sauver la saison 2020 des compétitions interclubs    La Fifa en appelle au bon sens    Accrocs frontaliers dans l'Himalaya…    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    L'Amérique et ses démons    Turquie-Grèce: Bruits de bottes à la frontière…    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nouvelle économie: les territoires, faiseurs de nations
Publié dans L'Economiste le 18 - 07 - 2019

Ici en conférence pour les étudiants de l'Ecole supérieure de journalisme et de communication (appartenant à L'Economiste), Driss Guerraoui est professeur à l'Université Mohammed V-Agdal de Rabat. Il a été conseiller auprès de trois Premiers ministres, El Youssoufi, Jettou et El Fassi. Il fut Secrétaire général du CESE et vient de prendre la présidence du Conseil de la concurrence. Il fait partie de ces trop rares intellectuels marocains se faisant un devoir de partager le capital immatériel qu'ils ont construit: le Pr. Guerraoui a publié une dizaine de livres liés à ses recherches universitaires. Il ne parle ici qu'en son nom personnel (Ph. Fadwa Alnasser)
La nouvelle économie mondiale du XXIème siècle (NEM) est un système éclaté, fragmenté, où dominent des conflits à géométrie variable. Une Europe occidentale doute d'elle-même. L'Amérique du Nord est entrée dans le conservatisme politique et la destruction du multilatéralisme, tout en préservant leur supériorité technologique et leur capacité d'innovation.
Pas de régulation adaptée
L'Amérique du Sud est en pause, due à la crise profonde de défiance envers ses institutions élues. L'Asie plurielle s'érige en locomotive. La Chine dispute le leadership avec de nouvelles puissances asiatiques et non asiatiques.
Ce nouveau système mondial, complexe et chaotique, fonctionne sans pilotage mutuellement accepté, sans gouvernance partagée et coordonnée. Il doute de la capacité collective et effective des Etats à tenir les agendas mondiaux (Objectifs de Développement Durable, au Socle de Protection Sociale Universelle, climat, migration et projet audacieux de Revenu Universel de Base porté par le Rapporteur spécial des Nations Unies pour les Droits de l'Homme et la lutte contre l'extrême pauvreté).
Ce monde se trouve dépourvu de mécanismes efficaces de construction d'une paix durable, aggravé par une crise de confiance profonde des Etats dans les institutions internationales de gouvernance du monde, accentuant ainsi la crise du Conseil de Sécurité des Nations Unies. La sécurité humaine est en danger. La planète est dans des incertitudes réelles.
Paradoxalement, jamais nos économies et nos sociétés n'ont produit autant de richesses. Jamais elles n'ont connu autant d'innovations. Jamais elles n'ont vécu dans un système mondial aussi ouvert, global, interdépendant et connecté. De telles évolutions offrent des perspectives prometteuses à tous ceux qui sauront mobiliser leur génie, leur intelligence et leur veille stratégique.
Conscience universelle
Climat, femme, droits de l'homme, migrants, nucléaire, bio, pauvreté, plastique, RU planétaire… Des dizaines de thèmes collectifs ont donné naissance à des coalitions mondiales issues des sociétés civiles (Ph. DR)
Ceci modifie les modes de régulation des crises, des tensions et des agendas mondiaux. Il s'agit de l'émergence et du développement d'acteurs nouveaux sur la scène internationale que sont les sociétés civiles organisées et les coalitions qu'elles sécrètent, du rôle grandissant des territoires, de l'appel, un peu partout dans le monde, à la promotion de formes alternatives de développement et de la nécessité d'une gouvernance mondiale en phase avec les nouvelles réalités de notre temps.
Une conscience citoyenne universelle donne naissance à des coalitions mondiales issues des sociétés civiles organisées, souvent transfrontières. Ces coalitions sont en passe de s'ériger en véritables contrepouvoirs sur la scène internationale contribuant à la régulation positive des principaux dysfonctionnements que connaît la NEM. Elles font avancer des causes humaines essentielles.
La dynamique de ces coalitions annonce la croissance progressive des marges du pouvoir des citoyens dans la marche de leurs sociétés et du monde. Leur pouvoir renforcé et amplifié par la révolution numérique, influence les décisions de politiques publiques et à plus long terme le cours de l'Histoire.
Savoirs et savoir-faire
On trouvera en plus développées les idées de cet article dans l'ouvrage collectif «la Nouvelle Economie Mondiale, Comparaisons internationales», issu des travaux de la 5e Rencontre Internationale de Dakhla, tenue à Dakhla en juin 2017. Editions l'Harmattan
Dans cette économie mondialisée, jamais les Etats et les grands groupements régionaux n'ont autant utilisé des territoires (Régions, Villes, Métropoles urbaines) pour se déployer la gestion de proximité, l'implantation et/ou de la délocalisation-colocalisation de leurs entreprises à l'international. Cette émergence vient des facultés intrinsèques d'innovation et d'expérimentation à partir de leurs capacités propres de mobilisation de leurs acteurs. Ils s'appuient sur leurs savoirs et savoir-faire locaux valorisés par l'intelligence collective des forces de leurs territoires.
L'image internationale de certains pays, leurs avantages comparatifs, compétitifs et stratégiques s'identifient à ceux de leurs villes, régions et métropoles. Aussi, dans la nouvelle économie mondiale, les territoires deviennent les vrais faiseurs des nations, des entreprises et des nouveaux lieux de vie qu'il s'agisse des lieux de la culture, des arts, des loisirs, du sport ou des pratiques religieuses et spirituelles.
Les alertes sur l'épuisement du modèle actuel remontent aux années 70 (Club de Rome, 1972). Récemment, des prix Nobel d'économie comme Joseph E. Stiglitz, d'éminents économistes et essayistes comme Amartya Sen, Muhammad Yunus et Jeremy Rifkin, des organisations spécialisées (OIT, la Banque mondiale)… veulent des formes alternatives de développement. Malgré ou à cause du progrès généré par la révolution postindustrielle, les modèles actuels sont dans l'incapacité objective de réaliser conjointement croissance, plein emploi, bien-être social pour tous, et développement durable des écosystèmes naturels.
C'est ce rêve, cette espérance que nous devons apprendre à nos enfants. Car, c'est la seule «arme» qui nous reste dans une Nouvelle Economie Mondiale qui est en train de nous projeter dans l'incertain.
NEM : Les objectifs
Les nouvelles formes de développement doivent favoriser une solidarité fonctionnelle et organique entre l'Etat, le secteur privé et la société civile. Des partenariats innovants, décentralisés et déconcentrés pour les actions sociales et solidaires, mais aussi pour les activités productives génératrices de richesses, doivent être inventés.
Ces modèles de développement doivent pousser à:
1) produire davantage de richesses en libérant les énergies de toutes les composantes de la société, en élargissant la base sociale des activités productives et en diversifiant les sources de production de ces richesses,
2) préserver les ressources naturelles par une gestion responsable, portée par des mécanismes effectifs de suivi, de contrôle, d'évaluation et de reddition des comptes;
3) et à répartir équitablement les richesses pour qu'elles puissent bénéficier à tous les citoyens et citoyennes et à toutes les régions de tous les pays.
A qui donner le pouvoir ?
La NEM a besoin d'une gouvernance mondiale responsable et solidaire pour réguler les nouvelles vagues d'insécurité et les nouvelles générations de guerres.
Elle doit inciter les Etats et les grands groupements régionaux à mettre en place des politiques publiques pour atteindre ses objectifs (voir encadré ci-contre). Elle se doit, enfin, d'inciter les Etats, les Groupements Régionaux et les institutions internationales à coopérer autrement pour réaliser la paix, la stabilité, la sécurité et le développement mutuel de toutes les nations.
Cette nouvelle forme de coopération doit être portée par la promotion et l'essaimage dans nos sociétés et nos institutions des valeurs de tolérance, de partage, de solidarité, de dialogue, de gestion pacifique des conflits par le prima accordé à la légalité internationale et au respect des différences civilisationnelles, culturelles, religieuses et spirituelles.
Déconfiture et autodestruction arabe
Avec l'enfant qui pleure: photo prise au Yémen; Avec la jeune femme en foulard: photo prise en Arabie Saoudite. Les deux pays sont en guerre depuis cinq ans. Sans commentaire (Ph. Journaux Libération et la Croix)
Le monde arabe, hormis quelques exceptions, est en pleine décomposition, pour ne pas dire déconfiture. Ce monde arabe est en passe de sortir de l'Histoire. Une bonne partie passera ce troisième millénaire à construire des routes, des écoles et des dispensaires sans résultat tangible. Il est prisonnier d'une logique d'autodestruction, intervenant sur un terrain miné par de vieux conflits religieux, ethniques et politiques. Cette logique interne est attisée par des puissances qui agissent soit directement, soit par procuration au gré de leurs intérêts géostratégiques et civilisationnels dans la région.
Le monde arabe vit dans une logique d'autodestruction, non pas créée mais favorisée par l'anarchie que les Etats-Unis ont voulue créatrice. Elle s'est avérée diaboliquement ravageuse. Ces faits interviennent dans des sociétés orphelines de leurs élites, rongées par de faibles niveaux d'éducation, par le retard technologique, par une pauvreté endémique, des inégalités criantes et croissantes. S'y ajoute l'emprise de la radicalisation religieuse, nourrissant une culture de la mort.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.