Jeux africains : La Marocaine Soukaina Sahib décroche la médaille d'or    L'article de The Wall Street Journal qui a affolé le polisario    La fragile économie du lac Malawi victime du climat et de la surpêche    La propriété intellectuelle, pilier de la croissance en Afrique    La détérioration de la qualité de l'eau entrave la croissance économique    Giuseppe Conte, "le Monsieur Nobody", passé de l'ombre à la lumière    Insolite : Trump ne construira pas de gratte-ciel au Groenland    Des enfants maqdessis visitent des sites touristiques à Tanger    Dans son discours à la nation à l'occasion du 66ème anniversaire de la Révolution du Roi et du peuple    Consécration du beach-volley égyptien    Manchester United condamne des injures racistes reçues par Paul Pogba    Ligue des champions : L'Ajax accroché et Mezraoui expulsé    Les femmes seraient diagnostiquées plus tardivement que les hommes    Ces stars qui ont vu leur carrière basculer    Le discret mais lucratif trafic de fossiles à Erfoud    Première édition du Festival international Cinéma & Littérature à Safi    L'écrivain Yann Moix provoque la polémique en se décrivant en enfant battu    Coups de feu sur le tournage du clip du rappeur Booba    Rabat : Alsa-City bus assure le transport à la capitale    Faux et usage de faux: Arrestation d'un récidiviste à Meknès    Paris: Coups de feu sur le tournage d'un clip de Booba    M'barek Boussoufa rejoint le club qatari d'Al-Sailiya    Voici les deux premiers matches des Lions après la CAN    Fête de la Jeunesse: Grâce royale au profit de 443 personnes    Fête du Trône: Bank Al-Maghrib émet un billet commémoratif de 20 dirhams    Météo: Le temps qu'il fera mercredi    Brexit : BoJo fait le forcing à Berlin et Paris    Discours royal : Un modèle de développement nouveau avec du sang frais    Vidéo. Jeux africains : une cérémonie d'ouverture digne de l'Afrique    Fête de la jeunesse : Grâce royale au profit de 443 personnes    La Grèce n'a pas reçu de demande d'ancrage du pétrolier iranien    Algérie: Après six mois, contestation et pouvoir dans l'impasse    BAM : le contrôle sur les transferts de l'étranger vers le Maroc renforcé    Habib El Malki salue la position de Freetown    Grande Canarie : La progression de l'incendie ralentit, selon les autorités    Météo: le temps qu'il fera ce mardi    Insécurité routière : 30 décès en l'espace d'une semaine !    SM le Roi adresse un discours à la Nation, ce soir    Les FAR accueillent les premiers appelés au service militaire    Les jeunes sont l'avenir du Maroc    Le Maroc et le Fonds vert pour le climat souhaitent renforcer leur coopération    « Voix de Femmes », une 11ème édition 100% marocaine    Le Festival Atlas Electronic sensibilise à la mobilité des artistes    46 joueurs présélectionnés pour 2 matchs amicaux    Un centre sino-marocain de médecine traditionnelle bientôt à Casablanca    Service militaire : La sélection démarre cette semaine    L'œuvre d'Oum Kaltoum ouvre le bal de la Biennale de Rabat    Les tambourinaires amazighs du Moyen- Atlas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Casablanca/transport par bus: Faut-il revenir à la gestion directe?
Publié dans L'Economiste le 19 - 07 - 2019

15 ans de gestion désastreuse du transport public, M'dina Bus s'apprête à partir au terme de son contrat. Son (ou ses) remplaçant n'est toujours pas désigné et les 700 nouveaux bus pas encore commandés. Ce qui suscite des interrogations sur la continuité du service au-delà du 31 octobre prochain (Ph. L'Economiste)
Revenir au mode de gestion directe via une régie. C'est la solution aux problèmes chroniques du transport en commun par bus à Casablanca, selon la Fédération de la gauche démocratique (FGD). A 3 mois de la fin du contrat de gestion déléguée actuelle, les militants de la fédération ont tenu à dresser le bilan des 15 années de gestion déléguée (diagnostic, chiffres-clés, défaillances…).
«Nous tirons la sonnette d'alarme concernant la gestion déléguée de la distribution, la propreté et le transport», souligne l'un des intervenants. C'était lors d'une conférence de presse qui s'est tenue mardi 16 juillet. La FGD se positionne clairement en faveur du «retour immédiat à une régie pour la gestion du transport en commun par bus». Cette gestion peut prendre la forme d'une nouvelle régie autonome ou via une SDL publique qui va directement gérer ce service.
Cette suggestion intervient toutefois tardivement. En effet, la ville de Casablanca est déjà bien engagée dans le processus de sélection du (ou des) prochains délégataires du service de transport par bus. A l'issue d'un appel d'offres, l'Etablissement de coopération intercommunale (ECI) est actuellement en plein processus de sélection parmi le trio des finalistes (RATP Dev, Alsa ou Chennaoui).
Outre l'abandon du mode de gestion déléguée, la FGD appelle aussi à engager la réflexion pour une gratuité du transport urbain notamment pour les étudiants, les personnes à mobilité réduite et les populations âgées… Elle préconise enfin l'implication des usagers et des citoyens dans l'élaboration et la gestion de ce service public ainsi que dans le suivi de sa qualité par la constitution de comités locaux d'usagers à intégrer comme partie prenante à part entière dans le nouveau schéma de gestion du transport urbain. Par ailleurs, la FGD s'inquiète du sort réservé aux 4.000 employés de M'dina Bus au terme du contrat de gestion déléguée.
Ce manque de visibilité à quelques semaines de la date fatidique suscite des interrogations sur la continuité du service. Le processus de sortie du contrat de gestion déléguée actuel a été piloté par le conseil de la ville avec un amateurisme manifeste». Aujourd'hui, le remplaçant de M'dina Bus n'est toujours pas connu et les bus ne sont pas commandés (plusieurs appels d'offres ont été annulés ou reportés).
Enfin, un rapport d'audit de la situation, commandé par l'Intérieur et réalisé par KPMG, fait état d'un préjudice au profit de la société délégatrice de près de 4 milliards de DH. M'dina Bus a porté l'affaire devant la justice, et si le jugement se confirme, ce sera au contribuable casablancais de payer les 4 milliards de DH au délégataire partant. Sans compter les subventions versées tout au long de 15 ans de gestion déléguée. «La société délégatrice a bénéficié de plus 700 millions de DH de deniers publics sans pour autant que la qualité de service ne soit au rendez-vous», déplore Mustapha Chennaoui, parlementaire de Casa-Anfa.
Reprenant les conclusions d'une Enquête ménages déplacements, dévoilées en janvier dernier (cf édition du 17 janvier 2019), les membres de la FGD affirment que 62% des déplacements casablancais se font encore à pied. En effet, sur près de 8 millions de déplacements/jour, à peine une infime proportion (13%) opte pour le bus. Et pour cause, l'état de dégradation avancé du parc fait craindre le pire aux usagers. Au fil des ans, les bus d'occasion se sont transformés en épaves, voire un danger public (accidents, incendies, agressions, vols, viols…).
Aziza EL AFFAS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.