Coronavirus : Le Roi ordonne une large campagne de dépistage auprès des employés du secteur privé    Coronavirus : 26 nouveaux cas, 7.859 au total, mardi 2 juin à 10h    Le grand bazar    Repli de l'IPPIEM hors raffinage de pétrole en avril    Ebranlés par la crise, les professionnels du tourisme dans l'expectative    La CAF décidée à sauver la saison 2020 des compétitions interclubs    La Fifa en appelle au bon sens    Un communiqué riche en enseignements    Les messages de condoléances affluent au siège de l'USFP    Ils sont tous devenus des épidémiologistes et des économistes !    Le cérémonial sahraoui du thé bousculé par le coronavirus    Le satisfecit de l'Université Mohammed V    L'Université Hassan II tient son premier festival culturel à distance    3673 demandes examinées par le CNP et 2928 cartes attribuées    Réunion à distance sur la création d'un centre culturel et gastronomique à Agadir    «Le gouvernement responsable devant l'opinion publique»…    Penser le concret    La CAF envisage différents scénarios pour boucler les compétitions    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, mardi 2 juin    Amélioration à tous les étages    McKennie, Sancho et Hakimi devant la commission de discipline    Prolongation de l'exposition «Maroc: une identité moderne»    Une bouteille d'eau du temps de la pandémie corona    Accrocs frontaliers dans l'Himalaya…    Al-Omrane: reprise progressif des chantiers à l'échelle régionale    Un nouveau projet de trémie à Rabat pour 40 millions de DH    Le PNB en hausse de 14% au T1-2020    Le Maroc, consommateur de fast-food en plein confinement    Violents affrontements entre manifestants et miliciens du Polisario devant le bagne d'Errachid    La CAF accélère le décaissement de l'aide financière destinée aux Associations membres    Christo, l'artiste «emballeur» n'est plus    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    France: C'est l'heure de la reprise économique    Hyperpuissance    Les Etats-Unis s'embrasent    Mendyl, direction Bordeaux?    L'Amérique et ses démons    Turquie-Grèce: Bruits de bottes à la frontière…    Les syndicats interpellent El Othmani    Trump met fin au partenariat des Etats-Unis avec l'OMS    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Taïa: «Le Covid-19 a créé une misère plus mortelle que le virus»    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    Ursula von der Leyen dit "Shukran" au Maroc    Pillages et échauffourées aux Etats-Unis malgré des couvre-feux    Hicham Sabir, une étoile montante de l'écriture…    Danielle Skalli tire sa révérence    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Casablanca/transport par bus: Faut-il revenir à la gestion directe?
Publié dans L'Economiste le 19 - 07 - 2019

15 ans de gestion désastreuse du transport public, M'dina Bus s'apprête à partir au terme de son contrat. Son (ou ses) remplaçant n'est toujours pas désigné et les 700 nouveaux bus pas encore commandés. Ce qui suscite des interrogations sur la continuité du service au-delà du 31 octobre prochain (Ph. L'Economiste)
Revenir au mode de gestion directe via une régie. C'est la solution aux problèmes chroniques du transport en commun par bus à Casablanca, selon la Fédération de la gauche démocratique (FGD). A 3 mois de la fin du contrat de gestion déléguée actuelle, les militants de la fédération ont tenu à dresser le bilan des 15 années de gestion déléguée (diagnostic, chiffres-clés, défaillances…).
«Nous tirons la sonnette d'alarme concernant la gestion déléguée de la distribution, la propreté et le transport», souligne l'un des intervenants. C'était lors d'une conférence de presse qui s'est tenue mardi 16 juillet. La FGD se positionne clairement en faveur du «retour immédiat à une régie pour la gestion du transport en commun par bus». Cette gestion peut prendre la forme d'une nouvelle régie autonome ou via une SDL publique qui va directement gérer ce service.
Cette suggestion intervient toutefois tardivement. En effet, la ville de Casablanca est déjà bien engagée dans le processus de sélection du (ou des) prochains délégataires du service de transport par bus. A l'issue d'un appel d'offres, l'Etablissement de coopération intercommunale (ECI) est actuellement en plein processus de sélection parmi le trio des finalistes (RATP Dev, Alsa ou Chennaoui).
Outre l'abandon du mode de gestion déléguée, la FGD appelle aussi à engager la réflexion pour une gratuité du transport urbain notamment pour les étudiants, les personnes à mobilité réduite et les populations âgées… Elle préconise enfin l'implication des usagers et des citoyens dans l'élaboration et la gestion de ce service public ainsi que dans le suivi de sa qualité par la constitution de comités locaux d'usagers à intégrer comme partie prenante à part entière dans le nouveau schéma de gestion du transport urbain. Par ailleurs, la FGD s'inquiète du sort réservé aux 4.000 employés de M'dina Bus au terme du contrat de gestion déléguée.
Ce manque de visibilité à quelques semaines de la date fatidique suscite des interrogations sur la continuité du service. Le processus de sortie du contrat de gestion déléguée actuel a été piloté par le conseil de la ville avec un amateurisme manifeste». Aujourd'hui, le remplaçant de M'dina Bus n'est toujours pas connu et les bus ne sont pas commandés (plusieurs appels d'offres ont été annulés ou reportés).
Enfin, un rapport d'audit de la situation, commandé par l'Intérieur et réalisé par KPMG, fait état d'un préjudice au profit de la société délégatrice de près de 4 milliards de DH. M'dina Bus a porté l'affaire devant la justice, et si le jugement se confirme, ce sera au contribuable casablancais de payer les 4 milliards de DH au délégataire partant. Sans compter les subventions versées tout au long de 15 ans de gestion déléguée. «La société délégatrice a bénéficié de plus 700 millions de DH de deniers publics sans pour autant que la qualité de service ne soit au rendez-vous», déplore Mustapha Chennaoui, parlementaire de Casa-Anfa.
Reprenant les conclusions d'une Enquête ménages déplacements, dévoilées en janvier dernier (cf édition du 17 janvier 2019), les membres de la FGD affirment que 62% des déplacements casablancais se font encore à pied. En effet, sur près de 8 millions de déplacements/jour, à peine une infime proportion (13%) opte pour le bus. Et pour cause, l'état de dégradation avancé du parc fait craindre le pire aux usagers. Au fil des ans, les bus d'occasion se sont transformés en épaves, voire un danger public (accidents, incendies, agressions, vols, viols…).
Aziza EL AFFAS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.