Service militaire: Premier groupe d'appelés    Le temps prévu ce vendredi    Ansu Fati, nouveau record du Barça    Les jeunes se ruent pour participer à l'Académie d'été Tamkin    Le figuier comme vecteur de valorisation du territoire à Aghbal    La hausse des prix de l'immobilier se poursuit à Casablanca et Marrakech    Le nouveau maire d'Athènes promet une "nouvelle ère" post-crise    Habib El Malki prend part à la 40ème A.G de l'Assemblée interparlementaire des nations de l'Asie du Sud-Est    Premier League : Liverpool trône, Manchester United traîne    Calcio : La Juve et Naples s'imposent d'entrée    Ligue des champions : Le Raja a fait le job    Une délégation parlementaire marocaine à Mexico    Bouillon de culture    Scarlett Johansson reste l'actrice la mieux payée au monde    Taylor Swift célèbre de nouveau l'amour dans son dernier album    Le Japon réitère sa non-reconnaissance de la pseudo « rasd »    Bab Sebta: saisie de 92 kg de chira    Tiflet: un individu arrêté pour coups entraînant la mort de sa mère    L'Italie attend toujours une majorité et un Premier ministre    La Corée du Nord annonce que Kim a supervisé le test d'un « lance-missiles multiple »    Al Hoceima: Distribution de bus de transport scolaire au profit de cinq communes rurales    Vidéo. Amazonie : Des centaines de nouveaux feux, vive émotion planétaire    Jeux africains 2019 (6è journée): Le Maroc grimpe à la 3è place avec 40 médailles dont 13 d'or    Berkane : une plantation de 100 Ha de figuiers et la création d'une unité de valorisation du produit    Groupe Total: la 1000e station-service solarisée sera inaugurée à Marrakech    Rommani: Une pétition contre les coupures fréquentes de l'eau et de l'électricité    Compétence !    Hong Kong : Des centaines de manifestants défilent à nouveau dans les rues    Pour gérer la transition, le Soudan se dote d'un Conseil souverain…    SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan reçoit les enfants d'Al Qods    Les «Littératures itinérantes» débarquent à Jamaa El Fna    Ligue des champions d'Afrique : Le Raja valide son passage au deuxième tour    Ligue des champions: le Raja étrille Brikama United    Fès: Un policier contraint de brandir son arme pour neutraliser un récidiviste    Migration clandestine: l'Espagne octroie une aide de 32 millions d'euros au Maroc    Jeux Africains: le Maroc conserve sa 4e place avec 33 médailles    Rallye de yachts entre Gibraltar et Tanger pour la bonne cause    Santé : Le Levothyrox de nouveau disponible selon Anas Doukkali    Fès : Arrestation de deux dealers de karkoubi    Voix de Femmes à Tétouan, solidarité et développement au menu du festival    Les femmes enceintes prennent encore trop de médicaments    Gouvernance et responsabilité dans le secteur public La complexité du concept    Tensions et dissensions attendues au sommet du G7    Le troisième Festival national de Marmoucha du 30 août au 1er septembre    11ème Festival «Voix de Femmes» de Tétouan : Daoudia, Najat Rajoui et les autres    Révolution du Roi et du Peuple: le discours royal    Sidi Kacem : Trois balles tirées pour neutraliser un individu qui mettait en danger la vie de citoyens    Initiative «Cinéma sur la Muraille» : Le 7ème art à l'honneur à Essaouira    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les raisons d'une croissance fébrile
Publié dans L'Economiste le 18 - 07 - 2019

La cheffe économiste du Fonds monétaire international Gita Gopinath lançait déjà l'alerte le 21 janvier dernier à l'ouverture du Forum économique de Davos: «les prévisions sont revues à la baisse et les politiques doivent agir».
C'est ce qu'a réaffirmé Euler Hermes dans son scénario macroéconomique international où il est indiqué que la croissance du PIB mondial devrait décélérer et passer de 3,1% en 2018 à 2,7% seulement en 2019-2020. Un sujet qui ne manquera pas d'être évoqué par les ministres des Finances du G7 qui se retrouvent mercredi et jeudi à Chantilly (Oise) au nord de Paris.
Ceci intervient dans un contexte de tensions politiques qui plongent l'économie dans l'incertitude. Les affrontements commerciaux entre la Chine et les Etats-Unis «affectant les cycles internationaux d'échanges et d'investissement» sont principalement pointés du doigt. Les pays émergents commencent à souffrir particulièrement de cette situation. En conséquence, les prévisions de croissance du commerce mondial en volume sont revues à la baisse (+2,2% en 2019 et +2,5% en 2020, après +3,8% en 2018).
La guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine a franchi un nouveau seuil, avec la mise en place de nouveaux tarifs par l'administration américaine. «Le nouveau régime commercial a déjà eu un impact sur la croissance marocaine. Une croissance des exportations plus faible devrait réduire d'environ 1 point de base la croissance du PIB, par rapport aux prévisions précédentes», comme l'a rapporté Euler Hermes dans ses perspectives du risque à l'export daté du 24 mai 2019.
Les nombreuses instabilités et incertitudes politiques sont aussi une cause du ralentissement de la croissance mondiale. Sur la liste figurent l'issue du Brexit, les résultats d'élections dans de nombreux pays et les décisions que prendra le nouveau Parlement européen sur les sujets commerciaux.
Et en plus du risque lié au climat politique qui domine, «l'interventionnisme, les excès de dépenses publiques et la remise en question des politiques économiques traditionnelles continuent de secouer les marchés», selon le spécialiste mondial de l'assurance-crédit.
Ce dernier avertit quant à un «risque financier qui gagne progressivement du terrain» en raison des décisions récentes entreprises par les banques centrales des grands pays et régions, notamment l'Union européenne et les Etats-Unis. Ces institutions avaient favorisé des «politiques monétaires accommodantes» afin de «maintenir à flot leurs économies».
Cependant, «l'objectif n'a pas été atteint» et la marge de manœuvre est à présent très restreinte en raison de taux d'intérêts très bas. Les économistes concluent qu'il s'agit de politiques qui se sont révélées «contre-productives et qui sont venues nourrir le risque financier à moyen terme, entraînant des excès d'endettement».
Ainsi, même s'il est annoncé plus court, ce ralentissement appelle à la réactivité des décideurs politiques, et ce dans un contexte de multilatéralisme affaibli.
La tendance concernant les défaillances d'entreprises est quant à elle à la hausse, et ce mondialement. Près de 70% des pays connaîtront une augmentation en 2019, principalement en Asie (+15%) mais aussi en Europe (+3%), avec un pourcentage global de +7%.
Quelques indicateurs
* Aux Etats-Unis, un ralentissement de la croissance est attendu en 2019 (+2,5%) et 2020 (+1,7%). Il est justifié par les incertitudes qui entourent la stabilité de la dette et pèsent sur le cycle d'investissement américain
* L'économie chinoise devrait aussi décélérer (+6,3% en 2019 et +6,2% en 2020)
* Mais moins que celle de la zone euro, dont la croissance devrait se limiter à +1,2% en 2019 et 2020 (+1,9% en 2018)
Ali BENRAMDANE avec F. Z. T.
Ce que recommande l'OCDE
Afin d'accompagner les Etats en ces temps difficiles, l'OCDE a publié une série de propositions de réformes par pays dans son «édition 2019 d'Objectif croissance». Le but est de réaliser une «croissance pus forte, plus durable et plus inclusive».
Il est préconisé d'améliorer l'égalité des chances entre les travailleurs et les entreprises et de veiller à des conditions meilleures d'embauche et d'insertion des femmes, des immigrés, des minorités et des seniors sur le marché de l'emploi.
Les domaines de la formation et de l'emploi sont aussi visés. Une réforme du système d'éducation est d'ailleurs ce qui revient le plus souvent. Selon l'OCDE, il faut œuvrer à ce qu'il soit plus adapté au monde du travail actuel et qu'il mène à des emplois de qualité et à des carrières plus productives. Les réformes préconisent aussi de favoriser «un transfert de charge fiscale vers le patrimoine qui permettrait de stimuler la croissance», surtout dans les pays développés.
En ce qui concerne les économies émergentes, la priorité reste l'amélioration de l'efficience du secteur public, le renforcement de l'état de droit et un accès garanti à des infrastructures satisfaisantes. Prenant en compte les menaces des changements climatiques et la protection de l'environnement, l'Organisation incite enfin à mettre en place une fiscalité environnementale plus ciblée. Il est question de supprimer progressivement les subventions agricoles et les allégements fiscaux préjudiciables à l'environnement et investir davantage dans les transports publics.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.